Red Cloud

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 15 février 2024
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Chief Red Cloud (by Library of Congress, Public Domain)
Chef Red Cloud
Library of Congress (Public Domain)

Red Cloud (Makhpiya-luta, 1822-1909) était un chef sioux oglala lakota, un homme d'État et un stratège militaire qui devint le seul chef amérindien des Plaines à gagner une guerre contre les États-Unis. La guerre de Red Cloud (1866-1868) obligea le gouvernement américain à accepter les demandes des Amérindiens, sans condition aucune, créant ainsi la Grande réserve sioux en 1868.

Red Cloud est souvent considéré comme le chef de la nation sioux, conformément aux descriptions qui en furent faites au XIXe siècle, mais, le gouvernement sioux étant décentralisé, il n'était qu'un chef parmi d'autres et seulement le chef du groupe connu sous le nom de Bad Faces (Mauvais Visages). Dans sa jeunesse, il avait fait partie d'une expédition commerciale qui campait près de Fort Laramie et avait donc acquis une meilleure connaissance de l'homme blanc que la plupart, voire la totalité, de ses contemporains. Selon des spécialistes modernes, dont Bob Drury et Tom Clavin, cela lui permit de mieux comprendre les interactions qu'il eut par la suite avec le gouvernement américain et ses représentants.

Supprimer la pub
Advertisement

Après sa victoire sur les États-Unis lors de la guerre de Red Cloud, il négocia la fermeture de la piste Bozeman qui traversait le territoire sioux, l'abandon des forts américains et la création de la Grande réserve sioux, qui s'étend sur l'actuel Dakota du Sud, le Dakota du Nord et le Nebraska. Il se rendit deux fois à Washington pour négocier avec le président U. S. Grant (1869-1877) et acquit une telle notoriété en tant que représentant de son peuple qu'il est l'Autochtone le plus photographié de son époque.

Ses efforts pour établir une coexistence pacifique avec l'homme blanc finirent par échouer en raison de la politique du gouvernement américain qui ignorait tous les traités quand cela l'arrangeait et poursuivait son objectif de confiner les Sioux dans de petites réserves. La loi Dawes de 1887 démantela la grande réserve sioux et, bien que Red Cloud se soit opposé à cette décision, il n'encouragea jamais la résistance armée et aida son peuple à s'adapter au système des réserves. Il mourut de causes naturelles en 1909 dans la réserve de Pine Ridge, dans le Dakota du Sud.

Supprimer la pub
Advertisement

Jeunesse et ascension au pouvoir

Dès l'âge de 20 ans, Red Cloud était reconnu comme un guerrier impitoyable, un fin stratège et un chef puissant.

Red Cloud vit le jour en 1822 sur les rives de la Blue Water Creek, près de la rivière Platte, à North Platte, dans le Nebraska. Son père, Lone Man, était un chef Brule des Sioux Teton, et sa mère, Walks-as-She-Thinks, était une Sioux Oglala. Peu avant la naissance de Red Cloud, certains habitants avaient déclaré avoir vu une traînée rouge, peut-être un météore, dans le ciel nocturne. Lone Man nomma donc son fils Makhpiya-luta - Red Cloud - pour apaiser le Grand Esprit.

Lone Man mourut en 1825 d'alcoolisme après être devenu dépendant du whisky bon marché que les marchands blancs avaient introduit chez les Sioux, et Red Cloud et sa mère furent recueillis par son frère, le chef Old Smoke. Le garçon fut élevé par sa mère, par Old Smoke et par son autre oncle White Hawk. Drury et Clavin écrivent:

Supprimer la pub
Advertisement

White Hawk était responsable, avec Walks-as-She-Thinks, de l'éducation de l'enfant et, avant que Red Cloud n'ait deux ans, sa mère et son oncle interprétaient pour lui le message contenu dans chaque chant d'oiseau et la piste de chaque animal, la signification de la plume d'aigle dans un bonnet de guerre, et l'histoire naturelle de la tribu par rapport à son environnement. Dès l'âge de quatre ans, il s'asseyait au feu du conseil pour imiter la gravité de ses aînés. (64)

Red Cloud excellait dans les sports et, en particulier, dans les "jeux de guerre" de l'enfance, semblables au populaire King of the Hill (Roi de la colline), qui se jouaient la nuit et encourageaient la furtivité et la patience dans l'attaque ou la défense d'une position. Le garçon était également le meilleur dans les compétitions de tir à l'arc et maîtrisa rapidement l'équitation après que son oncle lui eut offert un petit poulain. À l'âge de 16 ans, il participa à son premier groupe de guerre en tant que membre d'un raid sur un village Pawnee pour venger la mort de son cousin, récemment tué par des guerriers pawnees. Red Cloud fut félicité par les autres membres de la bande et honoré pour avoir tué pour la première fois un ennemi et lui avoir arraché son premier scalp. Bien que Red Cloud ait été heureux de ces honneurs, il comprit que les guerriers étaient mieux perçus lorsqu'ils comptaient les coups que lorsqu'ils tuaient un adversaire.

The Scalper Scalped - Pawnees and Cheyennes
Le scalpeur scalpé - Pawnees and Cheyennes
George Catlin (Public Domain)

L'honneur attaché au comptage des coups est illustré par la légende du Sioux qui épousa la fille du chef Crow, dans laquelle le chef Big Eagle part au combat armé uniquement d'un bâton de comptage et refuse de tuer ses adversaires. La tradition militaire voulait que l'on touche un ennemi - que ce soit avec la main, un couteau, une lance, un bâton ou tout autre objet - sans le tuer. Ce faisant, on déshonorait son ennemi - qui aurait pu tout aussi bien être tué - tout en se distinguant par son habileté et son courage, car on aurait pu tout aussi bien être tué soi-même. Les succès précoces de Red Cloud dans les jeux de guerre de son enfance lui permirent de réussir plus tard à compter les coups. Drury et Clavin commentent:

Lorsque Red Cloud atteignit la fin de son adolescence, ses qualités de combattant - bravoure téméraire, furtivité, force et imperméabilité au danger personnel - avaient été établies et ne faisaient que s'affiner et se perfectionner. (77)

Dès l'âge de 20 ans, il était reconnu comme un guerrier impitoyable, un fin stratège et un chef puissant. Comme il le ferait remarquer plus tard, "Quand j'étais jeune au sein de notre nation, j'étais pauvre. Mais au fil des guerres avec l'une ou l'autre nation, je me suis élevé au rang de chef" (Drury & Clavin, 71). Il devint le chef du groupe d'Old Smoke, connu sous le nom de Bad Faces (ainsi nommée en raison d'un incident au cours duquel le guerrier Bull Bear jeta de la poussière au visage d'Old Smoke) et était un chef reconnu à l'âge de 30 ans. Il épousa Pretty Owl (également connue sous le nom de Mary Good Road, 1835-1940) en 1850 et fonda une famille.

Supprimer la pub
Advertisement

Guerre de Red Cloud

Les Sioux avaient étendu leur territoire depuis des décennies, menant des guerres contre les Crow, les Kiowa, les Pawnees et les Ute pour des territoires de chasse, des chevaux, pour venger une insulte ou un décès, ou pour l'honneur personnel ou tribal. En 1820, un groupe de Sioux Lakota se joignit au groupe de guerriers Cheyennes pour attaquer les Crow, lors du massacre de Tongue River qui dévasta la nation Crow et permit à l'alliance Cheyenne-Sioux de remporter la région de la Powder River. Entre 1820 et 1840, les Sioux étendirent encore leur territoire, prenant davantage de terres aux Crow.

Vers 1825, des colons blancs commencèrent à arriver dans la région, tantôt de passage vers la côte ouest, tantôt établissant des comptoirs commerciaux et revendiquant des parcelles de terre. Au début, il n'y avait que de petites poches de colons blancs - comme le poste de traite de Fort William, établi en 1835 - mais en 1863, la piste Bozeman fut ouverte à travers les terres des Sioux pour permettre aux colons d'accéder aux champs aurifères situés plus à l'ouest.

United States Expansion after the Treaty of Paris in 1783
Expansion des États-Unis après le traité de Paris en 1783
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Selon le traité de Fort Laramie de 1851, le territoire de la Powder River appartenait aux Crow - qui étaient en bons termes avec les États-Unis - mais selon les Sioux, il leur appartenait en vertu de la tradition de guerre et de conquête établie. Red Cloud et d'autres s'opposèrent à l'arrivée de colons blancs sur leurs terres, et le gouvernement américain réagit en lançant l'expédition de la rivière Powder en 1865, censée soumettre les Sioux, les Cheyennes et les Arapahos, mais qui n'aboutit à aucun résultat.

Supprimer la pub
Advertisement

Red Cloud arriva à Fort Laramie en juin 1866 pour négocier le retrait des colons blancs des terres sioux et la fermeture de la piste Bozeman, mais découvrit que le colonel Henry B. Carrington (1824-1912) avait été chargé de construire des forts dans la région pour protéger les colons empruntant la piste contre les attaques des Autochtones. Red Cloud quitta la réunion et organisa son peuple pour la guerre. Son charisme naturel et sa réputation de guerrier intrépide unifièrent les divers groupes Sioux et d'autres qui le reconnurent comme le chef de ce groupe de guerre particulier; cela serait mal compris plus tard par les écrivains euro-américains qui le qualifièrent de chef des Sioux.

Les Sioux et leurs alliés Cheyennes et Arapahos attaquèrent les forts et les trains de chariots en utilisant des tactiques de guérilla, ciblant en particulier les civils envoyés en groupes depuis les forts pour ramasser du bois et du foin. Les chevaux qui se trouvaient dans les forts étaient régulièrement mis en fuite et volés, et les chariots de ravitaillement interceptés. Les tentatives des troupes américaines d'engager le combat avec les Sioux furent vaines car, sous la direction de Red Cloud, ils semblaient capables de frapper n'importe où, simultanément, puis de disparaître dans la prairie.

Red Cloud Bust
Buste de Red Cloud
Capitolist (CC BY-SA)

En décembre 1866, le capitaine William J. Fetterman (c. 1833-1866), sous le commandement de Carrington, dirigea une force de 80 hommes pour repousser une attaque contre un train de bois à quelques kilomètres du fort. Carrington ordonna au capitaine d'interrompre l'attaque et de revenir avec les civils et le bois, et lui ordonna spécifiquement de ne suivre aucun groupe de Sioux au-delà de la crête de Lodge Trail, ce qui l'éloignerait trop du fort pour que des renforts puissent arriver rapidement. Fetterman ignora ces ordres, fut attiré au-delà de la crête de Lodge Trail par le jeune guerrier Crazy Horse (c. 1840-1877), et les 81 soldats furent tués dans l'embuscade connue sous le nom de Massacre de Fetterman, Bataille des Cent-Mains, Combat de Fetterman, ou encore Bataille des Cent Tués.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Red Cloud poursuivit ensuite sa guérilla - avec le soutien d'autres chefs sioux, dont Sitting Bull (c. 1837-1890) - et d'autres engagements, tels que le combat de Hayfield et le combat de Wagon Box (tous deux en août 1867), montrent qu'il continua à s'en prendre aux civils qui approvisionnaient les forts en foin, en bois et en autres produits nécessaires. Bien que ces deux combats soient les plus connus, Red Cloud attaqua et harcela les troupes et les entrepreneurs civils dans de nombreux autres engagements tout au long de l'année 1867 et jusqu'en 1868.

Traité et voyages

À la fin de l'été 1868, les forts du territoire de la Powder River furent abandonnés et toutes les troupes se retirèrent à Fort Laramie pour des raisons de sécurité, tandis que le gouvernement tentait d'amener Red Cloud à la table des négociations. Une fois les forts libérés, Red Cloud les fit brûler. En novembre 1868, il arriva à Fort Laramie pour signer le traité qui établit la réserve des Grands Sioux et ferma la piste Bozeman.

Il accepta la création de la réserve connue sous le nom de Red Cloud Agency et y installa son peuple en 1873.

Le traité contenait de nombreuses promesses - notamment l'attribution de vêtements, la construction de divers bâtiments, l'interdiction de traverser ou de coloniser les terres des Sioux sans leur permission - mais ces promesses et bien d'autres ne furent jamais tenues. Nuage Rouge avait compris que l'homme blanc n'était pas digne de confiance - ce qu'il semble avoir appris dans sa jeunesse - mais il les avait vaincus au combat et était sûr qu'ils savaient qu'il pourrait le faire à nouveau s'il le souhaitait; il signa donc le traité en pensant que la partie vaincue n'aurait d'autre choix que de l'honorer.

En 1870, il se rendit à Washington et rencontra le président Grant et Ely S. Parker (1828-1895), commissaire aux affaires indiennes et membre de la nation Seneca. Red Cloud se vit présenter les arsenaux et la puissance militaire des États-Unis, tandis que Parker et d'autres lui expliquèrent les avantages du système des réserves et l'encouragèrent à accepter ce nouveau mode de vie. À cette époque, tous les forts du territoire de la Powder River avaient été évacués et brûlés, aucun nouveau colon n'était arrivé et la réserve du Grand Sioux était intacte, de sorte que Red Cloud semble avoir estimé qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter. Il prit également conscience du nombre apparemment infini de Blancs qui se dressaient contre lui, ainsi que de leur armement impressionnant, au cas où il leur opposerait une nouvelle résistance. Il accepta la création de la réserve connue sous le nom de Red Cloud Agency et y installa son peuple en 1873.

En 1874, cependant, de l'or fut découvert dans les Black Hills - la région de la grande réserve sioux connue sous le nom de Paha Sapa - "le cœur de tout ce qui existe" - qui est considérée comme le point d'origine de la nation sioux. Le traité de Fort Laramie de 1868 avait promis les Black Hills aux Sioux pour toujours, mais le gouvernement américain n'en tint pas compte et les colons et prospecteurs blancs commencèrent à arriver dans la région, à revendiquer des terres et à établir des comptoirs commerciaux.

Black Hills, South Dakota
Black Hills, Dakota du Sud
Runner 1928 (CC BY-SA)

En 1875, Red Cloud et sa délégation retournèrent à Washington pour rappeler les termes du traité à Grant, mais on lui répondit que le gouvernement avait un nouveau marché à lui proposer: les Sioux recevraient 25 000 dollars en échange de leurs terres et seraient transférés en Territoire indien (l'Oklahoma d'aujourd'hui). Red Cloud refusa de poursuivre les pourparlers et Grant lui fit quitter précipitamment Washington pour l'envoyer à New York où, comme l'observe l'universitaire Adele Nozedar, ils espéraient "qu'il serait ébloui par le monde de l'homme blanc" (400). Nozedar poursuit:

Red Cloud, peu impressionné, profita de l'occasion pour s'adresser à un grand nombre de personnes. Il y expliqua en termes simples ce qui s'était passé, faisant preuve d'un talent oratoire qui ferait de lui dans les livres d'histoire un grand homme d'État:

"En 1868, des hommes sont sortis et ont apporté des documents. Nous ne pouvions pas les lire et ils ne nous ont pas dit ce qu'ils contenaient. Nous pensions que le traité prévoyait l'enlèvement des forts et que nous devrions alors cesser de nous battre... Lorsque je suis arrivé à Washington, le Grand Père [le président] m'a expliqué ce qu'était le traité et m'a montré que les interprètes m'avaient trompé. Tout ce que je veux, c'est le droit et la justice. Je veux savoir pourquoi on nous envoie des commissaires qui ne font rien d'autre que de nous voler et de nous priver des richesses de ce monde. (402)

L'éloquence de Red Cloud ne changea cependant rien à la politique du gouvernement, et il retourna sur les terres de l'agence qui lui avaient été promises - qui furent ensuite déplacées trois fois avant d'être établies dans le Dakota du Sud et de devenir la réserve de Pine Ridge. Ses voyages dans l'Est l'avaient convaincu qu'il ne pourrait pas gagner une guerre prolongée contre les Blancs, car leur nombre était trop important et leurs armes trop puissantes, et que, quelles que soient leurs promesses, ce ne sont que des mensonges. "L'homme blanc m'a fait beaucoup de promesses, mais il n'en a tenu qu'une. Ils ont promis de prendre ma terre, et ils l'ont prise" (Drury & Clavin, 351).

Conclusion

Lorsque Crazy Horse et Sitting Bull - qui avaient dénoncé le traité de Fort Laramie de 1868 - organisèrent la résistance connue sous le nom de Grande Guerre des Sioux de 1876-1877, Red Cloud refusa de se joindre à eux et s'opposa également au mouvement de la Danse des Esprits de 1889. Estimant que tout nouvel engagement militaire contre les États-Unis était vain, Red Cloud se consacrait à des négociations et à des actions en justice afin d'améliorer la vie de son peuple dans les réserves.

Il se lia d'amitié avec plusieurs Blancs qui défendaient sa cause, dont le paléontologue Othniel C. Marsh (1831-1899) et l'agent indien et chirurgien Valentine McGillycuddy (1849-1939). En 1884, Red Cloud, Pretty Owl et leurs enfants se convertirent au christianisme et devinrent catholiques dans le cadre de sa tentative de vivre en paix avec les colons blancs qui occupaient désormais ses anciennes terres en dehors de la réserve.

Red Cloud 1880
Red Cloud 1880
John K. Hillers (CC BY-NC-SA)

En tant qu'homme d'État, il devint la voix de son peuple lors de ses visites dans l'Est, ainsi que par le biais d'interviews et de son autobiographie inachevée. Il continua à défendre les droits des Indiens des Plaines en général et des Sioux en particulier jusqu'à sa mort, le 10 décembre 1909. Son fils, Jackson Red Cloud (c. 1858-1918), prit alors la relève en tant que chef des Sioux Oglala Lakota et ses descendants ont conservé cette position jusqu'à l'époque actuelle. Pretty Owl survécut à son mari pendant plus de 30 ans et fut enterrée à ses côtés dans le cimetière Holy Rosary de la réserve de Pine Ridge.

Red Cloud survécut à Crazy Horse, Sitting Bull et aux autres chefs qui avaient poursuivi la lutte pour défendre leurs terres, choisissant d'utiliser le système juridique des Blancs pour faire avancer sa cause plutôt que de recourir à la violence. Il s'est battu sans cesse pour que les Black Hills reviennent à son peuple et, à ce jour, les Sioux poursuivent leur combat contre le gouvernement américain qui refuse toujours de respecter leurs revendications. En août 1987, le service postal américain a émis un timbre de dix cents en l'honneur de Red Cloud, et c'est le seul honneur qu'une agence associée au gouvernement américain lui ait jamais rendu.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qui était Red Cloud?

Red Cloud était un chef des Sioux Oglala Lakota qui mena la seule guerre victorieuse des Indiens des Plaines contre les États-Unis.

Quelle est l'origine du nom de Red Cloud?

Juste avant la naissance de Red Cloud, son peuple avait vu une traînée rouge dans le ciel - peut-être un météore - et son père le nomma donc Red Cloud pour apaiser le Grand Esprit.

Comment Red Cloud a-t-il gagné la guerre de Red Cloud?

Red Cloud remporta la guerre de Red Cloud grâce à des tactiques de guérilla consistant à frapper simultanément en plusieurs points au cours d'une même journée et à disparaître, mais sa principale victoire fut le combat de Fetterman en 1866.

Comment est mort Red Cloud?

Red Cloud mourut de causes naturelles le 10 décembre 1909 dans la réserve de Pine Ridge.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2024, février 15). Red Cloud [Red Cloud]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22673/red-cloud/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Red Cloud." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 15, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22673/red-cloud/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Red Cloud." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 15 févr. 2024. Web. 19 avril 2024.

Adhésion