Campagne de Russie

Définition

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 24 août 2023
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, persan, portugais, espagnol, Turc
Napoleon's Retreat from Moscow (by Adolph Northen, Public Domain)
La retraite de Moscou de Napoléon
Adolph Northen (Public Domain)

La Campagne de Russie de Napoléon, également connue en Russie sous le nom de guerre patriotique de 1812, fut une campagne entreprise par l'empereur français Napoléon Ier (r. de 1804 à 1814 ; 1815) et sa Grande Armée de 615 000 hommes contre l'Empire russe. Ce fut une défaite catastrophique pour Napoléon et l'une des opérations militaires les plus meurtrières de l'histoire, avec environ 1 000 000 de morts au total.

Causes

Au lendemain de la défaite russe à la bataille de Friedland (14 juin 1807), l'empereur français victorieux Napoléon Ier rencontra le tsar Alexandre Ier de Russie (r. de 1801 à 1825) sur un radeau au milieu du fleuve Niemen pour négocier la paix. Les traités de Tilsit qui s'ensuivirent aboutirent à une alliance franco-russe, dans le cadre de laquelle la Russie fut contrainte d'adhérer au Blocus continental, un embargo à grande échelle contre le grand rival de Napoléon, le Royaume-Uni. La Russie dut également reconnaître le Grand-Duché de Varsovie, un État client de la France formé à partir des territoires polonais récemment libérés de la Prusse. En retour, Napoléon promit de soutenir la Russie dans sa guerre contre l'Empire ottoman et donna sa bénédiction à une invasion russe de la Finlande, alors gouvernée par la Suède. Les deux empereurs se séparèrent en bons termes, après avoir divisé l'Europe entre eux.

Supprimer la pub
Advertisement
Napoléon était parfaitement conscient des difficultés qu'il allait rencontrer et s'efforça de s'y préparer.

L'alliance, qui favorisait clairement la France, fut impopulaire parmi les fiers aristocrates russes qui n'étaient pas habitués à perdre des guerres et se sentaient privés de la possibilité de venger les humiliantes défaites des dernières années. En outre, Napoléon contrecarra les ambitions du tsar Alexandre d'annexer Constantinople et une partie des Balkans, ne voulant pas laisser à la Russie l'accès à la Méditerranée. Le duché de Varsovie et la possibilité de voir renaître un royaume polonais aux portes de la Russie constituaient un autre point de discorde. Alexandre considérait cette éventualité comme une menace pour la sécurité nationale de la Russie et demanda à Napoléon de signer une garantie écrite promettant qu'il ne ressusciterait pas la Pologne. Napoléon, qui voyait dans la Pologne une barrière idéale contre l'agression russe, refusa de le faire.

Les tensions entre les deux empires s'aggravèrent en 1809 lorsque Napoléon ajouta la Galicie occidentale au duché de Varsovie à la suite de la guerre de la Cinquième Coalition. L'année suivante, Napoléon snoba les Russes en rompant les négociations pour épouser la sœur d'Alexandre et en épousant à la place une archiduchesse autrichienne, Marie Louise. Le point de rupture fut atteint le 31 décembre 1810, lorsqu'Alexandre sortit du blocus continental. L'économie russe était essentiellement agraire et dépendait des exportations; son incapacité à commercer avec la Grande-Bretagne, qui était auparavant le principal partenaire commercial de la Russie, avait entraîné une dépréciation rapide du rouble russe et avait conduit à une crise financière. Napoléon se sentit trahi et chercha à forcer Alexandre à reprendre le blocus; au printemps 1811, il était clair qu'une nouvelle guerre franco-russe était inévitable.

Supprimer la pub
Advertisement

Les préparatifs

Une idée reçue veut que Napoléon ait sous-estimé les défis auxquels il serait confronté en Russie et qu'il ait lancé son invasion en étant mal préparé. En réalité, Napoléon était parfaitement conscient des difficultés qu'il allait rencontrer et s'y était préparé avec diligence. Il avait goûté aux combats en Europe de l'Est lors de sa propre campagne polonaise de 1807 et avait lu les récits de l'invasion suédoise de la Russie entreprise par Charles XII un siècle plus tôt. Il savait que le terrain qu'il allait traverser était peu peuplé, qu'il n'y avait pas de routes appropriées et qu'il y aurait peu de ravitaillement. "Nous ne pouvons rien espérer dans cette campagne", écrit l'empereur, "et par conséquent nous devons tout emporter avec nous" (Mikaberidze, 531). La Grande Armée ne vivrait pas de la terre, comme elle en avait l'habitude, mais s'appuierait sur un train de ravitaillement de 7 848 véhicules qui la maintiendrait bien approvisionnée depuis les dépôts de ravitaillement de la vallée de la Vistule. Napoléon était également conscient des dangers que représentait l'hiver russe, mais comme son invasion devait commencer au début de l'été, il pensait que la guerre serait terminée à ce moment-là.

Entre l'automne 1810 et l'été 1812, Napoléon prépara la plus grande force d'invasion que l'Europe ait jamais connue. En juin 1812, douze corps d'armée avaient été rassemblés dans le nord de l'Allemagne et en Pologne, soit une force stupéfiante de 615 000 hommes. Un peu moins de la moitié (302 000) de ces troupes étaient françaises, le reste provenant de tous les coins de l'Europe occupée par la France. Parmi eux, 90 000 Polonais et Lituaniens, 190 000 Allemands (dont des troupes autrichiennes, prussiennes, bavaroises, saxonnes, hessoises, badoises et westphaliennes) et 32 000 Néerlandais, Suisses, Italiens, Espagnols et Portugais. À l'exception des Français et des Polonais, peu de troupes napoléoniennes éprouvaient de l'affection pour leur empereur ou de l'enthousiasme pour sa cause et servaient sous la contrainte. Cette armée comptait également environ 200 000 chevaux et 1 372 canons.

Supprimer la pub
Advertisement

The First French Empire under Napoleon I, 1812
Le Premier Empire français sous Napoléon Ier, 1812
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Cette immense Grande Armée était divisée en trois lignes. La première ligne était positionnée le long du fleuve Niemen, frontière avec l'Empire russe, et comptait 449 000 hommes. Elle était subdivisée en trois armées distinctes : l'armée principale, commandée directement par Napoléon, comprenait trois corps d'armée dirigés par les maréchaux Louis-Nicolas Davout, Nicolas Oudinot et Michel Ney, et un corps de cavalerie dirigé par Joachim Murat, roi de Naples. Elle était soutenue par deux armées auxiliaires, l'une dirigée par le beau-fils de Napoléon, Eugène de Beauharnais, vice-roi d'Italie, et l'autre par le frère de Napoléon, Jérôme Bonaparte, roi de Westphalie. La décision de l'empereur de confier ces commandements à des membres inexpérimentés de sa famille plutôt qu'à des généraux aguerris a longtemps été critiquée. La deuxième ligne, composée d'environ 165 000 hommes, assurait la relève de la première ligne, tandis que la troisième ligne, composée de 60 000 hommes, gardait l'arrière.

La Russie, quant à elle, comptait 650 000 soldats sur le terrain en 1812, mais ceux-ci étaient dispersés dans son vaste empire; elle ne disposait que d'environ 250 000 hommes et 900 canons dans les provinces occidentales pour s'opposer à Napoléon. Ces troupes étaient réparties en trois armées: la première armée occidentale, dirigée par Mikhaïl Barclay de Tolly, était positionnée près de Vilna (Vilnius) avec 129 000 hommes, le fougueux prince Pierre Bagration dirigeait la deuxième armée occidentale, forte de 58 000 hommes, à environ 160 kilomètres au sud, tandis que la troisième armée occidentale, forte de 43 000 hommes, remontait depuis les Balkans.

La traversée du Niémen

Les 23 et 24 juin 1812, Napoléon franchit le Niémen; c'était, à bien des égards, l'équivalent napoléonien du franchissement du Rubicon par Jules César. Les premiers éléments de l'armée foulèrent le sol russe sans être attaqués; la cavalerie cosaque voisine ne tira que trois coups de feu avant de s'éloigner. Alors que Napoléon observait le flot apparemment ininterrompu de troupes traversant le fleuve, son cheval fut surpris par un lapin, et il désarçonna l'empereur. Bien que Napoléon n'ait eu qu'une hanche contusionnée, cet incident fut largement interprété comme un mauvais présage.

Supprimer la pub
Advertisement

L'intention de Napoléon n'était pas de conquérir le territoire russe, mais plutôt de détruire les armées russes, forçant ainsi le tsar Alexandre à se soumettre à la volonté française et à rejoindre le blocus continental. Il ne s'agissait donc pas d'une guerre de conquête, mais d'une guerre de contrôle. En punissant la Russie pour son insolence, Napoléon s'assurerait que le reste de l'Europe reste soumis. Son plan consistait à engager l'ennemi dans une vaste manœuvre à travers Vilna, en détruisant chaque armée russe au coup par coup avant qu'elle n'ait une chance de converger. Napoléon espérait gagner la guerre en trois semaines.

Napoleon Crosses the Niemen, June 1812
Napoléon traverse le Niémen, juin 1812
Unknown Artist (Public Domain)

Barclay de Tolly, commandant en chef des armées russes, devina les intentions de Napoléon et décida de lui refuser la bataille qu'il souhaitait en attirant l'armée française dans les profondeurs de la Russie. Cette retraite stratégique serait combinée à une politique de la terre brûlée, par laquelle les Russes priveraient l'ennemi de tout ce qui avait de la valeur; au cours de leur retraite, les Russes détruiraient les récoltes, les moulins à vent, les ponts, le bétail et les dépôts. La guerre d'usure planifiée par Barclay était soutenue par les officiers allemands de la Baltique de l'armée russe, dont Barclay faisait partie; cependant, les officiers nés en Russie se sentaient déshonorés par la retraite et voulaient rester sur pied et se battre. Des frictions apparurent rapidement entre les deux groupes.

La terre brûlée

Le 28 juillet, Napoléon entra à Vilna et fut accueilli en fanfare par la population locale. Alors que l'empereur organisait des défilés militaires pour célébrer la "libération" de la Lituanie, il fut déçu de constater que les Russes avaient abandonné la ville sans combattre. Napoléon resta à Vilna pendant dix jours, tandis que l'armée auxiliaire du roi Jérôme Bonaparte avança vers la Bérézina pour piéger l'armée du prince Bagration. Cependant, de fortes pluies et une chaleur torride ralentirent l'avancée de Jérôme, permettant à Bagration de s'échapper; après avoir été réprimandé par son frère empereurl, Jérôme démissionna de son commandement, furieux, et retourna en Westphalie. Le 8 juillet, Napoléon apprit que la Première Armée de l'Ouest de Barclay se trouvait dans la puissante forteresse de Drissa et entreprit de la rattraper, mais il trouva le fort abandonné le 17 juillet. Entre-temps, Bagration avait échappé une fois de plus aux griffes françaises, évitant la bataille lorsque le maréchal français Davout s'empara de Minsk. Le 23 juillet, Davout affronta Barclay dans la première véritable bataille de la guerre à Saltanovka, forçant Barclay à se retirer plus loin, à Smolensk.

Supprimer la pub
Advertisement
Napoléon avait déjà perdu 100 000 hommes avant même la première grande bataille.

La campagne avait débuté tout juste un mois auparavant et la Grande Armée avait déjà subi de lourdes pertes. La chaleur torride de l'été, combinée à des pluies torrentielles, fit que de nombreux hommes tombèrent malades. Dès la troisième semaine de juillet, plus de 80 000 hommes étaient morts ou gravement malades, victimes de maladies telles que le typhus et la dysenterie. Si l'on ajoute les déserteurs, Napoléon avait déjà perdu 100 000 hommes avant même que la première grande bataille n'ait eu lieu. Le train de ravitaillement français fut entravé par le manque de routes de qualité et, avec la tactique de la terre brûlée des Russes, il en résulta une famine et une malnutrition endémiques. Ce fut particulièrement vrai pour les chevaux, qui n'avaient rien d'autre à manger que du seigle non mûr et qui commençaient à mourir en masse. En moyenne, 1 000 chevaux moururent chaque jour pendant les 175 jours que dura la campagne. Alors que la Grande Armée poursuivait sa misérable marche vers la Russie, elle laissait dans son sillage des cadavres d'hommes et d'animaux en putréfaction.

Le 4 août, Bagration rejoignit Barclay à Smolensk. À ce stade, la faction russe et la faction allemande de la Baltique étaient à couteaux tirés, et les officiers russes menaçaient même de se mutiner si Barclay ne tenait pas bon et ne se battait pas. À contrecœur, Barclay commença à planifier une offensive. Napoléon en fut ravi, car il voyait enfin sa chance de mener une bataille dont il avait grand besoin. Il ne tarda pas à lancer sa propre contre-offensive, la "manœuvre de Smolensk". Il s'agissait d'une opération impressionnante au cours de laquelle Napoléon fit rapidement traverser le Dniepr à plus de 200 000 hommes et commença à avancer sur Smolensk. Cependant, l'avancée française fut bloquée le 14 août, lorsque l'arrière-garde russe fit une résistance héroïque, mais suicidaire, lors de la première bataille de Krasnoï. Les Français perdirent le lendemain, jour du 43e anniversaire de Napoléon, en menant une série d'inspections inutiles de l'armée, ce qui laissa à Barclay le temps de fortifier Smolensk.

La bataille de Smolensk (16-18 août) fut la première bataille d'envergure de la guerre. La ville s'embrasa alors que les armées se livrèrent à des combats sanglants au corps à corps dans les faubourgs. Bien que les Russes aient résisté à plusieurs assauts français, ils furent finalement contraints de battre en retraite vers Moscou. La bataille, bien que techniquement une victoire française, n'était pas l'engagement décisif dont Napoléon avait besoin et avait été trop coûteuse, entraînant 10 000 pertes françaises et environ 12 000 pertes russes. Napoléon envisagea sérieusement d'hiverner à Smolensk, mais il savait que toute pause serait interprétée comme une défaite. Il n'avait d'autre choix que de poursuivre sa route vers Moscou.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Borodino et Moscou

La décision de Barclay d'abandonner Smolensk provoqua un tollé à Saint-Pétersbourg et il fut remplacé par le populaire vétéran Mikail Kutuzov, âgé de 67 ans, qui avait combattu Napoléon à la bataille d'Austerlitz (1805). Koutouzov continua à battre en retraite en Russie avant de choisir de prendre position à Borodino, à environ 120 kilomètres de Moscou. C'est là, le 7 septembre, que Napoléon obtint la bataille décisive qu'il attendait, mais à un prix effroyable. La bataille de Borodino dura douze heures et impliqua 300 000 hommes. Ce fut la journée la plus sanglante des guerres napoléoniennes, avec 35 000 Français et 45 000 Russes tués (dont le prince Bagration) ou blessés. À la fin de la journée, Koutouzov décida de se retirer et de poursuivre la guerre d'usure. Bien que cela allait ouvrir la route vers Moscou, l'armée russe resterait intacte, anéantissant les espoirs de Napoléon de forcer la reddition.

Napoleon Watches Moscow Burn
Napoléon regarde Moscou brûler
Albrecht Adam (Public Domain)

Le 14 septembre, Napoléon entra dans Moscou et trouva les rues désertes. Le gouverneur de Moscou, Fedor Rostopchin, avait ordonné l'évacuation des 250 000 habitants de la ville et avait mis le feu aux dépôts de ravitaillement. Grâce à un temps sec et à des vents forts, ce petit incendie se transforma en une véritable conflagration qui engloutit bientôt toute la ville. Le matériel d'incendie ayant également été évacué, Napoléon n'avait aucun moyen d'éteindre le feu; ses troupes furent donc privées de vivres et d'abris et durent se livrer au pillage. La discipline s'effondra rapidement.

Napoléon passa 36 jours à Moscou, espérant désespérément parvenir à un accord de paix avec le tsar, à Saint-Pétersbourg. Moscou était la plus grande ville de Russie et revêtait une grande importance culturelle et historique, ce qui amena Napoléon à penser que sa prise forcerait la main du tsar Alexandre. Cependant, la détermination du tsar et du peuple russe fut beaucoup plus ferme que Napoléon ne l'avait prévu. Le 18 octobre, Napoléon se rendit compte que la paix n'était pas pour demain. Le temps automnal était encore clément et, ne voulant pas rester coincé à Moscou pour l'hiver, Napoléon ordonna la retraite.

La retraite

Lorsque Napoléon prit la décision d'abandonner Moscou, son armée ne comptait plus que 100 000 hommes. Bien qu'ils aient survécu aux violents combats de l'été, les pires souffrances étaient encore à venir. Les pluies d'automne transformèrent les routes en soupe boueuse, bloquant la Grande Armée et l'exposant aux attaques de guérilla des Cosaques qui la poursuivirent. L'armée principale de Koutouzov n'était pas loin derrière et fit face aux Français lors de la bataille de Maloïaroslavets (24 octobre). Bien que la bataille ait été une victoire tactique française, Koutouzov parvint à empêcher les Français d'atteindre les abondantes provinces méridionales, obligeant Napoléon à battre en retraite en suivant la route dévastée par laquelle il était venu.

La retraite se transforma rapidement en une déroute désordonnée, les soldats survivants ne pensant qu'à quitter la Russie le plus rapidement possible. Le moral s'effondra encore plus lorsque la Grande Armée traversa le champ de bataille de Borodino, où des milliers de cadavres étaient encore à même le sol, à moitié dévorés par les loups. Début novembre, l'arrivée de l'hiver russe frappa la Grande Armée comme un coup de massue: les températures chutèrent à -30°C. Les soldats souffrirent de cécité des neiges, leur souffle se transformant en glaçons lorsqu'il sortait de leur bouche. Beaucoup s'égarèrent et moururent de froid, d'autres s'effondrèrent et moururent sur place. La camaraderie s'effrita rapidement: les hommes devaient payer un louis d'or pour s'asseoir près d'un feu, et des bagarres éclatèrent pour la nourriture et l'eau. Il y eut aussi plusieurs cas de cannibalisme.

Night Bivouac of the Grande Armée
Bivouac nocturne de la Grande Armée
Vasily Vereshchagin (Public Domain)

Napoléon atteignit Smolensk le 9 novembre, sa force de frappe n'étant plus que de 60 000 hommes. Presque tous les chevaux étaient morts et la plupart des pièces d'artillerie avaient été endommagées et laissées sur le bord de la route. La plupart des provisions restantes à Smolensk furent consommées le premier jour, mais comme il fallut cinq jours à toute l'armée pour se rassembler, ceux qui arrivèrent en dernier n'eurent rien. L'hiver faisait également payer un lourd tribut à l'armée de Koutouzov, qui était passée de 105 000 à 60 000 hommes. En quittant Smolensk, l'armée française livra une série d'engagements lors de la seconde bataille de Krasnoï (15-18 novembre), qui lui coûta environ 30 000 hommes. Le maréchal français Ney se distingua en battant en retraite à travers le Dniepr après que son corps eut été séparé de l'armée principale.

Alors que Napoléon s'approchait de la Bérézina, Koutouzov vit une occasion de le piéger; le corps du général russe Peter Wittgenstein fut envoyé au nord-est tandis que l'armée de Pavel Tchitchagov s'approchait par le sud-ouest. Les forces russes convergèrent vers les restes de l'armée napoléonienne à Borisov; de violents combats s'y déroulèrent du 26 au 29 novembre, alors que les ingénieurs néerlandais de Napoléon construisaient à la hâte un ponton sur la Bérézina glacée. Le noyau de l'armée napoléonienne effectua alors une traversée chaotique et meurtrière; la Grande Armée échappa ainsi à la destruction au prix de 40 000 pertes, pour la plupart des traînards ou des civils qui suivaient le camp. Quelques jours plus tard, la Grande Armée retraversa le Niémen. Le 5 décembre, Napoléon nomma Murat à la tête de l'armée et se hâta de rentrer à Paris pour minimiser les retombées politiques.

Les suites de l'invasion

L'invasion française de la Russie reste l'un des plus célèbres désastres militaires de l'histoire. Sur les 615 000 soldats français et alliés qui avaient traversé le Niémen en juin 1812, moins de 100 000 reviendraient en titubant un an plus tard; parmi les survivants, des milliers souffraient d'engelures ou de famine, et beaucoup étaient estropiés à vie. Sur le demi-million de pertes, environ 100 000 avaient déserté et 120 000 avaient été faits prisonniers; les cadavres des 380 000 soldats restants avaient été ensevelis sous la neige russe. Les pertes russes sont plus difficiles à évaluer; environ 150 000 soldats russes étaient probablement morts, toutes causes confondues, et au moins deux fois plus avaient été blessés. Le nombre de civils russes décédés est inconnu, mais le total combiné des morts militaires et civils dépassa probablement le million. L'invasion reste l'une des opérations militaires les plus meurtrières de l'histoire.

Chart Showing the Number of Men in Napoleon's Russian Campaign of 1812
Graphique montrant le nombre d'hommes participant à la campagne russe de 1812 de Napoléon
Charles Minard (Public Domain)

Napoléon ne se remit jamais totalement de cette catastrophe; bien qu'il ait rapidement levé de nouveaux conscrits d'infanterie, il ne fut pas en mesure de remplacer les pertes de cavalerie et d'artillerie. Pendant ce temps, l'armée russe ne s'arrêta pas au Niémen mais poursuivit son avancée en Europe; elle fut bientôt rejointe par les armées britannique, prussienne et autrichienne, ce qui marqua le début de la guerre de la Sixième Coalition (1813-1814), le conflit qui allait renverser l'empire de Napoléon.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Quelle fut l'ampleur de l'invasion de la Russie par Napoléon ?

L'invasion de la Russie par Napoléon mobilisa environ 615 000 hommes, 200 000 chevaux et 1 300 canons, ainsi qu'un train de ravitaillement de 7 848 véhicules.

Que se passa-t-il lorsque Napoléon envahit la Russie ?

Napoléon envahit la Russie le 24 juin 1812 mais subit de lourdes pertes, les Russes s'étant engagés dans une guerre d'usure. Napoléon remporta la bataille de Borodino et s'empara de Moscou, mais il fut contraint de battre en retraite pendant le mortel hiver russe. L'invasion conduisit à la destruction de la Grande Armée et à la chute de Napoléon.

Combien de soldats de Napoléon réussirent à quitter la Russie ?

Sur les 615 000 hommes initialement prévus par Napoléon, moins de 100 000 revinrent de Russie. Sur le demi-million de pertes, 380 000 étaient morts, 120 000 avaient été faits prisonniers et 100 000 avaient déserté.

Pourquoi la France envahit-elle la Russie en 1812 ?

La France envahit la Russie en 1812 principalement pour la forcer à se joindre à l'embargo du blocus continental contre la Grande-Bretagne.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2023, août 24). Campagne de Russie [Napoleon's Invasion of Russia]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22111/campagne-de-russie/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Campagne de Russie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le août 24, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22111/campagne-de-russie/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Campagne de Russie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 24 août 2023. Web. 12 avril 2024.

Adhésion