Guerre de la Sixième Coalition

Définition

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 04 septembre 2023
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Napoleon and his Staff during the War of the Sixth Coalition (by Jean-Louis-Ernest Meissonier, Public Domain)
Napoléon et son état-major pendant la guerre de la Sixième Coalition
Jean-Louis-Ernest Meissonier (Public Domain)

La guerre de la Sixième Coalition (1813-1814), connue en Allemagne sous le nom de guerres de libération, fut l'avant-dernier conflit des guerres napoléoniennes (1803-1815). La Sixième Coalition, qui comprenait la Russie, l'Autriche, la Prusse, le Royaume-Uni, la Suède, le Portugal, l'Espagne et plusieurs États allemands, vainquit le Premier Empire français et poussa Napoléon à l'exil sur l'île d'Elbe.

Contexte

En 1812, l'Empire napoléonien avait atteint sa plus grande extension géographique, s'étendant des champs d'Ibérie aux rives du Niémen. 20 années de guerre perpétuelle avaient forgé ce "Grand Empire" et avaient radicalement modifié l'équilibre des forces en Europe. En 1812, l'Autriche avait été battue quatre fois par la France et n'était plus qu'une puissance de second ordre. La Prusse avait connu le même sort: elle avait perdu la moitié de ses territoires après son humiliante défaite de 1806 et avait été soumise à la France.

Supprimer la pub
Advertisement
En 1812, la maîtrise de l'Europe par Napoléon semblait inébranlable.

Napoléon était devenu maître de l'Europe centrale, où il avait réorganisé les États allemands en Confédération du Rhin, un protectorat français; un État client français similaire, le Grand-Duché de Varsovie, avait été créé en Pologne en 1807, se positionnant de manière menaçante aux portes de la Russie. L'Italie se trouvait également dans la sphère de Napoléon; le nord, le royaume d'Italie, était administré par le beau-fils de Napoléon, Eugène de Beauharnais, tandis que le sud, le royaume de Naples, était gouverné par son beau-frère, Joachim Murat. La France avait annexé les Pays-Bas, envahi l'Ibérie, emprisonné le pape et forcé la Russie à conclure une alliance défavorable. En 1812, la maîtrise de l'Europe par Napoléon semblait inébranlable. Peu de gens auraient pu prédire que son empire s'effondrerait moins de deux ans plus tard.

Bien entendu, les premières fractures de l'empire napoléonien étaient apparues avant 1812. Après que Napoléon eut installé son frère, Joseph Bonaparte, sur le trône d'Espagne, les Espagnols et les Portugais s'étaient révoltés contre l'occupation française lors de la sanglante guerre de la Péninsule (1807-1814). Les rebelles ibériques s'étaient révélés des adversaires coriaces et Napoléon avait été contraint d'envoyer des centaines de milliers de soldats dans le bourbier espagnol. La résistance espagnole avait inspiré d'autres rébellions en Allemagne et en Italie en 1809; bien que ces révoltes aient été écrasées, elles signalaient un mécontentement qui couvait sous la surface. Mais aucun de ces revers n'avait été aussi catastrophique que l'invasion de la Russie par Napoléon, lancée le 24 juin 1812. Les intérêts contradictoires de Napoléon et du tsar Alexandre Ier de Russie (r. de 1801 à 1825) entraînèrent une détérioration rapide de l'alliance franco-russe. Le point de rupture fut atteint lorsque Alexandre retira la Russie du Blocus continental, l'embargo à grande échelle de Napoléon contre le Royaume-Uni, ce que Napoléon considéra comme un défi à son autorité. Le but de son invasion était de punir la Russie et de la forcer à réintégrer le Blocus continental.

Supprimer la pub
Advertisement

Napoleon Crosses the Niemen, June 1812
Napoléon traverse le Niémen, juin 1812
Unknown Artist (Public Domain)

Lorsque Napoléon franchit le Niémen et pénétra dans l'Empire russe, sa Grande Armée était la plus grande armée que la France ait jamais produite. Elle comptait 615 000 soldats, 200 000 chevaux et 1 300 canons. Un peu moins de la moitié des troupes étaient françaises (302 000), le reste (313 000) étant composé de soldats de toute l'Europe occupée par la France, notamment des Polonais, des Autrichiens, des Prussiens, des Allemands, des Néerlandais, des Italiens, des Espagnols, des Portugais et d'autres encore. Napoléon espérait remporter une série d'engagements rapides contre les armées russes, forçant ainsi le tsar Alexandre à s'asseoir à la table des négociations. Cependant, les armées du tsar effectuèrent une retraite stratégique, attirant Napoléon profondément dans les territoires russes avant d'offrir finalement la bataille le 7 septembre 1812, date à laquelle la Grande Armée avait perdu plus de 100 000 hommes à cause de la mortalité. Bien que Napoléon ait remporté la bataille de Borodino et occupé Moscou une semaine plus tard, il se retrouva rapidement dans une situation précaire: Moscou avait été ravagée par un grand incendie qui priva l'armée occupante d'abris et de provisions.

Napoléon resta à Moscou pendant 35 jours, espérant désespérément conclure un accord de paix avec le tsar. Lorsqu'il devint évident qu'une telle paix n'était pas envisageable, Napoléon ordonna la retraite de Moscou le 18 octobre. L'infâme hiver russe ne tarda pas à s'installer et la Grande Armée fut décimée par la mortalité et l'armée russe lancée à sa poursuite. Lorsqu'elle repassa le Niémen, début décembre, elle avait perdu un demi-million de soldats et la quasi-totalité de ses chevaux et de ses canons. Sur les 100 000 survivants, la plupart étaient inaptes au combat, ce qui signifiait que la Grande Armée était effectivement détruite. Napoléon laissa ce qu'il restait de son armée en Pologne et se précipita à Paris, dans l'espoir de sauver la situation politique.

Supprimer la pub
Advertisement

Formation de la sixième coalition

L'un des contingents survivants de la Grande Armée était un corps prussien qui avait été contraint de se battre pour Napoléon en vertu des traités de Tilsit (1807). Son commandant, le général Johann von Yorck, était un patriote prussien désireux de se défaire de l'emprise française et, le 31 décembre 1812, il signa un armistice avec l'armée russe qui le poursuivait. Craignant les représailles françaises, le roi de Prusse Frédéric-Guillaume III (r. de 1797 à 1840) dénonça l'armistice de Yorck. Cependant, plusieurs officiers et ministres prussiens suivirent l'exemple de Yorck et renoncèrent à leur allégeance à Paris. Le 4 janvier 1813, l'armée russe entra dans la capitale de la Prusse orientale, Königsberg (aujourd'hui Kaliningrad), ce qui poussa les autorités locales, folles de joie, à déclarer la guerre à Napoléon et à lever une armée. Frédéric-Guillaume se rendit compte que son pays allait entrer en guerre avec ou sans lui et s'allia à contrecœur avec les Russes le 28 février 1813 par le traité de Kalisch. Ce traité stipulait que ni la Prusse ni la Russie ne pouvaient négocier avec Napoléon indépendamment l'une de l'autre.

The First French Empire under Napoleon I, 1812
Le Premier Empire français sous Napoléon Ier, 1812
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Le Royaume-Uni, continuellement en guerre avec la France depuis 1803, se réjouit de la perspective d'une Sixième Coalition et reprit son rôle traditionnel de financier. Les Britanniques appâtèrent la Suède en lui promettant de soutenir l'acquisition de la Norvège au royaume de Danemark-Norvège, allié de Napoléon; le régent suédois était le prince héritier Charles XIV Jean, anciennement Jean Bernadotte, l'un des maréchaux de Napoléon. Pour l'instant, l'Autriche restait neutre. Bien que désireuse de voir la chute de Napoléon, l'Autriche se méfiait des intentions russes et ne souhaitait pas voir l'hégémonie française remplacée par une domination russe. L'Autriche accepta un compromis en proposant une médiation armée, promettant de rejoindre la coalition si les pourparlers de paix échouaient. En attendant, les Autrichiens mobilisèrent 200 000 soldats de la Landwehr.

Napoléon, quant à lui, arriva à Paris le 18 décembre 1812, au lendemain de l'annonce de la disparition de la Grande Armée. Le choc que dut ressentir la population française à la suite de cette révélation fut d'autant plus grand que Napoléon annonça immédiatement qu'il levait une nouvelle armée de 150 000 hommes pour repousser les nombreux ennemis qui se rassemblaient contre lui. Bien que la plupart de ses soldats vétérans aient été occupés par la guerre en Espagne ou ensevelis sous la neige en Russie, Napoléon parvint à rassembler 150 000 hommes en avril 1813. Cependant, la plupart de ces troupes étaient des conscrits jeunes et inexpérimentés, et l'armée manquait de cavalerie; Napoléon avait perdu presque tous ses chevaux en Russie, et la formation de nouveaux chevaux de cavalerie prenait du temps. Malgré ses insuffisances, cette armée devrait se contenter de peu. En avril, Napoléon apprit que l'armée russo-prussienne avait envahi la Saxe dont le roi restait un fidèle allié de la France. Le 25 avril, Napoléon prit le commandement de sa nouvelle armée, laissant son épouse, l'impératrice Marie Louise, en tant que régente à Paris. Le père de Marie Louise étant l'empereur François Ier d'Autriche, Napoléon espérait que ce geste dissuaderait les Autrichiens d'entrer en guerre.

Supprimer la pub
Advertisement

Campagne de printemps et armistice

Le 1er mai 1813, Napoléon franchit la rivière Saale et se précipita à la défense de la Saxe. Ce même jour, l'un de ses maréchaux les plus fidèles, Jean-Baptiste Bessières, fut frappé et tué par un boulet de canon alors qu'il repérait les positions ennemies, ce qui porta un rude coup au moral des Français. Le 2 mai, Napoléon se heurta à une armée russo-prussienne de 90 000 hommes lors de la bataille de Lützen; bien que Napoléon ait remporté l'engagement, le manque de cavalerie l'empêcha d'achever sa victoire en poursuivant l'armée coalisée. Les Coalisés se replièrent sur Bautzen, où Napoléon les attaqua à nouveau les 20 et 21 mai. La bataille de Bautzen fut une nouvelle victoire française, mais Napoléon ne parvint pas à détruire l'armée coalisée. Les Coalisés se replièrent en Silésie, laissant la route de Berlin grande ouverte. Cependant, lorsque le maréchal français Nicolas Oudinot fut envoyé pour s'emparer de la capitale prussienne, il fut battu par le général prussien Friederich von Bülow à la bataille de Luckau (4 juin).

Les tensions étaient vives entre les Coalisés, car la Prusse et la Russie se rejetaient mutuellement la responsabilité des défaites de Lützen et de Bautzen. Désireux de disposer de plus de temps pour se renforcer et se réapprovisionner, les Alliés demandèrent à Napoléon un armistice. À la surprise générale, l'empereur des Français accepta et l'armistice de Pleischwitz fut signé le 4 juin et durerait jusqu'au 18 août. Napoléon, qui avait perdu 40 000 hommes au cours de la campagne, voyait dans l'armistice une excellente occasion de reconstituer ses forces. Mais avec le recul, l'armistice fut une mauvaise décision de sa part, car il le priva de sa chance de capitaliser sur ses victoires et donna aux Coalisés plus de temps pour rassembler leurs forces. Le 26 juin, l'Autriche tint sa promesse de médiation: son ministre des affaires étrangères, le prince Klemens von Metternich, rencontra Napoléon à Dresde. Les conditions de paix proposées par Metternich exigeaient que Napoléon renonce au contrôle de l'Allemagne, de la Pologne et de l'Italie et qu'il rétablisse le statut de la Prusse tel qu'il était avant 1806. "J'ai déjà anéanti l'armée prussienne à Lützen, j'ai vaincu les Russes à Bautzen, maintenant vous voulez votre tour. Très bien, nous nous retrouverons à Vienne". (Mikaberidze, 564)

Napoleon and Metternich Meet at Dresden, 26 June 1813
Napoléon et Metternich se rencontrent à Dresde, le 26 juin 1813
Adolphe Thiers (CC BY-SA)

Une fois que Napoléon eut rejeté les propositions de Metternich à Dresde, l'Autriche rejoignit la Sixième Coalition le 27 juin. Les chefs de la coalition se réunirent à Trachenberg pour formuler une stratégie. Ils décidèrent de déployer un demi-million d'hommes dans trois grandes armées: l'armée de Bohême, forte de 230 000 hommes, était commandée par le maréchal autrichien Karl Philipp, Fürst von Schwarzenberg; l'armée d'Allemagne du Nord, forte de 140 000 hommes, était commandée par le prince héritier suédois Charles XIV Jean; et l'armée de Silésie, forte de 105 000 hommes, était commandée par le général prussien Gebhard Leberecht von Blücher. Chaque armée était multinationale, afin de forcer la coopération entre les nations membres. La coalition introduisit également le plan Trachenberg comme stratégie pour vaincre Napoléon. Ce plan prévoyait que les armées alliées évitent d'engager directement le combat avec Napoléon et augmentent plutôt la pression sur les flancs et les communications de la France. Dans la mesure du possible, les Alliés étaient encouragés à détruire les forces dirigées par les maréchaux de Napoléon lorsqu'ils étaient envoyés en mission. Le plan était principalement rédigé par Charles XIV Jean, qui, en tant qu'ancien maréchal français, connaîssait bien les forces et les faiblesses de Napoléon.

Supprimer la pub
Advertisement

Dresde et Leipzig

Lorsque les hostilités reprirent le 18 août, les Alliés mirent en œuvre le plan Trachenberg. Le maréchal Oudinot, à nouveau envoyé pour s'emparer de Berlin, fut intercepté et battu par Charles XIV Jean, son ancien camarade, à la bataille de Grossbeeren (23 août). Trois jours plus tard, le maréchal français Étienne Macdonald fut battu par Blücher à la bataille de Katzbach. Cependant, Napoléon exploita une erreur commise par Schwarzenberg et attaqua l'armée de Bohême lors de la gigantesque bataille de Dresde (26-27 août). Bien que Napoléon ait remporté la bataille et infligé 30 000 pertes aux Alliés, il fut une fois de plus empêché de remporter une victoire décisive en raison de son manque de cavalerie. Malgré ce contretemps, les Coalisés continuèrent de suivre le plan Trachenberg; lorsque le maréchal français Michel Ney fut envoyé pour prendre Berlin, il tomba dans un piège tendu par Charles-Jean et fut battu à la bataille de Dennewitz (6 septembre).

Les défaites subies par ses maréchaux coûtèrent à Napoléon des dizaines de milliers de soldats.

La stratégie des Coalisés fonctionnait, car les défaites subies par ses maréchaux coûtèrent à Napoléon des dizaines de milliers d'hommes, tandis que les soldats restants souffraient d'un manque de provisions après que les Coalisés avaient commencé à s'attaquer aux lignes de ravitaillement françaises. Napoléon poursuivit les armées de Blücher, puis de Charles XIV Jean, mais les deux commandants parvinrent à éviter la bataille. Pour aggraver la situation de Napoléon, son plus proche allié allemand, la Bavière, changea de camp et rejoignit la coalition le 8 octobre. Frustré, l'empereur français se retira à Leipzig, où il espérait faire front.

La bataille de Leipzig, également connue sous le nom de bataille des Nations, se déroula du 16 au 19 octobre 1813 et impliqua 190 000 soldats français et 380 000 soldats coalisés, ce qui en faisait la plus grande bataille de l'histoire européenne avant la Première Guerre mondiale. Le premier jour de combat se solda par une impasse, mais le 18 octobre, les chances étaient clairement contre Napoléon; ses troupes de Saxe et du Wurtemberg changèrent de camp, et les Coalisés bénéficièrent d'un flux constant de renforts. Cette nuit-là, Napoléon ordonna la retraite, mais son armée se retrouva embouteillée alors qu'elle tentait de franchir le même pont sur l'Elster. Dans la confusion, un caporal français fit sauter le pont prématurément, bloquant des milliers de soldats français sur la mauvaise rive de la rivière; beaucoup furent capturés. Certains tentèrent de traverser la rivière à la nage mais se noyèrent, notamment le prince Joseph Antoine Poniatowski, héros national polonais. Au total, les Français perdirent 60 000 hommes à Leipzig, et les Coalisés environ 50 000.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Battle of Leipzig, 1813
Bataille de Leipzig, 1813
Vladimir Moshkov (Public Domain)

Invasion de la France

La défaite de Napoléon à Leipzig anéantit toute possibilité de victoire pour Napoléon. Le 18 novembre, les Coalisés déclarèrent la dissolution de la Confédération du Rhin et les États allemands se retournèrent contre leur ancien maître en fournissant des troupes aux Alliés. Joachim Murat, désireux de conserver son royaume de Naples, changea de camp et se rallia à la coalition. Pour ne rien arranger, le frère de Napoléon, Joseph, perdit la bataille de Vitoria (21 juin 1813) contre une armée anglo-espagnole-portugaise commandée par Sir Arthur Wellesley, duc de Wellington. À la fin de l'année, l'Espagne bonapartiste était tombée et l'armée de Wellington avait envahi le sud de la France. En février 1814, Bordeaux se rendit à Wellington sans combattre et hissa le drapeau de l'ancienne dynastie des Bourbons.

En novembre 1813, Metternich proposa à nouveau des conditions de paix. Selon les propositions dites de Francfort, Napoléon serait autorisé à conserver son trône et la France pourrait garder la Belgique, la Savoie et la Rhénanie, les premières conquêtes de la Révolution française (1789-1799). Metternich insista sur le fait qu'il s'agissait là des meilleures conditions que Napoléon puisse obtenir. La pilule était dure à avaler, car elle obligeait Napoléon à renoncer aux conquêtes de toute une carrière; il tarda trop à répondre et perdit l'occasion lorsque les Coalisés retirèrent leur offre en décembre. Napoléon s'attela alors à la préparation de la défense de la France; espérant réveiller l'esprit patriotique de la Révolution, il autorisa la diffusion dans les rues de l'hymne républicain La Marseillaise, jusqu'alors interdit, et ressuscita le vieux refrain jacobin"La Patrie en Danger !". Cependant, après deux décennies de guerre, la plupart des Français étaient apathiques à la cause de leur empereur. La plupart des troupes que Napoléon parvint à rassembler étaient des conscrits, dont de nombreux jeunes hommes; ces soldats furent surnommés les"Marie-Louise", du nom de la jeune impératrice qui avait signé l'ordre de conscription.

Les Alliés envahirent la France en janvier 1814, et Napoléon riposta avec détermination. Le plan de l'empereur consistait à diviser les armées alliées et à les épuiser par une série d'attaques rapides. Le 29 janvier 1814, il battit l'armée de Silésie de Blücher à la bataille de Brienne, où Napoléon avait étudié dans son enfance. Napoléon continua de s'attaquer à l'armée de Blücher et remporta une série de victoires lors de la campagne dite des Six Jours (10-15 février), considérée par certains historiens comme l'une de ses campagnes les plus impressionnantes. Cependant, l'avancée de l'armée de Bohême de Schwarzenberg vers Paris obligea Napoléon à changer de tactique. Le 20 mars, il attaqua l'armée de Schwarzenberg, beaucoup plus nombreuse, à la bataille d'Acris-sur-Aube et fut vaincu. Trois jours plus tard, les Coalisés interceptèrent une lettre de Napoléon à Marie-Louise qui contenait des renseignements militaires français cruciaux.

Abdication of Napoleon at Fontainebleau, 11 April 1814
Abdication de Napoléon à Fontainebleau, le 11 avril 1814
Gaetano Ferri & François Bouchot (Public Domain)

Les Coalisés arrivèrent à Paris le 30 mars 1814; la ville était défendue par les maréchaux français Auguste de Marmont et Édouard Mortier. La bataille de Paris qui s'ensuivit donna lieu à des combats sanglants et désespérés qui s'achevèrent le 31 mars, lorsque les maréchaux acceptèrent de parlementer avec les Coalisés. Un gouvernement provisoire, formé par Charles-Maurice de Talleyrand et Joseph Fouché, entama des négociations avec les Coalisés et les convainquit de rétablir la dynastie des Bourbons sur le trône de France. Napoléon, quant à lui, était à Fontainebleau, où ses maréchaux le pressaient d'abdiquer pour le bien de la France. Le 2 avril, Napoléon envoya son conseiller, Armand de Caulaincourt, à Paris, avec une offre d'abdication en faveur de son fils en bas âge. Les Alliés examinèrent l'offre jusqu'au 4 avril, date à laquelle le maréchal Marmont arriva au camp des Coalisés et rendit tout son commandement; par la suite, les Coalisés n'exigèrent rien de moins que l'abdication inconditionnelle de Napoléon, ce qui fut fait le 11 avril 1814.

Suites de la guerre

Par le traité de Fontainebleau, Napoléon renonça au trône de France en échange de la souveraineté sur l'île d'Elbe et d'un revenu annuel de 2 millions de francs. Le 20 avril, Napoléon fit ses adieux à sa garde impériale à Fontainebleau avant d'être escorté par les troupes alliées jusqu'au navire qui l'emmènerait en exil. Le roi Louis XVIII arriva pour prendre le trône de France et les hostilités furent officiellement terminées par le traité de Paris, signé le 30 mai 1814. La France fut réduite à ses frontières de 1792 et les puissances victorieuses se réunirent au Congrès de Vienne pour redessiner la carte de l'Europe dans un monde post-napoléonien. Mais les guerres napoléoniennes n'étaient pas tout à fait terminées: le 20 mars 1815, Napoléon s'échappa de l'île d'Elbe et reprit son trône. Au cours de la période des Cent Jours qui suivit, Napoléon fut vaincu à la bataille de Waterloo (18 juin 1815) et exilé sur l'île de Sainte-Hélène, cette fois pour de bon.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Quelles furent les batailles de la sixième coalition ?

Les principales batailles de la guerre de la Sixième Coalition furent Lützen, Bautzen, Dresde, Leipzig et Paris.

Comment la sixième coalition a-t-elle vaincu Napoléon ?

La Sixième Coalition a vaincu Napoléon en mettant en œuvre le plan Trachenberg, qui consistait à éviter une bataille directe avec Napoléon en personne et à n'attaquer que les subordonnés de ce dernier. Ce plan prévoyait également que la coalition maintienne une supériorité numérique.

Qu'est-ce que la guerre de la sixième coalition ?

La guerre de la Sixième Coalition (1813-1814) est l'avant-dernier conflit des guerres napoléoniennes. La Russie, la Prusse, l'Autriche, la Grande-Bretagne, la Suède et plusieurs États allemands s'unirent pour vaincre Napoléon et le pousser à l'exil à l'île d'Elbe.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2023, septembre 04). Guerre de la Sixième Coalition [War of the Sixth Coalition]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22210/guerre-de-la-sixieme-coalition/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Guerre de la Sixième Coalition." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 04, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22210/guerre-de-la-sixieme-coalition/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Guerre de la Sixième Coalition." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 04 sept. 2023. Web. 15 avril 2024.

Adhésion