Sergueï Rachmaninov

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 09 mai 2023
Disponible dans ces autres langues: anglais, néerlandais, espagnol, Turc
X
Sergei Rachmaninoff by Somof (by Konstantin Andreyevich Somov, Public Domain)
Sergueï Rachmaninov par Somof
Konstantin Andreyevich Somov (Public Domain)

Sergei Rachmaninov ( alias Serge Rachmaninoff 1873-1943) était un pianiste et compositeur russe surtout connu pour ses concertos pour piano et ses symphonies. Il surmonta les ravages de la critique et plusieurs années de dépression pour créer des œuvres qui sont aujourd'hui parmi les plus populaires et les plus jouées de tous les compositeurs du XXe siècle. Rachmaninov est le dernier du groupe de compositeurs connus sous le nom de "romantiques russes".

Jeunesse

Sergueï Vassilievitch Rachmaninov vit le jour à Semyonovo le 1er avril 1873. Sa mère était pianiste de formation et elle lui enseigna le piano suffisamment bien pour qu'il mérite des leçons payées avec des professeurs professionnels. La famille était relativement aisée jusqu'à ce que le père de Rachmaninov ne s'endette et ne soit obligé de vendre le domaine familial. Ils déménagèrent à Saint-Pétersbourg en 1882 et Rachmaninov entra au Conservatoire de cette ville. Trois ans plus tard, la séparation de ses parents entraîna un nouveau déménagement de Sergueï, cette fois à Moscou.

Supprimer la pub
Publicité

En 1885, Sergueï entra au Conservatoire de Moscou et étudia le piano et la composition avec Alexander Siloti (1863-1945) et Anton Arensky (1861-1906). Un autre de ses professeurs de piano était Nikolai Zverev, connu pour sa sévérité. Sergueï excellait et montrait déjà des signes de virtuose du piano. Non seulement il pouvait jouer n'importe quel morceau, peu importe la difficulté, mais il était également très doué pour la lecture à vue et possédait une mémoire remarquable qui lui permettait de rejouer des morceaux des années après les avoir entendus pour la première fois. À ces dons naturels s'ajoutait l'avantage d'avoir des mains exceptionnellement grandes, ce qui lui permettait de se déplacer sur le clavier plus facilement que les autres.

La première de la première symphonie de Rachmaninov à Saint-Pétersbourg fut malheureusement un désastre.

Rachmaninov obtint son diplôme de piano en 1891 avec mention, et en 1892, il remporta la médaille d'or de composition (battant un autre futur compositeur de renom, Alexandre Scriabine, 1872-1915). Sergueï avait présenté son Aleko, un opéra en un acte qui avait été salué par une personnalité comme Pyotr Ilyich Tchaikovsky (1840-1893).

Supprimer la pub
Publicité

L'historien de la musique C. Schonberg résume ainsi le caractère de Rachmaninov : "Rachmaninov était maussade, sérieux, taciturne, et ne s'ouvrait qu'à un très petit nombre d'amis proches. Il était têtu et ne se laissait pas faire, même lorsqu'il était étudiant". (587)

Photograph of Rachmaninoff as a Student
Photographie de Rachmaninov en tant qu'étudiant
Unknown Artist (Public Domain)

Influences et premières compositions

Rachmaninov écrivit son premier concerto pour piano en 1890-1, et sa première composition après le Conservatoire fut le Prélude en do dièse mineur pour piano (1892). Rachmaninov fut influencé par les anciens compositeurs de musique romantique (vers 1790-1910), tels que Robert Schumann (1810-1856), Frédéric Chopin (1810-1849), Franz Liszt (1811-1886) et Richard Strauss (1864-1949). Le romantisme en musique est défini comme suit par le New Oxford Companion to Music:

Supprimer la pub
Publicité

Le romantisme a mis l'accent sur la domination apparente de l'émotion sur la raison, du sentiment et de l'impulsion sur la forme et l'ordre... une nouvelle valeur a été accordée à la nouveauté et à la sensation, à l'innovation technique et à l'expérimentation, et à la fertilisation croisée d'idées provenant de différentes disciplines, à la fois à l'intérieur et à l'extérieur des arts.

(1580)

L'influence des compositeurs romantiques est perceptible dans les premières compositions de Rachmaninov, comme l'œuvre orchestrale Le Rocher ("Utyos") de 1891. Rachmaninov créa ensuite son propre style qui accordait une grande importance à la mélodie, à l'harmonie et au rythme. De nombreuses œuvres de Rachmaninov sont ponctuées d'une orchestration ample et d'un sentiment de mélancolie.

Le compositeur dut attendre 1897 pour qu'une œuvre majeure soit jouée en public. La première de sa première symphonie, le 15 mars de cette année-là à Saint-Pétersbourg, fut malheureusement un désastre. Le chef d'orchestre Alexandre Glazounov, peut-être sous l'emprise de l'alcool, mit à mal l'exécution de l'œuvre. Les critiques ne furent pas tendres: César Cui fit la tristement célèbre critique suivante :

S'il y avait un conservatoire en enfer, si l'un de ses talentueux étudiants était chargé d'écrire une symphonie sur les "sept plaies d'Égypte" et s'il composait une symphonie comme celle de M. Rachmaninov, il aurait brillamment accompli sa tâche et aurait régalé les habitants de l'enfer. (Thompson, 178).

Rachmaninoff at his Piano
Rachmaninov au piano
Unknown Artist (Public Domain)

Le critique musical moderne Jürgen Otten donne les raisons suivantes pour expliquer cette réaction négative : "c'est la combinaison d'éléments russes, non russes et nouveaux qui perturba les critiques et le public" (notes de pochette du coffret Rachmaninov Symphonies de Deutsche Grammophon, 2011). Geoffrey Norris, dans The New Oxford Companion to Music, suggère que c'est la prestation de l'orchestre plutôt que la musique elle-même qui fut jugée insuffisante. Le grand public ne pourrait en juger que lors de l'exécution publique suivante de la Première Symphonie, 48 ans plus tard. Rachmaninov prit très mal cette réaction négative et tomba en dépression ; il ne composa aucune musique pendant trois ans, bien qu'il ait gagné sa vie en tant que chef d'orchestre d'opéra à Moscou pendant cette période. Selon ses propres termes, Rachmaninov "se sentait comme un homme qui avait subi une attaque et avait perdu l'usage de sa tête et de ses mains" (Schonberg, 588).

Supprimer la pub
Publicité
Rachmaninov, toujours apprécié en tant que pianiste et compositeur, réalisa de nombreux enregistrements sur gramophone.

Rachmaninov fut soigné et aidé à retrouver sa confiance en lui par le docteur Nikolai Dahl qui utilisa une thérapie basée sur l'hypnose. Finalement, Rachmaninov se sentit suffisamment bien pour recommencer à composer, ce qui donna naissance à son magnifique deuxième concerto pour piano. L'œuvre, dédiée à Dahl, fut créée le 9 novembre 1901. Le concerto fut immédiatement bien accueilli et valut à Rachmaninov une reconnaissance internationale. Il reste l'une des œuvres les plus appréciées du compositeur, tant par les critiques que par le public. Le titre de l'épigramme biblique de la première symphonie de Rachmaninov, qui date de 1897, prit alors un sens prophétique : "À moi la vengeance, à moi la rétribution, dit l'Éternel".

Au début des années 1900, le compositeur se concentra sur l'opéra, et sa réputation à cette époque reposait peut-être plus sur sa direction d'orchestre que sur toute autre chose. Rachmaninov dirigea à la fois le Théâtre impérial et l'orchestre philharmonique de Moscou. En 1902, Rachmaninov épousa sa cousine germaine Natalya Satina, une union qui n'était généralement pas bénie par l'Église orthodoxe russe, mais qui fut autorisée grâce à l'intervention d'une tante influente. Le couple passa sa lune de miel en Europe et eut deux filles. Rachmaninov travailla ensuite comme chef d'orchestre au célèbre théâtre Bolchoï de Moscou.

En 1905, les Rachmaninov s'installèrent à Dresde pour soigner la maladie de leur fille Irina. C'est à Dresde que Rachmaninov composa sa deuxième symphonie (achevée en 1908), remarquable par son impressionnant solo de clarinette. Parmi les autres œuvres écrites pendant son séjour dans la ville allemande, citons la première sonate pour piano et L'île des morts, un poème symphonique inspiré au compositeur par le tableau du même nom de l'artiste suisse Arnold Böcklin (1827-1901). Après Dresde, les Rachmaninov retournèrent en Russie et vécurent dans la paisible propriété de la famille de Natalya Satina à Ivanovka, dans le district d'Uvarovsky.

Supprimer la pub
Publicité

Vie en Amérique

Après avoir composé son troisième concerto pour piano et l'avoir créé à New York en 1909, Rachmaninov partit en tournée aux États-Unis. Des tournées régulières à travers l'Europe suivirent. Le compositeur partageait son temps entre sa résidence d'été à Ivanovka et les tournées d'hiver. Cette séquence ne fut interrompue que par la Première Guerre mondiale (1914-18). Rachmaninov donna des tournées de concerts dans le sud de la Russie pour aider à collecter des fonds pour la guerre, mais après les troubles de la révolution russe en 1917, Rachmaninov et sa famille s'échappèrent pour donner une tournée de concerts en Suède, s'installèrent en Suisse, puis émigrèrent définitivement aux États-Unis en 1918. Là, les Rachmaninov vécurent comme des Russes en exil, employant des domestiques russes et perpétuant leurs traditions du mieux qu'ils pouvaient. Dans les années 1930, Rachmaninov écrivit une lettre ouverte au New York Times dans laquelle il critiquait la Russie soviétique qui semblait désormais sous l'emprise de Joseph Staline. Cette lettre signifiait que, pendant un certain temps, l'œuvre de Rachmaninov fut officiellement interdite en Russie.

Dans sa nouvelle vie en Amérique, Rachmaninov se concentra sur l'interprétation, effectuant de nombreuses tournées, mais il composa à l'occasion de nouveaux morceaux, comme le quatrième concerto pour piano (1926). Ce dernier concerto, comme le premier, ne fut pas bien accueilli et Rachmaninov décida d'y apporter des modifications, notamment en raccourcissant sa durée. Le compositeur créa sa propre maison d'édition à Paris, non seulement pour ses propres œuvres, mais aussi pour promouvoir celles d'autres compositeurs russes. La société s'appelait Tair, d'après les deux premières lettres des prénoms de ses filles, Tatiana et Irina.

Rachmaninoff Working in his Garden
Rachmaninov travaille dans son jardin
Unknown Artist (Public Domain)

Tout au long des années 1920, Rachmaninov continua de se concentrer sur les concerts, passant les étés en Europe, en France, à Dresde ou dans sa villa sur les rives du lac des Quatre-Cantons en Suisse. En tant que pianiste, Rachmaninov était considéré comme l'un des meilleurs (voire le meilleur) à une époque particulièrement riche en grands solistes. Sa présence sur scène était impressionnante avec sa grande silhouette, ses cheveux coupés de près et sa tendance à se pencher près du clavier. La posture de jeu de Rachmaninov minimisait tout mouvement physique au-delà de ses mains, qui frappaient les notes avec une précision et une clarté inhabituelles.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Toujours en activité dans les années 1930, les dernières œuvres de Rachmaninov, comparées aux précédentes, avaient "un ton plus austère, plus astringent... [il y a] un mordant vivifiant et piquant dans les harmonies, une nouvelle urgence dans la poussée rythmique et (dans les œuvres orchestrales) un dépouillement de l'écriture qui contraste fortement avec sa musique antérieure" (Arnold, 1522). En 1934, il composa sa très célèbre Rhapsodie sur un thème de Paganini, une pièce pour piano et orchestre. Il s'agit de l'une des dernières œuvres du compositeur et d'une œuvre courte, mais elle est typique de son style ample, émotionnel et en dents de scie, qui plonge dans les profondeurs d'une mélancolie pleine de pauses et de notes uniques avant de s'élever vers des sommets de majesté orchestrale et de redescendre une fois de plus dans un calme réfléchi. Rachmaninov acheva sa troisième symphonie en 1936 (puis la révisa en 1938) et, en 1940, il écrivit sa dernière œuvre majeure, les Danses symphoniques.

Rachmaninov, toujours apprécié en tant que pianiste et compositeur, réalisa de nombreux enregistrements sur gramophone de son propre jeu au piano à partir des années 1920. Ces enregistrements montrent son style, décrit par Geoffrey Norris comme "un jeu de piano aux tons nacrés et clairement articulé, avec sa verve infaillible, son legato raffiné et sa sublime intensité d'expression" (Arnold, 1523).

Œuvres célèbres de Rachmaninov

Rachmaninov écrivit de la musique sous des formes très diverses, notamment des œuvres vocales sacrées destinées à l'Église orthodoxe russe, des concertos, des symphonies, des préludes et des chansons. Les œuvres les plus importantes de Rachmaninov sont les suivantes :

  • 4 concertos pour piano
  • 3 symphonies
  • 24 préludes pour piano (1892-1910)
  • Printemps (1902)
  • Liturgie de saint Jean Chrysostome (1910)
  • Les cloches (1913)
  • Vigile Nocturne (1915)
  • Variations sur un thème de Corelli (1931)
  • Rhapsodie sur un thème de Paganini (1934)
  • Danses symphoniques (1940)

Rachmaninoff's House in Beverly Hills
La maison de Rachmaninov à Beverly Hills
Steveshelokhonov (CC BY-SA)

L'œuvre de Rachmaninov ne réussit pas à convaincre tous les critiques de ses mérites; la Classical Music Encyclopedia, par exemple, note que ses trois symphonies "compensent par leur opulence mélodique ce qu'elles manquent parfois de cohésion formelle" (389). Certains critiques considèrent que son œuvre frôle trop souvent le sentimentalisme et manque de l'innovation que l'on retrouve chez des compositeurs qui ont fait évoluer la musique, comme Igor Stravinsky (1882-1971) et Sergueï Prokofiev (1891-1953). Néanmoins, les symphonies et concertos de Rachmaninov restent aujourd'hui parmi les œuvres les plus jouées de tous les compositeurs du XXe siècle. Comme le note Schonburg, "tous les jeunes pianistes ont dans leur répertoire les concertos en ut mineur et en ré mineur" (598).

Mort et héritage

La musique de Rachmaninov appartient à l'ère romantique, même si le compositeur lui-même survécut à cette période musicale. Le compositeur en était pleinement conscient, comme il le déclara si bien un jour : "Je me sens comme un fantôme errant dans un monde devenu étranger. Je ne peux pas me débarrasser de l'ancienne façon d'écrire et je ne peux pas acquérir la nouvelle" (Thompson, 178). Rachmaninov souffrit de problèmes de santé au cours des dernières années de sa vie, bien qu'il ait continué à se produire en public, son dernier concert ayant eu lieu le 17 février 1943 à Knoxville, dans le Tennessee. Il mourut d'un cancer à son domicile de Beverly Hills le 28 mars 1943.

Le flair dramatique de Rachmaninov s'accorde bien avec les exigences du cinéma, et il a été fréquemment utilisé dans les musiques de film. Le deuxième concerto pour piano du compositeur figure en bonne place dans le film classique de 1945 Brief Encounter (Brève rencontre). Réalisé par David Lean, ce film figure depuis lors régulièrement en tête des listes de "best of", et la musique de Rachmaninov n'est pas étrangère à son succès. Le même morceau figure dans une autre histoire d'amour vouée à l'échec, le film Les Amants de Capri (1950), avec Joseph Cotten. Des extraits du deuxième concerto pour piano figurent également en bonne place dans la chanson populaire All by Myself, écrite par Eric Carmen en 1975.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Quel est le morceau le plus célèbre de Rachmaninov ?

Le morceau le plus célèbre de Rachmaninov est son deuxième concerto pour piano, utilisé dans de nombreuses bandes originales de films et dans la chanson populaire All by Myself.

Quel âge avait Rachmaninov à sa mort ?

Rachmaninov avait 69 ans lorsqu'il mourut d'un cancer à son domicile de Beverly Hills le 28 mars 1943.

Rachmaninov a-t-il vraiment épousé sa cousine ?

Rachmaninov épousa sa cousine germaine Natalya Satina en 1902 ; ils eurent deux filles.

Rachmaninov aimait-il Tchaïkovski ?

Rachmaninov et Tchaïkovski étaient des amis qui admiraient leurs musiques respectives.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2023, mai 09). Sergueï Rachmaninov [Sergei Rachmaninoff]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21863/serguei-rachmaninov/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Sergueï Rachmaninov." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 09, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21863/serguei-rachmaninov/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Sergueï Rachmaninov." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 09 mai 2023. Web. 19 juin 2024.

Adhésion