Calico Jack

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2315 / $18000

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 21 septembre 2021
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais
X
Toby Schmitz as John Rackham (by David Bloomer / Starz, Copyright, fair use)
Toby Schmitz dans le rôle de John Rackham
David Bloomer / Starz (Copyright, fair use)

John Rackham (mort en 1720), également connu sous le nom de Jack Rackham ou "Calico Jack" en raison de sa préférence pour les vêtements en coton, était un pirate anglais pendant l'âge d'or de la piraterie (1690-1730). Rackham reprit l'équipage de Charles Vane (mort en 1721), et parmi ses recrues figuraient les deux célèbres femmes pirates Anne Bonny et Mary Read. Le capitaine Rackham fut jugé pour quatre chefs d'accusation de piraterie, reconnu coupable et pendu à Port Royal, en Jamaïque, en novembre 1720.

Quartier-maître de Charles Vane

À partir de 1718 au moins, Rackham navigua en tant que quartier-maître et commandant en second du célèbre pirate anglais Charles Vane, opérant dans les Caraïbes et au large de la côte est de l'Amérique du Nord. Avant cette période, on ne sait rien de la vie de Rackham. En août 1718, Vane refusa une grâce royale aux Bahamas et tira ses canons sur le navire du gouverneur Woodes Rogers (1679-1732) pour que lui et Rackham puissent s'échapper du port avec Rackham pour rejoindre la liberté de la haute mer.

Supprimer la pub
Publicité
RACKHAM ET BONNY, AVEC LEUR ÉQUIPAGE DE MOINS DE 20 HOMMES, ÉTAIENT DES PIRATES de moindre importance.

Vane dirigeait une petite flotte de navires pirates et Rackham commandait le navire anglais Kingston. Vane est connu en tant que capitaine pirate cruel qui infligeait des punitions telles que la quille, et il était accusé de ne pas répartir équitablement son butin entre ses membres d'équipage. En novembre 1718, Vane refusa d'attaquer une frégate française bien armée entre Cuba et Hispaniola. Son équipage avait voulu attaquer et, après une période sans prise, il finit par se mutiner au printemps 1719. Accusé de lâcheté, Vane fut exclu et Rackham fut promu capitaine. Il se peut que la querelle n'ait pas vraiment porté sur la lâcheté, mais plutôt sur le fait que Rackham ne voulait pas partager l'alcool qui se trouvait dans la cargaison du Kingston. Vane fut laissé à bord d'un autre navire, mais celui-ci fit naufrage. Vane fut finalement sauvé d'une île déserte, mais il fut emmené en prison et pendu.

Rackham, Bonny et Read

Pendant ce temps, Rackham poursuivit ses propres actes de piraterie. Le surnom de Rackham était "Calico Jack" en raison de sa préférence pour les vêtements en coton "calico" (de Calcutta, en Inde) plutôt que pour les vêtements en soie et en velours que les autres capitaines pirates préféraient. Le drapeau pirate de Rackham, utilisé pour avertir les victimes de se rendre sans résistance, était inhabituel avec deux couteaux croisés sous un crâne blanc sur fond noir.

Supprimer la pub
Publicité

Anne Bonny and Mary Read
Anne Bonny et Mary Read
Benjamin Cole (Public Domain)

Rackham était célèbre pour la présence d'une femme pirate, Anne Bonny, dans son équipage. Bonny (parfois orthographié "Bonney") était une Irlandaise qui avait quitté son mari James Bonny et rencontré Rackham sur l'île de Providence, aux Bahamas, vers le mois de mai 1719. Ils devinrent amants alors que Rackham profitait d'un peu de temps libre sur le rivage, après avoir été gracié par le gouverneur, Woodes Rogers. Rackham a décrit son approche pour voler le cœur de Bonny comme n'étant pas différente de sa stratégie de capture d'un navire en mer: "pas de temps perdu, manœuvre d'abordage, toutes armes sorties et prise emballée" (Cordingly, 57).

Bonny et Rackham eurent un enfant, mais celui-ci fut abandonné à Cuba où Bonny passa la dernière partie de sa grossesse.

Rackham retourna ensuite à la piraterie lorsque Anne et lui quittèrent les Bahamas en août 1719 à bord du William, un sloop de 12 tonnes à un seul mât qu'ils avaient capturé dans le port de New Providence. Le William disposait de quatre gros canons, de deux petits canons pivotants et de nombreuses munitions. Le 5 septembre, le gouverneur Rogers lança un mandat d'arrêt contre Rackham.

Supprimer la pub
Publicité

Calico Jack et Bonny, avec un équipage total de moins de 20 hommes et un nombre limité de prises, étaient des pirates de moindre importance. Ils ne prirent aucun gros lot et certaines de leurs victimes n'étaient que de simples bateaux de pêche. Le butin était généralement constitué de cargaisons de tabac, de noix de coco, de poivrons et de sucre, qui étaient revendues à des marchands dans les repaires de pirates. Au moins, Rackham et son équipage n'avaient pas la réputation d'être excessivement violents ni de maltraiter leurs captifs. Un navire marchand de Madère, par exemple, fut rendu à son capitaine une fois que Rackham avait pris le butin qu'il souhaitait. À la suite d'une capture, une autre femme s'ajouta à l'équipage des pirates, Mary Read. Bonny et Read s'habillaient toutes deux comme des marins lorsqu'elles se battaient et utilisaient des pistolets. L'équipage de Rackham formait certainement une bande de renégats inhabituelle à une époque où les femmes en mer étaient une véritable rareté. En effet, de nombreux capitaines de pirates avaient décrété l'interdiction de la présence de femmes et de jeunes garçons à bord de leurs navires, afin d'éviter toute querelle au sujet de faveurs sexuelles ou de comportements prédateurs. Comme le note l'historien J. Rogozinski, dans le cas de Bonny et Read, "les pirates toléraient les femmes parce qu'elles se mettaient à la disposition de tous les membres du petit équipage de Rackham" (33).

The Spanish Main and Caribbean Pirate Havens  c. 1670
Les ports pirates de la Tierra Firme et la mer des Caraïbes vers 1670
Simeon Netchev (CC BY-NC-ND)

L'équipage mixte dirigé par Rackham réussit à échapper temporairement aux autorités et pilla les navires marchands dans les eaux des Bahamas et sur un large arc de routes maritimes allant des Bermudes à Hispaniola. Bonny et Rackham eurent un enfant, mais celui-ci fut abandonné à Cuba où Bonny avait passé la dernière partie de sa grossesse.

Capture

Fin octobre ou début novembre 1720, alors qu'il était ancré au large de la pointe ouest de la Jamaïque, le navire de Rackham subit une attaque surprise du Tyger, un navire de 90 tonnes envoyé par le nouveau gouverneur de l'île, Sir Nicholas Lawes, et commandé par Jonathan Barnet. Les pirates, au nombre de 18, coupèrent leur câble d'ancre et partirent précipitamment, mais ils furent rattrapés pendant la nuit et abordés. John Rackham et le reste de l'équipage se cachèrent sous le pont - ils étaient probablement tous ivres après avoir fait la fête avec des pêcheurs de tortues locaux - et seuls Bonny, Read et un autre homme opposèrent une résistance aux hommes de Barnet. Ils furent néanmoins capturés et emmenés à Spanish Town (à l'époque appelée St. Jago de la Vega) en Jamaïque pour y être jugés. L'ensemble de l'action est rapporté de manière concise par Lawes dans la communication suivante à Londres, datée du 13 novembre 1720:

Supprimer la pub
Publicité

Il y a environ quinze jours, un sloop de commerce appartenant à l'île, bien armé et commandé par un homme vif, Jonathan Barnet, nous a rendu un très bon service. Il a été rencontré par un navire pirate dans la partie sous le vent de cette île, commandé par un certain Rackham, à bord duquel se trouvaient 18 autres pirates qu'il a capturés et qui sont maintenant en prison.

(cité dans Cordingly, 220)

Trial Notice of John Rackham, Anne Bonny and Mary Read
Avis de procès de John Rackham, Anne Bonny et Mary Read
Unknown Artist (Public Domain)

Procès et pendaison

Rackham plaida non coupable de l'accusation de piraterie malgré les preuves accablantes qui comprenaient des témoignages de victimes et de témoins oculaires. Les accusations portaient sur quatre épisodes de piraterie:

  1. Ils ont "attaqué, engagé et pris sept bateaux de pêche de manière pratique, criminelle et hostile" et ont agressé les pêcheurs et volé leur poisson et leur matériel de pêche.
  2. Ils ont "en haute mer, à un certain endroit, à une distance d'environ trois lieues de l'île d'Hispaniola... attaqué, ciblé et pris deux sloops marchands", et qu'ils ont agressé James Dobbin et d'autres marins.
  3. En haute mer, à environ cinq lieues de Port Maria Bay, dans l'île de la Jamaïque, ils ont tiré sur une goélette commandée par Thomas Spenlow, l'ont prise et ont fait craindre à Spenlow et à d'autres marins "de perdre la vie".
  4. À environ une lieue de Dry Harbour Bay, en Jamaïque, ils ont abordé et sont montés à bord d'un sloop marchand appelé Mary, commandé par Thomas Dillon, et ils ont volé et emporté le sloop et sa cargaison. (Cordingly, 63)

Jolly Roger of Calico Jack
Drapeau pirate de Calico Jack
RootOfAllLight (Public Domain)

Rackham fut reconnu coupable des quatre chefs d'accusation. Lorsqu'elle apprit la condamnation de Rackham à la mort par pendaison, Bonny se montra peu compatissant et aurait déclaré: "Si tu t'étais battu comme un homme, tu ne serais pas pendu comme un chien" (Downie, 193). Rackham fut pendu le 18 novembre et, comme c'était la coutume pour les capitaines de pirates les plus célèbres, son corps fut suspendu dans une cage pour pourrir à l'air libre sur une petite île à l'extérieur du port de Port Royal appelée, de manière appropriée, Deadman's Cay (aujourd'hui appelée Rackham's Cay). Ce spectacle macabre devait servir d'avertissement à d'autres personnes qui pourraient être tentées par une vie criminelle. Bonny et Read furent également jugées quelques jours plus tard et, reconnues coupables, elles furent condamnées à être pendues pour piraterie. Cependant, l'exécution des deux femmes fut retardée parce qu'elles révélèrent qu'elles étaient toutes deux enceintes. Si Read mourut de fièvre en prison, le sort d'Anne Bonny n'est pas connu.

Supprimer la pub
Publicité

Héritage

John Rackham a fait l'objet d'une biographie aux côtés de nombreux autres pirates dans le célèbre ouvrage intitulé Histoire générale des plus fameux pirates, compilé dans les années 1720. Sur la page de titre, l'ouvrage est attribué à un certain capitaine Charles Johnson, mais il s'agit peut-être d'un pseudonyme de Daniel Defoe (bien que les spécialistes débattent encore de cette question et que Charles Johnson ait pu être un véritable expert en piraterie, même s'il est totalement inconnu). Compte tenu de son catalogue peu impressionnant de prises banales, "Calico Jack" n'aurait pas troublé les livres d'histoire bien au-delà du début du XVIIIe siècle s'il n'avait pas été associé à Bonny et Read. Un aspect de l'histoire de Rackham s'est toutefois avéré durablement populaire, à savoir son drapeau pirate, qui a été utilisé dans de nombreux contextes depuis lors, peut-être aujourd'hui de façon célèbre en tant qu'emblème de l'équipe de la National Football League, les Tampa Bay Buccaneers, basée à Tampa, en Floride.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2021, septembre 21). Calico Jack [Calico Jack]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19989/calico-jack/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Calico Jack." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 21, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19989/calico-jack/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Calico Jack." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 21 sept. 2021. Web. 14 juil. 2024.

Adhésion