Woodes Rogers

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 10 septembre 2021
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais
X
Luke Roberts as Woodes Rogers (by Starz, Copyright, fair use)
Luke Roberts dans le rôle de Woodes Rogers
Starz (Copyright, fair use)

Woodes Rogers (1679-1732), corsaire devenu administrateur, joua un rôle déterminant dans la lutte contre la piraterie dans les Caraïbes lorsqu'il était gouverneur des Bahamas (nommé en 1717, puis en 1728). Rogers est également connu pour son voyage corsaire de trois ans autour du monde (1708-11) et pour le livre très apprécié qui le décrit, Voyage autour du monde.

Woodes Rogers fut l'un des personnages clés de ce que l'on appelle l'âge d'or de la piraterie. Il était l'ennemi juré de pirates aussi célèbres que Charles Vane, John Rackham ("Calico Jack") et Anne Bonny. Avant cela, Rogers s'était rendu célèbre par son tour du monde, au cours duquel il avait capturé un trésor espagnol d'une valeur inestimable et sauvé Alexander Selkirk, le naufragé qui inspira le célèbre roman de Daniel Defoe, Robinson Crusoé. Plus tard, la campagne de Rogers contre la piraterie et ses investissements aux Bahamas le ruinèrent et il dut passer plusieurs années dans une prison pour débiteurs en Angleterre. Il revint pour un second mandat de gouverneur et passa ses dernières années aux Bahamas.

Supprimer la pub
Advertisement

Jeunesse et débuts de carrière

Rogers vit le jour à Poole, en Angleterre, en 1679. Son père était capitaine de navire et la famille déménagea dans le port animé de Bristol vers 1697. En 1705, Rogers épousa Sarah Whetstone, la fille de l'amiral Sir William Whetstone, qui était basé dans les Caraïbes. Rogers poursuivit ensuite l'activité prospère de son père en parrainant des corsaires chargés d'attaquer et de piller les navires français à une époque où l'Angleterre et la France étaient en guerre.

Rogers était dur avec lui-même et ses hommes, et maintint une discipline stricte lors de son voyage autour du monde.

Tour du monde des corsaires

En 1708, Rogers s'embarqua dans un voyage de corsaire qui le mènerait finalement autour du monde. Il y fut peut-être encouragé par le fait que le gouvernement britannique venait de modifier sa politique en matière de corsaires. Afin d'encourager encore davantage les corsaires, le gouvernement avait renoncé à prélever 20 % du butin, se contentant des perturbations et des pertes économiques causées aux ennemis de l'État. Rogers put organiser un consortium de marchands de Bristol qui apportèrent le capital initial nécessaire pour les navires et l'équipage, en échange d'une part du butin récolté au cours du voyage. Rogers commandait le Duke, une frégate de 310 tonnes, tandis qu'une seconde frégate, légèrement plus petite, le Dutchess, était commandée par Stephen Courtney. Le chef navigateur et pilote de Rogers était le très expérimenté William Dampier (1651-1715), qui terminerait sa carrière en ayant fait trois fois le tour du monde.

Supprimer la pub
Advertisement

Rogers quitta l'Irlande en septembre 1708 et se révéla être un commandant compétent. Il était dur avec lui-même et avec ses hommes, et maintint une discipline stricte pendant le voyage (il interdit les jeux d'argent à bord, par exemple, après avoir découvert que de nombreux hommes avaient joué jusqu'à leurs vêtements). Sa position de chef fut presque immédiatement mise à l'épreuve, ce qui n'était pas rare dans ce genre d'expédition, lorsque certains membres de l'équipage tentèrent de se mutiner pour protester contre le fait d'avoir laissé un navire neutre passer sans encombre. L'ordre fut rapidement rétabli et l'expédition se poursuivit. En échange de leur dur labeur, les équipages de Rogers reçurent de la bonne nourriture, des soins médicaux et une généreuse quantité d'alcool.

Les corsaires pillèrent les navires français et espagnols au fur et à mesure de leur progression, embarquant des marchandises précieuses telles que de l'or, des pierres précieuses et des rouleaux de soie. La première victime fut attaquée aux Canaries avant même que l'expédition n'ait traversé l'Atlantique et doublé le cap Horn pour entrer dans la zone de prédilection, le Pacifique occidental.

Supprimer la pub
Advertisement

En février 1709, au milieu de la circumnavigation, Rogers sauva l'Écossais Alexander Selkirk (1676-1721), abandonné dans le Pacifique sur les îles Juan Fernández depuis 1704. L'histoire de Selkirk inspira le roman Robinson Crusoé de Daniel Defoe. Rogers nota que Selkirk était "vêtu de peaux de chèvre" et qu'il "avait l'air plus sauvage que les premiers propriétaires de ces peaux" (Rogozinski, 311).

Marooned Mariner by Howard Pyle
Marin Abandonné par Howard Pyle
Howard Pyle (Public Domain)

Ne se limitant pas aux navires, Rogers attaqua également des ports espagnols le long de la côte pacifique, comme Guayaquil (Équateur) en mai 1709, où des dignitaires locaux furent capturés puis relâchés contre paiement d'une rançon. Les navires français furent également attaqués et Rogers ajouta le Marquis à sa flotte de deux navires. Rogers navigua vers les îles Galápagos puis, à partir d'octobre, attendit un très gros coup au large de la côte ouest de l'Amérique où un quatrième navire s'ajouta à sa flotte, une barque.

Rogers captura un galion de Manille, l'un des navires au trésor espagnols qui transportaient chaque année le butin entre le Mexique et les Philippines.

La capture la plus riche de l'expédition fut de loin celle du Nuestra Señora de la Encarnación Disengaño, un galion de Manille qui transportait une énorme quantité de marchandises chinoises et d'autres biens précieux. Pris le jour de l'an 1710, il s'agissait d'un coup d'éclat puisque seuls quatre galions de Manille avaient été capturés en trois siècles d'opportunités, tant ces navires au trésor espagnols annuels étaient bien armés et protégés pour transporter le butin entre Acapulco, au Mexique, et Manille, aux Philippines. Quelques jours plus tard, Rogers tenta également de capturer le Begoña, le navire au trésor compagnon du Disengaño, mais ses quatre navires, tirant plus de 500 coups de canon, ne suffirent pas à empêcher le Begoña de s'échapper. Rogers n'avait pas pris sa prise sans en payer le prix puisqu'il fut touché à la mâchoire par une balle de mousquet, ce qui ne l'empêcha pas de participer à la bataille pour le Begoña où il fut à nouveau grièvement blessé, cette fois par un éclat qui lui transperça le pied gauche. Le Disengaño fut ajouté à la flotte toujours croissante de Rogers, mais rebaptisé Batchelor. Selkirk, qui s'avéra utile à l'équipage grâce à son expertise maritime, reçut une part de 800 livres sterling du butin du galion de Manille, ce qui fit de son histoire une véritable conte de fée. De retour en Angleterre, Selkirk devint officier de la Royal Navy.

Supprimer la pub
Advertisement

L'expédition de Rogers se rendit à Guam, dans le Pacifique occidental, traversa l'Indonésie, l'océan Indien et la pointe sud de l'Afrique, le cap de Bonne-Espérance. Les circumnavigateurs rentrèrent en Angleterre en octobre 1711, et Rogers vendit les navires capturés et leurs cargaisons pour la somme incroyable de 800 000 livres sterling. Les bénéfices de l'expédition, la plus importante de toutes les escapades de corsaires, s'élevèrent à environ 170 000 livres sterling (plus de 33 millions de livres sterling, soit 45 millions de dollars d'aujourd'hui). Malheureusement, Rogers fit faillite avant que les bénéfices ne puissent être distribués, tant les dépenses étaient énormes dans une expédition dont tous les coûts étaient avancés des années avant que les bénéfices ne soient perçus. Rogers écrivit au moins un récit populaire de son voyage, toujours considéré comme un classique de la littérature maritime, Voyage autour du monde, publié en 1712.

The Spanish Main and Caribbean Pirate Havens  c. 1670
Les ports pirates de la Tierra Firme et la mer des Caraïbes vers 1670
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Gouvernance des Bahamas

Au cours des trois années suivantes, Rogers gagna sa vie en tant que capitaine d'un navire négrier qui emmenait des esclaves africains à Sumatra. Rogers était connu pour son tact, ses talents de diplomate et son sens de l'humour. C'était aussi un marin et un meneur d'hommes coriace et très expérimenté. En bref, il était le candidat idéal pour un poste de gouverneur colonial. Les lords-propriétaires des îles des Bahamas, dans les Caraïbes, louèrent des droits de propriété à Rogers pour 21 ans à partir de 1717. En 1717, Rogers fut nommé capitaine-général gouverneur et vice-amiral des Bahamas, le premier à occuper ce poste. Dans le cadre des dispositions politiques plutôt étranges de l'époque, Rogers ne recevait pas de salaire et ses revenus devaient être tirés des impôts prélevés sur les colons qui avaient établi des domaines agricoles sur les îles.

Alors que de nombreux gouverneurs et fonctionnaires de la côte est des colonies américaines et des îles des Caraïbes avaient fermé les yeux sur la piraterie - soit parce qu'ils y étaient eux-mêmes impliqués, soit parce que le butin des pirates était souvent moins cher que l'achat de marchandises auprès de commerçants légitimes - les temps changèrent. À la fin des années 1710, le gouvernement britannique et les marchands légitimes firent pression sur les gouverneurs coloniaux pour qu'ils mettent enfin un terme à la piraterie. C'est pourquoi, le 5 septembre 1717, le roi George Ier de Grande-Bretagne (r. de 1714 à 1727) accorda une grâce aux pirates désireux de renoncer à leurs activités extrêmement perturbatrices. Comme l'indique un rapport envoyé au gouvernement par le Conseil du commerce et des plantations en novembre 1717, la piraterie aux Bahamas, en particulier, était si répandue que les colons abandonnaient les îles et que la Grande-Bretagne aurait bien pu les perdre au profit d'une puissance étrangère sans population permanente. Rogers fut spécifiquement chargé de débarrasser les Bahamas des pirates et reçut le feu vert pour utiliser tous les moyens qu'il jugeait appropriés pour atteindre cet objectif.

Supprimer la pub
Advertisement

Avec seulement trois navires armés pour tout bâton, Rogers fut sans doute heureux de recevoir la juteuse carotte d'une grâce royale avec laquelle il pourrait inciter les pirates à abandonner leur vie de criminels. L'île de New Providence, l'une des îles du groupe des Bahamas, était un refuge notoire pour les pirates depuis 1716, voire avant. Non seulement les pirates qui acceptaient la grâce échappaient à la pendaison presque inévitable que la plupart de leurs frères de la côte subissaient tôt ou tard, mais ils recevaient un petit lopin de terre sur l'île de Providence pour y construire une maison. Les pirates graciés recevaient même une quantité de bois gratuite pour construire leur nouvelle maison.

Charles Vane Cigarette Card
Carte de paquet de cigarettes Charles Vane
Metropolitan Museum of Art (Copyright)

Certains anciens pirates furent employés dans les projets de construction de Rogers, notamment la réparation de la forteresse délabrée, l'édification d'une palissade défensive et le débroussaillage des rues et des routes désormais envahies par la végétation. D'autres furent enrôlés dans la milice de 400 hommes de Rogers qui faisait régner l'ordre dans les îles et gardait la forteresse. Rogers s'occupa d'autres tâches pour rétablir la colonie, en formant une assemblée de conseillers et en nommant un juge en chef et un secrétaire général. Des canons furent également installés pour protéger le port et pour éloigner les pirates qui envisageraient de revenir pour une raison autre que le pardon.

Charles Vane

La campagne de Rogers contre la piraterie commença fort bien en 1718, lorsque de nombreux pirates acceptèrent l'offre de pardon, mais il y avait encore un certain nombre de bandits (littéralement) irréductibles qui ne voulaient pas renoncer à leur butin, une condition du pardon. Edward Teach, plus connu sous le nom de Barbe Noire (mort en 1718), navigua vers le nord en direction des Carolines pour y poursuivre ses raids de pirates. Un autre bandit qui choisit le grand large était le pirate anglais Charles Vane. S'échappant du port de New Providence, Vane avait audacieusement envoyé un brûlot en direction du navire du gouverneur Rogers qui arrivait pour prendre ses fonctions en juillet 1718. Vane avait alors tiré avec ses canons sur Rogers qui passait devant lui. Le navire de Vane était le sloop ultra-rapide Ranger et il fila donc facilement vers l'horizon.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Rackham, Bonny et Read

Rogers était suffisamment avisé pour savoir que les pirates réformés possédaient une connaissance inestimable des ports de pirates et des habitudes des capitaines encore en liberté. Le gouverneur employa par exemple James Bonny, le mari de la pirate Anne Bonny, comme informateur. Anne Bonny avait quitté son mari et avait rejoint l'équipage de John Rackham (alias "Calico Jack"), qui comprenait également Mary Read, une autre femme pirate tristement célèbre. Rogers lança un mandat d'arrêt contre Rackham et son équipage en septembre 1719, mais c'est un navire envoyé par le gouverneur de la Jamaïque qui captura Rackham, Bonny et Read en novembre 1720.

Woodes Rogers, Governor of the Bahamas
Woodes Rogers, gouverneur des Bahamas
William Hogarth (Public Domain)

Capitaine Hornigold

Contrairement à Vane, le pirate britannique Benjamin Hornigold choisit d'accepter la grâce du gouverneur Rogers et se révéla un autre allié utile dans la chasse aux pirates menée par Rogers. La première cible du capitaine Hornigold fut Charles Vane, qui continuait à causer toutes sortes d'ennuis dans les Caraïbes et sur les côtes d'Amérique du Nord, mais son navire s'avéra trop rapide pour être poursuivi. Les autorités finiraient par rattraper Vane après son naufrage, et il serait pendu en 1721 à Port Royal, en Jamaïque. Hornigold fut alors chargé de traquer John Auger (parfois orthographié Augur), un pirate qui avait récemment détourné trois navires de ravitaillement en provenance de New Providence. Auger venait d'être gracié, mais n'avait manifestement pas pu résister à l'attrait de la piraterie. Passer du statut de pirate à celui de citoyen gracié pour redevenir un pirate était le péché ultime, et Rogers était déterminé à faire d'Auger un exemple. Hornigold commandait un navire tandis que le capitaine Cockram en naviguait un autre pour poursuivre Auger qui fut facilement capturé après avoir lui aussi fait naufrage, cette fois à Long Island.

En 1719, Rogers avait réussi à éliminer la plupart des pirates de la région, bien que sa position n'ait jamais été totalement sûre.

Auger et un certain nombre d'autres pirates furent ramenés à New Providence où ils furent jugés pour piraterie. Rogers profita de ce procès pour montrer publiquement sa détermination à attraper tous les pirates et à les traduire en justice. L'impressionnant corps de juges était composé de sept commissaires qui se réunirent dans la salle des gardes de Sa Majesté à Nassau le 9 décembre 1718. Sous la direction de Rogers en personne, la cour entendit les témoignages des témoins et des dix hommes inculpés. Tous les hommes plaidèrent non coupable malgré les preuves accablantes qui pesaient sur eux. Neuf hommes furent reconnus coupables de piraterie, tandis qu'un homme, John Hipps, bénéficia d'un sursis après avoir convaincu le tribunal qu'il n'avait rejoint les pirates que sous la contrainte. Les personnes reconnues coupables furent condamnées à la peine de mort par pendaison.

En 1719, Rogers avait réussi à éliminer la plupart des pirates de la région, bien que sa position n'ait jamais été totalement sûre en raison du manque d'assistance pratique de Londres et des effets fatals des maladies tropicales sur sa milice. En effet, Rogers découvrit que trois insulaires complotaient son assassinat en 1719, et le trio fut fouetté publiquement. La position du gouverneur devint encore plus précaire l'année suivante, lorsqu'une flotte de navires espagnols attaqua les îles en février, mais fut repoussée avec succès. Par ailleurs, certains pirates très dangereux, notamment Vane, étaient toujours en liberté.

Vie ultérieure et mort

Ironiquement, la politique consistant à éliminer tous les pirates se retourna contre les Bahamas car, sans la piraterie et le commerce florissant du butin des pirates, les îles devinrent une sorte de coin colonial perdu, malgré les investissements considérables du gouverneur pour promouvoir le commerce jusqu'au Mexique. Sans aucun soutien du gouvernement britannique de Londres, Rogers finit par faire faillite. À partir de 1721, Rogers fut incarcéré dans une prison pour débiteurs en Angleterre. Rogers retourna aux Bahamas pour un second mandat de gouverneur royal après avoir été reconduit dans ses fonctions en octobre 1728, et au moins cette fois, il reçut un salaire. La colonie était retombée dans le déclin sous son successeur, le gouverneur Phenney, et le retour de Rogers fut approuvé par un puissant comité de fonctionnaires comprenant plusieurs autres gouverneurs des colonies d'Amérique du Nord. Rogers rétablit l'ordre, éradiqua la corruption et encouragea la création de nouvelles plantations de coton et de canne à sucre. Mais une fois de plus, sans financement adéquat et avec une certaine résistance de la part des habitants, les Bahamas peinèrent à se libérer de leur sombre passé. Woodes Rogers, après avoir souffert de problèmes de santé pendant un certain temps, mourut à Nassau le 15 juillet 1732.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2021, septembre 10). Woodes Rogers [Woodes Rogers]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20065/woodes-rogers/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Woodes Rogers." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 10, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20065/woodes-rogers/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Woodes Rogers." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 10 sept. 2021. Web. 23 mai 2024.

Adhésion