Squanto

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 24 novembre 2020
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Squanto (by Internet Archive Book Images, CC BY-NC-SA)
Squanto
Internet Archive Book Images (CC BY-NC-SA)

Squanto (c. 1585-1622) était l'autochtone de la tribu Patuxet qui aida les colons anglais de la colonie de Plymouth (plus tard connus sous le nom de pèlerins) à survivre dans leur nouveau "chez eux" en leur apprenant comment planter des cultures, pêcher et chasser. Il est également connu comme interprète entre les colons et les autochtones de la confédération Wampanoag dirigée par le chef Ousamequin, plus connu sous le nom de Sachem Massasoit (c. 1581-1661). Le vrai nom de Squanto aurait été Tisquantum (comme l'appelle systématiquement le colon et chroniqueur Edward Winslow, 1595-1655), tandis que "Squanto" est un surnom que lui donna le deuxième gouverneur de la colonie de Plymouth, et son ami intime, William Bradford (1590-1657).

Squanto avait été enlevé par le capitaine anglais Thomas Hunt en 1614 pour être vendu comme esclave, mais il s'était échappé ou avait gagné sa liberté en Espagne et s'était rendu en Angleterre où il avait appris l'anglais et travaillé comme interprète et constructeur de navires. Il était retourné en Amérique du Nord en tant qu'interprète dans le cadre d'une mission commerciale et avait voyagé avec un certain Thomas Dermer jusqu'à son village natal, près de l'actuel Cape Cod, pour découvrir que sa tribu avait été décimée par une maladie (probablement la variole) apportée par les commerçants européens.

Supprimer la pub
Advertisement

En 1621, il fut présenté aux colons de Plymouth (qui avaient fondé leur colonie sur le site de son ancien village saisonnier) par le chef abénaki Samoset (également connu sous le nom de Somerset, c. 1590-1653) qui parlait également anglais. Squanto devint rapidement indispensable aux colons et, reconnaissant son propre pouvoir, il travailla secrètement à saper l'autorité de Massasoit et à s'autonomiser. Une fois découvert, Massasoit exigea qu'il soit livré pour être exécuté, mais Bradford refusa, une décision qui aurait mis en danger le traité entre la confédération Wampanoag et la colonie de Plymouth si Massasoit avait insisté ou tenté de prendre Squanto par la force.

Squanto continua à servir de guide et d'interprète aux colons jusqu'en 1622, date à laquelle il mourut de fièvre ou, comme certains historiens l'ont supposé, fut exécuté par poison sur ordre de Massasoit. Dans les manuels d'histoire et les livres pour enfants, il est presque toujours décrit comme "le gentil Indien" qui sauva les pèlerins et participa au festin connu sous le nom de "premier Thanksgiving". Ces récits ignorent son complot contre Massasoit ou les circonstances entourant la façon dont il avait appris l'anglais et, pour la plupart, il continue d'être dépeint comme un personnage unidimensionnel dans l'histoire des pèlerins et du premier Thanksgiving, bien que les érudits et les historiens modernes aient fait des efforts importants pour corriger cette image.

Supprimer la pub
Advertisement

Tribu et enlèvement

Les spécialistes sont indécis sur la signification de "Tisquantum", mais s'accordent généralement à dire qu'il s'agissait d'un pouvoir surnaturel et qu'il était associé à Manitou.

Le nom Tisquantum était peut-être un titre, mais probablement la désignation qu'il prit après avoir atteint la maturité et s'être montré digne du respect de sa tribu. Les spécialistes sont indécis sur la signification du nom, mais s'accordent généralement à dire qu'il avait quelque chose à voir avec un pouvoir surnaturel et qu'il était associé à l'entité connue sous le nom de Manitou, le "grand esprit bon" du monde dont il est question dans la langue algonquienne parlée par les Patuxet et d'autres tribus allant du Canada actuel à la Virginie.

Les Patuxet avaient vécu dans la région de Cape Cod depuis des milliers d'années avant l'arrivée des Européens. Leurs principaux villages se trouvaient à l'intérieur des terres, avec des établissements saisonniers le long de la côte. À partir de 1605 environ, les marchands européens commencèrent à visiter la région de la Nouvelle-Angleterre, apportant avec eux des maladies contre lesquelles les autochtones n'étaient pas immunisés. En 1614, le capitaine John Smith (1580-1631) arriva et cartographia la région en compagnie d'un certain Thomas Hunt. Smith avait de l'expérience avec les indigènes d'Amérique du Nord depuis son séjour dans la colonie de Jamestown entre 1607 et 1609 et, après avoir établi de bonnes relations avec les Powhatans de Virginie, il tenta de faire de même avec les indigènes de Nouvelle-Angleterre (nom qu'il donnait à la région) afin qu'ils soient ouverts au commerce avec les Anglais.

Supprimer la pub
Advertisement

Les efforts de Smith furent récompensés et il partit apporter son rapport et ses cartes en Angleterre, laissant Hunt terminer leurs affaires et les rejoindre par la suite. Hunt décida de s'enrichir davantage en ajoutant des êtres humains à sa cargaison et enleva 24 indigènes pour les vendre comme esclaves. L'un des 24 "sauvages" enlevés était Squanto, et lorsque Hunt atteignit Malaga et tenta de vendre ses captifs, plusieurs d'entre eux furent pris - sans paiement - par des frères de la région qui le condamnèrent pour l'enlèvement et libérèrent les prisonniers, les emmenant dans leur monastère pour les instruire dans le christianisme. Il n'y a pas de détails disponibles concernant le temps que Squanto passa là-bas, mais à un moment donné, il réussit à s'échapper et à se rendre en Angleterre.

Retour en Amérique du Nord

En Angleterre, il travailla comme interprète et constructeur de navires pour le marchand John Slane, qui construisait des navires pour les diverses sociétés d'investissement qui espéraient tirer profit de l'établissement de colonies en Amérique du Nord et en Inde. Pendant son séjour en Angleterre, il fit la connaissance de John Smith, qui le mentionne comme vivant dans le pays. Il rencontra peut-être aussi Pocahontas (c. 1596-1617) lorsqu'elle y vint pour une tournée de relations publiques avec son mari John Rolfe (vers 1585-1622), le magnat du tabac de Jamestown.

En 1619, Squanto avait été engagé par le capitaine Thomas Dermer comme interprète et faisait partie de son expédition à Terre-Neuve pour établir le commerce. À Terre-Neuve, Squanto convainquit Dermer de naviguer jusqu'à la région de la Nouvelle-Angleterre où, selon lui, le capitaine trouverait des indigènes amicaux de sa tribu avec lesquels commercer. Une fois arrivé, cependant, Squanto découvrit que tout son village avait été décimé par la maladie et qu'il était le dernier de sa tribu (en fait, il ne l'était pas, car on découvrit plus tard que certains membres étaient partis vivre avec d'autres membres de la confédération Wampanoag). Les autochtones qu'ils rencontrèrent, comme les Nauset et les Massachusetts, étaient loin d'être amicaux en raison de la trahison et de l'enlèvement par Hunt, des mauvais traitements infligés par d'autres et des maladies européennes qui avaient tué tant d'entre eux. Dermer fut attaqué, recevant quatorze blessures, et survécut jusqu'à ce qu'il atteigne Jamestown où il mourut. Squanto resta en Nouvelle-Angleterre, vivant parmi la tribu Pokanoket de Massasoit, peut-être en tant que prisonnier - en raison de son association avec Dermer - ou au moins en tant qu'invité que le chef pensait pouvoir être utile, bien que peu digne de confiance.

Supprimer la pub
Advertisement

Map of New England
Carte de la Nouvelle-Angleterre
Norman B. Leventhal Map Center (CC BY)

Lorsque les colons de la colonie de Plymouth arrivèrent en novembre 1620, les indigènes de la région les observèrent en secret pour savoir ce qu'ils étaient venus faire et combien de temps ils allaient rester. Ils comprirent que ce nouveau navire avait l'intention d'installer ses passagers dans la région lorsqu'ils virent des femmes et des enfants arriver sur le rivage pour laver des vêtements. Tout au long de l'hiver 1620-1621, 50 % des passagers et de l'équipage moururent de maladie, de malnutrition ou de froid et les colons luttaient toujours pour survivre au printemps lorsque Massasoit décida d'envoyer un émissaire pour tester les intentions des immigrants.

La peste des dernières années avait fortement réduit la population de la confédération Wampanoag, qui dominait auparavant la région et recevait le tribut de toutes les tribus voisines. En 1620, ils étaient tellement réduits que d'autres tribus - comme les Narragansett et les Massachusetts - étaient assez puissantes pour leur demander un tribut. Massasoit pensa qu'il pourrait être bénéfique de s'allier à ce nouveau groupe d'Anglais qui pourrait l'aider à retrouver son ancien statut. Il envoya donc un sachem abénaki en visite, Samoset (peut-être aussi un prisonnier de Massasoit), qui avait appris l'anglais auprès de divers commerçants, pour savoir ce que voulaient les immigrants et s'ils étaient amicaux.

Samoset revint avec la nouvelle qu'il avait été accueilli à la colonie, qu'on lui avait donné à manger et à boire et qu'il avait été logé pour la nuit, et qu'il pensait que les colons pouvaient être utiles à Massasoit. Massasoit envoya alors Samoset avec Squanto, suivi de quelques-uns de ses guerriers. Samoset présenta Squanto qui présenta ensuite Massasoit et ses braves. Après l'échange de cadeaux, Squanto servit d'interprète pendant qu'un traité de paix était rédigé et signé, promettant un soutien et un respect mutuels entre les colons et la confédération Wampanoag. Par la suite, Massasoit dit à Squanto de rester au village et d'aider les colons de toutes les manières possibles.

Supprimer la pub
Advertisement

Sauveur des Pèlerins et premier Thanksgiving

La vision traditionnelle de Massasoit, Squanto et Samoset, telle qu'elle est encouragée par les manuels scolaires et diverses œuvres littéraires des États-Unis depuis le XIXe siècle, est celle de "nobles sauvages" qui décidèrent d'aider les pèlerins en difficulté par pure bonté d'âme et qui furent remerciés plus tard par une invitation à une fête des moissons, connue sous le nom de "premier Thanksgiving". En réalité, chacun des trois avait ses propres raisons pour s'engager auprès des colons. Samoset rendait service à Massasoit mais, ayant déjà eu affaire à des Européens, il aurait voulu apprendre de première main ce que ces nouveaux arrivants signifiaient pour l'avenir de son peuple et pour lui-même. Inversement, si Samoset était le prisonnier de Massasoit (comme le prétend le colon Thomas Morton, c. 1579-1647), il avait été envoyé non seulement parce qu'il parlait anglais mais aussi parce qu'il était remplaçable. Massasoit cherchait à forger une alliance, et Squanto, dans un premier temps du moins, agissait sur les ordres de Massasoit.

Samoset
Samoset
Internet Archive Book Images (Public Domain)

Après la signature du traité, Massasoit et Samoset retournèrent à leur village, connu des colons sous le nom de Sowams, à 40 miles (64 km) de Plymouth mais, comme Bradford le raconte dans Of Plymouth Plantation,

Squanto resta avec eux [les colons], fut leur interprète et devint un instrument spécial envoyé par Dieu pour leur bien, au-delà de leur attente. Il leur montra comment planter leur maïs, où prendre du poisson et d'autres denrées, et les guida vers des lieux inconnus, et ne les quitta jamais jusqu'à sa mort. (Livre II. ch. 1)

La colonie s'épanouit grâce à l'aide de Squanto, qui non seulement leur apprit à cultiver, à pêcher et à chasser, mais servit aussi d'interprète dans les accords commerciaux qui donnèrent aux colons le monopole du commerce des fourrures dans la région. Tout au long de l'année 1621, Squanto se montra indispensable à la colonie, mais rien dans les documents primaires ne prouve que lui ou l'un des Amérindiens aient été invités à une fête de la récolte cet automne-là pour les remercier de leur aide. Bradford, dans Of Plymouth Plantation, note seulement qu'ils avaient recouvré la santé et qu'ils étaient "abondamment approvisionnés", "chaque famille ayant sa part" au moment de la récolte (Livre II. ch. 2), tandis que le récit de Mourt's Relation - le récit de première main écrit par Bradford et Winslow - donne le récit plus détaillé qui est si souvent réimprimé comme l'histoire du premier Thanksgiving :

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Notre récolte étant rentrée, notre gouverneur envoya quatre hommes à la chasse aux oiseaux, afin que nous puissions nous réjouir ensemble d'une manière particulière après avoir recueilli le fruit de nos travaux. Ces quatre hommes tuèrent en un jour autant de volailles qu'ils purent, avec un peu d'aide en plus, servir à la compagnie pendant presque une semaine. À ce moment-là, parmi d'autres loisirs, nous avons exercé nos armes, beaucoup d'Indiens sont venus parmi nous, et parmi les autres, leur plus grand roi, Massasoit, avec quelque quatre-vingt-dix hommes, que nous avons accueillis et festoyés pendant trois jours, et ils sont sortis et ont tué cinq cerfs, qu'ils ont apportés à la plantation et offerts à notre gouverneur, et au capitaine [Myles Standish] et d'autres. (82)

Rien ne suggère qu'une invitation ait été envoyée à Massasoit ou à d'autres, mais il est fait mention des colons tirant avec leurs armes ("nous avons exercé nos armes"), suivi du détail que Massasoit et 90 de ses guerriers sont ensuite venus parmi eux. Bradford et Winslow notent tous deux que les indigènes venaient fréquemment à la colonie après la signature du traité afin de faire du commerce, et il est probable que Massasoit et ses hommes étaient justement en mission. Il est également probable qu'en entendant les coups de feu, Massasoit se soit précipité au village pour voir si les colons avaient besoin d'aide, conformément aux termes du traité. Squanto était très probablement présent au festin, puisqu'il avait été posté avec les pèlerins, et un autre guerrier - le bras droit de Massasoit - Hobbamock (m. c. 1643) devait également être présent, car lui et sa famille étaient également venus vivre parmi les colons.

Conflit et mort

Hobbamock, comme Massasoit, ne faisait pas confiance à Squanto car ce dernier avait vécu parmi les immigrants dans leur propre pays, connaissait bien leur langue, et comme personne d'autre ne le faisait, il n'y avait aucun moyen de savoir si Squanto interprétait en toute honnêteté. Il s'avéra que les craintes de Hobbamock étaient justifiées, car Squanto avait poursuivi ses propres intérêts parmi les différentes tribus de la confédération Wampanoag dans le but de saper l'autorité de Massasoit et de prendre sa place en tant que chef.

Il raconta à ses compatriotes autochtones que les colons avaient stocké la peste dans des barils sous leurs maisons et qu'ils pouvaient la libérer à volonté sur qui ils voulaient. En échange d'un prix, Squanto leur dit qu'il pouvait s'attirer les faveurs des étrangers et leur offrir sa protection. Il reçut ainsi des cadeaux d'une grande richesse et s'imposa comme homme fort dans la région. Squanto était "la langue des Anglais" et prétendait qu'il était le seul à avoir l'autorité pour protéger le peuple de la colère des Anglais et de leur dieu ou pour les encourager à libérer la peste et à tuer tout le monde.

Le plan de Squanto finit par être dévoilé lorsqu'il orchestra une duperie élaborée visant à faire attaquer Massasoit par les colons.

Hobbamock découvrit le plan de Squanto lorsqu'il l'entendit parler des barils cachés sous les maisons des colons et, au lieu de l'interroger, il alla directement demander à Bradford et aux autres. Ils lui expliquèrent que les barils contenaient des denrées alimentaires et que ce n'était pas eux mais la volonté de Dieu qui les avait amenés là ou les avait protégés de la peste. Le plan complet de Squanto finit par être révélé lorsqu'il orchestra une duperie élaborée destinée à faire attaquer Massasoit par les colons.

Au début de l'été 1622, les colons avaient été informés que les Massachusetts prévoyaient d'attaquer une colonie nouvellement installée à Wessagussett et qu'ils allaient ensuite anéantir Plymouth pour éviter les représailles. Le capitaine Myles Standish (c. 1584-1656) fut envoyé par Bradford pour s'occuper du problème mais, à son arrivée, il ne trouva aucune preuve d'une attaque planifiée. Malgré cela, il tua un certain nombre d'indigènes dans une attaque préventive. Sachant cela, Squanto accepta de servir de guide lors d'une mission commerciale à laquelle participait Standish, laissant Plymouth sans son commandant militaire et son interprète, dans l'espoir que Bradford suive le même schéma et attaque Massasoit sans trop de provocation.

Peu après leur départ, un indigène arriva à la colonie, saignant de la tête, affirmant que Massasoit venait attaquer Plymouth et qu'il avait été blessé en défendant la colonie car il était apparenté à Squanto et savait qu'il était leur ami. Bradford ordonna de tirer le canon, en espérant que Standish soit encore à portée de voix, et le groupe repartit. Hobbamock leur dit qu'il n'y avait aucune chance que Massasoit prépare une attaque puisque, en tant que second, il en aurait été informé, et sa femme fut alors envoyée au village de Massasoit pour voir s'il y avait des préparatifs de guerre. Elle rapporta qu'il n'y en avait pas, et que Massasoit ne semblait pas avoir de mauvaise volonté envers la colonie.

Selon Bradford et Winslow, Squanto fut "vivement réprimandé" par Bradford, mais lorsque Massasoit en eut vent et demanda que Squanto lui soit remis pour être exécuté, Bradford refusa, affirmant à juste titre que Squanto avait trop de valeur pour eux pour être abandonné. Plus tard, lors d'une mission commerciale avec Bradford, Squanto eut un saignement de nez qui, selon lui, annonçait sa mort imminente. Bradford resta à ses côtés alors qu'il demandait des prières pour qu'il aille au paradis du dieu chrétien et donna ses possessions personnelles avant de mourir, selon Bradford, de la "fièvre indienne". On a toutefois émis l'hypothèse qu'il aurait été empoisonné par des agents de Massasoit qui auraient eu recours à cette méthode d'élimination de son ennemi pour éviter tout conflit avec Bradford.

Massasoit, Great Sachem of the Wampanoag
Massasoit, Grand Sachem du Wampanoag
Cyrus E. Dallin (Public Domain)

Conclusion

En dehors des sources primaires de Bradford et Winslow, Squanto est rarement mentionné dans les premiers ouvrages sur la colonie de Plymouth et ne commence à apparaître dans les récits ultérieurs qu'après le succès du poème The Song of Hiawatha ( 1855) du poète américain Henry Wadsworth Longfellow (1807-1882), qui popularisa également l'histoire des pèlerins dans The Courtship of Miles Standish ( 1858). Squanto n'apparaît pas dans Hiawatha, mais le concept de "noble sauvage" est central et semble avoir été appliqué à Squanto après 1863, lorsque Thanksgiving fut déclaré fête nationale aux États-Unis et que le récit du premier Thanksgiving commença à être réimprimé chaque année.

En réalité, Squanto n'était ni plus ni moins "noble" ou "sauvage" que n'importe lequel des colons de Plymouth ou de la confédération Wampanoag. Les autochtones d'Amérique du Nord étaient loin d'être les amoureux de la nature naïfs et innocents ou les brutes ignorantes que les récits anglais ultérieurs dépeignent. Ils connaissaient aussi bien les intrigues politiques que les Européens ; ils menaient simplement ces intrigues différemment.

Squanto n'est connu que par les récits de Bradford et de Winslow, qui ne peuvent fournir que des comptes rendus de ce qui s'est passé, et non de la raison pour laquelle cela s'est passé. Il est probable, cependant, que Squanto, ayant perdu tout ce qu'il avait connu à cause des maladies apportées par les immigrants et forcé de vivre essentiellement comme un serviteur de Massasoit, avait vu une occasion de regagner quelque chose pour lui-même et l'avait saisie, une vision de l'homme que Bradford lui-même suggère et qui est beaucoup plus réaliste et compréhensible que la vision traditionnelle de Squanto comme le sauvage serviable et noble.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qui était Squanto ?

Squanto est un autochtone de la nation Patuxet qui aida les pèlerins de la colonie de Plymouth à survivre dans le Nouveau Monde.

Quel était le vrai nom de Squanto ?

Le vrai nom de Squanto était Tisquantum. "Squanto" est un surnom que lui donna William Bradford.

Squanto a-t-il vraiment comploté contre les pèlerins et la confédération des Wampanoag ?

Oui, Squanto aurait monté les colons et les autochtones les uns contre les autres dans le but de s'emparer du pouvoir.

Comment Squanto est-il mort et quand?

Squanto mourut en 1622 d'une "fièvre", mais les historiens pensent aujourd'hui qu'il aurait peut-être été empoisonné par Massasoit pour avoir tenté de monter un coup d'État et de prendre le contrôle de la confédération des Wampanoag.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2020, novembre 24). Squanto [Squanto]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19301/squanto/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Squanto." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 24, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19301/squanto/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Squanto." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 24 nov. 2020. Web. 18 avril 2024.

Adhésion