Andrea Palladio

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2758 / $18000

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 19 novembre 2020
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
X
San Giorgio Maggiore Church, Venice (by Didier Descouens, CC BY-SA)
Église San Giorgio Maggiore de Venise
Didier Descouens (CC BY-SA)

Andrea Palladio (1508-1580) était un architecte italien de la Renaissance, surtout connu pour les villas qu'il conçut à Vicence et dans ses environs, ainsi que pour deux grandes églises à Venise. Palladio mélangea des éléments de l'architecture classique, en particulier les ordres, pour créer des bâtiments harmonieux et connut un tel succès qu'il devint le principal architecte du nord de l'Italie. Il écrivit également un ouvrage sur l'architecture qui eut une influence considérable, les Quatre livres de l'architecture. Ses idées, tant sur la pierre que sur le papier, influencèrent des architectes aussi éloignés que ceux dans l'Angleterre des Tudor et même les Amériques.

Jeunesse

Andrea Palladio vit le jour le 30 novembre 1508 à Padoue, en Italie. Il s'appelait Andrea di Pietro della Gondola et son père était un modeste meunier. Andrea étudia la taille de la pierre et la sculpture à Padoue, puis, en 1524, il s'installa à Vicence où il rejoignit la guilde des tailleurs de pierre et gagna sa vie en produisant des sculptures décoratives et des monuments. Dans les années 1530, Andrea travailla comme maçon pour le comte Trissino, érudit et poète humaniste. En plus de travailler sur la villa de Trissino, le comte initia Andrea aux idéaux de l'humanisme de la Renaissance et entreprit son éducation à l'architecture classique. C'est d'ailleurs de là que vient son nom, "Palladio", car Trissino utilisa ce nom pour un personnage dans l'un de ses poèmes, en référence à la déesse grecque de la sagesse, Pallas Athéna.

Supprimer la pub
Publicité
Palladio cherchait à reproduire la symétrie et les proportions des bâtiments de la Rome antique.

En 1541, Palladio se rendit pour la première fois à Rome, où il put étudier de première main les bâtiments de la Rome antique qui avaient survécu, ainsi que des exemples d'architecture de la Haute Renaissance, comme le Tempietto de San Pietro de Donato Bramante (c. 1444-1514), achevé vers 1510. Il combina cette étude pratique avec une appréciation des écrits de l'architecte romain Vitruve (c. 90 - c. 20 av. J.-C.) et des ouvrages sur l'architecture de Sebastiano Serlio (1475-1554), qui venaient d'être publiés mais qui avaient déjà une grande influence. Palladio rassembla toutes ces idées pour imiter et réimaginer la sévérité et la grandeur de l'architecture romaine dans ses propres bâtiments.

Basilica Palladiana, Vicenza by Palladio
Basilique palladienne, Vicence par Palladio
Ylenia (CC BY-SA)

Bâtiments de Palladio à Vicence

Le premier projet architectural connu de Palladio est une commande passée en 1546 pour la construction d'une nouvelle façade pour l'hôtel de ville de Vicence (connue par la suite sous le nom de Basilica Palladiana). Comme d'autres architectes de la Renaissance, tels que Leon Battista Alberti (1404-1472), l'avaient fait pour les églises de Florence et de Rimini, Palladio ignora la forme médiévale de l'enveloppe du bâtiment et la recouvrit d'un ensemble d'inspiration classique composé d'arcs et de colonnes couvrant deux étages. Les arcs créent ce que l'on appelle désormais la "fenêtre palladienne", c'est-à-dire une paire de colonnes doubles plus courtes soutenant l'arc, chacune d'entre elles étant flanquée d'une seule colonne plus haute. L'œuvre fut considérée un vrai chef d'œuvre et Palladio conçut bientôt des palais et des villas à Vicence et dans la région environnante de la Vénétie.

Supprimer la pub
Publicité

Palladio s'intéressait particulièrement à la symétrie et aux proportions des bâtiments de la Rome antique. Parmi les exemples de son travail, citons la Villa Valmarana, dite "La Rotonda", près de Vicence, construite vers 1551. La villa "Rotonda" s'inspire clairement du Panthéon de Rome (c. 125), mais Palladio y ajouta trois portiques à colonnes géantes, un pour chaque côté de la villa. La partie centrale de l'édifice est surmontée d'une coupole peu profonde. Les villas de campagne de Palladio sont généralement construites en briques recouvertes de stuc et contiennent des pièces de différentes tailles disposées autour d'un hall central en forme de dôme. D'autres caractéristiques communes sont un sous-sol surélevé, d'impressionnants porches à colonnades et l'utilisation importante de stucs décoratifs. Palladio était également très intéressé par l'harmonie mathématique, ce qui se reflète dans les dimensions précises des pièces de ses villas, à la fois en elles-mêmes et les unes par rapport aux autres. Ces villas sont souvent reliées aux bâtiments agricoles adjacents par des loggias droites ou courbes. Une autre caractéristique récurrente est une cour entourée de murs, située devant la villa et conçue pour prolonger la symétrie et les proportions de l'ensemble.

Villa 'La Rotonda' by Palladio
Villa « La Rotonda » de Palladio
Hans A. Rosbach (CC BY-SA)

Parallèlement, dans un environnement suburbain, Palladio construisit le Palazzo della Ragione (Basilique Palladienne) à Vicence et de nombreuses autres villas telles que la Villa Malcontenta, la Villa Pisani et la Villa Cornaro. Son Palazzo Chiericati, vers 1550, présente une façade à deux étages hérissée de colonnes - doriques à l'étage inférieur et ioniques à l'étage supérieur. Le Teatro Olimpico, théâtre de l'Académie de Vicence, vers 1580, fut un projet tout à fait différent. Comme le théâtre était destiné à accueillir des pièces classiques, le projet de Palladio était, à juste titre, une reconstruction directe de l'ancien théâtre romain d'Orange, dans le sud de la France, et une description d'un théâtre antique par Vitruve. Pour imiter le théâtre antique en plein air, Palladio fit peindre son plafond pour qu'il ressemble à un ciel avec des nuages.

Supprimer la pub
Publicité

Les quatre livres de l'architecture et autres œuvres

Lors d'un autre séjour prolongé à Rome, entre 1554 et 1556, Palladio approfondit son étude des ruines romaines et publia Le antichità di Rome ou Les antiquités de la ville de Rome. Cataloguant les ruines visibles par les visiteurs, ce livre devint le guide standard de Rome jusqu'au milieu du XVIIIe siècle.

En 1556, Palladio participa à la rédaction d'un autre ouvrage important, cette fois une nouvelle édition illustrée de l'ouvrage de Vitruve Sur l'architecture, qu'il réalisa pour un éditeur vénitien en collaboration avec l'érudit Daniele Barbaro.

Palazzo Chiericati, Vicenza by Palladio
Palazzo Chiericati, Vicence par Palladio
Ernesto Sguotti (CC BY-SA)

Palladio écrivit lui-même plusieurs livres illustrés sur l'architecture. Son œuvre majeure, I quattro libri dell'Architettura ou Les quatre livres de l'architecture, fut publiée pour la première fois en 1570. Immédiatement populaire auprès des architectes, l'ouvrage fut traduit dans plusieurs autres langues européennes, dont quatre éditions en anglais entre 1663 et 1738. Le livre I traite des matériaux, de la décoration et des ordres classiques. Le livre II examine les types d'habitations rurales et suburbaines. Le livre III traite des bâtiments publics tels que les basiliques, les ponts et l'urbanisme. Enfin, le livre IV traite des reconstructions de temples romains connus qui ne subsistaient alors qu'à l'état de ruines. L'ouvrage contribua à la diffusion des idées de Palladio sur l'architecture car, bien qu'il se soit concentré sur l'architecture classique, l'auteur utilisa souvent ses propres dessins pour illustrer les descriptions.

Supprimer la pub
Publicité

Les églises vénitiennes

En 1565, Palladio commença à travailler sur la basilique San Giorgio Maggiore de Venise, un bâtiment inspiré de la basilique de Maxence du IVe siècle de notre ère, située sur le Forum romain à Rome. L'église ne fut achevée qu'en 1610, mais elle suit fidèlement les intentions initiales de Palladio. La façade, qui comporte des colonnes sur des bases massives surmontées de chapiteaux corinthiens, est constituée de deux fronts de temple imbriqués l'un dans l'autre. Il s'agit d'une solution innovante pour recouvrir un bâtiment en pente d'une façade symétrique selon des lignes classiques. Les niches abritent les statues de saint Georges et de saint Étienne, ainsi que les bustes des doges (souverains vénitiens). L'intérieur présente un plan en croix latine inversée avec une nef, deux bas-côtés et une grande coupole. Les œuvres d'art à l'intérieur comprennent deux tableaux du Tintoret (c. 1518-1594).

Il Redentore, Venice by Palladio
Il Redentore, Venise de Palladio
Alainauzas (CC BY-SA)

En 1576, Palladio conçut l'église aujourd'hui communément appelée du Redentore (Christ Rédempteur), également à Venise, plus précisément sur l'île de la Giudecca. L'église avait été commandée en remerciement de la disparition d'une autre terrible vague de peste noire, mais elle ne fut achevée qu'en 1580. La façade en pierre d'Istrie, d'un blanc éclatant, contraste fortement avec la maçonnerie rouge du reste de l'édifice. L'aménagement intérieur du Rendetore reflète sa fonction d'hôte du doge lors de la grande procession ayant lieu chaque année le troisième dimanche de juillet, jour de la fête du Rédempteur. En conséquence, la nef est inhabituellement large et dépourvue de bas-côtés. L'intérieur est très peu décoré et essentiellement blanc, Palladio préférant donner du caractère à l'église par le jeu de la lumière abondante sur ses colonnes et arcs corinthiens. La luminosité de l'intérieur est due en grande partie aux grandes fenêtres semi-circulaires remplies de verre remarquablement clair, une spécialité des ateliers de la ville de Murano, connue sous le nom de cristallo.

Les spécialistes ont identifié un "mouvement palladien" distinct dans l'architecture, souvent appelé palladianisme.

Ces deux églises vénitiennes contiennent des éléments que l'on retrouve dans les thermes romains, tels que de multiples zones voûtées divisées par des écrans de colonnes. Outre les églises, Palladio conseilla les dirigeants de Venise sur les fortifications de la ville et conçut des décorations pour l'intérieur du palais des Doges. Son travail ne fut toutefois pas toujours couronné de succès: son projet pour le pont du Rialto fut rejeté au profit de celui d'Antonio da Ponte (1512-1597).

Supprimer la pub
Publicité

Mort et héritage

Palladio mourut en août 1580 à Vicence. Ses dessins, modèles et motifs avaient déjà attiré l'attention des architectes en Italie et à l'étranger, ses livres sur l'architecture devenant encore plus populaires que les ouvrages similaires de Serlio, qui avaient déjà connu un grand succès. Un imitateur notable fut l'architecte anglais Inigo Jones (1573-1652) qui collectionna des dessins originaux de Palladio après une visite en Italie et introduisit ainsi son style en Angleterre. Jones conçut des structures aussi imposantes que la Maison de la Reine à Greenwich et la Maison des banquets à Whitehall, à Londres, toutes deux dans la deuxième décennie du XVIIe siècle. Les projets de Palladio étaient également populaires en Irlande et dans les colonies américaines, ce qui conduisit les spécialistes à identifier un "mouvement palladien" distinct dans l'architecture, souvent appelé palladianisme. La contribution la plus visible de Palladio à l'architecture mondiale reste peut-être son utilisation de la façade classique d'un temple comme porche d'entrée couvert, qui fut copiée depuis lors dans des bâtiments allant de modestes maisons de campagne à de grandes bibliothèques publiques.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2020, novembre 19). Andrea Palladio [Andrea Palladio]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19285/andrea-palladio/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Andrea Palladio." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 19, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19285/andrea-palladio/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Andrea Palladio." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 19 nov. 2020. Web. 18 juil. 2024.

Adhésion