Giovanni Bellini

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 05 octobre 2020
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol, Turc
X
Lady at Her Toilet by Giovanni Bellini (by Google Cultural Institute, Public Domain)
Jeune femme à sa toilette, Bellini
Google Cultural Institute (Public Domain)

Giovanni Bellini (c. 1430-1516) était un artiste italien de la Renaissance, connu pour son utilisation novatrice de la couleur, son intérêt pour la lumière et l'importance qu'il accordait au travail au pinceau. Aujourd'hui, Giovanni est reconnu comme le plus innovant et le plus influent des peintres de la famille Bellini et ses œuvres vont du portrait au retable. Parmi ses chefs-d'œuvre figurent l'Extase de saint François, superbement détaillée et naturaliste, et le portrait hyperréaliste du doge Leonardo Loredan. L'œuvre de Bellini exerça une influence considérable sur ses contemporains vénitiens, et cette influence se poursuivit dans l'œuvre de ses élèves, parmi lesquels le Titien (vers 1487-1576).

La famille Bellini

Giovanni Bellini naquit vers 1430, fils du célèbre artiste vénitien Jacopo Bellini (c. 1400 - c. 1470). Le frère aîné de Giovanni était Gentile Bellini (c. 1429-1507), qui devint également un artiste célèbre. Gentile Bellini connut un grand succès en tant qu'artiste de la cour de Frédéric III, empereur romain germanique (r. de 1452 à 1493) et du sultan Mehmed II, souverain de l'Empire ottoman (r. de 1444 à 46 et de 1451 à 81). Gentile travailla également sur plusieurs commandes pour les Doges de Venise, mais malgré ces clients illustres, c'est la contribution de Giovanni à l'art occidental qui serait la plus estimée par les critiques des générations suivantes.

Supprimer la pub
Publicité
L'utilisation par Bellini de la peinture à l'huile au début de sa carrière lui permit d'obtenir des couleurs plus vives et plus riches, des superpositions plus importantes et un travail plus rapide.

Les artistes de la famille Bellini travaillaient en étroite collaboration dans le même atelier à Venise. Les deux frères sont connus pour avoir collaboré à certaines œuvres de leur père, par exemple au panneau du retable de la Descente de Jésus dans les limbes, aujourd'hui conservé au Museo Civico de Padoue. Giovanni termina même le tableau de son frère Gentile, Saint Marc prêchant à Alexandrie, aujourd'hui à la Pinacothèque de Brera à Milan. En effet, l'attribution précise de certaines œuvres à Giovanni est problématique en raison du grand nombre d'assistants travaillant dans l'atelier familial Bellini et du style variable de l'artiste au fil des ans. Enfin, un autre lien artistique familial est le beau-frère de Giovanni, Andrea Mantegna (c. 1431-1506), qui avait épousé sa sœur Nicolosia et qui était célèbre pour son utilisation novatrice de la perspective dans les peintures et les fresques.

Crucifixion by Giovanni Bellini
Crucifixion de Giovanni Bellini
Web Gallery of Art (Public Domain)

Premières œuvres

Bien qu'il ait utilisé certaines des idées de son père dans des carnets de croquis, le style de Giovanni finirait par s'éloigner de façon spectaculaire de celui de son père qui, dans les quelques œuvres qui subsistent, était plutôt austère en comparaison. Comme d'autres artistes de la Renaissance, Bellini s'attacha à donner à ses peintures un sentiment de profondeur et de perspective. On peut le constater dans des œuvres telles que la Crucifixion du milieu des années 1450 et la détrempe (tempera) sur bois de 1465 environ, L'Agonie dans le jardin (National Gallery, Londres). Dans le premier tableau, Bellini semble avoir été beaucoup plus préoccupé par la représentation d'un arrière-plan panoramique réaliste que par les personnages principaux du premier plan. La profondeur est réelle lorsqu'une route sinueuse et apparemment interminable finit par se fondre dans les collines lointaines. Un autre élément remarquable est le tourbillon vaguement défini de chérubins au-dessus de la croix. La coloration tonale et les figures allongées sont typiques des premières œuvres de Bellini et rappellent le style de son père. Un autre exemple de l'utilisation par l'artiste de couleurs sombres pour des scènes de deuil au début de sa carrière est le Christ mort soutenu par la Madone et Saint Jean, peint au milieu des années 1460 et actuellement conservé à la Pinacothèque de Brera à Milan.

Supprimer la pub
Publicité

Vers la couleur

Au milieu de sa carrière, Giovanni semble s'être tourné vers la technique du colore (alias colorito), c'est-à-dire l'utilisation de la juxtaposition de couleurs contrastées pour définir une composition. Cela peut refléter l'influence du célèbre peintre à l'huile Antonello da Mesina (c. 1430-1479) après son séjour à Venise entre 1475 et 1476. Messina avait lui-même été en contact avec les méthodes des peintres à l'huile flamands, pionniers du réalisme dans l'art. Le portrait du doge Leonardo Loredan (National Gallery, Londres), peint vers 1500, est un bon exemple de Bellini utilisant cette technique en action. Le portrait est tellement hyperréaliste qu'il ressemble curieusement à une version bidimensionnelle colorée d'un buste de sculpture. La finesse des détails de la peinture reflète peut-être l'influence du peintre allemand Albrecht Dürer (1471-1528), que Bellini admirait pour la précision de son coup de pinceau. Une autre évolution dans le travail de Bellini fut l'utilisation de la peinture à l'huile, beaucoup plus polyvalente, au lieu de la détrempe qu'il avait presque exclusivement utilisée au début de sa carrière. La peinture à l'huile permit d'obtenir des couleurs plus vives et plus riches, des superpositions plus importantes et un travail plus rapide.

Ecstasy of Saint Francis by Giovanni Bellini
L'Extase de Saint François de Giovanni Bellini
Google Cultural Institute (Public Domain)

Un tableau où la source de lumière est utilisée pour ajouter de la couleur à la scène et pour faire ressortir les éléments de l'arrière-plan de manière très détaillée est l'Extase de Saint François (alias Saint François dans le désert), achevé en 1480 et qui se trouve maintenant dans la Frick Collection, à New York. La lumière semble envelopper le saint et le bureau derrière lui de manière bénéfique. Une autre caractéristique intéressante est le nombre d'objets et d'animaux peints par Bellini pour symboliser des épisodes de la vie de François ou pour indiquer la pauvreté et l'humilité, les grands principes selon lesquels les membres de l'ordre franciscain vivaient. Aux yeux d'aujourd'hui, la figure de saint François semble accessoire par rapport à l'arrière-plan du paysage, avec ses falaises grises et sa lointaine ville fortifiée. Comme le fait remarquer l'historien de l'art et ancien directeur de la National Gallery de Londres Philip Hendy, Bellini "est devenu l'un des plus grands peintres de paysages. Son étude de la lumière extérieure était telle que l'on peut déduire non seulement la saison représentée mais presque l'heure du jour". Il est assez curieux qu'un peintre vivant dans une Venise détrempée développe une telle passion pour les paysages.

Supprimer la pub
Publicité

Le style de Bellini évolua, tout comme l'orientation de ses sujets: des scènes religieuses de dévotion aux mythologies plus naturalistes dans la dernière partie de sa carrière. Voir, par exemple, son tableau lumineux et ludique du Festin des dieux, qui se trouve actuellement à la National Gallery of Art de Washington. Une autre évolution tardive de l'œuvre de Bellini est l'adoption d'une approche plus érotique des figures féminines, conformément à la tendance générale de l'art de la Renaissance au début du XVIe siècle. Tout au long de sa carrière, Bellini reçut des commandes de personnalités riches et importantes, mais qui n'étaient pas tout à fait les grands et puissants mécènes d'autres artistes de la Renaissance, comme le pape pour Michel-Ange (1475-1564) et Côme Ier de Médicis, duc de Florence (r. de 1537 à 1569) pour Benvenuto Cellini (1500-1571). Il n'était pas facile de persuader des personnages au caractère aussi fort d'accepter des innovations, et Bellini avait peut-être ici l'avantage sur d'autres grands artistes.

San Zaccaria Altarpiece by Giovanni Bellini
Retable San Zaccaria de Giovanni Bellini
Didier Descouens (Public Domain)

Retables

Bellini produisit cinq retables majeurs pour des églises entre les années 1470 et 1513. Ils étaient destinés aux églises de Pesaro, Frari, San Giobbe, San Zaccaria et San Giovanni Crisostomo à Venise. Les panneaux centraux de ces retables reprennent le thème de la sacra conversazione, c'est-à-dire la Vierge à l'Enfant entourée de saints et de fidèles. Pièces monumentales de plusieurs mètres de haut, les panneaux sont encadrés de manière élaborée pour imiter les développements architecturaux contemporains et sont beaucoup plus grands et plus accrocheurs que les retables produits ailleurs, notamment aux Pays-Bas. Dans un clin d'œil à l'histoire byzantine de Venise, certains de ces retables comportent des effets de mosaïque dorée dans les dômes intérieurs de l'architecture de fond.

Bellini utilisa de petites astuces de perspective qui semblent donner à ses personnages plus d'espace pour exister.

L'œuvre de San Zaccaria est souvent considérée comme la plus belle du lot et, achevée vers 1505, elle est curieusement pieuse et tranquille. Cette ambiance, que l'on perçoit le mieux dans le panneau central de 5 mètres de haut, est obtenue grâce à l'arrière-plan architectural symétrique, qui, curieusement, s'ouvre sur les côtés sur un paysage arboré et qui n'est donc pas censé simplement prolonger les murs de l'église. Un effet apaisant plus explicite provient du nombre réduit de personnages par rapport à la tradition de ce genre de scènes, ainsi que de la disposition et de l'attitude de ces personnages, qui regardent tous vers le bas. Il existe également de petites astuces de perspective qui semblent donner aux personnages plus d'espace pour exister. Ces techniques comprennent les colonnes derrière les colonnes, le sol en damier et le plafond en dôme. Malgré la tranquillité de la scène, Bellini ne négligea pas son amour de la couleur, comme en témoignent les robes vibrantes de bleu, rouge, jaune et vert.

Supprimer la pub
Publicité

Doge Leonardo Loredan by Giovanni Bellini
Le doge Leonardo Loredan par Giovanni Bellini
National Gallery, London (Public Domain)

Le Grand Conseil de Venise

Malgré ses succès, Giovanni fut toujours quelque peu éclipsé par son frère Gentile de son vivant, en grande partie à cause de son ancienneté en âge. Un exemple en est la commande faite à Gentile d'achever un grand cycle de peintures historiques pour le Grand Conseil de Venise. Cependant, en 1479, Gentile fut envoyé en mission diplomatique à Constantinople et Giovanni fut le choix naturel pour poursuivre le travail. C'est ce qu'il fit, ajoutant peut-être sept tableaux entièrement nouveaux à la collection. Les critiques considéraient ces nouvelles toiles comme faisant partie des meilleures jamais réalisées par l'artiste, mais malheureusement pour la postérité, un incendie ravagea le bâtiment un siècle plus tard, en 1577, et détruisit toutes les œuvres d'art.

Héritage

Peintre toujours prolifique, Bellini continua à travailler jusqu'à ses quatre-vingts ans. Parmi ses chefs-d'œuvre ultérieurs, citons L'ivresse de Noé (1514) et La Jeune femme à sa toilette (1515). Comme le déclara si bien le célèbre peintre allemand de la Renaissance Albrecht Dürer en 1506, Bellini "était très vieux, mais toujours le meilleur en peinture" (Hale, 47). Bellini mourut à Venise en 1516 et fut enterré aux côtés de son frère dans la basilique des Saints-Jean-et-Paul de la ville.

Giovanni Bellini influença l'art de la Renaissance non seulement par les effets de son œuvre sur ses contemporains, mais aussi par l'intermédiaire de trois de ses plus célèbres apprentis : Palma Vecchio (c. 1480-1528), Giorgione (c. 1478-1510) et le Titien. En bref, les œuvres, l'atelier et les élèves de Bellini firent en sorte qu'au lieu de la prédominance de la ligne et de la forme, ce serait désormais la couleur et les coups de pinceau qui primeraient dans l'art de la Renaissance. Comme l'affirme avec audace le Thames & Hudson Dictionary of the Italian Renaissance , "Bellini changea le cours de la peinture vénitienne et jeta les bases d'une révolution dans l'histoire de l'art européen." (46).

Supprimer la pub
Publicité

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2020, octobre 05). Giovanni Bellini [Giovanni Bellini]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19197/giovanni-bellini/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Giovanni Bellini." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 05, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19197/giovanni-bellini/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Giovanni Bellini." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 05 oct. 2020. Web. 28 mai 2024.

Adhésion