Giovanni Boccaccio

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 29 octobre 2020
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Giovanni Boccaccio, Uffizi (by JoJan, Public Domain)
Giovanni Boccaccio, Galerie des Offices, Florence
JoJan (Public Domain)

Giovanni Boccaccio (alias Jean Boccace 1313-1375) était un poète, écrivain et érudit italien. Son œuvre la plus célèbre et la plus influente est le Décaméron, achevé en 1353, dans lequel ses dix personnages présentent 100 récits de la vie quotidienne. Le livre aborde toutes sortes de thèmes profanes et donne une description vivante de la peste noire, qui venait de frapper la Toscane, la région natale de Boccaccio.

Écrivant en langue vernaculaire et non en latin, Boccaccio, tout comme Dante Alighieri (1265-1321) et Pétrarque (1304-1374), contribua à promouvoir l'utilisation du toscan comme langue légitime pour la littérature poétique. Dans la dernière partie de sa carrière, Bocaccio se tourna davantage vers le latin et les études de la littérature classique; il composa une généalogie influente de la mythologie romaine et grecque, écrivit une biographie de Dante et donna des conférences publiques sur les œuvres de cet écrivain.

Supprimer la pub

Advertisement

Jeunesse et œuvre

Giovanni Boccaccio naquit en Toscane (soit à Certaldo, soit à Florence) en 1313 et passa son enfance à Florence. Son père était Boccaccio di Chellino, un marchand toscan, mais on ne sait rien de sa mère, si ce n'est qu'elle était peut-être française (on pensait autrefois qu'il était né à Paris). Vers l'âge de 15 ans, Giovanni fut envoyé à Naples pour étudier le commerce, la finance et le droit canon. Grâce à ses liens familiaux avec la riche famille Bardi et à son accès à la cour de cette ville, les érudits lui firent découvrir les premières œuvres de Pétrarque. C'est également là qu'il rencontra et tomba amoureux de Fiammetta, une femme qui sera un personnage important dans son œuvre littéraire de la première moitié de sa carrière, y compris le Décaméron. Malheureusement pour Giovanni, les Bardi firent faillite et les finances de son père en souffrirent. Rappelé à Florence vers 1340, Giovanni vit ses perspectives de carrière se dégrader sérieusement et la main implacable de la pauvreté s'abattit sur lui.

Le style de Boccaccio en tant qu'écrivain devenait évident dans son mélange de littérature courtoise médiévale et d'observations lapidaires sur la vie contemporaine.

C'est à Naples que Boccaccio commença à écrire. Son premier court poème connu est la Chasse de Diane (Caccia di Diana) et il y a aussi un poème plus long, Filostrato. Une longue œuvre en prose, également sur un thème romantique, s'intitule Filocolo. Boccaccio poursuivit ses ambitions littéraires à Florence et acheva sa Teseida, un poème épique se déroulant dans la Grèce antique, toujours sur un thème romantique. Il est également significatif que la Teseida ait été écrite dans la langue vernaculaire toscane et non en latin. Toutes ces œuvres furent écrites entre 1335 et 1341. Déjà, le style de Boccaccio en tant qu'écrivain devenait évident dans son mélange de littérature d'amour courtois médiévale, d'observations lapidaires sur la vie contemporaine en Italie, et son utilisation audacieuse et imaginative du dialecte toscan.

Supprimer la pub

Advertisement

Les affaires personnelles de Boccaccio au milieu de sa vie sont en grande partie inconnues, si ce n'est qu'il semble avoir connu des difficultés financières et qu'il passa les années 1345-7 à Ravenne puis à Forli avant de revenir à Florence. Les choses s'améliorèrent en 1350 lorsqu'il fut nommé ambassadeur à la cour de Romagne. L'année suivante, il servit hors d'Italie en tant qu'ambassadeur au Tyrol, et en 1354, il remplit le même rôle au Vatican. Il ne cessa jamais d'écrire et produisit de nombreuses poésies et œuvres en prose. Ces œuvres sont peut-être plus remarquables pour sa promotion innovante de l'ottava rima (où les strophes sont formées de huit vers de 11 syllabes), une forme de poésie uniquement utilisée par les ménestrels de bas étage à l'époque. Cependant, c'est son œuvre suivante qui établit son nom une fois pour toutes en tant qu'un des grands écrivains médiévaux.

Giovanni Boccaccio & Florentines Who Have Fled from the Plague
Giovanni Boccaccio et des Florentins qui avaient fui la peste
Koninklijke Bibliotheek (Public Domain)

Le Décaméron

Le Décaméron (Dix jours) est un recueil de contes que Boccaccio compila entre 1348 et 1353. Dans cette œuvre, dix jeunes gens de la haute société tentent d'échapper à la peste noire qui avait provoqué un vrai désastre dans leur ville de Florence. Bocaccio donne une description longue et célèbre de la peste qui coûta la vie à son père, à sa belle-mère et à de nombreux amis. Cette description fournit des informations contemporaines précieuses sur les symptômes des victimes de la peste et les conséquences sociales générales d'une pandémie qui dévasta de nombreuses villes et villages européens.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

mais, au commencement de la maladie, aux hommes comme aux femmes, naissaient à l’aine et sous les aisselles certaines enflures dont les unes devenaient grosses comme une pomme ordinaire, les autres comme un œuf, et d’autres moins, et que le vulgaire nommait bubons pestilentiels. Et des deux parties susdites, dans un court espace de temps, ce bubon mortifère gagnait indifféremment tout le reste du corps. Plus tard, la nature de la contagion vint à changer, et se manifesta par des taches noires ou livides qui apparaissaient sur les bras et sur les cuisses, ainsi que sur les autres parties du corps, chez les uns larges et rares, chez les autres petites et nombreuses. Et comme en premier lieu le bubon avait été et était encore indice certain de mort prochaine, ainsi l’étaient ces taches pour tous ceux à qui elles venaient. Pour en guérir, il n’y avait ni conseil de médecin, ni vertu de médecine qui parût valoir, ou qui portât profit ... La terre sainte étant insuffisante pour ensevelir la multitude des corps qui étaient portés aux diverses églises chaque jour et quasi à toute heure, et comme on tenait surtout à enterrer chacun en un lieu convenable suivant l’ancien usage, on faisait dans les cimetières des églises, tant les autres endroits étaient pleins, de très larges fosses, dans lesquelles on mettait les survenants par centaines.

(Le Décaméron, trad. Traduction par Francisque Reynard. G. Charpentier et Cie, Éditeurs, 1884)

Le groupe de personnages du Décaméron, composé de sept hommes et de trois femmes, se rendit en sécurité dans une villa isolée de la ville toscane de Fiesole. Chaque membre du groupe fut autorisé à devenir le roi ou la reine d'un jour et à dicter aux autres comment ils allaient passer leur temps libre ce jour-là. Le roi ou la reine décidait également du thème des dix histoires, souvent comiques, que chaque membre devait raconter à tous les autres. À la fin de chaque journée de contes, il y a une canzone ou une chanson d'apothéose. Cela se passe sur dix jours et l'œuvre contient donc 100 contes, qui couvrent tout, du commerce à l'adultère. Boccaccio présente également à travers ces histoires le mode de vie et les attitudes de ses personnages, c'est-à-dire les riches de Florence. En général, les portraits sont favorables, et le mélange de comédie et de tragédie montre un groupe de personnes qui suivent certaines conventions mais qui ne jugent pas les choix personnels de style de vie ; les personnages aiment les contes paillards mais ne sont pas sans morale. En fait, l'œuvre pose la question délicate et séculaire de l'écriture de fiction : l'auteur présente-t-il ses propres vues dans ses personnages fictifs, dans leurs histoires fictives, dans les deux ou dans aucun des deux ?

En pleurant, je montre
Combien se plaint avec raison un cœur
De ce qu’Amour soit trahi dans sa foi.

Amour, alors que premièrement
Tu as placé en mon cœur celle pour qui je soupire,
Sans en espérer de salut,
Tu me l’as montrée si remplie de vertu,
Que j’estimai léger tout martyre
Qui, dans mon esprit resté dolent,
Par toi me serait advenu.
Mais mon erreur,
Je la connais maintenant, et non sans douleur.

Ce qui m’a fait connaître mon erreur,
C’est de me voir abandonné de celle
En qui seule j’espérais ;
Car alors que je pensais être le plus
Dans sa faveur et son favori,
Je m’aperçus que, sans se soucier de la peine
Que me causerait ma future disgrâce,

Elle avait recueilli en son cœur
La beauté d’un autre, et qu’elle m’en avait chassé.

Supprimer la pub

Advertisement

(Le Décaméron, trad. Traduction par Francisque Reynard. G. Charpentier et Cie, Éditeurs, 1884)

Proba
Faltonia Proba, De mulieribus claris
Sailko (Public Domain)

D'un point de vue moderne, un thème commun des histoires du Décaméron, dont beaucoup dérivent du folklore médiéval (d'Europe et du monde islamique), est que les humains surmontent les caprices de la fortune et poursuivent leur vie du mieux qu'ils le peuvent. Ce thème explique peut-être son attrait intemporel. À l'époque de sa publication, la structure, la richesse et le rythme rapide de sa prose ne ressemblaient à rien de ce qui avait été écrit auparavant. Composé en langue vernaculaire toscane au lieu du latin habituel, il contribua à la popularité croissante de l'utilisation du langage courant dans la littérature médiévale. En effet, il fut cité au XVIe siècle par l'influent érudit Pietro Bembo (1470-1547) comme le modèle de la prose vernaculaire.

Le Décaméron fut inscrit sur la liste des livres interdits par l'Église catholique au milieu du XVIe siècle.

L'ouvrage fut extrêmement populaire et, avec d'autres œuvres de Boccaccio, il influença des écrivains comme Geoffrey Chaucer (c. 1343-1400) dans ses Contes de Canterbury (publiés vers 1476). En bref, le Décaméron devint la norme à partir de laquelle toute la littérature en prose était jugée en Italie et à l'étranger. Il y eut aussi des critiques, notamment ceux qui trouvaient certaines histoires trop vulgaires, et le livre fut inscrit sur la liste des livres interdits par l'Église catholique au milieu du 16e siècle. Comme souvent aujourd'hui, on peut imaginer que le fait de parler des éléments les plus scabreux du livre ne contribua en rien à en réduire l'intérêt.

Supprimer la pub

Advertisement

L'érudition classique et l'héritage

Après avoir achevé le Décaméron, Boccaccio déplaça son attention littéraire vers des sujets plus importants. En effet, il eut tendance à minimiser sa réussite dans le Décaméron, préférant suivre les tendances de ce qui devint l'humanisme de la Renaissance, c'est-à-dire l'étude des textes classiques et de leur pertinence pour la vie contemporaine. Ce passage de l'écriture de fiction à l'érudition fut probablement dû à sa correspondance et à son amitié avec Pétrarque (1304-1374), poète, érudit et humaniste précoce italien, qu'il rencontra pour la première fois en 1350. Boccacio écrivit dans une lettre à Pétrarque qu'il avait brûlé certains de ses propres poèmes après les avoir comparés défavorablement aux œuvres de Pétrarque. Les deux hommes n'étaient pas toujours d'accord sur tous les sujets. Boccaccio, par exemple, reprochait à Pétrarque de travailler avec les dirigeants des cités-États qui étaient politiquement opposés à Florence. Boccaccio était également très préoccupé par la création d'une tradition florentine de nouvelle littérature avec, en son cœur, Dante, un projet qui n'intéressait pas Pétrarque qui avait peu d'estime pour Dante.

Six Tuscan Poets by Vasari
Portrait de six poètes toscans, Vasari
Minneapolis Institute of Art (Public Domain)

Boccacio étudia le grec et donna une série de conférences publiques sur l'œuvre de Dante dans l'église San Stefano di Badia de Florence en 1373. C'était la première fois qu'un écrivain non classique était étudié par des étudiants de niveau universitaire. Il écrivit également écrit une biographie de Dante (1355, révisée en 1364) et un commentaire sur sa Divine Comédie (vers 1374).

L'intérêt de Boccaccio pour le monde antique se manifeste dans son recueil de biographies de femmes célèbres de l'Antiquité, De mulieribus claris, compilé de 1360 à 1374. Plus important que cette œuvre, cependant, est son Genealogia Deorum Gentilium, achevé dans les années 1360 (ou peut-être plus tôt mais révisé par la suite). Cet ouvrage comportait 728 entrées et, de manière significative, était le premier texte du renouveau classique à donner du poids à la littérature et à la langue grecques. La généalogie fut beaucoup utilisée par les écrivains de la Renaissance plus tard.

Supprimer la pub

Advertisement

Accablé par sa mauvaise santé et sa pauvreté dans ses dernières années, Boccaccio mourut à Certaldo le 21 décembre 1375. Il fut enterré dans l'église San Michele e Jacopo de cette ville. Les œuvres de Boccaccio, ainsi que sa recherche de manuscrits latins "perdus" dans d'obscures bibliothèques monastiques, son intérêt pour les affaires humaines dans le Décaméron, son innovation dans l'utilisation de l'ottava rima et sa promotion de la langue vernaculaire dans la prose, sont autant de raisons pour lesquelles Boccaccio est considéré comme l'un des fondateurs de l'humanisme de la Renaissance et l'une des "trois couronnes de Florence" (les autres étant Dante et Pétrarque).

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un master en philosophie politique et est le directeur d'édition de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2020, octobre 29). Giovanni Boccaccio [Giovanni Boccaccio]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19240/giovanni-boccaccio/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Giovanni Boccaccio." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 29, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19240/giovanni-boccaccio/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Giovanni Boccaccio." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 29 oct. 2020. Web. 23 sept. 2022.

Adhésion