Âge de Pierre

Définition

Cristian Violatti
de , traduit par Camille Schenck
publié le 18 juillet 2014
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, arabe, bosniaque, espagnol
Cave Paintings in the Chauvet Cave (by Thomas T., CC BY-NC-SA)
Peintures rupestres dans la Grotte Chauvet
Thomas T. (CC BY-NC-SA)

Depuis les tout premiers débuts de notre espèce et jusqu’à aujourd’hui, les artefacts en pierre demeurent les principaux restes qui nous sont parvenus en matière de technologie humaine.

L’expression de «l’Âge de Pierre» fut inventée à la fin du 19ᵉ siècle de notre ère par l’académicien danois Christian J. Thomsen, à l’origine d’une technique d’étude du passé humain, connu sous le nom de «Classification des Trois Âges». La base même de cette vision d’étude est d’ordre technologie : elle s’oriente autour de l’idée de trois périodes ou âges successifs : l’Âge de Pierre, l’Âge du Bronze et l’Âge du Fer chacun d’entre eux étant plus complexe sur le plan technologique que le précédent.

Supprimer la pub

Advertisement

Cette idée est venue à Thomsen après avoir observé que les artefacts retrouvés dans les sites archéologiques présentaient des régularités en fonction du matériau avec lequel ils étaient fabriqués : les outils en pierre étaient toujours retrouvés dans les strates les plus profondes, les artefacts en bronze dans les couches plus récentes, tandis que ceux en fer se trouvaient tous dans les strates les plus proches de la surface. Des découvertes suggèrent que la technique du métal aurait été développée bien après celle des outils en fer.

Cette «Classification des Trois Âges» fit l’objet de critiques. Certains académiciens lui reprochent d’être trop orienté sur l’aspect technologique. D’autres considèrent que la succession pierre-bronze-fer ne fait pratiquement aucun sens lorsqu’on l’applique en dehors de l’Europe. Mais malgré ces critiques, ce système est toujours largement utilisé de nos jours et, malgré ses limites, reste utile tant que l’on garde en mémoire qu’il ne s’agit que d’une technique d’étude simplifiée.

Supprimer la pub

Advertisement

Chronologie de l’Âge de Pierre

L’Âge de Pierre débute avec les toutes premières productions d’outils en pierre et s’achève avec les premières traces d’utilisations du bronze. Comme les limites chronologiques de l’Âge de Pierre sont basées sur l’idée de développement technologique plutôt que sur de véritables dates, sa durée n’est pas la même dans différents endroits du monde. La date globale la plus ancienne pour l’Âge de Pierre est marquée à 2.5 millions d’années en Afrique, et la date de fin la plus récente est elle marquée vers 3300 avant l’Ère Commune, ce qui constitue le début de l’Âge du Bronze dans le Proche Orient.

Les outils et armes fabriqués durant l’Âge de Pierre n’étaient pas exclusivement faits en pierre : des matériaux d'origine organique comme les bois d’animaux, les os, fibres, cuirs et bois étaient également utilisés.

De multiples traces suggèrent que la limite chronologique de 2.5 millions d’années concernant la production d’outils en pierre puisse être repoussés encore davantage. La raison vient du fait que la capacité à utiliser des outils et même de les fabriquer n’est pas exclusive à notre espèce : il existe en effet des études qui ont prouvé que les bonobos étaient également capables d’écailler et d’utiliser des outils en pierre afin de se procurer de la nourriture lors d’expérimentations.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Toutefois, il existe des différences entre les outils fabriqués par les singes modernes et ceux provenant des premiers hommes, qui possédaient de meilleures capacités biomécaniques et cognitives et ont de facto produit des outils bien plus efficaces. La différence, en revanche, est plus une question de degré, que de nature. En fait, les tous premiers outils précèdent l’apparition de l’Homo genus, et il est généralement admis que certains des Australopithecines furent les premiers à fabriquer des outils.

De plus, certains chercheurs affirment que les tout premiers outils seraient mêmes encore plus anciens : au moins 3.4 millions d’années. Et bien qu’aucun outil en pierre n’ait été trouvé, certains os montrent des traces de striations ainsi que des gouges furent trouvées en Éthiopie, ce qui pourrait signifier que les marques auraient été faits avec des outils faits de pierre. Cette hypothèse, toutefois, est loin de faire l’unanimité : ces mêmes marques ont été également été interprétés comme étant le résultat d’une prédation venant de crocodiles ou d’un piétinement causé par des animaux.

L’Âge de Pierre est également divisé en trois périodes différentes.

Supprimer la pub

Advertisement

Le Paléolithique ou l’Âge de la Pierre Ancienne : des tout premiers artefacts en pierres jamais fabriqués, il y a environ 2.5 millions, jusqu’à la fin de la dernière Ère Glaciaire, vers 9,600 avant notre ère. Il constitue la plus longue période de l’Âge de Pierre.

Les principales traces sont des restes fossilisés d’hominidés et d’outils en pierre, ce qui montre une évolution graduelle dans leur complexité. En se basant sur les techniques utilisées et la qualité des outils, on peut ainsi distinguer plusieurs industries de la pierre (parfois appelés industries «lithiques»). La première d’entre elles (il y a 2.5 millions d’années) est l’Oldowayen, avec de simples productions de hacheurs et d’éclats. Il y a environ 1.7 millions d’années, existaient une autre industrie lithique appelée Acheuléen, et présente une production plus complexe aux formes plus symétriques avec des bords tranchants. Il existe bien d’autres industries lithiques jusqu’à ce qu’à la fin du Paléolithique, il y a environ 40,000 ans, on assiste à une «révolution» de ces industries lithiques où plusieurs d’entre elles coexistent et se développent rapidement. Autour de la même période, on trouve également les premières traces d’une expression artistique : ornements personnels, peintures rupestres, et art mobilier.

Le Mésolithique ou Âge Moyen de la Pierre : en termes strictement scientifiques, le Mésolithique commence à la fin de la période connue en géologie sous le nom de Dryas Récent, l’ultime oscillation froide, qui marque la fin de l’ère Glaciaire vers 9,600 avant notre ère. La période du Mésolithique s’achève avec le début de l’agriculture. C’est l’ère qui voie les derniers chasseurs-cueilleurs.

Supprimer la pub

Advertisement

Parce que l’agriculture s’est développée à différentes périodes dans différentes régions du monde, il n’existe pas de date unique qui marque la fin de la période du Mésolithique. Même dans une région spécifique, l’agriculture n’est pas apparue en même temps partout. Par exemple, l’agriculture s’est développée dans le sud-est de l’Europe vers 7,000 avant notre ère, en Europe centrale vers 5,500 avant notre ère, et en Europe du Nord vers 4,000 avant notre ère. Tous ces facteurs contribuent à rendre les limites chronologiques du Néolithique floues. De plus, certaines parties du monde n’ont pas connu le Néolithique. Un exemple parmi d’autres est le Proche Orient, où l’agriculture s’est mise en place vers 9,000 avant notre ère, juste après la fin de l’ère Glaciaire.

Durant la période du Mésolithique, le monde connut d’importants changements à grande échelle. Alors que le climat devenait de plus en plus chaud et les calottes glaciaires étaient alors en train de fondre, certaines zones dans les latitudes les plus au nord s’élevèrent alors qu’elles étaient libérées du poids de la glace. En même temps, le niveau de la mer monta, recouvrant les régions les plus basses, causant d’importants bouleversements dans le paysage au niveau mondial : les îles Japonaises furent séparées de l’Asie continentale, la Tasmanie de l’Australie, les îles Britanniques de l’Europe continentale, l’Asie de l’Est et l’Amérique du Nord furent elles séparées par l’inondation du détroit de Béring, et Sumatra fut coupée de la Malaisie par la formation du détroit de Malacca. Vers 5,000 avant notre ère, la forme des continents et des îles était presque la même que celle d’aujourd’hui.

Le Néolithique ou Âge de la Pierre Polie : commence par l’introduction de l’agriculture, dont les dates de début diffèrent de vers 9,000 avant notre ère au Proche Orient, vers 7,000 avant notre ère dans l’Europe du Sud-Est, vers 6,000 avant notre ère en Asie de l’Est, et même plus tard dans certaines autres régions du monde. C’est à cette même période que la culture des céréales et la domestication animale firent leur apparition.

Supprimer la pub

Advertisement

Afin de représenter le profond impact que l’agriculture a eu sur la population humaine, un archéologue australien du nom de Gordon Childe a popularisé le terme de «Révolution du Néolithique» dans les années 40. Il est aujourd’hui admis que l’impact de l’agriculture fut exagéré par le passé : le développement de la culture du Néolithique semble avoir été bien plus graduel que soudain.

L’agriculture a amené des changements majeurs dans la façon qu’avait la société humaine de s’organiser et dans la manière qu’elle avait d’utiliser son environnement, incluant le défrichement des forêts, les cultures racinaires, et la culture des céréales qui pouvaient être stockées pendant de longues périodes, avec le développement de nouvelles technologies agricole et d’élevages tels que le labourage, les systèmes d’irrigation, etc. Des techniques agricoles plus intensives permettaient d’avoir davantage des ressources alimentaires disponibles pour davantage des gens, davantage de villages, et une voie vers une organisation sociale et politiques plus complexe. Comme la densité de population de ces villages augmentait, ils finirent par évoluer en ville puis en cités.

Vers la fin du Néolithique, on vit l’apparition de la métallurgie du cuivre, et marque une période de transition avant celle de l’Âge du Bronze et qui sera parfois appelée le Chalcolithique ou Énéolithique en anglais.

Stonehenge
Stonehenge
Jan van der Crabben (Copyright)

Les Restes Archéologiques

Les outils et armes employés durant l’Âge de Pierre n’étaient pas faits exclusivement en pierre : des matériaux organiques tels que des bois d’animaux, des os, des fibres, du cuir et du bois furent également employés. Les restes archéologiques, en revanche, montrent davantage des restes d’objets faits de pierres car ces derniers sont plus résistants que ceux faits avec des matériaux organiques, qui se désagrègent bien plus facilement et qui ne peuvent survivre que s’ils sont soumis à des conditions climatiques rares telles que des températures froides ou bien dans un climat très sec.

D’autres matériaux durables tels que le cuivre et les objets faits en verre ont également survécu. Dans de rares circonstances, des restes de plantes, d’animaux, et d’humains ont réussi à survivre, parfois sous forme fossile, mais pour d’autres ils présentaient encore des restes de tissus mous qui survécurent quasi intacts en Sibérie tels que de nombreux spécimens gelés de rhinocéros et mammouths laineux.

L’argile est également un autre matériel trouvé en abondance dans la plupart des restes matériels issus de l’Âge de Pierre. L’argile peut être modelée dans la forme que l’on désire et cuit pour leur donner leur apparence finale. C’est la naissance de la poterie. De l’argile modelable se trouve facilement, ce qui explique pour la poterie fut inventé indépendamment dans de nombreuses parties du monde à des époques différentes. Les plus vieilles traces de production furent retrouvées dans un site archéologique connu sous le nom d'Odai Yamamoto, au Japon, où des fragments provenant d’un bateau furent datés de 16,500 – 14,920 avant le présent (AP) («avant le présent», fait référence à il y 16,500 – 14,920 ans, et sont souvent associés à la datation radiocarbone). Les peuples Jomon du Japon qui ne connaissaient pas l’agriculture produisaient des pots en terre glaise finement décorés vers 13,000 AP qui étaient employés pour la préparation de la nourriture.

Durant le début du Néolithique, vers 8,000 avant notre ère, des fours spéciaux utilisés pour dessécher des graines de céréale et cuire des pains étaient construits au Proche Orient, ce qui permit à leurs utilisateurs de contrôler le feu et de produire des températures élevées dans un espace restreint. À la base, la poterie était fabriquée grâce à des feux ouverts, mais l’utilisation de fours a permis de nouvelles possibilités de développements. Environ au même moment, certaines régions en Amérique du Sud connaissaient également des développements dans l’art de la poterie.

Avec l’introduction de la métallurgie du Bronze, l’Âge du Pierre prit fin. Le bronze est un mélange de cuivre et d’étain, qui possède davantage de dureté que le cuivre, de meilleures capacités de moulage, et un point de fusion inférieur. Le bronze peut être employé pour fabriquer des armes, ce qui n’était pas possible avec le cuivre qui n’était pas assez solide pour supporter des combats. Avec le temps, le bronze est devenu le matériau principal pour les outils et les armes, et une bonne partie de la technique de la pierre devint obsolète, signifiant la fin de l’Âge de Pierre.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Camille Schenck
Traductrice indépendante (Français et Anglais). Camille Schenck a étudié l'Archéométrie et l'Histoire de l'Art à l'université. Cherche à favoriser le partage des idées et des connaissances à travers le monde.

Auteur

Cristian Violatti
Cristian est conférencier public et auteur indépendant, il se passionne pour le passé de l'humanité. Inspiré par les riches leçons de l'histoire, son objectif est de stimuler les idées et d'éveiller la curiosité intellectuelle de son public.

Citer cette ressource

Style APA

Violatti, C. (2014, juillet 18). Âge de Pierre [Stone Age]. (C. Schenck, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18/age-de-pierre/

Style Chicago

Violatti, Cristian. "Âge de Pierre." Traduit par Camille Schenck. World History Encyclopedia. modifié le juillet 18, 2014. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18/age-de-pierre/.

Style MLA

Violatti, Cristian. "Âge de Pierre." Traduit par Camille Schenck. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 18 juil. 2014. Web. 06 déc. 2022.

Adhésion