Donjon

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2909 / $18000

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 14 juin 2018
Disponible dans ces autres langues: anglais, afrikaans
X
Tour de César, Beaugency (by Mark Cartwright, CC BY-NC-SA)
Tour de César, Beaugency
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Le donjon, situé dans une cour et entouré d'une courtine, était le cœur du château médiéval. Le donjon-palais est un bâtiment bas, tandis que le donjon peut avoir trois étages ou plus et être surmonté de tourelles et de créneaux. Avec ses murs très épais et son entrée protégée, le donjon était généralement l'endroit le plus sûr d'un château pendant les guerres de siège des 11e et 12e siècles. À l'intérieur, le plus grand bâtiment qu'une personne du Moyen Âge ait probablement jamais vu dans sa vie était la grande salle, la chapelle du château et les quartiers résidentiels. Coûteux et lents à construire, les donjons furent peu à peu remplacés à partir du milieu du XIIIe siècle par de plus grandes tours rondes dans le mur d'enceinte, conçues pour empêcher l'ennemi de pénétrer dans la cour du château. Témoignage durable de leur solidité, de nombreux donjons subsistent encore aujourd'hui en Europe, alors que très souvent le reste des bâtiments du château a disparu depuis longtemps.

Le terme "donjon" peut s'appliquer à trois différentes structures d'un château:

  • Le donjon coquille - (alias donjon annulaire) la palissade en bois située au sommet d'un château à motte et à baïlly a été transformée en pierre.
  • Le donjon-palais- un bâtiment résidentiel d'un ou deux étages dans la cour d'un château. Le terme peut également s'appliquer à un donjon-tour qui possède un seul mur transversal à chaque étage, créant ainsi deux pièces de taille inégale.
  • Donjon - alias Grande Tour, une grande tour en pierre de plusieurs étages construite dans l'enceinte d'un château qui servait de lieu de résidence principal et de dernier lieu de refuge en cas d'attaque.

Donjon coquille

Une première forme de donjon, en fait un donjon sans courtine (mur d'enceinte), apparut lorsque les premiers châteaux plus simples, les châteaux à motte castrale, évoluèrent vers les châteaux plus familiers et plus complexes entièrement en pierre. Au XIe siècle, les Normands furent les grands bâtisseurs de châteaux à motte castrale dans le nord de la France et en Angleterre. Une tour en bois était construite sur la motte - une colline naturelle ou artificielle - et, à la base, une cour était créée en construisant un mur d'enceinte en bois relié à la motte. L'ensemble était ensuite entouré d'un fossé. Lorsque la palissade de bois au sommet de la motte fut remplacée par de la pierre, elle reçut le nouveau nom de donjon coquille.

Supprimer la pub
Publicité

Cardiff Castle Shell Keep
Donjon annulaire du château de Cardiff
Robin Byles (CC BY-NC-SA)

Le nouveau mur de pierre d'un donjon coquille, circulaire ou polygonal, pouvait avoir une épaisseur de 3 à 3,5 mètres et une hauteur de 4,5 à 9 mètres. À l'intérieur se trouvaient des bâtiments tels qu'une salle, des baraquements, une chapelle, des logements et des entrepôts. Le château de Cardiff, au Pays de Galles, est un excellent exemple de donjon coquille qui survécut jusqu'en 1150. Un autre bel exemple est le château de Restormel, en Cornouailles (Angleterre) (XIIe siècle), auquel furent ajoutés au XIIIe siècle une tour carrée en saillie et des bâtiments intérieurs en pierre qui, bien qu'en ruine, sont encore clairement visibles aujourd'hui, disposés autour d'une cour circulaire centrale. Les nobles recherchant un plus grand confort résidentiel, la plupart des donjons annulaires furent agrandis ou abandonnés au profit de châteaux en pierre plus importants situés sur un autre site et nécessitant des fondations plus substantielles que celles que la motte pouvait fournir.

L'intérêt évident d'une solide retraite défensive ne correspond pas toujours à l'époque relativement paisible à laquelle certains donjons furent construits.

Donjon-palais

Les donjons plus bas, c'est-à-dire ceux qui n'ont qu'un ou deux étages, sont parfois appelés donjons-palais. Ils suivent de nombreux principes architecturaux des donjons-tours, avec des murs massifs, de petites fenêtres, ils reposent sur un socle incliné et leur accès est limité par un fossé ou un pont-levis et parfois par un avant-corps (voir ci-dessous). L'un des plus grands donjon-palais se trouve à Colchester Castle, Essex, Angleterre (vers 1074), où les côtés du donjon mesurent 46 x 33,5 mètres (151 x 110 pieds). D'autres beaux exemples de donjons sont visibles au château de Norwich (1095-1115) et à Castle Rising (c. 1138), tous deux situés dans le Norfolk, en Angleterre. Comme le montrent ces deux exemples, les donjons-palais n'ont en aucun cas évolué vers des donjons-tours encore plus grands. Au contraire, les deux types pouvaient être contemporains, et certains propriétaires de châteaux préféraient ce type de conception en raison de son coût moins élevé ou parce que la défense n'était pas leur objectif principal.

Supprimer la pub
Publicité

Hall Keep, Colchester Castle
Donjon-palais du château de Colchester
Sannse (CC BY-SA)

Donjon-tour

Avant la fin du XVIe siècle, le donjon était le nom donné à la tour isolée ou à la grande tour. Les historiens ne sont pas tous d'accord sur la raison d'être des donjons-tours. L'objectif évident d'une solide retraite défensive ne correspond pas toujours à l'époque relativement paisible à laquelle certains donjons furent construits. Si les tours n'étaient qu'un geste grandiose visant à impressionner la population locale par la richesse et le pouvoir de leur propriétaire, elles représentaient alors une méthode extrêmement coûteuse. En outre, dans le cas des châteaux qui ne servaient pas de résidence principale à un baron ou à un monarque, ils n'avaient qu'une utilité pratique limitée et n'étaient de toute façon que rarement visités par la population locale. Néanmoins, les tours auraient été vues de loin et auraient certainement impressionné à la fois les résidents locaux et les attaquants potentiels, et leur coût élevé est peut-être précisément la raison pour laquelle elles furent commandées.

Les premières grandes tours des châteaux étaient généralement une extension d'un bâtiment existant. En France, au Xe siècle, la tour de Doué-la-Fontaine, construite vers 950, en est un exemple. Parfois, une porte fortifiée existante servait de base à la construction d'une tour plus grande, comme au château de Richmond, dans le Yorkshire, en Angleterre (milieu du XIIe siècle). Les tours donjons indépendantes proprement dites commencèrent à apparaître dans la plupart des châteaux à partir de la fin du XIe siècle. L'une des premières en Angleterre était si impressionnante qu'elle donna son nom à l'ensemble du château: la Tour de Londres, construite vers 1078-1100 par Guillaume le Conquérant.

Supprimer la pub
Publicité

Les donjons peuvent être carrés ou rectangulaires et sont souvent surmontés de petites tours ou de tourelles. D'autres sont polygonaux, ont un mur incurvé ou sont entièrement ronds, ce qui permettait aux défenseurs d'avoir une vue imprenable sur 360 degrés. Il existe des exceptions: la tour de Trim, dans le comté de Meath, en Irlande (c. 1200), par exemple, a presque la forme d'un crucifix, et le château de Conisbrough, dans le Yorkshire, en Angleterre (1180-1190), possède six tourelles pleines semi-polygonales autour d'un intérieur circulaire. Ce dernier impressionna tellement l'écrivain Sir Walter Scott, du XIXe siècle, qu'il l'utilisa comme cadre pour son roman Ivanhoé.

L'un des donjons rectangulaires les plus imposants est celui du château de Douvres, dans le Kent, en Angleterre (11-12e siècle). Il mesure environ 25,3 mètres de haut et 29,5 mètres de long pour chaque côté. Les murs massifs, soutenus par un pilastre central dans chaque centre, mesurent jusqu'à 6,4 mètres d'épaisseur. En revanche, l'un des plus anciens et des plus grands donjons à tour ronde fut construit par Sir William Marshal (alias Guillaume le Maréchal) au château de Pembroke, au Pays de Galles (1199-1219). Il mesure 16 mètres de diamètre, 24 mètres de haut et possédait autrefois un toit en dôme.

Pembroke Castle Keep
Tour maîtresse du château de Pembroke
Mario Sánchez Prada (CC BY-SA)

La pierre utilisée pour la construction de la tour était généralement locale, mais la plus recherchée était le calcaire de Caen, en Normandie. Pouvant atteindre une hauteur de 40 mètres dans certains cas (bien qu'une vingtaine de mètres soit plus fréquente), son poids énorme nécessitait d'excellentes fondations. L'idéal était d'utiliser une fondation rocheuse solide afin d'éviter qu'elle ne soit sapée par une force d'attaque. Une autre solution consistait à creuser des tranchées que l'on remplissait ensuite de gravats et dans lesquelles on enfonçait des pieux en chêne. Les murs épais étaient généralement composés de moellons et de noyaux de mortier recouverts de blocs de pierre de taille. La base des murs était généralement constituée d'un socle battu qui s'inclinait vers l'extérieur, ce qui rendait plus difficile le travail de sape et le démantèlement de la maçonnerie par les sapeurs ennemis, comme cela se produisit lors du siège du château de Rochester par le roi Jean en 1215, alors qu'il était tenu par des barons anglais rebelles. Certaines tours étaient surmontées de hourds en bois qui servaient de plates-formes de tir couvertes, comme au château de Rochester, en Angleterre (1127-1136).

Supprimer la pub
Publicité
L'avant-corps d'un donjon était parfois séparé de celui-ci par un pont-levis, une herse et un fossé.

Comme pour tout bâtiment, le point faible d'un donjon est l'entrée, à laquelle on accède souvent par un escalier menant directement au premier étage (c'est-à-dire au-dessus du rez-de-chaussée). Dans les premiers châteaux, cet escalier pouvait être démonté si nécessaire. Plus tard, il devint permanent, mais protégé par son propre passage et des tours ajoutées sur le côté du donjon (avant-corps). L'avant-corps était parfois séparé du donjon par un pont-levis, une herse et un fossé. Une énorme porte grillagée constituait le dernier obstacle redoutable pour les assaillants qui parvenaient jusque-là. Même si les soldats parvenaient à pénétrer dans le donjon, ils devaient se frayer un chemin dans les étroits escaliers en colimaçon qui menaient à chaque étage, et parfois traverser un étage entier pour atteindre l'escalier du niveau suivant.

Les toits étaient généralement en bois et fortement inclinés. La surface extérieure du toit était protégée par des bardeaux, des tuiles, des ardoises, du chaume ou des feuilles de plomb. Des canaux de drainage en bois ou en plomb, des tuyaux d'évacuation et des gouttières en pierre en saillie évitaient que l'eau de pluie ne s'accumule ou n'endommage la maçonnerie de l'édifice.

Dover Castle Keep
Donjon du château de Dover
Nilfanion (CC BY-SA)

Le sous-sol du donjon était généralement utilisé pour stocker les denrées alimentaires, les armes et l'équipement. Un puits profond fournissait généralement l'eau potable, qui pouvait être complétée par des précipitations captées et dirigées vers une citerne. Au rez-de-chaussée se trouvaient les cuisines et parfois les écuries. Au premier étage se trouvait généralement une grande salle pour les banquets et les audiences. Cette pièce, conçue pour marquer les esprits, était souvent dotée d'un magnifique plafond à poutres en bois ou d'impressionnantes voûtes en pierre, de grandes fenêtres (donnant sur le côté intérieur du château, plus sûr) et d'une grande cheminée. À cet étage également, et peut-être à l'étage supérieur, se trouvaient des chambres privées et généralement une chapelle. L'étage supérieur, parfois appelé "salle solaire" parce qu'il était suffisamment sûr pour avoir de plus grandes fenêtres, avait une fonction incertaine. Le chauffage était assuré par des cheminées et des braseros portatifs, tandis que les fenêtres étaient munies de volets en bois pour conserver la chaleur en cas de besoin, car le verre était rare. Les toilettes (latrines) étaient généralement situées dans des passages muraux à l'intérieur des murs épais de la tour, souvent dans les angles.

Supprimer la pub
Publicité

Déclin

Si les donjons continuèrent à être construits dans les dernières décennies du XIIe siècle, ils étaient désormais peu courants, sauf dans les régions en proie à de graves troubles, comme l'Irlande et les frontières du Pays de Galles. Les concepteurs de châteaux préféraient désormais des tours rondes et volumineuses situées à l'intérieur même de la courtine, ce qui rendait inutile la construction d'un donjon, dans la mesure où l'on espérait que l'ennemi ne franchirait jamais le mur extérieur. Framlingham, dans le Suffolk, en Angleterre, construit vers 1180, fut un des premiers exemples de château sans donjon. À l'instar de certaines autres caractéristiques architecturales des premiers châteaux, certains propriétaires appréciaient l'effet imposant d'un grand donjon, même lorsque les guerres de la fin du Moyen Âge s'étaient éloignées des sièges qui caractérisaient les conflits antérieurs.

L'arrivée de canons plus gros et plus précis à partir du XIVe siècle contribua également au déclin des donjons. De nombreux châteaux furent adaptés pour accueillir leurs propres batteries de canons, notamment en élargissant les fenêtres à fente pour permettre le passage des canons. Plus important encore pour le donjon, un canon ne pouvait pas être tiré efficacement lorsqu'il était incliné vers le bas, et de nombreux murs et tours de châteaux furent donc réduits en hauteur. Enfin, les propriétaires de châteaux recherchaient davantage le confort que la force défensive, et les hautes tours à l'espace limité cédèrent donc la place à des bâtiments plus bas et plus vastes qui pouvaient accueillir des logements privés plus spacieux.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2018, juin 14). Donjon [Castle Keep]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-17073/donjon/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Donjon." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 14, 2018. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-17073/donjon/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Donjon." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 14 juin 2018. Web. 19 juil. 2024.

Adhésion