Henri II roi d'Angleterre

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 10 décembre 2019
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
X
Henry II of England (by National Portrait Gallery, Public Domain)
Henri II d'Angleterre
National Portrait Gallery (Public Domain)

Henri II d'Angleterre régna de 1154 à 1189. Il accéda au trône par négociation avec son prédécesseur, le roi Étienne d'Angleterre (alias Étienne de Blois, roi d'Angleterre r. de 1135 à 1154), à la suite de la guerre civile qui avait fait rage entre ce monarque et l'impératrice Mathilde, mère d'Henri (1102-1167). Henri fonda une nouvelle dynastie, les Angevins-Plantagenêts, et régna jusqu'en 1189, formant le plus grand "empire" d'Europe occidentale et s'imposant comme l'un des plus grands rois de l'histoire de l'Angleterre. Deux points noirs sont cependant impossibles à effacer des mémoires: l'assassinat de son chancelier, puis archevêque, Thomas Becket en 1170 et les rébellions menées par ses propres fils à la fin de son règne. Son fils Richard Ier d'Angleterre, dit Richard Cœur de Lion (r. de 1189 à 1199), puis son autre fils Jean d'Angleterre (alias Jean Sans Terre r. de 1199 à 1216) lui succédèrent.

Jeunesse - Les Plantagenêts

Henri d'Anjou vit le jour le 5 mars 1133 au Mans, en France, fils de Geoffroy, comte d'Anjou (1113-1151). La mère d'Henri était l'impératrice Mathilde, fille d'Henri Ier d'Angleterre (r. de 1100 à 1135), qui avait obtenu son titre en épousant son premier mari, l'empereur du Saint-Empire romain germanique Henri V (r. de 1111 à 1125), en 1114. Après la mort d'Henri V, Mathilde se maria à nouveau, cette fois avec Geoffroy, en 1128. Le comte était surnommé "Plantagenêt" parce que les armoiries de sa famille comprenaient le genêt (planta genista). Selon d'autres théories, le comte Geoffroy aurait porté des brins de genêt dans son chapeau ou ses terres auraient été plantées de genêt afin d'offrir un bon couvert pour la chasse. Les Plantagenêts (1154-1399) ne s'appelaient évidemment pas ainsi, les monarques ne portant pas de nom de famille. Les trois premiers rois de la lignée - Henri II, Richard Ier et le roi Jean - sont parfois appelés les Angevins, du nom de leurs terres ancestrales situées en Anjou, dans le nord-ouest de la France.

Supprimer la pub
Advertisement

Henri II était connu pour sa bonne mine, son intelligence et sa capacité à parler plusieurs langues. Doté d'une énergie et d'un dynamisme sans limites, le roi était de corpulence trapue et avait des yeux gris perçants, des cheveux roux et un tempérament féroce. Plus tard dans sa vie, on dit qu'il avait une forte bedaine.

Stephen of England & Henry II of England
Étienne d'Angleterre et Henri II d'Angleterre
British Library (Public Domain)

En 1151, Henri hérita des terres de son père en Normandie, en Anjou, en Touraine et dans le Maine, mais il ambitionnait bien plus. Après des victoires militaires en Bretagne et, en mai 1152, son mariage avec Aliénor d'Aquitaine (1122-1204), l'ancienne épouse de Louis VII de France (r. de 1137 à 1180), Henri en vint à contrôler la majeure partie de la France. Henri ambitionnait également de contrôler l'Angleterre, affaiblie par des années de guerre civile. Avec Aliénor, il aurait huit enfants, dont Richard Ier Cœur de Lion (né en 1157), Geoffroy, comte de Bretagne (né en 1158), Henri le Jeune (né en 1155, qui régna en tant que roi de 1170 à 1183) et le roi Jean d'Angleterre (né en 1167).

Supprimer la pub
Advertisement
En 1153, le roi Étienne signa avec Henri le traité de Wallingford, qui le reconnaîssait en tant qu'héritier officiel d'Étienne.

Le roi Étienne, l'impératrice Mathilde et la succession

Pour en revenir à l'année 1135, le roi Henri Ier d'Angleterre n'avait pas laissé d'héritier mâle légitime et son successeur désigné était donc sa fille Mathilde, à laquelle le roi avait demandé à ses barons de jurer fidélité. Cependant, au moment du couronnement, de nombreux barons ne voulurent ni d'une femme ni d'un comte d'Anjou près du trône et soutinrent donc le neveu du roi défunt et l'homme le plus riche d'Angleterre, Étienne de Blois. C'est ainsi qu'au prix de quelques manœuvres, Étienne fut couronné roi en décembre 1135. L'impératrice Mathilde ne se laissa pas décourager et une guerre civile éclata entre les barons qui soutenaient Étienne et ceux qui étaient favorables à Mathilde et à son principal allié Robert Fitzroy, comte de Gloucester, fils illégitime d'Henri Ier. La guerre fut longue et dommageable, et aucun des deux camps ne parvint à prendre le dessus, même si Mathilde devint brièvement reine en 1141 alors qu'Étienne était emprisonné à Bristol. La cause de Mathilde fut gravement affaiblie par la mort de Robert Fitzroy en 1147 et elle se concentra désormais sur la promotion de son fils Henri.

Henri tenta d'envahir l'Angleterre en 1147, mais sa campagne prit fin lorsqu'il manqua de fonds, ce qui l'obligea à retourner en Normandie. Fait plutôt étrange, mais tout à fait conforme à la réputation de clémence d'Étienne, le roi d'Angleterre paya le voyage de retour d'Henri. Une nouvelle attaque en 1149, cette fois dans le nord de l'Angleterre et avec l'aide de David Ier d'Écosse (r. de 1124 à 1153), fut défaite par une armée d'Étienne. Au moins, Henri n'avait pas complètement perdu son temps puisqu'il fut adoubé par le roi écossais. Quoi qu'il en soit, Henri put attendre son heure et, une fois qu'il disposa de ressources beaucoup plus importantes, il tenta une nouvelle invasion en 1153 qui, pour la troisième fois, mit enfin un terme à la guerre civile.

Supprimer la pub
Advertisement

Coat of Arms of Henry II of England, Derry Guildhall
Armoiries d'Henri II d'Angleterre, Derry Guildhall
Andreas F. Borchert (CC BY-SA)

En 1153, le roi Étienne était un homme brisé après la mort de sa femme et de son fils Eustache (né en 1127). Il devait maintenant faire face à la troisième invasion d'Henri et espère une bataille décisive, mais les soldats et les chefs des deux camps n'étaient pas très enthousiastes à l'idée de se battre. En conséquence, le 6 novembre, Étienne signa avec Henri le traité de Wallingford, qui le reconnaîssait en tant qu'héritier officiel d'Étienne. En contrepartie, Étienne fut autorisé à conserver sa couronne jusqu'à la fin de sa vie. Les barons n'avaient pas de meilleur candidat à soutenir qu'Henri, et il était clair pour tous que la guerre civile n'avait fait de bien à personne (même si son chaos fut peut-être exagéré par les historiens ultérieurs) et que la dernière chose dont l'Angleterre avait besoin était une nouvelle lutte pour le trône. Comme le dit si bien un chroniqueur médiéval anonyme, "pendant dix-neuf longs hivers, Dieu et ses anges ont dormi" (cité dans McDowall, 26). L'heure était à l'unité et à la paix. Par conséquent, lorsqu'Étienne mourut le 25 octobre 1154 à Douvres dans le Kent, Henri fut couronné le 19 décembre 1154 à l'abbaye de Westminster et devint le premier roi d'Angleterre incontesté depuis plus d'un siècle.

Henri était tellement déterminé à détruire les châteaux des barons indisciplinés qu'il fut surnommé le "briseur de châteaux".

Consolidation du pouvoir royal

La première tâche importante d'Henri fut de ramener les barons anglo-normands dans le droit chemin après que la période de guerre civile en Angleterre (1135-1153) leur eut permis d'ignorer largement l'autorité royale et de construire des châteaux, de frapper leur propre monnaie et, d'une manière générale, de traiter la paysannerie comme ils l'entendaient, sans tenir compte de la loi. De nombreux châteaux construits à cette époque étaient de nature temporaire et n'étaient pas de grands édifices en pierre, mais Henri était tellement déterminé à les détruire qu'il en tira le surnom de "briseur de châteaux". Il garda pour lui certains des châteaux les plus solides et les plus anciens, comme le château de Scarborough, le château de Nottingham, le château de Norwich et le château d'Acre. Pour mieux garantir l'application égale de la loi dans tout le pays - un processus entamé par Henri Ier - les Assises de Clarendon établirent en 1166 les principes de la Common Law, les tribunaux de la Couronne furent mis en place et le procès par un jury de 12 hommes fut instauré pour punir ceux qui l'enfreignaient.

Les frontières de l'Angleterre constituaient un autre domaine où le pouvoir royal s'était érodé. Les souverains écossais et gallois avaient profité de la préoccupation du roi Étienne pour l'impératrice Mathilde pour accroître leurs domaines. Henri négocia la restitution de la Cumbrie et de la Northumbrie de la part de Malcolm IV d'Écosse (1153-1165), mais lui conféra le comté de Huntingdon et permit au roi écossais de conserver le château de Wark-upon-Tyne en 1157. Les princes gallois, en particulier Owain Gwynedd (r. de 1137 à 1170), exigeaient une approche plus militaire, mais Henri atteignit son objectif de réaffirmer son autorité dans l'ouest de son royaume. À partir de 1171, une série d'invasions fut lancée en Irlande contre le dangereux baron Richard FitzGilbert (alias Strongbow). Finalement, le plus jeune fils du roi, Jean, fut envoyé pour gouverner l'Irlande à la place du Haut Roi traditionnel (Ard Ri).

Supprimer la pub
Advertisement

Coin of Henry II of England
Pièce d'Henri II d'Angleterre
British Museum (CC BY-NC-SA)

Des traités reconnurent ensuite officiellement la suprématie d'Henri sur le Pays de Galles (1163), l'Écosse (1174) et l'Irlande (1175). Henri bénéficia en outre du soutien du pape Adrien IV (r. de 1154 à 1159) qui reconnut officiellement l'autorité du roi anglais sur l'ensemble de la Grande-Bretagne et de l'Irlande. Le roi maintint également son intérêt pour la France. En effet, il passerait 20 de ses 35 années de règne en dehors de l'Angleterre.

Thomas Becket

Un troisième domaine dans lequel Henri chercha à réaffirmer le pouvoir de la monarchie fut celui de ses relations avec l'Église médiévale. L'archevêque de Canterbury, Thomas Becket (en fonction de 1162 à 1170), qui avait également été chancelier (à partir de 1155) et grand ami du roi, s'avéra gênant, et son assassinat en 1170 assombrit le règne d'Henri à l'époque et depuis lors. Thomas avait tenté de défendre l'indépendance de l'Église et de bloquer les tentatives de la Couronne de prélever des impôts sur ses terres et de s'immiscer dans les nominations. Aucune des parties ne voulut céder et, en 1164, Thomas fut contraint de s'enfuir dans un monastère cistercien en France. Six ans plus tard, Thomas revint en Angleterre au début du mois de décembre 1170 pour couronner à nouveau Henri le Jeune, après que le pape eut décidé que le couronnement original, au cours duquel l'archevêque d'York avait célébré la cérémonie, était nul.

Le meurtre de Thomas Becket dans la cathédrale de Canterbury choqua l'establishment européen.

De retour en Angleterre, Thomas commença immédiatement à suspendre ou à excommunier les évêques qui ne l'avaient pas soutenu contre le roi. Lorsque Henri fit remarquer "Personne ne me débarrassera-t-il de ce prêtre turbulent ?", quatre chevaliers prirent cette remarque au pied de la lettre et recherchèrent et assassinèrent Thomas alors qu'il priait dans la cathédrale de Canterbury, le 29 décembre 1170. Ce meurtre choqua l'establishment et le pape canoniserait même Thomas en 1173. Heureusement pour Henri, les légats pontificaux déclarèrent le roi innocent de la mort de Thomas, même si, en 1174, il dut accomplir un acte symbolique de pénitence en se rendant sur la tombe de l'archevêque mort dans la cathédrale où il avait été assassiné; des moines armés de branches fouettèrent le roi en guise de pénitence pour faire bonne mesure.

Supprimer la pub
Advertisement

Martyrdom of Thomas Becket, St. David's Cathedral
Martyre de Thomas Becket, cathédrale Saint-David
Wolfgang Sauber (GNU FDL)

Rébellion

L'année 1173 s'avéra être une mauvaise année pour le roi, car ses fils et sa femme se rebellèrent contre son règne à partir de ce moment-là. Aliénor d'Aquitaine était de plus en plus exaspérée par la réticence de son mari à lui déléguer un quelconque pouvoir et par son infidélité, en particulier sa relation publique avec la noble Rosamund Clifford (+ 1176), célèbre pour sa beauté. Vers 1170, Aliénor se sépara effectivement de son mari et établit sa propre cour à Poitiers. Son fils préféré, Richard, l'accompagna.

Pendant ce temps, Henri, bien conscient des problèmes de succession qui avaient affecté ses prédécesseurs normands, essaya de se couvrir du mieux qu'il put en désignant non seulement son fils aîné Henri comme son successeur, mais en le faisant même couronner roi désigné en 1170, comme nous l'avons vu (et à nouveau en 1173 pour être tout à fait sûr). Cette politique était assez courante chez les souverains français et c'est la raison pour laquelle l'héritier est souvent appelé Henri le Jeune. En plus de devenir roi d'Angleterre, Henri devait également acquérir les terres familiales d'Anjou et de Normandie. Les trois autres fils, Richard, Geoffroy et Jean, devaient recevoir respectivement l'Aquitaine, la Bretagne et l'Irlande. Tous ces plans minutieux furent jetés par la fenêtre lorsqu'en 1173, le jeune Henri, Aliénor et plusieurs barons importants, contrariés par le meurtre de Thomas Becket, lancèrent une rébellion de 18 mois contre le roi.

Bien que les rebelles aient eu à leurs côtés Guillaume le Maréchal (1146-1219), souvent décrit comme le plus grand chevalier médiéval de tous les temps, ainsi que Richard, qui se forgerait une réputation de grand chef militaire, son frère Geoffroy et Guillaume le Lion d'Écosse (r. de 1165 à 1214), la rébellion fut étouffée à la fin de l'année 1174. La préoccupation du roi pour les châteaux porta ses fruits. En effet, d'énormes sommes d'argent furent dépensées pour renforcer des forteresses aussi importantes que le château de Windsor et le château de Douvres, entre autres, et pour construire le château d'Orford, dans le Suffolk, un édifice à la pointe de la technologie. Après la rébellion, Aliénor fut emprisonnée dans divers châteaux, avant d'être libérée en 1184. Henri le Jeune, mourut de dysenterie le 11 juin 1183. Geoffroy mourut ensuite dans un accident lors d'un tournoi médiéval le 19 août 1186, laissant Richard comme héritier du trône d'Angleterre, bien que Jean ait été (apparemment) le seul à être loyal envers son père.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Richard était cependant impatient et n'en avait pas fini avec ses projets de remplacement de son père. Au milieu de l'année 1918, il s'associa à Philippe II de France (alias Philippe II Auguste, r. de 1180 à 1223) - techniquement le suzerain féodal de Richard sur ses terres en France - et les deux hommes furent soutenus par Jean contre son père. Henri II, avec tout le monde contre lui, fut donc obligé de signer un accord de paix et de reconnaître officiellement le roi de France comme son suzerain pour les terres qu'il détenait encore en France et de nommer Richard comme son héritier en Angleterre.

Effigy of Henry II of England
Effigie d'Henri II d'Angleterre
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Mort et successeur

Henri mourut de causes naturelles le 6 juillet 1189 au château de Chinon, en Anjou. Trahi par ses proches, la légende veut que les derniers mots du roi aient été: "Honte, honte à un roi vaincu". Le monarque défunt fut enterré à l'abbaye de Fontevraud, en France. Comme convenu, son fils Richard succéda à Henri et fut couronné le 2 septembre 1189 à l'abbaye de Westminster. Le royaume était toujours menacé par l'intrigant Philippe II, qui avait l'ambition d'étendre son territoire. Philippe conspira avec Jean pour qu'il devienne roi à la place de Richard, alors que ce dernier était parti pour la troisième croisade (1189-1192) et qu'il était ensuite retenu en captivité par Henri VI, empereur romain germanique (r. de 1191 à 1197). Richard fut libéré deux ans plus tard grâce au paiement d'une rançon organisée par sa mère, mais lorsqu'il mourut au combat en 1199, Jean devint enfin roi et régna jusqu'en 1216. Au total, et bien que sous des noms différents après 1399, les Plantagenêts virent 14 rois régner sur l'Angleterre pendant 331 ans, ce qui en fait la dynastie royale la plus durable de l'histoire du pays.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2019, décembre 10). Henri II roi d'Angleterre [Henry II of England]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-17012/henri-ii-roi-dangleterre/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Henri II roi d'Angleterre." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le décembre 10, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-17012/henri-ii-roi-dangleterre/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Henri II roi d'Angleterre." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 10 déc. 2019. Web. 21 mai 2024.

Adhésion