Époque de Heian

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 05 mai 2017
Disponible dans ces autres langues: anglais, indonésien, malais
X
Phoenix Hall, Byodo-in (by 663highland, CC BY-SA)
Salle du phénix, Byōdō-in
663highland (CC BY-SA)

L'Époque de Heian s'étend de 794 à 1185 et connut un grand épanouissement de la culture japonaise, de la littérature à la peinture. Le gouvernement et son administration étaient dominés par le clan Fujiwara qui finit par être contesté par les clans Minamoto et Taira. Cette époque, nommée d'après la capitale Heian-kyō, se termina par la guerre de Genpei au cours de laquelle les Minamoto sortirent victorieux et leur chef Yoritomo établit le shogunat de Kamakura.

De Nara à Heian-kyō

Au cours de la période Nara (710-794), la cour impériale japonaise était en proie à des conflits internes motivés par la lutte entre les aristocrates pour obtenir des faveurs et des postes, ainsi que par l'influence excessive sur la politique des sectes bouddhistes dont les temples étaient disséminés dans la capitale. Cette situation finit par conduire l'empereur Kammu (r. de 781 à 806) à déplacer la capitale de Nara à (brièvement) Nagaoka-kyō, puis à Heian-kyō en 794, afin de repartir sur de nouvelles bases et de libérer le gouvernement de la corruption et de l'influence bouddhiste. Ce fut le début de l'époque de Heian, qui durerait jusqu'au 12e siècle.

Supprimer la pub
Publicité

La nouvelle capitale, Nagaoka-kyō, qui signifie "la capitale de la paix et de la tranquillité", fut aménagée selon un plan quadrillé régulier. La ville possédait une large avenue centrale qui séparait les quartiers est et ouest. L'architecture suivait les modèles chinois, la plupart des bâtiments de l'administration publique étant dotés de colonnes cramoisies soutenant des toits de tuiles vertes. Les maisons privées étaient beaucoup plus modestes et avaient des toits de chaume ou d'écorce. L'aristocratie possédait des palais avec leurs propres jardins soigneusement aménagés et un grand parc d'agrément fut construit au sud du palais royal (Daidairi). Aucun temple bouddhiste n'était autorisé dans la partie centrale de la ville et des quartiers artisanaux se développèrent avec des ateliers pour les artistes, les métallurgistes et les potiers.

Kyoto resterait la capitale du Japon pendant mille ans.

Aucun bâtiment de l'époque de Heian ne subsiste aujourd'hui dans la capitale, à l'exception du Shishin-den (salle d'audience), incendié mais fidèlement reconstruit, et du Daigoku-den (salle d'État), qui subit le même sort et fut reconstruit à plus petite échelle au sanctuaire Heian. À partir du XIe siècle, le nom informel de la ville, qui signifiait simplement "la capitale", fut officiellement adopté: Kyoto. Elle resterait la capitale du Japon pendant un millier d'années.

Supprimer la pub
Publicité

Gouvernement de Heian

Kyoto était le centre d'un gouvernement composé de l'empereur, de ses grands ministres, d'un conseil d'État et de huit ministères qui, avec l'aide d'une vaste bureaucratie, gouvernaient quelque 7 000 000 de personnes réparties dans 68 provinces, chacune dirigée par un gouverneur régional et divisée en huit ou neuf districts. Dans le Japon élargi, le sort de la paysannerie n'était pas aussi rose que celui de la noblesse de la cour, préoccupée par l'esthétique. La grande majorité de la population japonaise travaillait la terre, pour elle-même ou pour les domaines d'autrui, et elle était accablée par le banditisme et les impôts excessifs. Les rébellions, comme celle qui se produisit dans le Kantō sous la direction de Taira no Masakado entre 935 et 940, n'étaient pas rares.

Model of Kyoto
Maquette de Kyoto
Wikiwikiyarou (Public Domain)

La politique de distribution des terres publiques mise en place au cours des siècles précédents avait pris fin au 10e siècle, ce qui eut pour effet d'accroître progressivement la proportion de terres détenues par des propriétaires privés. Au XIIe siècle, 50 % des terres étaient détenues par des domaines privés (shoen) et nombre d'entre eux, bénéficiant d'une dérogation spéciale en raison de faveurs ou de motifs religieux, étaient exemptés du paiement de l'impôt. Cette situation entamait gravement les finances de l'État. Les riches propriétaires terriens pouvaient récupérer de nouvelles terres et les mettre en valeur, augmentant ainsi leur richesse et creusant un fossé de plus en plus large entre les nantis et les démunis. Il y eut également des répercussions politiques pratiques, car les grands propriétaires terriens s'éloignèrent des terres qu'ils possédaient, beaucoup d'entre eux résidant en fait à la cour de Heian-kyō. Cela signifiait que les domaines étaient gérés par des subordonnés qui cherchaient à accroître leur propre pouvoir et, inversement, que la noblesse et l'empereur étaient de plus en plus éloignés de la vie quotidienne. Les contacts de la plupart des roturiers avec l'autorité centrale se limitaient à payer le percepteur local et à côtoyer la police métropolitaine qui non seulement maintenait l'ordre public, mais jugeait et condamnait les criminels.

Supprimer la pub
Publicité
De nombreux hommes d'État Fujiwara seraient régents pour trois ou quatre empereurs au cours de leur carrière.

Même à la cour, l'empereur, bien que toujours important et considéré comme divin, fut mis à l'écart par de puissants bureaucrates issus d'une même famille: le clan Fujiwara. Des personnages tels que Michinaga (966-1028) non seulement dominèrent la politique et les organes gouvernementaux tels que le bureau du trésor de la maison (kurando-dokoro), mais réussirent également à marier leurs filles à des empereurs. Le fait que de nombreux empereurs aient accédé au trône alors qu'ils étaient encore enfants et qu'ils étaient donc gouvernés par un régent (Sessho), généralement un représentant de la famille Fujiwara, contribua à affaiblir encore la position de la royauté. Lorsque l'empereur atteignait l'âge adulte, il était toujours conseillé par un nouveau personnage, le Kampaku, qui garantissait que les Fujiwara continuaient à tirer les ficelles politiques de la cour. Pour garantir la pérennité de cette situation, les nouveaux empereurs étaient nommés non pas par leur naissance mais par leurs parrains et encouragés ou forcés à abdiquer lorsqu'ils atteignaient la trentaine en faveur d'un successeur plus jeune. Par exemple, Fujiwara Yoshifusa plaça son petit-fils de sept ans sur le trône en 858 et devint ensuite son régent. De nombreux hommes d'État Fujiwara furent régents pour trois ou quatre empereurs au cours de leur carrière.

La domination des Fujiwara n'était pas totale et n'était pas incontestée. L'empereur Shirakawa (r. de 1073 à 1087) tenta d'affirmer son indépendance vis-à-vis des Fujiwara en abdiquant en 1087 et en permettant à son fils Horikawa de régner sous sa supervision. Cette stratégie d'empereurs "à la retraite", qui continuaient à gouverner, est connue sous le nom de "gouvernement cloîtré" (insei), car l'empereur restait généralement derrière les portes closes d'un monastère. Elle ajouta une roue supplémentaire à la machine gouvernementale déjà complexe.

De retour dans les provinces, de nouveaux agents du pouvoir émergèrent. Laissés à eux-mêmes et alimentés par le sang de la petite noblesse produit par le processus de délestage dynastique (lorsqu'un empereur ou un aristocrate avait trop d'enfants, ils étaient retirés de la ligne d'héritage), deux groupes importants se développèrent, les clans Minamoto (alias Genji) et Taira (alias Heike). Avec leurs propres armées de samouraïs, ils devinrent d'importants instruments aux mains des membres rivaux du clan Fujiwara dans la lutte pour le pouvoir qui éclata lors des troubles de Hogen en 1156 et de Heiji en 1160.

Supprimer la pub
Publicité

Battles of the Genpei War
Batailles de la guerre de Genpei
Ash Crow (CC BY-SA)

Les Taira, menés par Taira no Kiyomori, finirent par balayer tous leurs rivaux et dominèrent le gouvernement pendant deux décennies. Cependant, lors de la guerre de Genpei (1180-1185), les Minamoto revinrent victorieux et, à la fin de la guerre, lors de la bataille de Dannoura, le chef des Taira, Tomamori, et le jeune empereur Antoku se suicidèrent. Le chef du clan Minamoto, Yoritomo, reçut peu après le titre de shogun de l'empereur et son règne inaugura l'époque de Kamakura (1185-1333), également connue sous le nom de shogunat de Kamakura, au cours de laquelle le gouvernement japonais était dominé par l'armée.

Religion de Heian

En termes de religion, le bouddhisme continua à dominer, aidé par des moines érudits de renom tels que Kūkai (774-835) et Saichō (767-822), qui fondèrent respectivement les sectes bouddhistes Shingon et Tendai. Ils rapportèrent de leurs visites en Chine de nouvelles idées, pratiques et textes, notamment le Sutra du Lotus (Hokke-kyo), qui contenait le nouveau message selon lequel il existait de nombreuses voies différentes, mais toutes aussi valables, vers l'illumination. Il y avait aussi Amida (Amitabha), le Bouddha du bouddhisme de la Terre pure, qui pouvait aider ses disciples sur ce chemin difficile.

La propagation du bouddhisme fut favorisée par le patronage du gouvernement, bien que l'empereur se soit méfié du pouvoir excessif du clergé bouddhiste et ait nommé des abbés et confiné les moines dans leurs monastères. Les sectes bouddhistes étaient devenues de puissantes entités politiques et, bien qu'il fût interdit aux moines de porter des armes et de tuer, ils pouvaient payer des moines novices et des mercenaires pour qu'ils combattent à leur place afin de gagner en pouvoir et en influence dans le méli-mélo de nobles, de gestionnaires de propriétés foncières, d'armées privées et impériales, d'empereurs et d'ex-empereurs, de pirates et de clans en guerre qui affligeait le paysage politique de Heian.

Supprimer la pub
Publicité

Sutra Inscribed Tablet
Tablette avec inscription de Sutra
James Blake Wiener (CC BY-NC-SA)

Les principes confucéens et taoïstes continuèrent également à influencer l'administration centralisée, et les anciennes croyances shintoïstes et animistes continuèrent, comme auparavant, à exercer leur influence sur la population, tandis que les temples shintoïstes tels que le grand sanctuaire d'Ise restèrent d'importants lieux de pèlerinage. Toutes ces croyances étaient pratiquées côte à côte, très souvent par les mêmes individus, de l'empereur au plus humble des fermiers.

Relations avec la Chine

Après une dernière ambassade auprès de la cour des Tang en 838, il n'y eut plus de relations diplomatiques formelles avec la Chine, le Japon étant devenu quelque peu isolationniste, sans avoir besoin de défendre ses frontières ou de se lancer dans des conquêtes territoriales. Toutefois, des échanges commerciaux et culturels sporadiques se poursuivirent avec la Chine, comme auparavant. Les marchandises importées de Chine comprenaient des médicaments, des tissus de soie travaillés, des céramiques, des armes, des armures et des instruments de musique, tandis que le Japon envoyait en retour des perles, de la poussière d'or, de l'ambre, de la soie brute et des laques dorées.

Des moines, des érudits, des musiciens et des artistes furent envoyés pour voir ce qu'ils pouvaient apprendre de la culture plus avancée de la Chine et ramener de nouvelles idées dans des domaines aussi variés que la peinture ou la médecine. Des étudiants furent également envoyés, beaucoup d'entre eux passant plusieurs années à étudier les pratiques administratives chinoises et à rapporter leurs connaissances à la cour. Un catalogue datant de 891 répertorie plus de 1 700 titres chinois disponibles au Japon, couvrant l'histoire, la poésie, les protocoles de la cour, la médecine, les lois et les classiques de Confucius. Malgré ces échanges, l'absence de missions régulières entre les deux États à partir du 10e siècle signifie que l'époque de Heian vit l'influence de la culture chinoise diminuer, ce qui permit à la culture japonaise de trouver sa propre voie de développement.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La culture Heian

La période Heian est connue pour ses réalisations culturelles, du moins à la cour impériale. Ces réalisations comprennent la création d'une écriture japonaise (kana) utilisant des caractères chinois, essentiellement phonétiques, qui permit la production du premier roman au monde, le Conte de Genji de Murasaki Shikibu (vers 1020), et de plusieurs journaux intimes (nikki) écrits par des dames de la cour, dont le Les notes de l'oreiller de Sei Shonagon, qu'elle acheva vers 1002. D'autres œuvres célèbres de cette période sont le journal d'Izumi Shikibu, le Kagero nikki de Fujiwara no Michitsuna, et un conte de la fortune fleurie d'Akazome Emon.

Tale of Genji Illustration
Illustration du conte de Genji
Unknown Artist (Public Domain)

Cette floraison d'écrits féminins est largement due au fait que les Fujiwara veillaient à ce que les femmes qu'ils parrainaient à la cour soient entourées d'un entourage intéressant et cultivé afin d'attirer l'affection de l'empereur et de sauvegarder leur monopole sur les affaires de l'État. Il semble également que les hommes ne s'intéressaient pas aux journaux intimes ni aux commentaires frivoles sur la vie de la cour, laissant le champ libre aux femmes écrivains qui, collectivement, créèrent un nouveau genre de littérature examinant la nature transitoire de la vie, résumée dans l'expression mono no aware (la tristesse ou le pathos des choses). Les hommes qui ont écrit l'histoire l'ont fait de manière anonyme ou se sont même fait passer pour des femmes, comme Ki no Tsurayuki dans ses mémoires de voyage Tosa nikki.

Les hommes écrivaient eux aussi de la poésie, et la première anthologie de poèmes japonais commandée par la royauté, le Kokinshu ("Collection du passé et du présent"), fut publiée en 905. Il s'agissait d'un recueil de poèmes d'hommes et de femmes, compilé par Ki no Tsurayuki, qui déclara : "Les graines de la poésie japonaise se trouvent dans le cœur humain" (Ebrey, 199).

Outre la littérature, la période vit également la production de vêtements particulièrement raffinés à la cour royale faits de soie et de brocarts chinois. Les arts visuels étaient représentés par des peintures sur paravent, des rouleaux complexes d'images et de textes (e-maki) et une calligraphie raffinée. La réputation d'un aristocrate reposait non seulement sur sa position à la cour ou dans l'administration, mais aussi sur son appréciation de ces choses et sur sa capacité à composer ses propres poèmes, à jouer de la musique, à danser, à maîtriser des jeux de société comme le go et à réaliser des prouesses au tir à l'arc.

Les peintres et les sculpteurs continuèrent à s'inspirer du bouddhisme pour produire des sculptures en bois (peintes ou laissées naturelles), des peintures de savants, des cloches en bronze doré, des sculptures de Bouddha taillées dans la roche, des miroirs en bronze ornés et des étuis laqués pour les sutras, qui contribuèrent tous à diffuser l'imagerie des nouvelles sectes dans tout le Japon. La demande d'œuvres d'art était telle que, pour la première fois, une classe d'artistes professionnels vit le jour, alors que les œuvres étaient auparavant créées par des moines érudits. La peinture devint également un passe-temps à la mode pour l'aristocratie.

Progressivement, une approche plus entièrement japonaise élargit l'éventail des sujets traités dans l'art. Un style japonais, le Yamato-e, se développa, en particulier dans le domaine de la peinture, ce qui le distingua des œuvres chinoises. Il se caractérise par des lignes plus anguleuses, l'utilisation de couleurs plus vives et davantage de détails décoratifs. Des portraits réalistes de personnalités de la cour, comme ceux de Fujiwara Takanobu, des illustrations inspirées de la littérature japonaise et des paysages devinrent populaires, ouvrant la voie aux grandes œuvres de la période médiévale.

This content was made possible with generous support from the Great Britain Sasakawa Foundation.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2017, mai 05). Époque de Heian [Heian Period]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-15937/epoque-de-heian/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Époque de Heian." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 05, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-15937/epoque-de-heian/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Époque de Heian." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 05 mai 2017. Web. 12 juin 2024.

Adhésion