Clan Fujiwara

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 25 mai 2017
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Fujiwara no Kamatari (by Kingturtle, Public Domain)
Fujiwara no Kamatari
Kingturtle (Public Domain)

Le clan Fujiwara (Fujiwara-shi) était un puissant groupe familial qui domina tous les domaines du gouvernement japonais pendant la période Heian (794-1185). Fondé par Fujiwara no Kamatari en 645, ses membres masculins occupaient des postes officiels clés, souvent en tant que régents de l'empereur, et veillaient à ce que leurs filles épousent des membres de la lignée impériale. Au 12e siècle, le pouvoir des Fujiwara déclina à mesure que les empereurs successifs abdiquaient en faveur de l'héritier de leur choix, tout en conservant leur pouvoir. Les Fujiwara furent finalement remplacés par les clans rivaux des Taira et des Minamoto.

Fujiwara no Kamatari

Au VIIe siècle, le fonctionnaire de la cour Nakatomi, qui deviendrait plus tard Fujiwara no Kamatari (614-669), devint un allié utile du prince Naka no Ōe. Ensemble, ils organisèrent un coup d'État en 645 qui déposa le puissant clan Soga qui avait jusqu'alors dominé les postes gouvernementaux et menaçait d'usurper le pouvoir de l'empereur. Une série de réformes politiques furent alors lancées, connues sous le nom de réformes Taika (Taika No Kaishin). Ces réformes étaient basées sur le modèle chinois de gouvernement central fort et elles nationalisèrent les terres, réorganisèrent le système de classement de la cour, interdirent la possession d'armes non autorisées et tentèrent d'éradiquer la corruption. Lorsque le prince devint l'empereur Tenji (661-671), il donna à Nakatomi et à ses descendants le nom de famille Fujiwara et en fit son ministre d'exception.

Supprimer la pub

Advertisement

Le fils de Kamatari, Fubito (alias Fuhito, 659-720), épousa la fille de l'empereur Monmu, et ses quatre petits-fils formèrent chacun les quatre branches du clan Fujiwara : Nanke (maison du sud), Hokke (maison du nord), Shikike (maison des cérémonies) et Kyoke (maison de la capitale). La lignée des Fujiwara était désormais fermement établie et elle allait conserver une emprise tenace sur le pouvoir, car non seulement elle dominait la politique et les organes gouvernementaux tels que le bureau du trésor domestique (kurando-dokoro) et le Conseil d'État, mais elle parvint également à marier ses filles à des empereurs.

Il y eut 21 régents Fujiwara de l'an 804 à 1238.

La position royale fut davantage affaiblie par le fait que de nombreux empereurs montaient sur le trône alors qu'ils n'étaient encore que des enfants et ils étaient donc gouvernés par un régent (Sessho), généralement un représentant de la famille Fujiwara. Au total, il y aurait 21 régents Fujiwara de 804 à 1238. Même lorsque l'empereur atteignait l'âge adulte, il était toujours conseillé par le Kampaku qui permettait aux Fujiwara de conserver leur influence. Pour garantir la perpétuation de cette situation, les nouveaux empereurs étaient nommés non pas par leur naissance mais par leurs parrains et étaient encouragés ou forcés à abdiquer lorsqu'ils avaient atteint la trentaine en faveur d'un successeur plus jeune. Ainsi, par exemple, entre 858 et 956, il y eut 10 empereurs différents. Par conséquent, les membres clés des Fujiwara purent agir en tant que régents pour trois ou quatre empereurs successifs au cours de leur propre vie.

Supprimer la pub

Advertisement

Fujiwara no Yoshifusa

L'un de ces personnages était Fujiwara no Yoshifusa (804-872), chef de clan (uji no choja) depuis 858. Il plaça son petit-fils de sept ans sur le trône en 858 et devint officiellement son régent en 866. C'était la première fois qu'un régent n'était pas de sang royal et cela créa une dynamique qui allait se poursuivre jusqu'au 11ème siècle. Les Fujiwara, et en particulier la Maison du Nord, avaient désormais un contrôle direct sur les empereurs, et il n'était donc pas nécessaire de supprimer cette institution, bien que ceux qui se montrèrent moins coopératifs furent contraints à abdiquer et même un ou deux empereurs disparurent dans des circonstances mystérieuses ou finirent dans un monastère. En outre, la milice privée du clan veilla à ce que sa position ne soit jamais sérieusement menacée par des étrangers.

Fujiwara no Yoshifusa
Fujiwara no Yoshifusa
Kikuchi Yosai (Public Domain)

Rivalités internes

Le contrôle des Fujiwara était presque total mais il y existait des menaces internes. Les rivaux se disputaient les postes au sein de l'appareil d'État et dans les provinces où le contrôle du gouvernement était plus faible. Les Fujiwara du nord, par exemple, avaient établi une base administrative prospère à Hiraizumi, dans le nord de Honshu, et leur domination fut contestée à plusieurs reprises par les autres branches du clan. Une rébellion notable fut menée par le rebelle du clan Fujiwara no Sumitomo dans la province d'Iyo sur Shikoku. Il commandait une importante flotte de pirates qui sillonnait la mer entre le Japon et l'Asie continentale et devint un héros pour les paysans locaux en attaquant les greniers du gouvernement. La rébellion fut toutefois rapidement réprimée après la mort de Sumitomo en 941. Cependant, les Fujiwara était désormais une organisation tellement répandue avec tant de branches qu'il était presque inévitable qu'il y ait des disputes pour savoir qui devait être sa figure de proue et avoir la responsabilité et le contrôle tant convoités des terres, des revenus et des nominations civiles du clan. Le clan contrôlait également de nombreux temples et sanctuaires, dont des joyaux comme le Byodo-in à Uji et le temple de la famille Fujiwara, le complexe Kofuku-ji à Nara, fondé en 669.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Fujiwara no Michinaga

Une autre figure importante des Fujiwara fut Michinaga (966-1028) qui devint le chef du clan en 995. Au cours de son règne de 30 ans en tant qu'individu le plus puissant du Japon, il maria quatre filles à quatre empereurs et finit par avoir quatre petits-fils empereurs. Les Fujiwara étaient alors à leur apogée et Michinaga pouvait affirmer dans son célèbre poème : "Ah ! Je puis penser que cet âge est vraiment le mien, quand de la lune rien ne vient diminuer la plénitude !" (Whitney Hall, 70). Michinaga se retira de la politique et devint moine bouddhiste en 1019 - il avait déjà préparé le terrain en fondant le temple Hojoji - mais il continua de tirer les ficelles du pouvoir par l'intermédiaire de son fils Yorimichi (992-1074). À sa mort, en 1027, Michinaga aurait serré dans ses mains des cordes d'un autre type, des cordons de soie qui couraient jusqu'à plusieurs statues du bodhisattva Amida dans l'espoir qu'elles le tirent vers le Pays Pur de l'au-delà bouddhiste. La vie de Michinaga devint le sujet de l'Eiga monogatari, une histoire du 11ème siècle.

Phoenix Hall, Byodo-in
Salle du phénix, Byōdō-in
663highland (CC BY-SA)

Déclin du pouvoir

La domination des Fujiwara n'était pas tout à fait totale et ne fut pas toujours incontestée non plus. L'une des premières tentatives des empereurs pour réaffirmer leur pouvoir et leur indépendance fut celle de l'empereur Uda. Il chercha à briser le monopole des Fujiwara en promouvant un certain Sugawara Michizane (845-903), un étranger de rang social inférieur, au poste élevé de Ministre de Droite (udaijin) et membre du Conseil d'Etat en 899. En 901, les Fujiwara se défendirent et concoctèrent une accusation de trahison contre Sugawara, ce qui entraîna son exil. Sugawara obtiendrait sa revanche lorsque certains désastres s'abattraient sur le palais et l'État après sa mort, et serait même officiellement déifié en tant que dieu shinto de l'érudition sous le titre honorifique de Tenjin. Néanmoins, pour les Fujiwara, ce fut le retour à la normale.

L'empereur Shirakawa (r. de 1073 à 1087) tenta d'affirmer son indépendance vis-à-vis des Fujiwara en abdiquant en 1087 et en permettant à son fils Horikawa de régner sous sa supervision. Le propre père de Shirakawa, l'empereur Go-Sanjo (r. de 1068 à 1073) avait fait exactement la même chose mais était mort un an après avoir abdiqué. Shirakawa, quant à lui, régna en coulisses pendant plus de trois décennies. À partir de cette époque, les empereurs créèrent également leur propre bureaucratie du pouvoir, semblable à celle du clan Fujiwara. Cette stratégie des empereurs "à la retraite", qui continuaient de gouverner, est connue sous le nom de "gouvernement cloîtré"(insei), car l'empereur restait généralement à l'abri dans un monastère.

Supprimer la pub

Advertisement

Les empereurs à la retraite et les clans rivaux avec leurs serviteurs armés commencèrent à menacer la domination du clan Fujiwara.

Dans les provinces, de nouvelles forces émergeaient qui allaient défier la domination des Fujiwara encore plus sérieusement. Laissés à eux-mêmes et alimentés par le sang de la petite noblesse produit par le processus d'effacement dynastique (lorsqu'un empereur ou un aristocrate avait trop d'enfants, ils étaient retirés de la ligne d'héritage), deux groupes importants se développèrent, les clans Minamoto (alias Genji) et Taira (alias Heike). Avec leurs propres armées privées de samouraïs, ils devinrent des instruments importants aux mains des membres rivaux de la lutte de pouvoir interne du clan Fujiwara qui éclata lors de la perturbation de Hogen en 1156.

En 1156, la mort de l'empereur retraité Toba provoqua une course au pouvoir de la part de deux groupes rivaux au sein du clan Fujiwara, chacun ayant son propre prétendant au titre de prochain empereur. Tadamichi Fujiwara soutenait Go-Shirakawa tandis que son frère Yorinaga se rangea du côté de l'empereur retraité Sutoku. Le clan Taira prit le parti de Go-Shirakawa et le clan Minamoto celui de Sutoku, bien que les choses se soient compliquées lorsque Yoshitomo, fils du chef Minamoto Tameyoshi, prit le parti de Go-Shirakawa. Après la fin des violences appelées par euphémisme "perturbation de Hogen"(Hogen No Ran), Go-Shirakawa et ses partisans avaient remporté la victoire.

Les Taira, dirigés par Taira no Kiyomori, finirent par balayer tous leurs rivaux et dominèrent le gouvernement pendant deux décennies. Cependant, lors de la guerre de Genpei (1180-1185), les Minamoto revinrent victorieux et le chef du clan, Yoritomo, se vit attribuer le titre de shogun par l'empereur. Le règne de Yoritomo inaugura la période Kamakura (1185-1333), également connue sous le nom de shogunat Kamakura, au cours de laquelle le gouvernement japonais fut dominé par les militaires.

Supprimer la pub

Advertisement

Les Fujiwara perdirent peut-être le pouvoir politique, mais le clan demeura une importante famille aristocratique dont de nombreux membres continuaient à occuper des postes titrés, même si ces rôles n'avaient pas de rapport direct avec le gouvernement. Les provinces furent une autre redoute pour les membres des Fujiwara qui n'étaient plus en mesure d'acquérir par le biais du patronage des postes clés à la cour. Plus tard, le clan produisit quelques écrivains et poètes de renom, parmi lesquels Fujiwara no Sadaie qui, en 1205, compila le Shin Kokinshu, un recueil de poésie impérial.

This content was made possible with generous support from the Great Britain Sasakawa Foundation.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un master en philosophie politique et est le directeur d'édition de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2017, mai 25). Clan Fujiwara [Fujiwara Clan]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16085/clan-fujiwara/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Clan Fujiwara." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 25, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16085/clan-fujiwara/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Clan Fujiwara." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 25 mai 2017. Web. 04 oct. 2022.

Adhésion