Obélisque Égyptien

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 06 novembre 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Egyptian Obelisks, Karnak (by Dennis Jarvis, CC BY-SA)
Obélisques égyptiens, Karnak
Dennis Jarvis (CC BY-SA)

Un obélisque est un pilier rectangulaire en pierre avec un sommet effilé formant un pyramidion, posé sur une base, érigé pour commémorer un individu ou un événement et honorer les dieux. Les anciens Égyptiens créèrent cette forme au cours de la période dynastique précoce (vers 3150-c. 2613 avant J.-C.), après avoir travaillé dans des tombes mastaba en briques de terre et avant la construction de la pyramide à degrés de Djéser (vers 2670 avant J.-C.). On pense que les premiers obélisques servaient en quelque sorte d'entraînement au travail de la pierre sur des projets monumentaux, étape nécessaire à la construction de pyramides.

Le nom "obélisque" vient du grec pour "broche", comme dans un long morceau de bois pointu généralement utilisé pour cuisiner, car l'historien grec Hérodote fut le premier à écrire à leur sujet et à les nommer ainsi. Les Égyptiens les appelaient tekhenu, ce qui signifie "percer", comme dans "percer le ciel". Les premiers obélisques n'existent plus et ne sont connus que par des inscriptions ultérieures, mais il semble qu'ils ne mesuraient qu'environ 3 mètres de haut. Avec le temps, ils atteignirent une hauteur de plus de 30 mètres. Bien que de nombreuses cultures dans le monde, de l'Assyrie à la Méso-Amérique, aient utilisé la forme de l'obélisque, seule l'Égypte antique travailla la pierre monolithique, presque toujours du granit rouge. Chaque obélisque de l'Égypte antique était taillé dans une seule pièce de pierre qui était ensuite déplacée à son emplacement et élevée sur une base. Si les archéologues et les chercheurs savent comment ces monuments étaient sculptés et transportés, personne ne sait comment ils étaient élevés. Les efforts déployés de nos jours pour reproduire l'élévation d'un obélisque à l'aide de la technologie égyptienne ancienne ont échoué.

Supprimer la pub

Advertisement

Symbolisme de l'obélisque

Les obélisques de l'Égypte ancienne représentaient le benben, le monticule primordial sur lequel se tenait le dieu Atoum lors de la création du monde. En tant que tels, ils étaient associés à l'oiseau bénou, le précurseur égyptien du phénix grec. Selon certains mythes égyptiens, l'oiseau bénou était la première créature vivante dont le cri réveilla la création et mit la vie en mouvement. L'oiseau était lié à l'étoile du matin et au renouveau de chaque jour, mais il était aussi le signe de la fin du monde ; de la même manière que l'oiseau avait crié pour commencer le cycle de la création, il sonnerait à nouveau pour signaler son achèvement.

Les obélisques de l'Égypte ancienne représentaient le benben, le monticule primordial sur lequel se tenait le dieu Atoum lors de la création du monde.

Les Égyptiens croyaient qu'un jour viendrait où les dieux mourraient et que tout retournerait à l'uniformité du chaos primordial. L'oiseau bénou ne choisirait pas la fin de lui-même, mais recevrait son signal du dieu soleil Râ qui, à son tour, aurait été informé par le dieu Thot, gardien des archives des humains et des dieux. Cependant, l'oiseau bénou était principalement lié à Râ (plus tard Amon et Amon-Râ), à la lumière et à la vie. L'égyptologue Geraldine Pinch commente ce point :

Supprimer la pub

Advertisement

À partir des textes des pyramides, l'oiseau bénou était étroitement associé au dieu créateur du soleil. À Héliopolis, le centre du culte solaire, on dit que l'oiseau bénou se perchait sur la pierre benben, une sorte d'obélisque primitif, ou dans les branches d'un saule sacré. Lorsque les rois égyptiens avaient régné pendant trente ans, ils demandaient à l'oiseau bénou de renouveler leur force et leur vitalité (117).

Tout en conservant son association avec l'oiseau bénou, l'obélisque est de plus en plus associé au culte de Râ et au culte solaire, surtout à partir du Nouvel Empire (vers 1570-1069 avant notre ère). Les obélisques étaient toujours élevés par paires, conformément à la valeur égyptienne d'équilibre et d'harmonie ; on croyait que deux sur terre étaient reflétés par deux dans les cieux. L'égyptologue Richard H. Wilkinson écrit :

Le phénomène de la dualité est omniprésent dans la culture égyptienne et se trouve au cœur du concept égyptien de l'univers lui-même. Mais plutôt que de se concentrer sur les différences essentielles entre les deux parties d'une paire donnée, la pensée égyptienne peut souligner leur nature complémentaire comme une façon d'exprimer l'unité essentielle de l'existence par l'alignement et l'harmonisation des opposés - tout comme nous pourrions aujourd'hui utiliser "hommes et femmes", "vieux et jeunes", ou "grands et petits" pour signifier "tous" ou "chacun" (129).

Les obélisques doubles étaient élevés en l'honneur des réalisations d'un grand roi (ou, dans le cas d'Hatchepsout, d'une grande reine), mais servaient également à honorer les dieux ou, plus souvent, un dieu spécifique. À l'époque du Nouvel Empire, on pensait que l'obélisque était habité par l'esprit du dieu pour lequel il était érigé, de la même façon que l'on pensait qu'un dieu vivait réellement dans son temple. Thoutmôsis III (1458-1425 avant J.-C.) du Nouvel Empire institua le rituel des offrandes aux obélisques de la même façon que les offrandes étaient apportées aux temples et cette pratique se poursuivit pendant la période ptolémaïque (323-30 avant J.-C.), la dernière à régner sur l'Égypte avant son annexion par Rome. Les pharaons du Nouvel Empire érigèrent plus d'obélisques que tous les autres, car ils croyaient qu'ils vivraient à travers ces monuments et que des offrandes continueraient à leur être apportées après leur mort.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Luxor Obelisk, Paris
Obélisque de Louxor, Paris
Dennis Jarvis (CC BY-SA)

Les obélisques représentaient donc la divinité vivante, la vitalité et l'immortalité du pharaon, ainsi que le concept de dualité et d'équilibre. Peu importe qui ou quoi d'autre ils commémoraient, ils étaient élevés et soigneusement positionnés de sorte que la première et la dernière lumière du jour touchent leurs sommets pour honorer le dieu soleil. On pensait que le dieu du soleil entreprenait la nuit un voyage périlleux au cours duquel il devait faire naviguer sa péniche dans les enfers et éviter d'être détruit par le grand serpent Apophis. Les Égyptiens accomplissaient des cérémonies pour éloigner et affaiblir Apophis et garder le dieu du soleil en sécurité et, de cette façon, ils participaient au cycle du jour et de la nuit. Les obélisques servaient à honorer le dieu soleil lorsqu'il se levait de la nuit le matin, traversait le ciel et disparaissait à nouveau dans l'obscurité le soir. D'un point de vue pratique, l'obélisque aurait alors servi de cadran solaire dans la mesure où le voyage de Râ à travers le ciel aurait été indiqué par le mouvement de l'ombre du monument, sauf lorsque le soleil était directement au-dessus de la tête et qu'aucune ombre n'était projetée.

Construction et emplacement

Le plus grand obélisque jamais créé n'a jamais été élevé : il s'agit de l'obélisque dit "inachevé" de la reine-pharaon Hatchepsout (1479-1458 avant J.-C.) qui repose toujours à l'endroit où il a été abandonné, dans la carrière d'Assouan, site régulièrement utilisé pour extraire la pierre de tels monuments. On pense que l'obélisque inachevé avait été commandé pour être placé à Karnak, où Hatchepsout avait déjà élevé le monument connu aujourd'hui sous le nom d'obélisque du Latran, qui fut déplacé à Rome au IVe siècle de notre ère par Constance II. L'obélisque inachevé mesure 42 mètres et pèse environ 1 200 tonnes. Le travail sur le monument fut abandonné lorsqu'il se fissura au cours de la sculpture. Il resta donc in situ, tel qu'il fut laissé il y a des milliers d'années lorsque les ouvriers l'abandonnèrent. Les marques d'outils anciens et les marques de mesure des ouvriers sont clairement visibles sur la pièce et permettent de comprendre comment les obélisques étaient extraits des carrières.

Les ouvriers commençaient la taille des obélisques dans le granit d'Assouan à l'aide de ciseaux et de coins en bois. L'égyptologue Rosalie David explique :

Supprimer la pub

Advertisement

Les preuves à Assouan indiquent que pour enlever la pierre, les maçons ciselaient probablement des trous dans la roche à une profondeur d'environ six pouces, puis forçaient des coins en bois dans ces trous avant de les humidifier avec de l'eau pour que le bois gonfle et fasse fendre la roche. L'obélisque pouvait alors être ciselé et transporté par la rivière jusqu'au site du temple, où il était achevé (171-172).

Les outils utilisés étaient en métal, comme le cuivre, et en pierre. De la roche volcanique (diorite) était également utilisée pour détacher la pierre une fois que les trous avaient été faits. David prend note des découvertes de Flinders Petrie selon lesquelles "les métallurgistes étaient habiles à ajouter judicieusement certains alliages aux métaux pour les rendre aptes à des tâches particulières ; ils les trempaient également et étaient donc probablement capables de produire des outils de la force requise pour traiter toutes ces pierres" (172). On ne sait pas exactement combien de temps il fallait aux ouvriers pour extraire et façonner un obélisque, mais l'ensemble du processus, de l'extraction initiale à l'élévation du monument en passant par son transport, durait environ sept mois. L'historienne Margaret Bunson décrit le processus de déplacement d'un obélisque de la carrière d'Assouan à sa destination à Thèbes :

Lorsque le pilier était taillé à satisfaction, des cordes étaient enroulées tout autour et la pierre était soulevée et placée sur un lourd traîneau. Il fallait plusieurs milliers d'ouvriers pour tirer le traîneau jusqu'aux rives du Nil. Là, les navires attendaient dans des cales sèches spécialement conçues pour permettre le chargement des piliers en toute sécurité. L'aspect unique de ce processus de chargement est que les bateaux restaient en cale sèche jusqu'à ce que les piliers soient à bord en toute sécurité. Ensuite, le navire et la cargaison sacrée étaient lentement mis à flot sur l'eau déversée dans la cale. Lorsque le navire et le pilier étaient stabilisés, les portes de la cale étaient ouvertes et le navire faisait son chemin sur le Nil. Neuf galères, comptant chacune plus de 30 rameurs, remorquaient le navire et l'obélisque jusqu'à Thèbes où un rituel cérémoniel et une foule immense attendaient leur arrivée. Une rampe avait été préparée à l'avance et le pilier était tiré jusqu'à l'inclinaison. La partie unique de la rampe était un trou en forme d'entonnoir, rempli de sable. L'obélisque était placé au-dessus du trou et le sable était vidé, ce qui permettait d'abaisser le pilier en place. Une fois l'obélisque positionné sur sa base et fixé, la rampe était retirée et les prêtres et la maison royale arrivaient pour prendre part aux rituels de dédicace et aux cérémonies en l'honneur du dieu de la pierre (194-195).

Obelisk of Thutmose III, Istanbul
Obélisque de Thoutmôsis III, Istanbul
Dennis Jarvis (CC BY-SA)

L'extraction, le transport et l'élévation d'un obélisque sont bien documentés par des inscriptions, des dessins et des lettres officielles sur le sujet, mais aucune mention spécifique n'est faite sur la manière exacte dont l'obélisque était élevé sur sa base. La description que fait Bunson du trou en forme d'entonnoir s'inspire de sources égyptiennes anciennes qui semblent indiquer que la base de l'obélisque se trouvait sous la rampe et était recouverte de sable. La base de l'obélisque était positionnée au-dessus de ce trou et le sable était retiré lentement pour élever le monument tandis que, vraisemblablement, des ouvriers munis de cordes guidaient soigneusement l'obélisque pendant son élévation.

Les inscriptions égyptiennes anciennes sur cette partie du processus ne sont pas claires, cependant, et le problème de supposer que le trou en forme d'entonnoir dans la rampe clarifie quoi que ce soit est que ce trou aurait dû être d'une profondeur considérable pour aider à élever un monument de 100 pieds de haut, il aurait dû y avoir une sorte de rainure pour empêcher le glissement sur la base, et les travailleurs auraient dû trouver un moyen de tirer l'obélisque à la verticale une fois qu'il avait atteint une certaine hauteur et un certain angle ; les tentatives modernes de reproduire ce processus ont échoué. En 1995, une équipe de NOVA avec l'archéologue Mark Lehner a tenté d'élever un obélisque en se basant sur les sources égyptiennes et a échoué. Lorsqu'ils ont utilisé des techniques plus modernes, ils ont également échoué. Il aurait suffi que le trou de sable en forme d'entonnoir soit suffisamment profond pour que le bord du fond de l'obélisque atteigne le bord d'une rainure dans la base, mais cela n'a pas fonctionné. De plus, l'angle de l'obélisque au fur et à mesure qu'il s'élevait s'arrêtait à 40 degrés et les ouvriers modernes, avec leurs cordes, n'ont pas trouvé le moyen de l'élever davantage.

Supprimer la pub

Advertisement

En 2001, abandonnant les sources anciennes, le professeur d'aéronautique Mory Gharib et une équipe ont soulevé un obélisque de 6 900 livres à l'aide de cerfs-volants, d'un système de poulies et d'un cadre de support. En exploitant la force du vent et en calculant soigneusement l'effet de levier nécessaire au système de poulies, l'obélisque a été soulevé en 25 secondes. Gharib affirme que c'est très probablement de cette manière que les obélisques antiques étaient élevés, ainsi que les pyramides et les temples d'Égypte. Cependant, cette affirmation est entièrement spéculative car il n'existe aucun document indiquant l'utilisation de cerfs-volants dans la construction en Égypte ancienne.

La description de Bunson, bien que citant spécifiquement Thèbes, aurait pu s'appliquer à n'importe quel site où des obélisques ont été trouvés. Bien qu'ils aient été principalement élevés à Karnak, ils étaient également placés à l'extérieur de nombreux temples, d'Héliopolis (près du Caire moderne) en Basse-Égypte à Éléphantine en Haute-Égypte près d'Assouan.

Obelisk of Senusret I, Heliopolis
Obélisque de Senusret I, Héliopolis
Neithsabes (Public Domain)

Obélisques et temples

Les obélisques étaient souvent placés dans les cours des temples pour honorer le dieu qui s'y trouvait ainsi que le dieu du soleil qui naviguait au-dessus. Le seul obélisque encore debout dans sa position d'origine est celui de Sésostris Ier (alias Senousret Ier) (vers 1971-1926 avant J.-C.) sur le site d'un ancien temple du dieu Soleil à Héliopolis. D'autres obélisques furent enlevés par des nations étrangères ou donnés en cadeau à des pays par le gouvernement égyptien à l'époque moderne. Cependant, les inscriptions et la documentation montrent clairement que les obélisques étaient un élément régulier des temples de l'Égypte ancienne. Wilkinson déclare :

Supprimer la pub

Advertisement

L'orientation et le placement symboliques sont peut-être plus facilement visibles dans le temple égyptien, où ils étaient constamment employés à la fois au niveau macro et micro. De nombreux temples étaient situés sur des sites sacrés ou construits assez près du Nil pour être partiellement submergés lors de la crue annuelle du fleuve, symbolisant ainsi la création aquatique du monde. Certains temples tardifs avaient également des sanctuaires construits sur leurs toits et des cryptes sous le niveau du sol, probablement des symboles du ciel et du monde souterrain. La plupart des temples étaient alignés, du moins en théorie, sur le passage quotidien du soleil. Cet alignement est visible dans le positionnement des pylônes semblables à l'horizon, des obélisques imposants et des disques solaires peints le long des architraves de l'axe est-ouest du temple (66).

Ces obélisques auraient été soigneusement mesurés et taillés pour se conformer à la taille d'un temple particulier et à la position qu'ils y occuperaient. La pointe du sommet de la pyramide de l'obélisque était censée capter les premiers et les derniers rayons du soleil et le monument devait donc être suffisamment haut et positionné de manière à accomplir cela. L'emplacement de l'obélisque et sa hauteur relevaient de la responsabilité du roi qui commandait à la fois le temple et le complexe qui l'entourait. Wilkinson écrit :

Dès la fondation d'un temple, le roi jouait le rôle dominant dans sa construction et son fonctionnement. Les monarques étaient responsables de la construction des pylônes et des cours successifs ajoutés aux plus grands temples égyptiens, voire de structures complètes dans d'autres cas. Les représentations montrent le roi participant à un rituel de fondation connu sous le nom de "tension de la corde", qui avait probablement lieu avant le début des travaux de construction d'un temple ou d'une annexe. Ces représentations montrent généralement le roi accomplissant le rite avec l'aide de Seshat, la déesse de l'écriture et de la mesure, un aspect mythique qui renforce le rôle central et unique du roi dans la construction du temple (174).

Ramsès II (le Grand, 1279-1213 avant notre ère) commanda le plus grand nombre d'obélisques pour les temples et encouragea la poursuite de la pratique consistant à leur présenter des offrandes. Il plaça ses obélisques au temple d'Amon à Thèbes en Haute-Égypte jusqu'à Héliopolis en Basse-Égypte et en avait sans doute d'autres dans sa ville de Pi-Ramsès près du site de l'ancienne ville d'Avaris. De grandes parties de Pi-Ramsès ("la ville de Ramsès") furent démantelées pour la construction de Tanis sous le règne de Smendès (vers 1077-1051 avant J.-C.) après que le Nil ait changé de cours et laissé l'ancienne ville sans approvisionnement en eau.

Tout au long de la troisième période intermédiaire (vers 1069-525 avant J.-C.), Tanis était une ville importante conçue pour refléter la ville de Thèbes, beaucoup plus ancienne, et s'il est possible que des obélisques aient été créés pour la ville à cette époque, il est plus probable qu'ils aient été déplacés de la ville de Ramsès. Comme pour tous les aspects de la construction et du positionnement des obélisques, l'effort à fournir pour y parvenir dut être considérable, mais il semble que, pour les Égyptiens, les monuments qui perçaient le ciel et honoraient les dieux en valaient la peine. Le reste du monde semble être de cet avis, puisque les obélisques égyptiens, ou des imitations de leur forme, peuvent être vus bien en vue dans de nombreuses villes modernes de nos jours.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2016, novembre 06). Obélisque Égyptien [Egyptian Obelisk]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-15419/obelisque-egyptien/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Obélisque Égyptien." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 06, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-15419/obelisque-egyptien/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Obélisque Égyptien." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 06 nov. 2016. Web. 05 juil. 2022.

Adhésion