Tang Taizong

Définition

Emily Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 09 mars 2016
Disponible dans ces autres langues: anglais, chinois
X
Emperor Taizong (by Hardouin, Public Domain)
Empereur Taizong
Hardouin (Public Domain)

Taizong (nom de naissance, Li-Shimin, 598-649, r. de 626 à 649) était le deuxième empereur de la dynastie Tang. Il est considéré comme l'un des plus grands souverains de l'histoire chinoise pour ses réformes du gouvernement et des lois, sa tolérance religieuse et la prospérité dont la Chine jouit sous son règne.

Taizong établit la norme pour les souverains de la dynastie Tang, considérée comme l'âge d'or de l'histoire chinoise, à l'aune de laquelle ses successeurs furent évalués. Le règne de Taizong est devenu légendaire au point que le dernier bon empereur de la dynastie Tang, Xuanzong II (r. de 846 à 859), modela son propre règne sur celui de Taizong et fut surnommé après sa mort "le petit Taizong".

Supprimer la pub
Publicité

Taizong était le fils du premier empereur de la dynastie Tang, Gaozu (r. de 618 à 626) et avait servi sous ses ordres en tant que général lors du renversement de la dynastie corrompue des Sui (589-618). Taizong fut écarté de la succession en faveur de son frère aîné, mais il organisa un coup d'État au cours duquel il assassina son frère et d'autres membres de sa fratrie pour s'emparer du trône et du pouvoir impérial. Il se révéla un souverain si efficace que ces crimes lui furent pardonnés et il régna avec succès jusqu'à sa mort. Son fils Gaozong (r. de 649 à 683) lui succéda, puis son ancienne concubine Wu Zetian (r. de 683 à 704), la seule femme monarque de l'histoire de la Chine, qui avait appris ses talents d'impératrice auprès de Taizong.

Li-Shimin devient Qin Wang

Taizong, qui s'appelait Li-Shimin, vit le jour en 598 dans l'actuelle province de Shaanxi, deuxième fils de Li-Yuan. Li-Yuan était le duc de Tang et un général de l'armée de la dynastie Sui qui était devenue de plus en plus corrompue. Au cours des dernières années, les derniers empereurs de la dynastie Sui vidèrent le trésor impérial dans des campagnes militaires tout en ignorant les besoins du peuple. Li-Yuan se joignit à d'autres rebelles pour mener une révolte qui renversa la dynastie Sui et s'établit en tant que Gaozu, premier empereur de la dynastie Tang.

Supprimer la pub
Publicité
Taizong était un brillant stratège et un leader charismatique dont les contributions au renversement de la dynastie Sui furent récompensées lorsque son père le nomma duc de l'État de Qin.

Selon l'histoire personnelle ultérieure de Taizong, il joua un rôle déterminant dans les aspects les plus importants de la victoire des Tang en fournissant les tactiques à son père. Taizong était un brillant stratège et un chef charismatique dont les contributions au renversement des Sui furent récompensées lorsque son père le nomma Qinguogong, un vassal de l'État, et plus tard Qin Wang, duc de l'État de Qin. En tant que Qin Wang, il réprima la résistance au pouvoir de Gaozu et stabilisa le pays.

Gaozu était un bon empereur qui poursuivit les meilleures politiques de la dynastie Sui tout en réduisant les abus et en réformant les politiques qui les avaient permis. C'est lui qui mit en œuvre les pratiques bureaucratiques que Taizong modifia par la suite et qui sont encore utilisées en Chine aujourd'hui. Bien qu'il ait bien gouverné, Qin Wang gagna en popularité auprès du peuple pour ses actions militaires contre les loyalistes Sui, ce qui inquiétait ses frères. Qin Wang n'était que le duc, pas le prince héritier, et son frère aîné Li-Jiancheng craignait qu'il ne tente de le remplacer en tant qu'héritier; Li-Jiancheng conspira donc avec ses autres frères pour éliminer Qin Wang.

Supprimer la pub
Publicité

Gaozu ne semblait pas se soucier de ces problèmes et continua à bien gouverner, créant le code juridique Tang en 624 qui serait utilisé par les dynasties futures et serait même copié par d'autres nations comme le Japon, la Corée et le Viêt Nam. Il réforma également l'aristocratie pour éviter de surtaxer les paysans et redistribua les parcelles de terre. Pendant qu'il gouvernait le pays, ses fils travaillaient à divers complots pour se débarrasser de Qin Wang et assurer la succession légitime. Qin Wang fut informé des plans de ses frères et en fit part à son père. Juste avant cela, Gaozu avait nommé Li-Jiancheng son héritier et ce décret était plus qu'insupportable pour Qin Wang. Il pensait qu'il méritait mieux que le poste de duc de Qin en raison de ses efforts pour réprimer les rébellions des Sui et de sa popularité auprès du peuple.

Tang Dynasty Provinces c. 742 CE
Provinces de la dynastie Tang vers 742 de notre ère
Yug (CC BY-SA)

Qin Wang devient Taizong

Qin Wang apprit que ses frères allaient organiser un coup d'État pour renverser Gaozu et s'emparer du trône. Ils pourraient alors facilement l'assassiner et Li-Jiancheng deviendrait empereur, tandis que les frères seraient élevés à des postes de haut rang à la cour. Qin Wang plaça des soldats qui lui étaient fidèles près de la porte Xuanwu du palais, la route qu'il savait empruntée par ses frères, qui les attaquèrent au moment où ils passaient et les tuèrent tous. Qin Wang fut nommé prince héritier, força son père à abdiquer en sa faveur et fut fait empereur de Chine.

Une fois empereur, il prit le nom de Taizong, fit exécuter ses opposants et utilisa le concept du culte des ancêtres à son avantage en déclarant que tous ceux qui avaient été tués étaient désormais ses conseillers célestes. Taizong s'était montré un général et un homme d'État si efficace sous l'administration de son père que personne ne le défia une fois qu'il prit le pouvoir.

Supprimer la pub
Publicité

Règne de Taizong

L'une des premières choses que fit Taizong fut de créer la Commission d'histoire pour relater l'ascension et la chute de la dynastie Sui et la façon dont lui, Taizong, avait fondé la dynastie Tang. Dans la version de l'histoire de Taizong, il avait toujours été la force derrière son père. Il se consacra alors à prouver ses dires en devenant un plus grand empereur que son père. En 630, il avait vaincu les Göktürk et repris le contrôle des territoires dont ils s'étaient emparés.

Par mesure de sécurité, il interdit tout voyage à l'étranger non autorisé afin de limiter les possibilités d'espionnage dans le pays. On ignore dans quelle mesure cette interdiction fut efficace, mais le célèbre moine bouddhiste et écrivain voyageur Xuanzang (602-664) évoque le nombre de points de contrôle le long des frontières et la façon dont il dut se frayer un chemin à travers les gardes au col de Yumen, alors qu'il se dirigeait vers l'Inde.

Taizong était un fervent bouddhiste et pensait que toutes les religions devaient pouvoir cohabiter pacifiquement.

En 634, Taizong signa un traité de paix avec le Tibet et donna sa fille adoptive en mariage au roi tibétain. La tolérance et la diversité religieuses en Chine prospérèrent sous le règne de Taizong. Le bouddhisme se répandit largement, dépassant le confucianisme et réduisant la popularité du taoïsme. En 635, Taizong autorisa le missionnaire chrétien Alopen à prêcher sa religion en Chine, introduisant ainsi les concepts chrétiens dans le pays. En 638, une mission persane fut autorisée à établir des groupes zoroastriens.

Supprimer la pub
Publicité

Entre 638 et 645, des délégués de plusieurs gouvernements, dont le gouvernement byzantin, vinrent demander à Taizong de les aider à stopper la propagation militante de l'islam, mais Taizong refusa parce qu'il ne voulait pas être impliqué dans des guerres de religion. Taizong était un fervent bouddhiste et pensait que toutes les religions devaient pouvoir cohabiter pacifiquement.

De la même manière qu'il accueillait toutes les confessions, il embrassait les diverses ethnies et élevait des personnes de différents groupes ethniques à des postes à la cour impériale. Il était ouvert aux conseils et écoutait attentivement la sagesse de ses conseillers. Lorsque son chancelier, Wei Zheng, signala plus de 200 erreurs commises par l'empereur depuis le début de son règne, Taizong accepta les critiques et les corrigea. Lorsqu'on lui dit qu'une expédition militaire serait trop coûteuse pour le peuple, il y renonça. Il aimait se retrouver seul et était un poète et un écrivain accompli qui écrivit deux livres, Di Fan et Zhen Guan Zheng Yao (Modèle d'un empereur et Stratégie de gouvernement de l'empereur), qui devinrent des ressources importantes pour les souverains ultérieurs.

Taizong et Wu Zhao

Vers 638, Taizong choisit une belle jeune fille de quatorze ans, Wu Zhao, comme concubine. Le terme "concubine" est souvent associé au sexe, mais en réalité, les concubines de la cour impériale rendaient de nombreux services à l'empereur, comme chanter, danser, nettoyer et faire la lessive. Wu Zhao était chargée de la blanchisserie et s'acquittait bien de ses tâches.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Un jour, alors qu'elle se trouvait seule avec Taizong, elle se mit à lui parler comme s'il s'agissait de n'importe quel autre employé de la blanchisserie, et non de l'homme le plus puissant de Chine. Taizong fut surpris que sa blanchisseuse soit si bien informée de l'histoire de la Chine et si douée pour la conversation. Il découvrit bientôt qu'elle savait aussi chanter, danser, jouer de la musique, écrire des poèmes et qu'elle avait des idées intéressantes sur le gouvernement et l'histoire. Il retira Wu Zhao de la blanchisserie et en fit sa secrétaire personnelle.

Wu Zhao devint la compagne constante de Taizong à la cour et participa à toutes les réunions et conférences que l'empereur tenait avec ses conseillers et les dignitaires étrangers. Taizong l'appelait Mei-Niang, "belle fille", et la gardait à ses côtés pendant toutes ses transactions commerciales et ses loisirs. Wu Zhao était une observatrice attentive qui absorbait tout ce qu'elle vivait pendant ces réunions et apprenait les techniques que Taizong utilisait pour gouverner si efficacement.

Elle était intelligente, mais aussi belle et attirait l'attention de nombreux hommes à la cour. L'un de ces hommes était Li Zhi, le fils de Taizong, qui était déjà marié à l'époque mais qui tomba profondément amoureux de Wu Zhao. Elle entama une liaison avec lui tout en conservant son statut de concubine préférée de Taizong.

Taizong's Campaigns Against the Xiyu States
Les campagnes de Taizong contre les États Xiyu
Yug (CC BY-SA)

Campagnes militaires

Les campagnes militaires de Taizong furent menées principalement entre 640 et 649 contre les royaumes des Oasis Göktürk. Taizong avait compris qu'une force militaire professionnelle était nécessaire pour la défense et l'expansion de son royaume. L'historien Justin Wintle écrit:

Sous Taizong, 600 unités de milice composées de 800 à 1200 hommes furent formées. Les miliciens, exemptés d'impôts, pouvaient servir soit dans le cadre de détachements de courte durée à la capitale, soit dans des garnisons frontalières ou dans leurs propres provinces. Ils étaient supervisés par un corps d'officiers professionnels, répartis dans tout l'empire afin d'éviter qu'ils ne se constituent des bases de pouvoir personnelles. Les Tang ont également maintenu une force permanente, l'"armée du Nord" d'élite, casernée à l'extérieur de la capitale. Ces mesures et d'autres encore étaient coûteuses, mais pendant 150 ans, elles ont été rentabilisées en permettant à l'empire de s'étendre commercialement et territorialement sans être distrait par des révoltes internes. (143)

Après l'échec des mesures diplomatiques, Taizong envoya son armée contre le khaganat turc oriental dans le bassin du Tarim. À l'origine, les relations entre la dynastie Tang et la ville de Gaochang étaient chaleureuses. Le roi de Gaochang, Qu Wentai, rendit visite à Taizong à Chang'an en 630, mais un conflit éclata entre Gaochang et la ville voisine de Yanqi, ce qui déclencha des hostilités et amena Taizong à déclarer la guerre.

La ville de Yanqi se trouvait sur une route commerciale qui traversait le désert pour rejoindre d'importants centres en Chine. Cette route fut fermée par Taizong pour éviter qu'elle ne soit utilisée par des espions ou des rebelles, et les marchands de Yanqi durent alors passer par Gaochang pour atteindre la Chine. Ces marchands commencèrent à commercer à Gaochang au lieu de faire le plus long voyage vers la Chine. Le roi de Yanqi, Long Tuqizhi, envoya un émissaire à Taizong pour demander la réouverture de la route, car ses marchands n'obtenaient plus à Gaochang les mêmes prix qu'à Chang'an pour leurs marchandises.

Taizong accéda à la demande et la route fut rouverte, mais cela irrita Gaochang qui attaqua Yanqi. Le roi Qu Wentai de Gaochang s'alliea alors à des tribus hostiles à la dynastie Tang et lança des raids contre d'autres colonies de Yanqi, détruisant des villes et capturant des citoyens pour les rançonner ou les vendre comme esclaves.

Taizong envoya un émissaire à Gaochang, demandant à Qu Wentai d'envoyer un émissaire en retour pour discuter de la situation. Au lieu d'honorer Taizong en envoyant l'émissaire spécifiquement demandé, Qu envoya un fonctionnaire de rang inférieur et conclut d'autres traités avec des villes hostiles à la domination des Tang. En 640, Taizong envoya son général Hou Junji pour briser le pouvoir de Gaochang et forcer Qu Wentai à obéir aux édits Tang. Lorsque Qu Wentai apprit que la grande armée Tang marchait sur sa ville, il mourut, probablement d'une crise cardiaque. Son fils Qu Zhisheng lui succéda et écrivit rapidement au général Hou pour s'excuser du comportement passé de Gaochang et promettre de meilleures relations à l'avenir. Hou Junji rejeta cet appel et exigea que Qu Zhisheng se rende sans condition. Qu Zhisheng refusa et le général Hou attaqua Gaochang.

L'armée de Qu Zhisheng ne fit pas le poids face à l'armée Tang hautement entraînée et la ville tomba rapidement. Taizong annexa alors les territoires et les garnit de troupes. Les problèmes avec Gaochang étaient résolus, mais les Yanqi s'allièrent au Khaganat des Turcs occidentaux et se déclarèrent hostiles aux intérêts des Tang vers 644. Taizong les vainquit et revendiqua leurs terres, puis envoya l'armée soumettre les Turcs de l'Est, revendiquant finalement l'ensemble du bassin du Tarim comme faisant partie de son royaume en 648.

Horse of Emperor Taizong
Cheval de l'empereur Taizong
Yen Li-Pen (Public Domain)

Mort et héritage de Taizong

Taizong contracta la dysenterie et mourut en 649. Il fut enterré en grande pompe dans sa province natale, dans un tombeau connu sous le nom de Mausolée de Zhao. Li Zhi lui succéda en tant qu'empereur et pritle nom de Gaozong. Gaozong dut poursuivre les guerres de son père dans le bassin du Tarim, car les Turcs se révoltèrent et l'armée Tang fut envoyée pour mater les rébellions. Après la mort de Taizong, toutes ses concubines se firent raser la tête et furent envoyées dans un monastère pour y passer le reste de leur vie. Gaozong était tellement amoureux de Wu Zhao qu'il la ramena au palais et en fit sa première concubine. Elle devint le pouvoir derrière le trône dès 660 et lorsque Gaozong mourut en 683, Wu Zhao prit le pouvoir et devint l'impératrice Wu Zetian.

Bien que de nombreux aspects de son règne aient été sévèrement critiqués par les historiens chinois ultérieurs, Wu Zetian suivit l'exemple de Taizong à bien des égards et améliora sa politique. Wu Zetian jeta les bases du prochain grand empereur de Chine, Xuanzong (r. de 712 à 756), sous le règne duquel la dynastie Tang atteindrait son apogée. Bien qu'elle ait accompli ses propres exploits, elle avait appris ses compétences auprès de Taizong.

Taizong devint alors l'empereur modèle qui fixa la norme pour tous les autres souverains qui le suivirent. Son nom était toujours invoqué pour louer sa politique et il est toujours considéré comme l'un des plus grands souverains de l'histoire de la Chine. Les autres empereurs de la dynastie Tang ont été évalués à l'aune de leur conformité aux normes de Taizong et très peu d'entre eux, voire aucun, ne les ont jamais dépassées.

Presque tous les autres souverains Tang, y compris les brillants Wu Zetian et Xuanzong qui lui succédèrent, perdirent de vue leurs responsabilités envers le peuple et le pays et se livrèrent à leurs propres plaisirs. Taizong resta fidèle à ses responsabilités depuis le moment où il prit le contrôle du gouvernement jusqu'à sa mort et continue donc d'être considéré avec honneur en tant que modèle d'un grand empereur.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Emily Mark
Emily Mark a étudié l'histoire et la philosophie à l'Université de Tianjin, Chine, et l'anglais à SUNY New Paltz, NY. Elle a publié des essais historiques et de la poésie. Ses premiers récits de voyage ont été publiés dans le magazine Timeless Travels.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, E. (2016, mars 09). Tang Taizong [Emperor Taizong of Tang]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14436/tang-taizong/

Style Chicago

Mark, Emily. "Tang Taizong." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 09, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14436/tang-taizong/.

Style MLA

Mark, Emily. "Tang Taizong." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 09 mars 2016. Web. 12 juin 2024.

Adhésion