Gouvernement Maya

Définition

Maria C. Gomez
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 20 avril 2018
Disponible dans ces autres langues: anglais, bosniaque, espagnol, Turc
X
Presentation of Captives to a Maya Ruler (by FA2010, CC BY-SA)
Présentation de captifs à un dirigeant maya
FA2010 (CC BY-SA)

Le gouvernement des anciens Mayas était fondé sur le fait que les souverains étaient considérés comme des dieux, ce qui, pour certains, pourrait suggérer un État unifié. Cependant, les anthropologues s'accordent à dire que chaque grande cité maya demeurait une entité indépendante et souveraine, avec ses propres luttes pour le pouvoir politique. En raison de la croyance des Mayas en des souverains divins, il était également important de maintenir la ligne de pouvoir dans la famille, ce qui pouvait parfois inclure une femme au pouvoir.

Les différentes cités-États mayas se trouvaient dans ce qui est aujourd'hui le Mexique, le Guatemala, le Salvador et le Honduras. La civilisation dura d'environ 1500 avant notre ère à environ 1500 de notre ère. Ces années sont généralement divisées en trois périodes : le préclassique, le classique et le postclassique. La période préclassique s'étend d'environ 1500 avant notre ère à 250 de notre ère, la période classique de 250 à 900 et la période postclassique de 900 à 1530.

Supprimer la pub
Publicité
Les souverains des différentes cités-États mayas étaient considérés comme une sorte d'hybride humain-dieu.

Les périodes se distinguent généralement les unes des autres par certaines caractéristiques. La période classique se reconnaît à l'abondance des cités mayas et au commerce florissant entre les cités mayas et les autres cités non mayas. Contrairement aux élites des périodes précédentes, les élites de la période classique sont censées avoir été alphabétisées et bien instruites. La période préclassique se caractérise par un nombre moindre de grandes polities. C'est également à cette époque que se développèrent les fondements du commerce de la période classique ultérieure. La période postclassique est marquée par le déclin d'un grand nombre de cités-états autrefois puissantes. Beaucoup de ces cités-états furent abandonnées et virent leur population diminuer fortement.

La politique des Mayas

La politique maya ne vit pas le jour avec les rois au début de la période préclassique. La plupart des systèmes politiques des cités mayas commencèrent à la fin de la période préclassique, vers 300 avant J.-C. Les dirigeants des différentes cités-États mayas étaient considérés comme une sorte d'hybride humain-dieu. Les hommes n'étaient pas les seuls à pouvoir régner. À l'occasion, les femmes régnaient lorsque le roi n'était pas encore majeur, lorsqu'il était en guerre ou lorsqu'il n'était pas disponible pour toute autre raison. Selon Martin, les souverains pouvaient affirmer leur statut de roi ou de seigneur le jour de l'Ajaw ou de l'Ahau (seigneur). Les rois faisaient graver une effigie d'eux-mêmes sur le Tzolk'in. Le Tzolk'in était un calendrier de 260 jours, composé de 13 mois de 20 jours. Chaque jour du mois était représenté par un dieu spécifique ; le jour Ahau était spécifiquement réservé aux rituels royaux. Lorsqu'un roi avait mérité l'honneur de figurer sur le Tzolk'in, la représentation devenait une véritable personnification du roi et du temps. Tout au long de l'ère Maya, les Mayas restèrent dans des sociétés séparées et ne s'unirent pas en un seul empire. On peut en dire autant de la célèbre période Maya classique.

Supprimer la pub
Publicité

K'inich Yax K'uk Mo
K'inich Yax K'uk Mo
Charles Tilford (CC BY-NC-SA)

Selon Cioffi-Revilla et Landman, la période classique comptait environ 72 unités politiques majeures. Ces sociétés n'ont pas toutes existé simultanément. Les chercheurs supposent qu'environ 50 sociétés ont existé ensemble à un moment donné. Ce chiffre de 72 unités n'inclut toutefois pas les unités plus petites, moins stratifiées politiquement. Comme ces sociétés commerçaient entre elles ainsi qu'avec des sociétés non mayas et qu'elles étaient indépendantes les unes des autres, la civilisation maya est considérée comme une civilisation exerçant un commerce international.

Le commerce accru des États classiques contribua à la politique des Mayas. Les chercheurs ont compris que les Mayas connurent deux cycles politiques. Les cycles impliquaient une période initiale d'essor et de déclin, puis une période dite de "rebond", plus courte que la première période, mais qui suivait toujours les schémas normaux du cycle et se poursuivit jusqu'à la fin de la période maya postclassique. Le premier cycle impliquait une période de temps plus longue pour le développement économique, politique et démographique. Cioffi-Revilla et Landman affirment que si le nombre de sociétés diminua à la fin du premier cycle d'effondrement, vers l'an 900, la politique elle n'avait pas complètement disparu pour autant.

Supprimer la pub
Publicité

L'économie maya

L'économie de la plupart des sociétés mayas est étroitement liée au cadre social des Mayas. Le système de cadre social le plus largement accepté pour les Mayas est le système classique à trois niveaux. Ce système se compose d'élites, d'une "classe moyenne" et d'une "classe inférieure". Les élites étaient généralement situées près des temples dans le centre de la ville et leurs maisons étaient construites en pierre. La "classe moyenne" était plus éloignée du centre de la ville et ses maisons étaient construites en torchis. Ces maisons sont l'équivalent dans le nouveau monde des maisons à toit de chaume. La "classe inférieure" était généralement encore plus éloignée des centres-villes et possédait également des maisons en clayonnage et en torchis. Cependant, cette vision de la structure sociale des Mayas est peut-être en train de changer.

Temple of the Sun, Palenque
Temple du Soleil, Palenque
Alejandro Linares Garcia (CC BY-SA)

Robert Hamblin, professeur à l'Université du Missouri du Sud-Est et Brian L. Pitcher, sociologue et chancelier à l'Université de l'État de Washington, ont trouvé des preuves d'une grande variété d'uniformes d'élite, ce qui suggère qu'il y avait peut-être une spécialisation dans l'économie de l'élite. Comme la classe moyenne était le principal producteur de biens, il est sous-entendu que les élites et la classe moyenne travaillaient en étroite collaboration en ce qui concernait la production de biens spécialisés. La combinaison des différents uniformes de l'élite soutient la théorie selon laquelle les élites et les classes moyennes travaillaient ensemble. Bien que les élites n'aient pas nécessairement été les producteurs de biens, elles pouvaient être des contremaîtres pour certaines industries.

L'étude de Kosakowsky sur la ville maya classique de Motul de San José démontre les tendances changeantes dans le règne de l'élite.

Si les grandes villes mayas ont fait l'objet de nombreuses études, les études plus récentes sur les villes mayas de taille moyenne sont importantes pour déterminer à quoi pouvait ressembler la vie dans l'ensemble du royaume maya. Les villes suivantes ont fait l'objet de trois études différentes qui permettent d'illustrer les thèmes primordiaux du gouvernement maya.

Supprimer la pub
Publicité

L'étude de Kosakowsky sur la ville maya classique de Motul de San José démontre les tendances changeantes dans le règne de l'élite. Ces changements dans les limites géographiques réelles du règne des élites pourraient également indiquer qu'à un moment donné, il y a pu y avoir des villes indépendantes. En d'autres termes, il n'y avait pas de système de domination dans certaines des anciennes cités mayas. Cette théorie est étayée par les différentes poteries de style Ik. Le style Ik est principalement un produit de Motul qui présente des motifs relatifs aux dieux, aux dirigeants de l'époque, aux fêtes, aux scènes de guerriers et aux scènes de saignée. Les recherches dévoilent également une autre vision de la structure sociale et économique maya. Au lieu du système traditionnel à trois niveaux, Kosakowsky plaide pour une stratification plus complexe de l'économie maya. Les élites de Motul de San José avaient accès à une variété d'articles horticoles précieux. Les élites n'étaient pas le seul segment de la population à avoir accès à des matériaux de grande valeur. Les études de Kosakowsky ont révélé que les classes inférieures avaient accès à des biens tels que le chevreuil.

Nunnery Quadrangle, Uxmal
Quadrilatère des nonnes, Uxmal
Wikipedia User: HJPD (CC BY)

Dans une étude menée à Copán, d'autres preuves ont été trouvées pour soutenir la diversité entre les classes sociales. De nombreux restes de squelettes d'enfants de toutes les classes présentaient des signes similaires de stress nutritionnel et de maladie. En revanche, les élites adultes étaient plus charpentées, présentaient moins de signes d'arthrite et étaient plus grandes que les adultes des autres classes.

Dans le troisième cas, Rafael Cobos examine la vie à Xunantunich et sur les terres environnantes. Cette ville de la fin du préclassique et du début du classique présente des signes d'expérimentation politique. Il affirme que cette expérimentation se déroula sur une courte période de temps, mais avec des changements radicaux dans les politiques. Xunantunich présente des preuves de la présence d'une "classe inférieure", c'est-à-dire de personnes vivant dans les faubourgs de la ville. Cependant, contrairement aux notions initiales de séparation des classes, il y avait également des preuves de l'existence d'élites vivant dans l'arrière-pays de Xunantunich. On pense que les élites vivant dans l'arrière-pays étaient également responsables de la production de biens. Le commerce de l'arrière-pays concernait principalement les outils en pierre et le silex, un type de silex travaillé de façon fantaisiste. Quant aux familles régnantes ou royales, Xunantunich montre qu'elles conservaient leurs palais et autres grands espaces de vie à l'écart de l'arrière-pays et de Xunantunich.

Supprimer la pub
Publicité

Les souverains mayas classiques

Bien qu'il y ait peu de preuves de monarchies dans les premières cités mayas, la période classique vit l'avènement d'un roi légendaire et vénéré. Le règne de K'inich Janaab' Pakal le Grand, ou Janaab' Pakal I, de la ville de Palenque, datant de la fin de la période classique, fut encensé. Pakal le Grand vit le jour en l'an 603 et mourut en 683, selon Guenter. Pakal le Grand régna pendant près de 70 ans après être monté sur le trône à l'âge de douze ans. On suppose que, bien que K'inich Janaab' Pakal I ait été nommé souverain en l'an 615, ses parents auraient conservé le contrôle politique jusqu'à ce qu'il n'ait atteint un âge approprié. Skidmore affirme que K'inich Janaab' Pakal était le descendant de Muwaan Mat, également connu sous le nom de Lady Sak K'uk, et de son antécédent Ajen Yohl Mat. Il mentionne que l'identité de Muwaan Mat est plutôt obscure. Beaucoup pensent que Muwaan Mat est Lady Sak K'uk, mais d'autres soutiennent qu'en raison des glyphes décrivant le roi ou la reine, Muwaan Mat pourrait être un homme. [Le surnom "K'inich" n'est pas évident chez les premiers souverains de Palenque. Le nom est utilisé pour signifier le statut d'élite du souverain en incarnant le pouvoir du dieu du soleil K'inich. La première utilisation connue du titre "K'inich" est celle de Kan Bahlam I. Il régna de l'an 524 à l'an 572.

Comme nous l'avons mentionné plus haut, les femmes étaient elles aussi parfois à la tête des cités mayas classiques. Les femmes souveraines étaient un phénomène plus important à Palenque. Il y eut au moins deux femmes dirigeantes notables à Palenque, Lady Yohl Ik'nal et Lady Sak K'uk. La découverte récente d'une "reine guerrière" à Waká a soulevé une question sur les souveraines mayas : les reines mayas participaient-elles aux batailles ?

Lady K'abal de Waká reçut de sa cité le surnom de kaloomte, ou "chef de guerre suprême". Cela suggère qu'elle aurait pu prendre part à des batailles. Cependant, certains experts pensent qu'elle n'a jamais participé en tant que guerrière. En effet, il n'existe pas encore de glyphe ou de représentation artistique attestant de la participation de Lady K'abal ou de toute autre reine aux combats. Bien sûr, les rois, eux, étaient souvent tenus de participer aux batailles.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

K'uk' Bahlam I, le fondateur de la ville de Palenque, vit le jour en 397 de notre ère. Bahlam Ier accéda au trône en 431 de notre ère et ne régna que quatre ans par la suite. Les souverains de Palenque furent peut-être établis par l'influence de Teotihucán. Cependant, le peu de preuves de l'existence de souverains du début de l'époque classique peut expliquer le manque d'informations entre les souverains du début et de la fin de l'époque classique.

À Copán, K'inich Yax K'uk Mo fut souverain et fondateur en 426 de notre ère. Le fondateur de Tikal classique était Yax Ehb Xook. Bien qu'il ait été suggéré que les souverains mayas étaient légitimés sur la base de liens familiaux, il y a plusieurs dérogations à Tikal. L'une de ces dérogations fut celle de la dynastie de Griffe de Jaguar. La culture commune des Mayas peut laisser perplexe alors que les Mayas n'ont jamais été politiquement unifiés. Cependant, les Mayas sont considérés comme une seule et même culture principalement en raison des croyances partagées, des pratiques d'astronomie avancée et des styles architecturaux et artistiques. En fin de compte, il semble que l'absence d'unification politique ait été l'un des nombreux facteurs qui conduisirent à leur disparition.

Désintégration pendant la période classique

La période classique se caractérise par une croissance apparemment exponentielle dont la cause est attribuée à une augmentation du commerce et de la communication. Ce qui est clair, c'est l'augmentation des guerres entre les différentes sociétés mayas. Il n'y a pas beaucoup de consensus sur la cause de l'effondrement des Mayas, mais il existe plusieurs théories. Certaines soutiennent que l'effondrement fut dû à une catastrophe naturelle aux proportions cataclysmiques, à des guerres intenses entre les différentes sociétés, à la famine, aux troubles civils et même à des changements environnementaux.

Maya Warrior
Guerrier maya
James Blake Wiener (CC BY-NC-SA)

La croyance la plus populaire concernant la chute de la civilisation Maya est que c'est l'augmentation des guerres entre différentes sociétés qui causa la désintégration. L'augmentation des guerres est attribuée à l'accroissement des échanges commerciaux de la période classique. Avec les taux d'interaction plus élevés entre les sociétés, les chercheurs pensent que les tensions en raison de leurs différences politiques provoquèrent des épisodes de guerre..

Les anthropologues suggèrent que la chute des différentes sociétés se produisit lentement au cours d'environ six siècles.

Les anthropologues suggèrent que la chute des différentes sociétés se produisit lentement au cours des six derniers siècles. Cioffi-Revilla et Landman laissent également entendre que "la plupart des sociétés qui ont survécu au préclassique" avaient commencé tôt pendant la période préclassique et avaient survécu à la période postclassique. Ces sociétés plus durables durèrent environ 2 000 ans et finirent par s'effondrer au cours de la période postclassique. Aucun des auteurs ne soutient que la guerre fut la seule cause de l'effondrement des Mayas. Il est possible que plusieurs facteurs aient simultanément affecté la dissolution des Mayas.

Une théorie qui gagne en popularité est que les Mayas se sont effondrés à cause d'un manque d'unité politique. Une étude a remarqué que les États mayas ont chuté en beaucoup moins de temps qu'il ne leur a fallu pour se former. Sur l'ensemble de l'ère maya, les États ont duré en moyenne 675 ans, avec un écart type de 65 ans. Cependant, les États préclassiques ont duré en moyenne 1154 ans, avec un écart type de 96 ans. Les états classiques ont duré en moyenne 348 ans, avec un écart type de seulement 24 ans.

Les États préclassiques étaient moins nombreux que ceux de la période classique. Comme mentionné précédemment, il y avait au moins 50 états mayas en existence à un moment donné de la période classique. Ce chiffre est totalement différent pour les états préclassiques. De même, la taille des sociétés préclassiques est un contraste frappant avec celle des sociétés classiques. Les sociétés classiques avaient des populations allant jusqu'à ou plus de 50 000 personnes alors que les sociétés préclassiques avaient entre 5 000 et 10 000 personnes.

Certains affirment que le manque d'unité politique entre les États classiques fut la cause probable de la chute des Mayas. Bien qu'il y ait eu un manque d'unité politique au cours de la période préclassique, il n'y avait pas le même niveau de compétition que dans la période classique. Les États préclassiques n'avaient pas besoin d'intégration politique pour survivre. Les États classiques avaient besoin d'une harmonie politique afin de combattre la concurrence croissante et les populations des nombreux États puissants. Les États préclassiques étaient tous plus ou moins égaux, alors que les luttes de pouvoir étaient fréquentes entre les États classiques. Il existe cependant un consensus croissant sur le fait que l'effondrement des Mayas fut dû à divers facteurs agricoles, politiques et écologiques agissant de concert.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

  • Christie, Jessica Joyce. Maya Palaces and Elite Residences: An Interdisciplinary Approach. Austin: University of Texas Press, 2003
  • Civilization.ca - Mystery of the Maya - Maya calendarAccessed 1 Dec 2016.
  • Cobos P., Rafael. "Classic Maya Provincial Politics: Xunantunich and Its Hinterlands." Latin American Antiquity, 2012.
  • Early to Late Classic PeriodAccessed 1 Dec 2016.
  • Hamblin, Robert L. and Brian L. Pitcher. "The Classic Maya Collapse: Testing Class Conflict Hypotheses." American Antiquity, 45(2). 1980.
  • Houston, Steven D. and David Stuart. "Of Gods, Glyphs, and Kings: Divinity and Rulership Among the Classic Maya." Antiquity, 70, 1996.
  • Kosakowsky, Laura J. "The Economics of Power in a Classic Maya Polity." Current Anthropology, 2013.
  • Martin, Simon. "Time, Kingship, and the Maya Universe." Expedition, 54(1) 2012.
  • The Rulers of Palenque: A Beginner's GuideAccessed 18 Dec 2016.
  • Who’s Who in the Ancient Maya WorldAccessed 1 Dec 2016.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Maria C. Gomez
I'm a content writer at Gainesville Coins and I'm lucky enough to be able to write about the things I'm passionate about, which are archaeology and most other anthropological subjects. I will also be graduating with my degree in Anthropology August 2015.

Citer cette ressource

Style APA

Gomez, M. C. (2018, avril 20). Gouvernement Maya [Maya Government]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13691/gouvernement-maya/

Style Chicago

Gomez, Maria C.. "Gouvernement Maya." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 20, 2018. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13691/gouvernement-maya/.

Style MLA

Gomez, Maria C.. "Gouvernement Maya." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 20 avril 2018. Web. 27 mai 2024.

Adhésion