Géla

Définition

Salvatore Piccolo
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 20 décembre 2017
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, italien
Man-headed Bull, Gela (by Mark Cartwright, )
Taureau à tête d'homme, Géla
Mark Cartwright ()

Géla (ou Gela en grec : Ghélas), dans le sud de la Sicile, était une colonie grecque fondée vers 689 avant notre ère et elle resta un centre culturel important pendant toute l'Antiquité. Prospérant grâce au commerce et à l'expansion de son territoire, la cité-État fonda Agrigente. Au Ve siècle avant notre ère, le tyran Gélon régna avec succès, mais la fin de ce siècle fut marquée par les attaques et les destructions de Carthage. La ville connut une renaissance grâce au général corinthien Timoléon, mais elle fut détruite en 282 avant notre ère par Phintias qui, ironie du sort, était le tyran d'Agrigente.

Fondation de Géla

Géla est située sur une longue et basse colline parallèle à la mer Méditerranée, sur la côte sud de la Sicile. Les premiers établissements dans la région remontent à l'âge du cuivre (2800-2170 avant notre ère) et la ville de Géla fut fondée vers 689 avant notre ère par des colons grecs de Rhodes et de Crète, dont Antiphème de Rhodes et Entimo de Crète. La ville s'appela d'abord Lindioi, puis Géla peu après, d'après le nom de la rivière voisine.

Supprimer la pub
Advertisement

La fondation de Géla fut l'une des entreprises les plus audacieuses de la colonisation grecque en Sicile, car elle prit possession de la côte méridionale de l'île, dangereuse pour la présence des importants centres autochtones des Sicanes et des Sicules. Lorsque les Rhodiens-Crétois débarquèrent, ils réduisirent la population locale à l'état de servitude (à l'exception peut-être des femmes qu'ils prirent comme épouses au cours des deux premières générations), occupèrent les plaines et les collines environnantes et fusionnèrent la culture indigène avec la leur.

En 580 avant notre ère, soit 108 ans après sa naissance, Géla fonda Akragas (Agrigente).

Les premiers gouvernements

Il est établi que la nouvelle communauté suivait le modèle social grec, mais qu'elle disposait de son propre gouvernement indépendant. Dès le début, le pouvoir était concentré entre les mains de quelques familles, regroupées en clans, qui s'attribuaient le contrôle politique, judiciaire et religieux. Vers 600 avant notre ère, cela conduisit au premier incident de stagnation ou de guerre civile de l'histoire occidentale. Dans ce cas, elle se limita à la mutinerie des pauvres qui n'avaient aucun droit politique. Ce groupe marginalisé, sans doute majoritaire, abandonna à un moment donné la polis ou cité-État et se réfugia à Maktorion, à quelques kilomètres au nord de Géla. C'est alors que Teline, l'ancêtre du tyran Gélon, se rendit auprès des rebelles et les persuada de retourner à Géla. En récompense du sauvetage de la ville, Teline reçut le sacerdoce de Déméter et de Coré qui, disait-il, lui avaient suggéré le meilleur moyen d'éviter une guerre civile. Le culte des deux déesses se répandit comme une traînée de poudre dans toute la Sicile, et Géla devint le centre des initiatives religieuses entreprises par Teline et ses descendants (y compris le tyran Gélon).

Supprimer la pub
Advertisement

Map of Greek Sicily, 5th Century BCE
Carte de la Sicile grecque, Ve siècle avant notre ère
Salvatore Piccolo (CC BY-NC-ND)

Expansion territoriale

En 580 avant notre ère, soit 108 ans après sa naissance, Géla fonde Akragas (Agrigente). L'hellénisation d'Akragas par les Ghelòi (nom grec des habitants de Géla), révéla une stratégie commune poursuivie par les Sicéliotes (ou Siciliotes, les colons grecs en Sicile) pour la conquête de la Sicile occidentale; ceci est prouvé par le fait que les colons de Megara Hyblaea, 50 ans auparavant, avaient fondé Sélinonte (628 avant notre ère), à environ 100 kilomètres plus à l'ouest d'Agrigente, déjà le site d'un comptoir de commerce des Ghelòi. La fondation d'Agrigente permit de créer une base pour la conquête de l'arrière-pays sicilien occidental, entre le sud de l'Imera et l'Alycos (l'actuel Platani). Cette politique permit d'étendre le territoire gelan à environ 80 kilomètres au nord, jusqu'à Sabucina, Gibil Gabib, Monte San Giuliano; à l'est, jusqu'à Kamarina, et à l'ouest, comme nous l'avons dit plus haut, jusqu'à Agrigente. Seulement 120 ans après sa fondation, la zone sous le contrôle gélasien atteignait 10 000 kilomètres carrés.

Une Polis prospère

Au début du Ve siècle avant notre ère, la Sicile s'acheminait vers une période de prospérité et ses cités-États jouaient un rôle crucial dans l'histoire de l'Occident. Gela, grâce notamment à ses artisans qualifiés, avait développé un riche réseau commercial, bien documenté par les fouilles archéologiques. Au milieu du sixième siècle avant notre ère, la ville cessa d'importer de Grèce et acquit un certain degré d'autonomie et d'expertise qui lui permit de devenir célèbre tout au long du cinquième siècle avant notre ère. Les décorations des temples de la ville, la production de vases peints et la fabrication de majestueux sarcophages en terre cuite, dont la décoration et la beauté étaient inégalées dans le monde antique, sont particulièrement remarquables. Un splendide exemple d'œuvre d'art gélasien est un thymiatérion ou brûleur d'encens en forme de figurine féminine avec un bol sur la tête. Bien qu'il ait imité d'autres objets égéens similaires, dans ce cas, le maître gélasien dépasse la banalité désormais fréquente de l'objet, en imprimant des traits somatiques originaux qui rendent la pièce unique.

Supprimer la pub
Advertisement

Les tyrans

Gela est devenue célèbre pour ses tyrans et le premier d'entre eux fut Cléandre. Les informations historiques le concernant sont malheureusement fragmentaires. Vainqueur des Jeux olympiques de 512/508 avant notre ère, il arriva au pouvoir par un coup d'État, renversant un régime oligarchique dont les membres se déclaraient descendants des anciens colonisateurs. Cléandre maintint son autorité sur la ville avec des mercenaires, dont beaucoup étaient des Sicules, et il fut tué pour une raison inconnue par le gélasien Sabillo.

Charioteer of Delphi [Illustration]
Aurige de Delphes, (illustration)
Gina Pardo ()

Cléandre fut suivi par son frère Hippocrate, qui mena une politique expansionniste clairvoyante et conduisit la ville de Géla à un niveau de richesse qui en fit la ville la plus puissante de Sicile. Il mourut en 491 avant notre ère, lors du siège d'Hybla, bastion de la résistance sicule. L'ambitieux programme d'Hippocrate fut poursuivi par l'un de ses généraux, Gélon, fils de Deinomène, qui resterait dans l'histoire comme un tyran magnanime et juste. Marié à Démarete, fille de Théron, le tyran d'Agrigente, Gélon réussit également à s'imposer comme tyran de Syracuse après y avoir résolu un conflit entre les riches (gamòroi) et les pauvres (kyllýrioi). En 480 avant notre ère, Gélon vainquit les Carthaginois lors d'une bataille mémorable à Imera (aujourd'hui Termini Imerese), après leur tentative de conquête de la Sicile. Pindare, le poète grec de Thèbes qui passa plusieurs années en Sicile, notamment à Syracuse et à Akragas, devint le porte-parole lyrique de cette victoire et de son glorieux vainqueur, Gélon. Le tyran était apprécié de son peuple qui le reconnaissait comme le "second fondateur" de Syracuse.

À la mort de Gélon, en 478 avant notre ère, sa place fut occupée par son frère Hiéron, lui-même remplacé par un troisième frère, Polyzalos. En 476 avant notre ère, Hiéron fonda Aitna (Catane) et, en 472 avant notre ère, il remporta une grande bataille à Cuma contre les Étrusques qui menaçaient le commerce entre la Sicile et l'Italie du Sud. À la mort de Hiéron, survenue en 467 avant notre ère, le pouvoir passa au quatrième frère, Thrasybule, qui fut renversé un an plus tard par sa propre famille pour avoir convaincu le fils de Gélon d'abandonner ses prétentions à devenir tyran de Syracuse. À partir de ce moment, l'histoire de la ville n'est plus très claire.

Supprimer la pub
Advertisement

Il semble que, par la suite, il n'y ait plus eu de tyrans à Géla et qu'une certaine forme de gouvernement démocratique ait été adoptée. La ville dut certainement rester un centre culturel important si, en 459 avant notre ère, le grand tragédien Eschyle, qui avait quitté avec dégoût sa ville natale d'Athènes, décida de s'y installer. Le dramaturge mourut dans la ville trois ans plus tard, à l'âge de 63 ans. Le peuple gélasien lui éleva un monument sur lequel, selon la tradition (Paus. I, 14 ; Aten. XIV, 627), ces mots furent gravés :

Αἰσχύλον Εὐφορίωνος Ἀθηναῖον τόδε κεύθει.
μνῆμα καταφθίμενον πυροφόροιο Γέλας-
ἀλκὴν δ'εὐδόκιμον Μαραθώνιον ἄλσος ἂν εἴποι
καὶ βαθυχαιτήεις Μῆδος ἐπιστάμενος

Cette pierre commémorative recouvre le (fils) d'Eschyle Euphorion,

Athénien, mort dans la fertile Géla: sa glorieuse vaillance

le bois de Marathon pourrait en témoigner ainsi que

le Mède aux longs cheveux qui la connaît si bien.

Athènes et Carthage

En 424 avant notre ère, Géla est encore une ville importante, à tel point qu'elle organisa un "congrès de la paix" qui visait à favoriser l'entente entre les cités siciliennes, toujours en conflit, afin qu'elles puissent s'unir contre un ennemi commun, les Athéniens, qui menaçaient d'envahir toute l'île. Les résultats du congrès étant positifs, les Grecs, voyant que des troubles se préparaient, jugèrent opportun de se retirer et de rentrer dans leur pays. Les Athéniens lancèrent une attaque neuf ans plus tard, mais furent définitivement vaincus par une armée sicéliote en 412 avant notre ère.

Silver Tetradrachm of Gela
Tétradrachme d'argent de Géla
Gina Pardo ()

Au printemps 406 avant notre ère, les Carthaginois lancèrent une nouvelle attaque pour contrôler la Sicile. Une armée de 300 000 hommes sous le commandement d'Hannibal (pas le célèbre) et du jeune Imilcone, conquit Agrigente après huit mois de combats, dévastant la ville et la dépouillant de ses trésors, dont le célèbre "taureau d'airain" de Phalaris qui fut transféré à Carthage. La chute d'Agrigente fut un désastre pour la cause sicéliote car elle déclencha de dangereux effets de déstabilisation qui se traduisirent par de nombreuses trahisons d'alliés, prompts à prendre le train de l'Afrique. Au printemps 406 avant notre ère, Imilcone, avec une armée de 120 000 hommes et 4 000 cavaliers, marcha vers Géla et Camarina. Les Gélasiens, confiants dans l'aide syracusaine et dans leur tyran Denys l'Ancien, se préparèrent à la bataille qui, malheureusement, fut perdue. Nous ne savons pas pourquoi Denys décida de se retirer, permettant ainsi la destruction de Géla et provoquant l'évacuation de sa population vers Syracuse.

Supprimer la pub
Advertisement

Renaissance hellénistique

Géla, restée inhabitée jusqu'en 339 avant notre ère, fut reconstruite par Timoléon, un général corinthien envoyé en Sicile pour la sortir du marécage anarchique dans lequel elle était enlisée. Sous la direction du commandant grec, Géla reçut un nouvel élan architectural et artistique. La ville s'éleva cette fois dans la zone des collines occidentales, en utilisant les ruines de l'ancienne cité. Des bâtiments publics et privés furent reconstruits, les murs de défense agrandis et la partie orientale utilisée pour des ateliers. Les murs de "Caposoprano", connus pour leur technique de construction utilisant des blocs de pierre équarris dans les rangs inférieurs et des briques de terre dans les rangs supérieurs, étaient un agrandissement du circuit de défense existant, à l'intérieur duquel la nouvelle polis était protégée. À cette époque, Apollodore, poète comique et dramaturge de la "nouvelle comédie", et Archestrate, poète, philosophe et père de la gastronomie, dont les œuvres reflètent le bien-être de Géla rétablie, étaient des habitants célèbres.

Timoleon Walls, Gela
Murs de Timoléon, Géla
Alessandro451 (CC BY-SA)

Destruction par Phintias

Malheureusement, en 282 avant notre ère, la ville fut définitivement détruite par Phintias, le tyran d'Agrigente, qui fonda une nouvelle ville à laquelle il donna son propre nom, Phintiade (l'actuelle ville de Licata), et où il déplaça les habitants de Géla. Cette interprétation, peut-être un peu trop simpliste et contradictoire, est rapportée dans la Bibliotheca historica de Diodore de Sicile (XXII, 2,4). Le récit de l'attitude sans cœur de Phintias à l'égard de Géla semble être une simple propagande de guerre.

Le récit de Diodore, qui fait référence à une destruction antérieure de Géla, quelques années auparavant, par les Mamertins, présente des contradictions évidentes. On peut se demander pourquoi Phintias se déchaîna sur la ville qui venait de s'effondrer. À ce moment-là, elle ne pouvait pas constituer un danger pour Agrigente, si tant est qu'elle l'ait jamais été. Les habitants des deux villes avaient entretenu des relations durables basées sur leurs origines communes (rappelons que Géla avait fondé Agrigente), mais aussi sur les liens familiaux étroits et continus qui unissaient les habitants des deux villes. Il est également impensable que le tyran ait ouvert un second front de guerre et ait ainsi compromis les chances de victoire contre Syracuse. La conviction que Phintias était coupable d'un crime aussi odieux, commis contre sa propre patrie, fit de lui un tyran impopulaire et expliqua le fait qu'il perdit le soutien des autres cités siciliennes (Diod., XXII, 2,6).

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Histoire ultérieure

Géla ne fut pas définitivement abandonnée, mais à l'époque romaine, elle n'était plus qu'un modeste village d'agriculteurs. Cependant, Géla est restée dans les mémoires pour sa grande histoire: Virgile, dans l'Enéide, mentionne ses "Campi Ghelòi" (la vaste plaine de blé d'altitude qui était très célèbre dans l'Antiquité), et Cicéron, Strabon et Pline la citent dans leurs œuvres. La ville renaquit 1 500 ans plus tard, car, en 1239, Frédéric II de Souabe fit reconstruire une nouvelle ville à l'emplacement de l'ancienne.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Salvatore Piccolo
Salvatore Piccolo is an archaeologist. His excavations include the dolmens of Sicily where in "Cava dei Servi", he found human remains and ceramic fragments that have unravelled the mystery of the function and chronology of Mediterranean dolmens.

Citer cette ressource

Style APA

Piccolo, S. (2017, décembre 20). Géla [Gela]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10965/gela/

Style Chicago

Piccolo, Salvatore. "Géla." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le décembre 20, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10965/gela/.

Style MLA

Piccolo, Salvatore. "Géla." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 20 déc. 2017. Web. 04 mars 2024.

Adhésion