Bataille de Rivoli

Article

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 10 mai 2023
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

La bataille de Rivoli (14-15 janvier 1797) fut le point culminant de la campagne d'Italie de Napoléon en 1796-97. La quatrième et dernière tentative de l'armée autrichienne pour lever le siège de Mantoue fut déjouée par l'armée d'Italie de Napoléon Bonaparte à Rivoli. La victoire française entraîna la chute de Mantoue et l'évaporation du contrôle autrichien sur l'Italie du Nord.

Battle of Rivoli
Bataille de Rivoli
Scan d'Arnaud Gaillard (Public Domain)

À deux doigts de la victoire

À la fin du mois de novembre 1796, alors que la guerre de la Première Coalition entrait dans son cinquième hiver, les nations combattantes fatiguées étaient désireuses de faire la paix. Le général Henri Clarke, représentant la République française, se rendit à Vienne pour négocier avec l'empereur autrichien François II; les Français étaient tellement fatigués de la guerre que Clarke fut chargé d'accepter un compromis de paix si l'occasion se présentait. Peu après son arrivée dans la capitale autrichienne, Clarke reçut une lettre du général Napoléon Bonaparte, son ancien subordonné au Bureau topographique, qui dirigeait désormais l'armée française en Italie. Bonaparte annonça à Clarke que la forteresse de Mantoue était sur le point de tomber aux mains des Français et que les Autrichiens étaient sur le point d'être chassés d'Italie. Comme il était si près de réussir, Bonaparte demanda à Clarke de ne faire aucune concession sur Mantoue au cours des négociations. Clarke crut Bonaparte et, lorsque les Autrichiens entamèrent les négociations en demandant le droit de reprovisionner la forteresse pendant que les pourparlers étaient en cours, Clarke refusa et les négociations furent rapidement interrompues.

Supprimer la pub
Publicité
L'armée victorieuse de Bonaparte s'installa devant les murs de Mantoue, poursuivant un siège crucial qui durait depuis le mois de juin.

Il est intéressant de noter que les négociations de paix furent interrompues en raison de la situation sur le théâtre de guerre italien qui, moins d'un an auparavant, n'était considéré que comme un événement secondaire par rapport aux grandes campagnes en Belgique et en Allemagne. Cela témoigne des triomphes du général Bonaparte; âgé de 27 ans seulement, Bonaparte avait remis sur pied l'armée d'Italie, loqueteuse et insuffisamment approvisionnée, exclu le royaume de Piémont-Sardaigne de la guerre, capturé Milan et vaincu les Autrichiens lors de plusieurs engagements clés tels que la bataille de Lodi (10 mai 1796), la bataille de Castiglione (5 août) et, plus récemment, la bataille d'Arcole (15-17 novembre). L'armée victorieuse de Bonaparte se trouvait maintenant devant les murs de Mantoue, poursuivant un siège crucial qui durait depuis le mois de juin. Mantoue faisait partie du Quadrilatère, une série de quatre forteresses qui gardaient les cols alpins et les entrées du Pô et du lac de Garde. Si elle tombait, les Autrichiens perdraient leur dernier point d'appui en Italie du Nord et la route de Vienne s'ouvrirait à l'armée de Bonaparte.

Pourtant, la situation à Mantoue était moins optimiste que ne le laissait entendre Bonaparte dans sa lettre à Clarke. Certes, la garnison était sur le point de tomber; sur les 18 500 soldats autrichiens de la garnison de Mantoue, seuls 9 800 étaient en état de combattre, les autres étant handicapés par des blessures, des maladies ou la malnutrition. Depuis septembre, plus de 9 000 soldats autrichiens étaient morts à Mantoue, ainsi que des milliers de civils. Les toutes dernières rations seraient distribuées le 17 janvier et la garnison en était déjà réduite à manger des rats et de la chair de cheval. La situation aurait été idéale pour toute armée assiégeante, s'il n'y avait pas eu une armée autrichienne campée sur la rivière Brenta, se renforçant de jour en jour, attendant le moment de se jeter sur Bonaparte et de libérer Mantoue.

Supprimer la pub
Publicité

Bonaparte at the Bridge of Arcole
Bonaparte au pont d'Arcole
Antoine-Jean Gros (Public Domain)

Cette armée autrichienne était commandée par le général hongrois József Alvinczi, qui avait failli battre Bonaparte au début du mois avant de subir une défaite à Arcole. Alvinczi, que Bonaparte qualifierait plus tard d'adversaire le plus redoutable de toute la campagne d'Italie, se préparait à lancer une quatrième tentative pour soulager le siège de Mantoue, sachant qu'en cas d'échec, il n'y aurait probablement pas d'occasion d'en faire une cinquième. Bonaparte comprit lui aussi qu'Alvinczi n'était pas prêt à rester les bras croisés et à laisser tomber Mantoue, et il se prépara à l'attaque à venir.

Une série de fortifications de campagne fut creusée sur les points d'attaque probables, tels que La Corona et Rivoli, sur la rive est du lac de Garde, tenus par une division du jeune et audacieux général Barthélemy-Catherine Joubert. Joubert était soutenu par la division du général André Masséna à Vérone, la division du général Pierre Augereau gardant le cours inférieur de l'Adige. Au total, Bonaparte disposait d'environ 34 500 hommes pour repousser les Autrichiens et de 10 000 hommes supplémentaires sous les ordres du général Jean Sérurier pour maintenir le siège de Mantoue; Alvinczi, lui, disposait d'environ 46 000 hommes. Telle était la situation en Italie à la fin de l'année 1796.

Supprimer la pub
Publicité

Quatrième tentative des Autrichiens

Au début du mois de janvier 1797, Alvinczi se rendit compte qu'il ne pouvait plus retarder son offensive. Il élabora un plan d'attaque qui l'obligeait à diviser son armée en deux forces, comme il l'avait fait lors de la campagne d'Arcole. 15 000 hommes, sous le commandement du général Giovanni di Provera, devaient marcher vers l'est pour menacer les défenses françaises à Vérone et le long de l'Adige. On espérait que Provera distrairait Bonaparte suffisamment longtemps pour qu'Alvinczi, à la tête des 28 000 hommes restants, puisse marcher vers le sud le long de la côte est du lac de Garde, repousser la division française de Joubert à La Corona et continuer à descendre pour sauver la garnison de Mantoue.

József Alvinczi
Jozsef Alvinczi
Unknown (Public Domain)

Le 7 janvier, l'offensive autrichienne débuta. Alvinczi, qui avait passé les semaines précédentes à rassembler ses hommes au sommet du lac de Garde, commença sa descente le long de la rive orientale du lac. Pendant ce temps, une colonne de 9 000 Autrichiens de la force de Provera attaquait la division du général français Augereau à Legnago, le long de l'Adige. Le lendemain, le reste des hommes de Provera, environ 6 200, attaqua Vérone. Provera semblait sonder les défenses françaises en vue d'une attaque plus importante et, le 11 janvier, Bonaparte se précipita à Vérone pour évaluer la situation. Il se rendit immédiatement compte que quelque chose n'allait pas: le gros de l'armée autrichienne était introuvable, ce qui amena Bonaparte à se demander où tomberait l'attaque principale. Le 12 janvier, il reçut un rapport indiquant que les hommes de Joubert s'étaient également frottés à quelques détachements autrichiens à La Corona; la lettre que Bonaparte adressa à Joubert le 13 illustre bien ses incertitudes:

Faites-moi savoir le plus tôt possible si vous estimez que l'ennemi sur votre front est au nombre de plus de 9 000. Il est d'une importance vitale que je sache si l'attaque dont vous êtes l'objet est sérieuse [...] ou s'il s'agit simplement d'une affaire secondaire destinée à brouiller les pistes. (Chandler, 115)

La réponse de Joubert, qui arriva à 15 heures le même jour, confirma les soupçons de Bonaparte: Joubert avait été submergé par une force autrichienne supérieure et avait été contraint de se replier sur Rivoli. Comprenant que les attaques de Provera n'étaient que des feintes, Bonaparte écrivit à Joubert pour lui ordonner de tenir coûte que coûte sa position à Rivoli. Pendant ce temps, il rassembla les troupes dont il disposait, soit 22 000 hommes provenant principalement des divisions de Masséna et du général Venance Rey, et se mit en route pour Rivoli. Il laissa 8 000 hommes pour continuer le siège de Mantoue, 3 000 pour tenir Vérone et la division Augereau pour garder les passages de l'Adige.

Supprimer la pub
Publicité

Plans de bataille

Les Autrichiens avaient été lents à suivre Joubert depuis La Corona pour plusieurs raisons frustrantes. D'une part, il était difficile de se déplacer rapidement sur le terrain qui manquait de routes de qualité, et d'autre part, les quartiers-maîtres incompétents d'Alvinczi n'avaient pas réussi à approvisionner l'armée en rations suffisantes. Par conséquent, lorsque les Autrichiens arrivèrent à Rivoli, la division Joubert occupait déjà les hauteurs du Trambasore, une excellente position défensive située entre l'Adige et le Tasso, en forme de fer à cheval. Alvinczi fut alors confronté à la tâche difficile de déloger Joubert des hauteurs avant que les renforts français n'aient le temps d'arriver. Son plan consistait à diviser son armée en six colonnes. Les trois premières, composées de 12 000 hommes et commandées par les généraux Liptay, Koblos et Ocskay, devaient lancer un assaut frontal sur le versant nord des hauteurs. Ces colonnes ne pouvaient compter sur le soutien de l'artillerie car l'absence de routes empêchait Alvinczi de faire monter ses canons.

Le plan complexe d'Alvinczi reposait sur la vitesse et la coordination, deux éléments qui n'étaient décidément pas les points forts de l'armée des Habsbourg.

Une quatrième colonne, dirigée par le général autrichien d'origine espagnole Marquis de Lusignan, devait contourner l'armée française par l'ouest et lui couper sa ligne de retraite, empêchant ainsi les renforts français de se joindre au combat. Une cinquième colonne, sous les ordres du général Vukassovich, devait avancer le long de l'Adige et établir des batteries d'artillerie sur les rives. La sixième colonne, composée de 7 000 hommes et dirigée par le général Peter von Quasdanovich, se vit confier la tâche la plus importante: en se déplaçant le long de la crête du Monte Magnone, Quasdanovich devait pénétrer dans les gorges de Zuane Osteria, ce qui lui permettrait de s'infiltrer derrière les lignes françaises. Dans l'ensemble, il s'agissait d'un plan complexe qui reposait sur la rapidité et la coordination, deux éléments qui n'étaient décidément pas les points forts de l'armée des Habsbourg.

Bonaparte chevaucha au devant ses hommes et arriva à Rivoli à 2 heures du matin le samedi 14 janvier. Aux petites heures du matin, Joubert et lui examinèrent les positions françaises, aidés seulement par le clair de lune. Il apparut rapidement que les Français devaient prendre possession de San Marco et de la gorge de Zuane Osteria; à 4 heures du matin, une seule brigade sous les ordres du général Honoré Vial occupait ces positions après avoir rencontré une résistance autrichienne minime. Les 10 000 hommes de Joubert étant positionnés à l'est des hauteurs de Trambasore, Bonaparte comprit que la victoire dépendrait de la rapidité avec laquelle le reste de son armée arriverait sur le terrain. À 6 heures du matin, les premiers éléments de la division du général Masséna arrivèrent. La moitié de la division Masséna fut envoyée pour occuper le côté ouest des hauteurs, le reste fut gardé en réserve autour de Rivoli.

Supprimer la pub
Publicité

Bataille de Rivoli

La bataille commença à l'aube lorsque la division Joubert avança pour repousser les trois premières colonnes autrichiennes. Soutenue par 18 canons lourds placés sur la crête, l'attaque de Joubert fut d'abord couronnée de succès, ses hommes s'emparant du hameau de San Giovanni. Cependant, contre toute attente, la deuxième colonne autrichienne du général Koblos résista, freinant ainsi l'avancée de Joubert; sur la gauche, la première colonne autrichienne de Liptay retrouva son courage et attaqua le flanc de Joubert. Presque immédiatement, la 85e demi-brigade française paniqua et s'enfuit. Toute la ligne de Joubert menaçait de s'effondrer avant que Bonaparte n'envoie une partie de la réserve de Masséna. Cela suffit à boucher la ligne et à éviter la déroute. Les combats au centre du champ debataille se poursuivirent pendant dix longues heures.

Joubert at the Battle of Rivoli
Joubert à la bataille de Rivoli
Unknown Artist (Public Domain)

À 9 heures, Vukassovich rassembla des batteries sur la rive opposée de l'Adige. Ces canons couvrirent la colonne de Quasdanovich qui chassait les Français du village critique de San Marco et occupait les gorges de Zuane Osteria. Deux heures plus tard, les 5 000 Autrichiens du marquis de Lusignan apparurent sur la crête au sud de Rivoli, coupant la ligne de retraite française. Les Français étaient encerclés de toutes parts; Bonaparte n'avait plus qu'une brigade en réserve et les renforts du général Rey étaient encore à une heure de route. Lorsque ses officiers, inquiets, l'informèrent que les Autrichiens encerclaient les Français, Bonaparte resta stoïquement calme et répondit simplement : "Nous les tenons maintenant" (Roberts, 127).

Passant à l'action, Bonaparte se tourna vers la 18e demibrigade de la division Masséna, qui venait d'arriver sur le champ de bataille depuis le lac de Garde. Il chargea cette unité d'attaquer la colonne de Lusignan et de rouvrir la ligne de retraite française. Il les incita à l'action en prononçant l'un de ses discours emblématiques sur le champ de bataille : "Brave dix-huitième ! "Brave dix-huitième ! Je vous connais, l'ennemi ne tiendra pas devant vous" (Chandler, 118). Tandis que les "Brave dix-huitième" fonçaient vers Lusignan, Bonaparte concentrait toute son attention sur Quasdanovich qui déversait des troupes supplémentaires dans la gorge de Zuane Osteria. Comme il n'avait plus d'unités de réserve, Bonaparte prit le risque calculé d'affaiblir la ligne de Joubert au centre de la bataille; chaque soldat qui n'était pas chargé de bloquer les trois premières colonnes autrichiennes devait aller rejoindre le combat pour reprendre Zuane Osteria et San Marco.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Ces soldats français formèrent rapidement un barrage humain, empêchant Quasdanovich de sortir de la gorge. Bonaparte ne tarda pas à tirer parti de la situation: il dirigea son artillerie légère vers la masse des hommes de Quasdanovich et les frappa de tir de canons à bout portant. Alors que les éclats d'obus déchiquetaient les Autrichiens, un tir chanceux atteignit deux chariots de munitions autrichiens, provoquant une forte explosion qui sema la panique. Bonaparte ordonna alors à ses hommes de charger à la baïonnette, ce qui eut pour effet de vider les gorges de tout soldat autrichien vivant, seuls les morts et les mourants restèrent sur place.

Napoleon at the Battle of Rivoli
Napoléon à la bataille de Rivoli
Henri Félix Emmanuel Philippoteaux (Public Domain)

En attaquant d'abord Lusignan puis Quasdanovich, Bonaparte écarta les menaces les plus immédiates qui pesaient sur son armée et pouvait désormais se concentrer sur les trois premières colonnes autrichiennes. Les soldats qui venaient de reprendre les gorges n'eurent pas le temps de se reposer et furent précipités dans la mêlée brutale qui se déroulait au centre du champ de bataille. Vers midi, la cavalerie française du général Joachim Murat arriva et frappa de plein fouet le centre de la colonne d'Ocskay; cela renversa la situation et la masse des troupes autrichiennes au centre commença à se replier progressivement vers les positions qu'elles avaient occupées le matin même. Pendant ce temps, la division du général Rey arriva enfin et se jeta dans la bataille contre Lusignan, qui résista aussi longtemps qu'il le put mais fut bientôt contraint de battre en retraite, perdant 2 000 prisonniers dans l'opération. À 14 heures, les Autrichiens battirent en retraite et la victoire des Français ne faisait plus aucun doute.

Chute de Mantoue

Le lendemain, 15 janvier, les combats se poursuivirent; seule la colonne de Lusignan avait été entièrement détruite, laissant cinq autres colonnes autrichiennes comme menaces potentielles. Mais Joubert, confiant après la performance de sa division la veille, attaqua les trois premières colonnes autrichiennes, les renvoyant au pas de course à La Corona avec l'aide de la cavalerie de Murat. Après cette nouvelle humiliation, Alvinczi ordonna la retraite sur l'Adige et la bataille de Rivoli prit fin. Les Français avaient perdu environ 2 200 tués et blessés et 1 000 prisonniers, mais les Autrichiens avaient subi bien pire, perdant 4 000 hommes tués et blessés, 8 000 hommes capturés, ainsi que 8 canons et 11 drapeaux.

Bien qu'Alvinczi ait été battu à plates coutures, la menace n'était pas tout à fait écartée pour autant. Alors que la majeure partie de l'armée française était occupée à Rivoli, le général Provera fit marcher rapidement son corps d'armée vers Mantoue. Le 15 janvier à midi, il arriva à La Favorita, un village situé à l'extérieur de Mantoue, et affronta les 8 000 Français du général Sérurier que Bonaparte avait laissés derrière lui pour maintenir le siège. La vue du corps de Provera incita la garnison de Mantoue, affamée, à sortir à l'aube du 16 janvier, mais Sérurier la retint et la força à rentrer dans la forteresse. Dans l'après-midi, Bonaparte arriva et attaqua Provera depuis son arrière. Pris en sandwich entre Bonaparte et Sérurier, Provera choisit sagement de se rendre plutôt que de voir ses hommes inutilement massacrés.

Ainsi, la quatrième et dernière tentative des Autrichiens pour soulager le siège de Mantoue prit fin. Le 17 janvier, Mantoue manqua de vivres; la garnison parvint à tenir deux semaines de plus avant que le commandant de la forteresse, le maréchal Dagobert von Wurmser, n'accepte de capituler le 2 février. Le siège de neuf mois était enfin terminé, après avoir coûté la vie à plus de 16 000 défenseurs autrichiens et à des milliers de malheureux civils. Après avoir capturé les 325 canons de la forteresse, Bonaparte accorda à Wurmser et à ses officiers les honneurs de la guerre et les laissa rentrer en Autriche; les simples soldats, eux, furent envoyés en France comme prisonniers de guerre.

Surrender of Mantua, 2 February 1797
Capitulation de Mantoue, 2 février 1797
Hippolyte Lecomte (Public Domain)

La victoire française de Rivoli et la chute de Mantoue qui s'ensuivit mirent fin à la conquête française de l'Italie du Nord, alors que les derniers soldats autrichiens de la région se retirèrent à travers les Alpes. Bien que la France ait célébré la conquête, Bonaparte ne se reposa pas sur son triomphe; dès la chute de Mantoue, il envahit les États pontificaux, incitant l'infortuné pape Pie VI à céder officiellement la Romagne, Bologne, Avignon et Ferrare à la France et à lui verser un lourd tribut annuel de 30 millions de francs. Une fois l'Italie centrale sécurisée, Bonaparte fit marcher son armée à travers le Tyrol et arriva à 160 kilomètres de Vienne. Le 2 avril 1797, les Autrichiens demandèrent la paix et un armistice fut signé à Leoben; il fut suivi par le traité de Campo Formio qui fut finalisé le 17 octobre et mit fin à la guerre de la Première Coalition.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qui participa à la bataille de Rivoli ?

La bataille de Rivoli opposa Napoléon Bonaparte et sa célèbre armée française d'Italie à une armée autrichienne commandée par le général hongrois József Alvinczi.

Quand la bataille de Rivoli a-t-elle eu lieu ?

La bataille de Rivoli s'est déroulée les 14 et 15 janvier 1797 pendant la campagne d'Italie de Napoléon, qui faisait elle-même partie des guerres de la Révolution française (1792-1802).

Qu'est-ce que la bataille de Rivoli ?

La bataille de Rivoli est la bataille la plus importante de la campagne d'Italie de Napoléon Bonaparte en 1796-1797. Bonaparte vainquit une armée autrichienne qui tentait de soulager la garnison autrichienne assiégée à Mantoue. La victoire de Bonaparte permit à la France de conquérir le nord de l'Italie aux dépends de l'Autriche.

Pourquoi la bataille de Rivoli fut-elle importante ?

La bataille de Rivoli est importante car elle conduisit à la perte par l'Autriche du nord de l'Italie, ce qui poussa les Autrichiens à demander la paix et à mettre fin à la guerre de la Première Coalition.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2023, mai 10). Bataille de Rivoli [Battle of Rivoli]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2234/bataille-de-rivoli/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Bataille de Rivoli." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 10, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2234/bataille-de-rivoli/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Bataille de Rivoli." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 10 mai 2023. Web. 22 juin 2024.

Adhésion