Bataille du pont d'Arcole

Article

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 09 mai 2023
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

La bataille du pont d'Arcole (15-17 novembre 1796) fut une bataille de trois jours entre l'armée française d'Italie de Napoléon Bonaparte et une armée autrichienne commandée par József Alvinczi. Dans le cadre de la campagne d'Italie de Napoléon, la bataille mit en échec la troisième tentative de l'Autriche de lever le siège de Mantoue et contribua au succès de la France dans la guerre de la Première Coalition (1792-1797).

Battle of Arcole
Bataille du pont d'Arcole
Horace Vernet (Public Domain)

La bataille, qui impliquait une tentative audacieuse du général Bonaparte pour déborder l'armée autrichienne, se déroula principalement autour du pont d'Arcole, à environ 25 kilomètres au sud-est de Vérone. Ce fut une bataille acharnée, marquée par des moments dramatiques tels que la charge de Bonaparte sur le pont, qui se termina par une victoire française.

Supprimer la pub
Publicité

Clé du succès pour l'Italie

Mantoue était la clé du contrôle de l'Autriche sur le nord de l'Italie, et il était donc essentiel que la République française s'en empare.

En octobre 1796, le siège de Mantoue entrait dans son quatrième mois. Située en Lombardie, dans le nord de l'Italie, Mantoue était l'une des quatre forteresses cruciales, connues sous le nom de "Quadrilatère", qui gardaient les cols alpins et les entrées du Pô et du lac de Garde (les trois autres étant Peschiera, Legnago et Vérone). Mantoue était donc la clé du contrôle de l'Autriche sur le nord de l'Italie, et il était donc essentiel que la République française s'en empare.

Le siège était mené par les 41 400 hommes de l'armée française d'Italie, commandée par le général Napoléon Bonaparte, âgé de 27 ans. Depuis le début du siège en juin, Bonaparte avait déjà repoussé deux tentatives autrichiennes de libération. La première avait eu lieu fin juillet, lorsqu'une armée autrichienne de 50 000 hommes, dirigée par le maréchal Dagobert von Wurmser, s'était avancée sur le lac de Garde. Wurmser avait divisé son armée en deux corps, chacun marchant sur une rive opposée du lac; Bonaparte put donc vaincre chaque corps avant qu'ils n'aient eu l'occasion de se rejoindre, battant le premier à la bataille de Lonato (3 août) et l'autre à la bataille de Castiglione (5 août).

Supprimer la pub
Publicité

Battle of Castiglione
Bataille de Castiglione
Victor Adam (Public Domain)

Wurmser se replia au nord du Tyrol pour se regrouper et lança une deuxième tentative pour lever le siège à la fin du mois d'août. Cette tentative se solda également par un échec lorsque Wurmser fut à nouveau vaincu par Bonaparte lors de la première bataille de Bassano (8 septembre). Plutôt que de réduire ses pertes et de battre en retraite après cette défaite, Wurmser choisit de poursuivre sa route vers Mantoue. Les Français le poursuivirent et, après une bataille acharnée à l'extérieur de la ville le 15 septembre, Wurmser fut contraint de se retrancher derrière les murs de Mantoue avec 14 000 de ses hommes. Les Français reprirent alors le siège de Mantoue, l'armée de Wurmser étant désormais piégée à l'intérieur.

Loin d'alléger les souffrances des 16 000 hommes de la garnison de Mantoue, la présence de Wurmser ne fit qu'aggraver la situation. Les ressources de Mantoue, déjà épuisées, cédèrent sous la pression des 14 000 bouches supplémentaires à nourrir, tandis que la garnison surpeuplée accéléra la propagation des maladies. Six semaines après la défaite de Wurmser, 4 000 Autrichiens étaient morts de blessures, de maladies ou de malnutrition, et 7 000 autres étaient hospitalisés. Le 10 octobre, il ne restait plus que 38 jours de vivres, ce qui obligea Wurmser à organiser des sorties de plus en plus désespérées pour trouver des vivres; l'une de ces sorties coûta 1 000 victimes autrichiennes. Le 16 octobre, Bonaparte demanda à Wurmser de se rendre, lui disant que "les braves devraient faire face au danger, pas à la peste des marais" (Roberts, 118). Wurmser refusa.

Supprimer la pub
Publicité

Contre-attaque autrichienne

Heureusement pour la garnison mourante de Mantoue, l'aide arrivait. Le Conseil aulique, le comité bureaucratique qui supervisait les affaires militaires de l'Autriche, avait autorisé une troisième tentative de secours. Le commandement d'une armée reconstituée de 46 000 hommes fut confié au général hongrois József Alvinczi, un soldat expérimenté qui avait récemment combattu les Français dans les Flandres et sur le Rhin. Alvinczi prévoyait de lancer une double attaque: le corps tyrolien de 19 000 hommes, dirigé par le général Paul Davidovich, devait se déplacer vers le sud depuis les Alpes pour attaquer Trente. Il s'agissait d'une attaque de diversion destinée à donner au corps frioulan, fort de 28 000 hommes et dirigé par Alvinczi en personne, le temps de traverser la rivière Piave et de se diriger vers l'ouest, en direction de Mantoue. L'espoir était que Wurmser se libèrerait de Mantoue pendant les combats et frapperait les Français à l'arrière.

Le 1er novembre, l'offensive autrichienne commença; Alvinczi amorça sa traversée du Piave tandis que Davidovich descendait sur Trente. Bonaparte réagit immédiatement en rassemblant le gros de son armée près de Vérone pour repousser Alvinczi, mais il n'envoya qu'une seule division sous les ordres du général Claude Vaubois à la rencontre de Davidovich. Bonaparte tomba ainsi dans le piège autrichien : les Autrichiens s'étaient donné beaucoup de mal pour dissimuler la taille du corps de Davidovich. Le 2 novembre, Vaubois attaqua Davidovich près de Cembra, puis se retire vers Calliano après avoir réalisé qu'il était largement en infériorité numérique. Après avoir reçu le rapport de Vaubois le 5 novembre, Bonaparte modifia son plan, ordonnant à Vaubois de rester à Calliano pour donner au reste de l'armée le temps de battre Alvinczi.

Initial Phase of the Arcole Campaign
Phase initiale de la campagne d'Arcole
Goran tek-en (CC BY-SA)

Le 6 novembre, Bonaparte attaqua l'avant-garde du corps d'armée du Frioul qui traversait la rivière Brenta à Bassano. Les Français ne parvinrent pas à forcer les Autrichiens à faire demi-tour à travers le fleuve et, après avoir subi 3 000 pertes, Bonaparte n'eut d'autre choix que de se retirer. La deuxième bataille de Bassano marqua la première défaite de Bonaparte, même si elle était mineure. Les Français se replièrent sur Vicence, où Bonaparte reçut d'autres mauvaises nouvelles: Vaubois avait été complètement mis en déroute le 4 novembre et avait perdu environ 4 400 hommes. Bien que Vaubois ait réussi à rallier ses troupes ébranlées près de Rivoli, sa retraite permit à Davidovich de s'emparer de Trente et de Rovereto. Bonaparte fut contraint de replier deux divisions sur une position plus centralisée ; furieux, il se rendit à Rivoli le 7 novembre et reprocha publiquement aux hommes de Vaubois leur échec :

Supprimer la pub
Publicité

Soldats, je ne suis pas satisfait de vous. Vous n'avez montré ni bravoure, ni discipline, ni persévérance... Vous vous êtes laissés chasser de positions où une poignée d'hommes aurait pu arrêter une armée. Soldats des 39ème et 85ème, vous n'êtes pas des soldats français. Général chef d'état-major, qu'il soit inscrit sur leurs drapeaux : "ils ne font plus partie de l'armée d'Italie !". (Chandler, 102).

Qu'elle ait été juste ou non, cette humiliation publique eut l'effet escompté: elle motiva les unités à se battre avec plus de détermination.

La bataille de Caldiero

Pendant ce temps, la communication entre les deux corps autrichiens commençait à se rompre. À Trente, l'offensive de Davidovitch s'était arrêtée net ; il avait été informé que Vaubois avit été renforcé à Rivoli et hésitait à avancer sans connaître le nombre de soldats français qui se trouvaient devant lui. Alvinczi envoya de nombreuses lettres à Davidovich, le pressant de continuer vers Vérone, mais ces ordres restèrent lettre morte. Frustré, Alvinczi se mit alors en marche vers Vérone, mais son avant-garde fut repoussée près de la ville le 11 novembre. Postant 4 000 hommes à Arcole pour surveiller l'Adige et protéger son flanc sud, Alvinczi fit reculer le reste de son armée jusqu'au village de Caldiero, à environ 16 kilomètres à l'est de Vérone.

Bonaparte savait qu'il devait profiter de l'occasion. Il laissa les 6 000 hommes de Vaubois contenir Davidovich à Rivoli et le général Charles Kilmaine maintenir le siège de Mantoue, et prit ses 18 000 hommes restants pour marcher contre les Autrichiens à Caldiero. Les deux armées s'affrontèrent le 12 novembre, qui s'avéra être une journée exécrable pour une bataille. Les vents violents de novembre emportèrent la poudre à canon française et une pluie battante s'abattit directement sur le visage des soldats français qui fonçaient sur le champ de bataille boueux. Le peu de terrain gagné par les Français fut abandonné à 15 heures lorsque des renforts autrichiens arrivèrent; la bataille de Caldiero, deuxième défaite de Bonaparte, se solda par la perte de quelque 2 000 victimes et deux canons. Très découragé, Bonaparte replia ses hommes sur Vérone.

Supprimer la pub
Publicité

József Alvinczi
Jozsef Alvinczi
Unknown (Public Domain)

Pour la première fois depuis le début de sa campagne d'Italie, l'armée d'Italie de Bonaparte était dangereusement proche de la destruction. Elle était comprimée au nord et à l'est par deux corps autrichiens qui avaient tous deux infligé des défaites démoralisantes aux Français. Bonaparte envisagea de renforcer son armée en levant le siège de Mantoue, mais décida finalement de ne pas le faire, car cela libérerait la garnison de Wurmser qui pourrait alors rejoindre l'offensive contre lui. Ce fut le moment le plus sombre de la carrière de Bonaparte, comme en témoigne la lettre désespérée qu'il écrivit au Directoire français depuis Vérone le 13 novembre:

Nous sommes peut-être sur le point de perdre l'Italie. Aucun des secours que j'attendais n'est arrivé... Je fais mon devoir, l'armée fait le sien. Mon âme est en lambeaux, mais ma conscience est en paix... Nous avons été abandonnés au fond de l'Italie... peut-être l'heure [de ma mort] est-elle venue... (Roberts, 121).

La proclamation de Bonaparte à ses troupes fut plus optimiste :

Nous n'avons plus qu'un effort à faire et l'Italie nous appartiendra. L'ennemi est sans doute plus nombreux que nous, mais la moitié de ses troupes sont des recrues; si nous le battons, Mantoue devrait tomber, et nous resterons maîtres de tout ! (Chandler, 103).

Ce dernier effort devrait être fait rapidement; Davidovich et Wurmser étaient contenus pour l'instant, mais à tout moment l'un d'eux pouvait percer les maigres défenses françaises pour venir en aide à Alvinczi. Bonaparte conçut un plan audacieux: il traversa l'Adige pour se placer derrière l'armée d'Alvinczi, revint sur ses pas en traversant l'Alpone et prit les Autrichiens par surprise à Villanova. Bonaparte pourrait ainsi détruire les trains de ravitaillement autrichiens et obliger Alvinczi à le combattre sur un terrain marécageux, ce qui rendait inutile la supériorité numérique des Autrichiens. Dans la nuit du 14 novembre, Bonaparte mit ce plan en œuvre, quittant Vérone pour le village de Ronco, choisi comme point de passage sur l'Adige. À l'aube du 15 novembre, les ingénieurs de Bonaparte avaient construit un ponton et les Français commençaient à traverser.

Arcole : 1er jour

La division de Pierre Augereau franchit la première le ponton et se dirigea vers le nord en direction d'Arcole, point où Bonaparte espérait déborder Alvinczi et frapper Villanova. La division d'André Masséna suivit de près, sécurisant le village de Porcile et chassant le maigre détachement autrichien qu'elle y trouva. En descendant la chaussée vers le pont d'Arcole, la colonne d'Augereau essuya le feu de deux bataillons croates et de deux canons qui occupaient la rive gauche de l'Alpone.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Bonaparte arriva en personne à Arcole juste à temps pour constater l'échec de la dernière charge d'Augereau.

Augereau ordonna immédiatement à la 5e demi-brigade du général Louis Bon de prendre le pont d'assaut, mais cette attaque fut rapidement repoussée. Augereau mena en personne la charge suivante, mais celle-ci fut également repoussée. Tout au long de la matinée, la division d'Augereau multiplia les tentatives infructueuses pour prendre le pont jusqu'à la mi-journée, lorsque les défenseurs croates furent renforcés par 3 000 Autrichiens sous les ordres du major Mittrowsky. Mittrowsky fit monter deux obusiers et commença à bombarder les positions françaises; les soldats français se précipitèrent pour se mettre à l'abri en bas des berges escarpées, et plusieurs officiers furent blessés.

C'est à ce moment-là qu'Alvinczi apprit l'attaque derrière ses lignes. Alarmé, il commença à retirer son armée de Vérone pour la ramener vers Villanova et envoya un détachement de 3 000 hommes s'emparer du ponton français de Ronco; ces troupes rencontrèrent la division de Masséna près de Belfiore et furent repoussées après de violents combats. Bonaparte, quant à lui, se rendit compte que plus les Français tardaient à s'emparer d'Arcole, plus ses chances de piéger l'armée d'Alvinczi s'amenuisaient. Pour accélérer les choses, Bonaparte ordonna à deux demibrigades commandées par le général Jean-Joseph Geuieu de chercher un autre point de passage à partir duquel elles pourraient attaquer Arcole par l'arrière.

Bonaparte arriva en personne à Arcole juste à temps pour assister à l'échec de la dernière charge d'Augereau. Trouvant ses hommes fatigués et démoralisés, Bonaparte tenta de les préparer à une nouvelle charge, les haranguant sur leur bravoure à la bataille de Lodi qui s'était déroulée dans des conditions similaires. Comme les hommes refusaient toujours de bouger, Augereau s'empara d'un drapeau et marcha devant ses tirailleurs en criant : "Grenadiers, venez chercher votre couleur !". (Roberts, 122). Pour ne pas être en reste, Bonaparte s'empara d'un autre drapeau tricolore et mena lui-même la charge. Cette démonstration audacieuse, voire téméraire, incita les soldats à suivre Bonaparte vers le pont jonché de cadavres et dans l'étreinte des tirs autrichiens.

[Image:17358]

À peine le pont atteint, la charge tourna court, enlisée par le feu incessant des Autrichiens. Alors que Bonaparte tentait d'inciter ses hommes à l'action, plusieurs des officiers qui l'entouraient furent touchés, et l'un de ses aides de camp, le colonel Jean-Baptiste Muiron, fut tué à ses côtés; c'est alors qu'un officier français inconnu saisit Bonaparte et le poussa dans un fossé boueux pour tenter de lui sauver la vie. Alors que les Français se retiraient du pont, les Autrichiens contre-attaquaient et Bonaparte, couvert de boue, dut être traîné en lieu sûr par les aides de camp qui lui restaient. Juste avant la tombée de la nuit, le général Guieu, qui avait fini par trouver un passage, arriva à Arcole et dispersa les défenseurs autrichiens. Mais ce succès arrivait environ six heures trop tard; la majeure partie de l'armée d'Alvinczi s'était déplacée vers Villanova, anéantissant les espoirs de Bonaparte de le surprendre à cet endroit.

Arcole : jours 2 et 3

Vers minuit le 16 novembre, Bonaparte fut informé que Davidovich avait vaincu Vaubois et se dirigeait vers lui. Afin de créer une meilleure position défensive, Bonaparte prit la décision douloureuse, mais prudente, de retirer ses hommes d'Arcole et de Porcile. Lorsqu'il se rendit compte que Davidovich n'arrivait pas, les Autrichiens avaient réoccupé les deux localités et Bonaparte dut recommencer à se battre pour les récupérer. Tout au long de la journée, des combats acharnés se déroulèrent le long de l'Alpone. Les Français parvinrent finalement à reprendre Porcile, mais ne parvinrent pas à s'emparer du pont d'Arcole et furent repoussés de l'embouchure de l'Alpone qu'ils avaient tenté de traverser à gué.

La bataille d'Arcole, qui dura trois jours, se solda par une victoire française éclatante.

À la tombée de la nuit, bien qu'Alvinczi ait toujours été au contrôle d'Arcole, sa situation était devenue plus précaire; il avait subi de lourdes pertes et avait perdu le contact avec un tiers de son armée qui était occupée à combattre la division du général Masséna dans les marais. Alvinczi écrivit à Davidovitch pour l'informer qu'il ne pourrait repousser qu'une seule attaque française. Ce soir-là, Bonaparte reçut le renfort de 3 000 hommes venus de Mantoue, ce qui lui donna un avantage numérique sur chaque aile ennemie. Pendant la nuit, les ingénieurs français construisirent un ponton à l'embouchure de l'Alpone que la division d'Augereau franchit tôt le matin du 17 novembre.

Les hommes d'Augereau se frayèrent un chemin le long des rives orientales en direction d'Arcole tandis que deux demibrigades de la division Masséna, commandées par le général de brigade Jean-Gilles-André Robert, attaquèrent les digues occidentales. Pendant ce temps, Alvinczi commença à faire passer plus d'hommes à Arcole même, où les combats les plus violents se déroulèrent tout au long de la journée. Vers 15 heures, les Autrichiens sortirent d'Arcole et attaquèrent les forces de Robert. Le général Robert fut mortellement blessé et ses hommes furent repoussés. La division Augereau, qui venait de s'approcher d'Arcole, en fut témoin et commença à vaciller.

Alors que tout espoir semblait perdu, le général Masséna arriva avec sa division. Laissant une seule brigade exposée sur les routes d'Arcole et de Porcile, il dissimula le reste de sa division dans les saules et les digues; la garnison autrichienne d'Arcole tomba dans le piège et sortie plein d'entrain pour attaquer la brigade exposée. C'est à ce moment que Masséna donna le signal et se jeta sur la garnison. Les Autrichiens, surpris, furent facilement abattus et dispersés après avoir subi de lourdes pertes. La division Augereau, renforcée par la cavalerie de Legnago, revint au combat et, ensemble, Masséna et Augereau entrèrent dans Arcole après 17 heures. Se rendant compte de la terrible position de son armée, Alvinczi ordonna à toute son armée de se replier vers Vicence pendant la nuit; au matin du 18 novembre, les patrouilles françaises trouvèrent les camps autrichiens déserts.

Suites de la bataille

La bataille d'Arcole, qui dura trois jours, se solda par une victoire française éclatante. Malgré les revers initiaux, les Français parvinrent à empêcher Alvinczi d'atteindre Vérone ou d'établir une liaison avec Davidovich, bien que le prix à payer ait été élevé; les Français perdirent 1 200 tués, dont huit généraux, 2 300 blessés et 1 300 capturés ou portés disparus. Les pertes autrichiennes sur le champ de bataille furent moins importantes, avec 2 200 tués ou blessés, mais les Français compensèrent en capturant 4 000 soldats autrichiens et 11 canons. Il s'agit sans aucun doute d'une bataille acharnée, un fait reconnu par Bonaparte lui-même, qui ferait remarquer qu'"il avait fallu de la chance pour vaincre Alvinczi" (Roberts, 123).

Bonaparte at the Bridge of Arcole
Bonaparte au pont d'Arcole
Antoine-Jean Gros (Public Domain)

En fait, la bataille d'Arcole s'était terminée juste à temps; le 17 novembre, Davidovich avait finalement engagé Vaubois à Rivoli et avait repoussé les Français. Bonaparte envoya sa cavalerie surveiller les mouvements d'Alvinczi et envoya le reste de son armée au nord pour aider Vaubois. Il rattrapa Davidovich à Rivoli le 21 novembre et engagea une brève escarmouche avant que Davidovich ne s'éloigne vers Trente. Au cours de sa retraite, Davidovich perdit 1 500 prisonniers, neuf canons et la plupart de ses provisions. Lorsqu'Alvinczi apprit la retraite de Davidovich, il abandonna le projet d'atteindre Mantoue et entama une retraite ordonnée vers la rivière Brenta pour se regrouper.

La bataille d'Arcole marqua la fin de la troisième tentative autrichienne de soulager le siège de Mantoue. Une quatrième et dernière tentative aurait lieu au mois de janvier suivant, mais elle serait contrecarrée à la bataille de Rivoli (14-15 janvier 1797). Wurmser résista jusqu'au 2 février, date à laquelle il remit Mantoue à Bonaparte; deux mois plus tard, l'Autriche demanda l'armistice, ce qui mit fin à la campagne d'Italie de Napoléon et à la guerre de la Première Coalition. Arcole fut une bataille décisive non seulement pour le déroulement de la campagne elle-même, mais aussi pour la légende napoléonienne. Arcole, l'une des batailles les plus impressionnantes de Bonaparte, restera longtemps dans les mémoires comme une grande victoire napoléonienne qui contribua à façonner le cours de sa carrière.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Napoléon a-t-il mené la charge à Arcole ?

Le 15 novembre 1796, Napoléon Bonaparte hisse un drapeau tricolore et mène la charge française sur le pont d'Arcole. La charge échoue et Bonaparte évite d'être abattu lorsqu'il est poussé hors du pont et dans les marais en contrebas.

Quand a eu lieu la bataille d'Arcole ?

La bataille d'Arcole s'est déroulée du 15 au 17 novembre 1796. Elle s'est déroulée pendant la campagne d'Italie de Napoléon Bonaparte en 1796-1797, qui faisait partie de la guerre de la Première Coalition.

Qui a gagné la bataille d'Arcole ?

La bataille d'Arcole a été remportée par le général Napoléon Bonaparte et son armée française d'Italie, après avoir vaincu une armée autrichienne sous le commandement de József Alvinczi.

Pourquoi la bataille d'Arcole a-t-elle eu lieu ?

La bataille d'Arcole a eu lieu parce qu'une armée autrichienne tentait de soulager la forteresse de Mantoue, assiégée par les forces françaises. Les Autrichiens ayant été vaincus à Arcole, ils n'ont pas pu aider la garnison, qui s'est rendue deux mois plus tard.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2023, mai 09). Bataille du pont d'Arcole [Battle of Arcole]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2233/bataille-du-pont-darcole/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Bataille du pont d'Arcole." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 09, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2233/bataille-du-pont-darcole/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Bataille du pont d'Arcole." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 09 mai 2023. Web. 23 juin 2024.

Adhésion