Bataille de Chillianwala

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 09 janvier 2023
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

La bataille de Chillianwala, le 13 janvier 1849, fut un affrontement sanglant et peu probant entre la Compagnie britannique des Indes orientales (EIC) et l'Empire sikh pendant la deuxième guerre anglo-sikhe (1848-1849). Le commandant de l'EIC, le général Gough, utilisa une stratégie dépassée, celle d'une charge d'infanterie contre des positions sikhes bien préparées, et un quart de ses hommes paya le prix ultime.

The Battlefield of Chillianwala
Le champ de bataille de Chillianwala
National Army Museum, London (Public Domain)

L'EIC contre l'empire sikh

Depuis le milieu du XVIIIe siècle, la Compagnie britannique des Indes orientales connaissait une expansion rapide dans le sous-continent indien. En 1845, elle profita de la situation politique instable au Pendjab pour déclencher une guerre contre l'Empire sikh, son dernier grand ennemi en Inde. L'EIC remporte la première guerre anglo-sikhe (1845-6), mais subit de lourdes pertes lors d'engagements tels que la bataille de Ferozeshah et la bataille de Sobraon. Le traité de Lahore de mars 1846 fixa des conditions très dures pour les Sikhs: le Pendjab devint un "État parrainé" et certaines parties de l'Empire sikh - les territoires situés au sud de la rivière Sutlej - passèrent sous le contrôle direct de l'EIC. De nombreux dirigeants et soldats ordinaires sikhs se sentirent déçus par leurs généraux qui, soucieux de leur propre carrière après la guerre, ne menèrent pas les batailles avec beaucoup d'agressivité et laissèrent donc les généraux de l'EIC prendre l'initiative. De nombreux sikhs pensaient qu'étant donné que les combats contre l'EIC étaient serrés, une nouvelle direction avait de bonnes chances de réussir dans une deuxième guerre..

Supprimer la pub
Publicité
L'armée sikhe avait creusé elle-même des tranchées défensives et des remblais dans une zone de buissons épineux denses.

La deuxième guerre anglo-sikhe commença en avril 1848 après que deux officiers britanniques eurent été tués dans la ville forteresse de Multan, qui fut ensuite reprise par les rebelles. Le siège de l'EIC qui s'ensuivit prit deux armées et dix mois pour être mené à bien. Entre-temps, des batailles eurent lieu ailleurs, notamment l'escarmouche de cavalerie à Ramnagar le 22 novembre 1848. La rébellion s'étendit désormais à l'ensemble du Pendjab et il semble impossible d'éviter un engagement important sur le terrain.

Les deux armées

Le commandant en chef de l'armée de l'EIC et commandant à Chillianwala était le lieutenant-général irlandais Sir Hugh Gough (1779-1869), un vieux vétéran qui croyait aux charges frontales à la baïonnette contre l'ennemi, malgré les pertes élevées qu'une telle stratégie entraînait face à un ennemi aussi bien équipé et courageux que les Sikhs. Un officier décrivit Gough comme "brave comme un lion mais [il] n'a pas de crinière" (James, 108). Au moins, le vieux vétéran dirigeait depuis le front, portant généralement (comme de nombreux commandants britanniques excentriques avant et après) sa propre tenue de combat, dans le cas de Gough, un long manteau blanc avec le casque à pointe assorti. À Chillianwala, Gough commandait quelque 14 000 hommes, et ceux-ci étaient certainement loyaux envers leur commandant - même lorsqu'ils se retrouvaient à l'hôpital de campagne, ils applaudissaient à la visite de Gough. L'armée de l'EIC à Chillianwala disposait de 66 canons.

Supprimer la pub
Publicité

British Conquest in India c. 1857
Conquête britannique en Inde vers 1857
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

L'armée sikhe, commandée par Sher Singh Attariwalla, avait creusé des tranchées défensives et des remblais dans une zone de buissons épineux denses située entre la rivière Jhelum et le village de Chillianwala. Le flanc droit de l'armée sikhe était protégé par les collines de Russool. Cette région avait déjà été le théâtre d'un conflit armé monumental, la victoire d'Alexandre le Grand (r. de 336 à 323 av. J.-C.) sur le roi Poros lors de la bataille de l'Hydaspe (326 av. J.-C.).

Il y eut des victoires et des pertes dans des foyers d'action chaotique sur le champ de bataille.

L'armée sikhe comptait environ 30 000 hommes (Gough estimait leur nombre à 40 000) et possédait 62 canons. Les armées des Sikhs et de l'EIC étaient également armées de mousquets, de baïonnettes, d'épées et de canons de toutes tailles et de toutes sortes. Les deux camps se valaient en termes d'entraînement, de discipline et de courage.

Supprimer la pub
Publicité

L'attaque

Le plan de Gough consistait à percer le centre même des lignes sikhes et il espérait, en exploitant la jonction entre les troupes régulières et irrégulières sikhes, envoyer les réserves et les forces irrégulières moins fiables de l'ennemi dans une retraite rapide. Le général commença à nouveau par un barrage d'artillerie, mais d'une durée insuffisante pour causer de réels dommages aux positions ou à l'artillerie des Sikhs. Gough argumenta plus tard que, comme il était alors 15 heures, il devait envoyer ses troupes rapidement afin d'éviter que l'obscurité n'interrompe la bataille. Il maintint également que: "J'ai clairement vu qu'une grande partie des canons de l'ennemi étaient soit hors d'usage, soit retirés. J'ai donc ordonné l'avance après plus d'une heure de canonnade" (Bruce, 288).

Troop Dispositions at the Battle of Chillianwala
Disposition des troupes à la bataille de Chillianwala
Stanford's Geographical Establishment (Public Domain)

Gough ordonna des charges d'infanterie face à un barrage d'artillerie sikh brutal et à des tirs de mousquet encore plus violents. Le résultat prévisible fut de lourdes pertes. Le 24e régiment de fantassins de la Reine, qui prit d'assaut et s'empara d'une batterie d'artillerie sans pouvoir la tenir, perdit la moitié de ses effectifs, une perte effroyable pour la guerre de cette période. Le régiment dénombra 231 hommes tués et 266 blessés. Sur les 29 officiers du régiment, 14 furent tués et 9 grièvement blessés. Ces lourdes pertes s'expliquèrent en partie par la stratégie traditionnelle et douteuse qui consistait à faire charger une position ennemie par l'infanterie sans tirer un seul coup de mousquet, car on pensait que cela ralentissait la charge. C'est ce que confirma le major Smith :

Le 24e reçut l'ordre de marcher, sous une tempête de feu, devant la bouche des canons, sur plusieurs centaines de mètres, sans essayer d'étourdir ou d'inquiéter l'ennemi en faisant usage de leurs armes.

(Holmes, 342)

Face à cette destruction, le reste du 24e bataillon et deux bataillons de cipayes se replièrent précipitamment sous un feu nourri. Ailleurs sur le champ de bataille, les troupes de l'EIC remportèrent plus de succès, mais les Sikhs, comme d'habitude, se battirent avec ténacité. Il y eut des victoires et des pertes dans des foyers d'action chaotique à travers le champ de bataille où, à cause des buissons de 2,4 m de haut et des nuages de poussière dans les zones plus ouvertes, les régiments perdirent rapidement le contact les uns avec les autres. Un dragon décrivit le champ de bataille comme "un terrain brisé et jungleux" (Holmes, 370). Un groupe de l'EIC qui avançait fut malmené par sa propre artillerie hippomobile qui battait en retraite, et deux brigades de cavalerie paniquèrent, causant encore plus de désordre. Dans cette comédie des erreurs militaires, les tragédies ne manquèrent pas non plus. Un père et son fils de 17 ans furent tués côte à côte, le lieutenant-colonel John Pennycuick (parfois orthographié Pennicuick) et le soldat Alexander Pennycuick du 24e régiment. Les circonstances sont décrites ici par le major Smith:

Supprimer la pub
Publicité

Le jeune Pennycuick était sur la liste des malades, il avait été emmené sur le terrain dans un camion - là, il insista pour aller au combat avec le régiment - Il se retira avec le régiment, après la défaite, et, au village, il apprit le sort de son père. Immédiatement, il se rendit au front à la recherche du corps, et il semblerait qu'il ait été tué à ses côtés, car les deux gisaient ensemble, morts. Le pauvre garçon avait apparemment reçu une balle dans le dos, qui était ressortie presque exactement à l'endroit où son père avait été frappé à l'avant, et c'est ainsi - côte à côte - que nous les avons déposés ensemble dans leurs tombes, dans le tumulus de Chillianwala.

(Holmes, 229)

Sher Singh Attariwalla
Sher Singh Attariwalla
Nanrhe10 (CC BY-SA)

D'autres unités d'infanterie chargèrent, ignorant le carnage qui se déroulait ailleurs. Le lieutenant Sandford donne la description suivante de la charge de son unité:

Chargez ! sonna le mot dans nos rangs, et les hommes bondirent en avant comme des bulldogs en colère, déversant un feu meurtrier. Les balles de l'ennemi sifflaient au-dessus de nos têtes; l'air même semblait grouiller de balles; un homme après l'autre était frappé et roulait dans la poussière. Mais nous ne pouvions leur accorder qu'un simple coup d'œil. Et nous continuâmes à avancer, nous appuyant sur leur ligne avec une constance à laquelle rien ne pouvait résister. Ils tirèrent une dernière salve, puis tournèrent les talons et s'enfuirent, laissant le sol couvert de morts et de blessés.

(Bruce, 294)

Alors que le soleil commençait à se coucher, il n'y avait toujours aucun signe d'un vainqueur clair. Pour le général Gough, la bataille prenait l'allure d'une de ces affaires qui, si elles peuvent mal tourner, vont mal tourner. Le front sikh, plus long, commença à déborder les lignes britanniques et, tandis que certaines troupes britanniques parvinrent à capturer plusieurs batteries d'artillerie sikhes, d'autres unités de l'EIC se retrouvèrent isolées et certaines furent même encerclées. Dans cette bataille chaotique où aucun commandant n'était en mesure d'obtenir une bonne vue d'ensemble de ce qui se passait, Gough fut obligé de retourner à Chillianwalla pour obtenir de l'eau vitale pour ses troupes, mais pas avant d'avoir rassemblé tous ses hommes blessés. En se retirant, Gough dut laisser derrière lui quatre de ses canons et toutes les pièces d'artillerie capturées jusqu'alors sur les Sikhs.

Sher Singh, quant à lui, avait ses propres problèmes, car les charges continues de l'ennemi étaient peut-être imprudentes, mais elles étaient implacables et déconcertantes pour les troupes sikhes qui pouvaient à tout moment choisir de se rendre. En conséquence, le commandant sikh demanda une conclusion négociée de la bataille, ce qui lui fut refusé. Préférant regrouper les ressources qui lui restaient pour poursuivre la guerre, Sher Singh ordonna alors le retrait de ses troupes pour pouvoir poursuivre le combat un autre jour. Ayant déjà perdu un quart de ses hommes, Gough ne prit pas le risque de les poursuivre.

Supprimer la pub
Publicité

Monument of the Battle of Chillianwalla
Monument de la bataille de Chillianwalla
Dr. Sohaib ul Hassan (CC BY-SA)

Conséquences

Chillianwala fut une telle catastrophe en termes de vies perdues et de pertes pour l'EIC - environ 2 300 hommes - que le général Gough fut sévèrement critiqué en Grande-Bretagne. En conséquence, les directeurs de la Compagnie des Indes orientales remplacèrent Gough en tant que commandant en chef de l'armée indienne par Sir Charles Napier. Cependant, lorsque Napier arriva dans le sous-continent, la bataille suivante, toujours sous la direction de Gough, avait déjà été décidée.

Les Britanniques finirent par prendre d'assaut Multan le 22 janvier 1849, et les deux principales armées de campagne s'affrontèrent à nouveau lors de la bataille de Gujrat, le 21 février 1849. Gough commandait à nouveau l'armée de l'EIC et Sher Singh celle des Sikhs. Gough avait l'avantage d'avoir reçu d'importants renforts de la campagne achevée contre Multan, ce qui lui permit de commander un nombre impressionnant de 23 000 hommes. Cette fois, Gough utilisa sa supériorité en artillerie à bon escient et remporta la bataille sans subir les pertes élevées de Chillianwala. La deuxième guerre fut gagnée et les Britanniques annexèrent l'ensemble du Pendjab en mars 1849, en faisant une province de l'Inde britannique.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qui a gagné la bataille de Chillianwala ?

La bataille de Chillianwala (1849) entre la Compagnie des Indes orientales et l'Empire sikh se solda par un match nul avec de lourdes pertes dans les deux camps.

Quels étaient les adversaires de Dalhousie lors de la bataille de Chillianwala ?

L'adversaire du directeur de la Compagnie des Indes orientales, Dalhousie, dans la bataille de Chillianwala était l'empire sikh et une armée commandée par Sher Singh Attariwalla.

Quand la bataille de Chillianwala a-t-elle eu lieu ?

La bataille de Chillianwala se déroula le 13 janvier 1849 entre la Compagnie britannique des Indes orientales et l'Empire sikh.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2023, janvier 09). Bataille de Chillianwala [Battle of Chillianwala]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2140/bataille-de-chillianwala/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Bataille de Chillianwala." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le janvier 09, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2140/bataille-de-chillianwala/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Bataille de Chillianwala." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 09 janv. 2023. Web. 17 juin 2024.

Adhésion