Croisière sur le lac Nasser en direction d'Abou Simbel

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$3071 / $18000

Article

Carole Raddato
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 23 mars 2022
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
X

Dans l'Antiquité, la première cataracte d'Assouan marquait la frontière sud de l'Égypte. Au-delà s'étendait la Nubie, qui longeait le Nil depuis la première cataracte vers le sud sur une distance d'environ 250 kilomètres. Cette région, connue sous le nom de Basse Nubie (nord de l'Égypte), servait de zone tampon entre les deux centres de pouvoir de l'Égypte et du royaume de Koush, ce dernier s'étendant plus au sud jusqu'à la Sixième cataracte, dans l'actuel Soudan.

Approaching Abu Simbel by Boat
Approche d'Abou Simbel en bateau
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Suite à la construction du haut barrage d'Assouan dans les années 1960, la majeure partie de la Nubie égyptienne se trouve actuellement sous les eaux du lac Nasser. Dans le cadre d'un vaste projet de sauvetage international de l'UNESCO, de nombreux monuments anciens de Basse-Nubie ont été démantelés et déplacés sur des terrains plus élevés, hors d'atteinte des eaux, notamment les temples de Ramsès II à Abou Simbel, tandis que d'autres ont été transférés à des pays étrangers en guise de cadeau, en reconnaissance de leur collaboration. Aujourd'hui, les croisières sur le lac Nasser, long de 500 kilomètres, comprennent des arrêts devant une douzaine de monuments de l'ancienne Nubie sauvés par la communauté internationale dans le cadre de l'un des projets d'ingénierie et de conservation les plus spectaculaires au monde.

Supprimer la pub
Publicité

Nubie ancienne

La Nubie était la porte par laquelle les produits de luxe tels que l'or, l'ébène et l'ivoire voyageaient depuis leur source jusqu'aux civilisations méditerranéennes.

Pendant des milliers d'années, le Nil a donné vie aux terres qu'il traverse. Les plus anciennes civilisations d'Afrique ont prospéré le long des vallées du Nil, utilisant ses vastes voies d'eau pour étendre leur influence sur le monde antique. La région était également une route commerciale entre l'Afrique subsaharienne, la Nubie et l'Égypte. Connue pour ses ressources naturelles, la Nubie était la porte par laquelle des produits de luxe comme l'or, l'ébène et l'ivoire voyageaient depuis leur source jusqu'aux civilisations méditerranéennes.

Le contrôle de la région nubienne fluctua entre les Égyptiens et les peuples indigènes. Au cours du Moyen Empire (2040-1782 av. J.-C.), l'Égypte occupa la Basse Nubie et étendit son autorité jusqu'à la deuxième cataracte. Après une interruption de quelque 200 ans pendant la deuxième période intermédiaire de l'Égypte, les Égyptiens revinrent et soumirent le pays jusqu'à la quatrième cataracte au sud, avec un nouveau centre administratif à Napata pendant le Nouvel Empire (c. 1570-1069 av. J.-C.). La population indigène fut égyptianisée et initiée à la religion égyptienne. Des temples égyptiens furent construits, dont beaucoup honoraient des divinités nubiennes que l'on ne voyait généralement pas en Égypte.

Supprimer la pub
Publicité

Southern Egypt/Nubia Map
Carte du sud de l'Égypte et de la Nubie
SimonP (CC BY-SA)

Sous le règne de la dynastie ptolémaïque et de l'Égypte romaine, la Basse-Nubie était connue sous le nom de Dodécaschène ("Douze cités" en grec) et formait une zone tampon entre l'Empire romain et le royaume koushite de Méroé qui marqua l'apogée de la civilisation nubienne. Le christianisme fut introduit dans la région au 4e siècle de notre ère et devint la religion dominante en Égypte et en Nubie. De nombreux temples furent abandonnés, détruits ou transformés en chapelles.

Les premiers Égyptiens appelaient la terre de l'ancienne Nubie "Ta-Seti", ce qui signifie "Terre de l'arc", car les Nubiens étaient connus pour leurs talents d'archer, tandis que son nom moderne dériverait de nbw, le mot ancien pour l'or. Selon une autre théorie, la Nubie dériverait du peuple Noba qui s'y installa au 4e siècle de notre ère, après l'effondrement du royaume méroïtique.

Supprimer la pub
Publicité

Model of Nubian Archers
Statuettes d'archers nubiens
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Aujourd'hui, une grande partie de la Nubie égyptienne est devenue un vaste lac. Avec la construction des barrages d'Assouan et la formation du lac Nasser, la terre ancestrale du peuple nubien a été entièrement submergée et la montée des eaux a menacé les sites historiques. Le lac Nasser (connu sous le nom de lac de Nubie au Soudan) est le plus grand lac artificiel du monde. Il s'étend sur 500 kilomètres le long de la vallée, jusqu'à la cataracte de Dal, au nord du Soudan. Dans le cadre d'un projet international colossal coordonné par l'UNESCO, les monuments anciens de Nubie ont été déplacés sur des terrains plus élevés où les touristes peuvent aujourd'hui facilement les visiter en bateau. D'autres ont été envoyés dans des musées étrangers à Madrid (Debod), New York (Dendur), Leiden (Taffeh) et Turin (Ellesyia).

The International Nubian Campaign - Monuments Rescued
La campagne internationale de Nubie - Des monuments ont été sauvés
UNESCO (Copyright)

Après une fantastique croisière sur le Nil de Louxor à Assouan en février 2020, juste avant la pandémie de COVID-19, je suis retournée en Égypte dès la réouverture des frontières internationales au tourisme pour naviguer plus au sud jusqu'à Abou Simbel. J'ai effectué une croisière de quatre jours, seul moyen possible pour visiter les monuments de l'ancienne Nubie qui ont été relocalisés sur les rives du lac Nasser. Les rives du lac offrent certains des paysages désertiques les plus diversifiés et les plus spectaculaires du pays. La faune y est également abondante. De nombreuses espèces se sont installées près du lac qui constitue une étape importante pour les oiseaux migrateurs pendant la période d'hivernage. Les eaux du lac Nasser sont également le seul endroit en Égypte où l'on peut encore voir les fameux crocodiles du Nil.

Lake Nasser, Egypt
Lac Nasser, Égypte
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Notre bateau de croisière a navigué pendant quatre nuits, d'Assouan à Abou Simbel. En chemin, nous avons exploré les temples nubiens dispersés et moins connus, notamment Kalabsha, Wadi es-Sebua, Amada et Qasr Ibrim. Certains d'entre eux sont situés dans un splendide isolement au milieu du désert du Sahara.

Supprimer la pub
Publicité

Kalabchah

Le premier complexe de temples que nous avons visité une fois que le bateau a commencé à naviguer est Kalabchah, un promontoire situé juste au-dessus du Haut Barrage, à quelques kilomètres au sud d'Assouan. Il abrite plusieurs temples et autres structures qui ont été déplacés de l'ancienne ville de Talmis (plus tard connue sous le nom de Kalabchah) et d'autres sites de Basse-Nubie. Le site est également accessible en taxi depuis Assouan, puis en bateau à moteur jusqu'à l'île.

New Kalabsha, Egypt
Kalabchah, Égypte
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Le monument le plus important de Kalabchah est le temple de Mandoulis (également connu sous le nom de temple de Kalabchah), le plus grand temple autonome de Nubie égyptienne. Il se trouvait à l'origine à 50 kilomètres au sud, sur la rive ouest du Nil, à l'emplacement de l'ancienne Talmis, aujourd'hui submergée. Le temple a été démantelé, découpé en 13 000 blocs et réassemblé ici en 1970 par une opération financée par l'Allemagne de l'Ouest. Le temple avait originellement été construit en hommage au dieu soleil nubien Mandoulis vers 30 avant notre ère, probablement sur le site d'un temple antérieur du Nouvel Empire d'Égypte. La décoration des murs du temple n'avait jamais été achevée, mais elle contenait des scènes peintes de Mandoulis avec Osiris, Isis et Horus. L'empereur romain Auguste (r. de 27 av. J.-C. à 14 ap. J.-C.) apparaît en pharaon sur le mur arrière du sanctuaire du temple alors qu'il fait une offrande à Horus et Isis.

Temple of Mandulis, New Kalabsha
Temple de Mandoulis, Kalabchah
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Le petit kiosque de Qertassi est un autre monument daté de la période romaine à Kalabchah. La structure est en grès et se compose d'une cour entourée de colonnes, ressemblant au kiosque de Trajan à Philae. Bien qu'incomplet et sans inscription, ses colonnes à tête de lotus et ses piliers d'Hathor donnent au monument un aspect élégant et pittoresque. Le Service des antiquités égyptiennes a démantelé le kiosque et l'a déplacé sur le site de Kalabchah lors de la campagne de sauvetage.

Supprimer la pub
Publicité

Kiosk of Qertassi, New Kalabsha
Kiosque de Qertassi, Kalabchah
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Le promontoire de Kalabchah abrite également deux temples taillés dans la roche, le temple de Gerf Hussein et la chapelle de Dédoun. Gerf Hussein (connu à l'origine sous le nom de Per Ptah, la "Maison de Ptah") fut construit par Setau, vice-roi de Koush, sous le règne de Ramsès II (r. de 1279 à 1213 av. J.-C.). Le temple était dédié à Ptah et Hathor et à la divinité Ramsès II. Il était à l'origine situé à environ 90 kilomètres au sud d'Assouan. L'intérieur du temple de Gerf Hussein n'a pas pu être sauvé des eaux du Nil en raison de son mauvais état et se trouve aujourd'hui sous l'eau. La chapelle de Dédoun contient des reliefs d'un pharaon inconnu faisant des offrandes au dieu nubien Dédoun et la stèle de victoire de Séti Ier.

Gerf Hussein Temple, Egypt
Temple de Gerf Hussein, Égypte
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Enfin, un autre monument déplacé à Kalabchah est le temple d'Amon situé à Beit el-Ouali, le premier et le plus septentrional d'une série de huit temples connus construits par Ramsès II dans cette région au cours de cinq décennies. La partie intérieure du temple contient des reliefs peints de couleurs vives représentant Ramsès II en train de combattre ses ennemis nubiens et libyens et de faire des offrandes aux dieux.

Ramesses II Offering to Khnum
Ramsès II fait une offrande à Khnoum
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

L'Ouadi es-Seboua

Après avoir parcouru la moitié de la longueur du lac Nasser, nous avons atteint l'Ouadi es-Seboua, un complexe de temples situé au milieu du désert du Sahara. Il contient trois anciens temples nubiens, qui ont été déplacés dans le cadre de la vaste opération de sauvetage menée par l'UNESCO entre 1961 et 1965: l'Ouadi es-Seboua, le temple de Maharraqa et le temple de Dakka. Une piste d'un kilomètre de long à travers le désert les rejoint, permettant aux visiteurs d'apprécier la beauté du paysage saharien tout autour. L'Ouadi es-Seboua signifie "Vallée des Lions" et fait référence à l'avenue bordée de sphinx qui mène au temple du même nom.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

New Wadi es-Sebua, Egypt
L'Ouadi es-Seboua, Égypte
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Le temple de l'Ouadi es-Seboua, situé à l'origine à 4 kilomètres à l'ouest de son emplacement actuel, est le plus beau monument de Basse-Nubie. Il fut construit sous le règne de Ramsès II par son vice-roi de Koush, Setau, et était dédié à Amon- et à Rê-Horakhty. La structure est en partie taillée dans le roc et en partie autoportante. Deux séries de trois sphinx portant des couronnes doubles se dressent dans la première cour du temple, avec sur leurs bases des images de personnages ligotés représentant des prisonniers nubiens et asiatiques. Quatre sphinx à tête de faucon se dressent dans la seconde cour, avec une figurine de Ramsès II entre leurs pattes avant.

Overview of Wadi es-Sebua Temple, Egypt
Vue d'ensemble de l'Ouadi es-Seboua, Égypte
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Wadi es-Sebua Temple, Egypt
Temple de l'Ouadi es-Seboua, Égypte
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

La cour péristyle du temple est remplie de reliefs représentant des processions de fils et de filles de Ramsès II sur les deux murs et les piliers, avec des figures de Ramsès en personne, les bras croisés et portant un chendjit. Le sanctuaire intérieur, creusé dans la roche, fut converti en église copte au Ve siècle de notre ère. Les anciens reliefs furent alors recouverts d'un enduit, ce qui eut pour effet involontaire de les protéger.

Forecourt of Wadi es-Sebua Temple, Egypt
Parvis du temple de l'Ouadi es-Seboua, Égypte
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Ramesses II Offering to the gods at Wadi es-Sebua
Ramsès II fait une offrande aux dieux à l'Ouadi es-Seboua
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Depuis l'Ouadi es-Seboua, nous avons marché environ 20 minutes dans le désert jusqu'au temple de Dakka, qui se trouvait autrefois à 40 kilomètres en amont. Il fut commencé au IIIe siècle avant notre ère par le roi koushite de Meroë Arkamani (ou Ergaménès II), en collaboration avec Ptolémée IV (r. de 221 à 204 av. J.-C.), qui le dédia au dieu Thot. Sa construction se poursuivit sous les règnes des Ptolémées suivants et des empereurs romains Auguste et Tibère (r. de 14 à 37 de notre ère), qui agrandirent la structure en construisant un immense pylône de 12 mètres de haut (40 pieds), aujourd'hui sa caractéristique la plus frappante. L'antichambre contient de nombreux bas-reliefs montrant un pharaon ptolémaïque faisant les offrandes traditionnelles à un ensemble de dieux.

Temple of Dakka, Egypt
Temple de Dakka, Égypte
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

À quelques mètres du temple de Dakka se trouve le temple égyptien de Maharraqa, de construction romaine, un temple minuscule et inachevé dédié à Sérapis et Isis. Son élégante cour intérieure est entourée de colonnes sur trois côtés et présente une curiosité architecturale, le seul escalier en colimaçon connu dans un bâtiment égyptien antique.

Temple of Maharraqa, Egypt
Temple de Maharraqa, Égypte
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Amada

Nous avons ensuite continué à naviguer vers le sud, en passant par certaines des plus belles parties du lac Nasser, jusqu'au site d'Amada, qui contient également trois anciens monuments nubiens épargnés par la montée des eaux du lac Nasser. C'est là que se trouve le plus ancien temple découvert en Nubie et le seul temple taillé dans la roche construit sur la rive droite du Nil. Le site abrite également la tombe de Pennout, l'une des plus rares tombes taillées dans le roc appartenant au royaume de Koush.

New Amada, Egypt
Amada, Égypte
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Le temple d'Amada est un petit temple en grès construit pendant la corégence de Thoutmôsis III (r. de 1458 à 1425 av. J.-C.) et d'Amenhotep II (1427-1401 av. J.-C.), avec des ajouts ultérieurs par Thoutmôsis IV (r. d'environ 1401 à 1391 av. J.-C.) et des restaurations par plusieurs rois de la XIXe dynastie (1292-1189 av. J.-C.). L'extérieur du temple n'a rien d'imposant, mais la partie intérieure présente de beaux reliefs et plusieurs inscriptions historiques importantes. Le temple a été déplacé vers une position plus élevée, à environ 2,6 kilomètres à l'intérieur des terres. C'est le plus ancien temple découvert en Nubie.

Temple of Amada, Egypt
Temple d'Amada, Égypte
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Le temple de grès était dédié à Amon-Rê et à Rê-Horakhty. Les reliefs, dont certains aux couleurs bien préservées, représentent Thoutmôsis III et Amenhotep II en souverains égaux, faisant des offrandes à divers dieux et participant à différents rituels pharaoniques. Les inscriptions historiques se rapportent aux batailles menées par les deux pharaons. L'une est datée de la troisième année d'Amenhotep II et décrit une campagne militaire en Asie. L'autre décrit une invasion libyenne de l'Égypte dans la quatrième année de Mérenptah (r. de 1213 à 1203 av. J.-C.). Le temple fut transformé en église au début de la période médiévale.

Amenhotep II & Thutmose III offering to Amun-Ra & Ra-Harachte
Amenhotep II & Thoutmôsis III offrant à Amon-Rê & Rê-Horachty
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

À quelques mètres du temple d'Amada se trouve le temple de Derr, un temple taillé dans la roche construit par Ramsès II et dédié à Rê-Horakhty, Amon-Rê et Ptah. Le temple comprend deux salles hypostyles et trois chambres, la centrale abritant les statues de culte des trois dieux et de Ramsès II divinisé. Le temple présente des reliefs peints aux couleurs vives inhabituelles. Les murs présentent des scènes où le roi participe à des rituels de purification avec diverses divinités, tandis que le plafond peint représente des vautours.

Temple of Derr, Egypt
Temple de Derr, Égypte
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Le temple de Derr était le seul temple de Nubie situé sur la rive orientale du Nil. En 1964, l'UNESCO a déplacé le temple de 2,6 kilomètres sur la rive ouest.

Ramesses II in the Tree of Life
Ramsès II dans l'Arbre de vie
Olaf Tausch (CC BY)

La troisième et dernière structure d'Amada est la tombe de Pennout, vice-roi de Koush sous Ramsès VI (r. de 1143 à 1136 av. J.-C.). Elle se compose d'une antichambre et d'une niche contenant les restes de trois statues détruites. La chambre présente des scènes d'offrandes de Pennout aux dieux et d'autres représentant des personnes en deuil.

Tomb of Pennut, Egypt
Tombe de Pennout, Égypte
Olaf Tausch (CC BY-NC-SA)

Qasr Ibrim

La dernière étape de la croisière avant Abou Simbel était la forteresse de Qasr Ibrim, le seul site nubien ancien d'Égypte à être resté in situ. Cependant, nous n'avons pu l'admirer que depuis le confort de notre bateau, car il n'est plus accessible aux touristes.

Qasr Ibrim, Egypt
Qasr Ibrim, Égypte
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Avant la construction du haut barrage et la création du lac Nasser, Qasr Ibrim se trouvait au sommet d'une falaise, à quelque 60 mètres au-dessus du fleuve. Tout au long de sa longue histoire, qui s'étend de l'an 1000 avant notre ère à 1813 de notre ère, il veilla sur une ville prospère et contrôla le trafic sur le fleuve et les routes traversant le désert oriental. Qasr Ibrim devint une forteresse frontalière sous Auguste et joua un rôle clé lors de la campagne romaine contre le royaume de Koush à Meroë.

Abou Simbel

La lente approche par bateau d'Abou Simbel est tout à fait spectaculaire. Au fur et à mesure que nous nous rapprochions, les temples se révélaient à nous dans toute leur imposante beauté. La plupart des visiteurs empruntent le bus de 290 kilomètres qui relie Assouan à Abou Simbel à travers le désert ou arrivent à l'aéroport spécialement construit, mais ils approchent Abou Simbel par l'arrière. À bord de notre beau navire, nous avons eu la chance de pouvoir admirer les deux temples de face, depuis les eaux qui menaçaient autrefois de les détruire.

View of Abu Simbel from Lake Nasser
Vue d'Abou Simbel depuis le lac Nasser
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

C'est la perspective de perdre les deux temples d'Abou Simbel au profit du lac Nasser qui poussa l'UNESCO à organiser le sauvetage des monuments nubiens dans les années 1960. L'opération internationale de sauvetage d'Abou Simbel fut une entreprise de grande envergure menée entre 1964 et 1968. L'ensemble du site fut soigneusement découpé en 1 030 grands blocs, démonté, soulevé et réassemblé sur un nouvel emplacement situé à environ 200 mètres à l'intérieur des terres et 65 mètres plus haut. Abou Simbel a été remonté sur une colline artificielle afin de recréer son ancien environnement. L'ensemble de l'opération a coûté plus de 40 millions de dollars américains.

Abu Simbel - Work in Progess
Abou Simbel pendant les travaux
Per-Olow Andersen (CC BY-SA)

Le grand temple de Ramsès II et le petit temple de son épouse Néfertari, qui constituent ensemble les temples d'Abou Simbel, comptent parmi les monuments les plus célèbres et les plus spectaculaires d'Égypte. Taillé dans le flanc de la colline, le Grand Temple mesure 30 mètres de haut et 35 mètres de long. Quatre colosses de Ramsès II trônent à l'entrée, deux de part et d'autre d'une porte rectangulaire qui mène au sanctuaire intérieur. L'un des colosses a perdu sa moitié supérieure à la suite d'un tremblement de terre survenu en 27 avant notre ère. Sous ces figures géantes se trouvent des statues plus petites représentant les membres de la famille du roi et divers dieux protecteurs. Au-dessus de la porte centrale se trouve une niche représentant Rê-Horakhty, et la façade du Grand Temple est surmontée d'une frise de 22 babouins.

Abu Simbel, Facade of the Temple of Ramesses II
Abou Simbel, façade du temple de Ramsès II
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

La porte d'entrée du temple de Ramsès II mène à une salle hypostyle soutenue par huit immenses piliers représentant Ramsès en Osiris. Sous un plafond peint de vautours, les murs sont sculptés de bas-reliefs représentant des scènes des différentes campagnes militaires de Ramsès, en particulier la bataille de Qadech. À côté de la salle hypostyle se trouvent huit petites chambres qui servaient probablement de réserves. Une seconde salle bordée de quatre piliers colossaux avec des scènes d'offrandes mène à un vestibule relié à un sanctuaire où les statues de trois dieux sont représentées avec Ramsès II. Les quatre statues de culte sont touchées par les rayons du soleil deux fois par an, à l'aube du 22 février et du 22 octobre.

Abu Simbel, Interior of the Temple of Ramesses II
Abou Simbel, intérieur du temple de Ramsès II
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)
Abu Simbel, Sanctuary of the Temple of Ramesses II
Abou Simbel, sanctuaire du temple de Ramsès II
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Le temple rupestre, plus petit, dédié à la reine Néfertari identifiée ici à la déesse Hathor, se compose de trois salles: un hall avec des piliers à tête d'Hathor, un vestibule et un sanctuaire, avec des salles plus petites. Sur la façade, émergeant du rocher, six colosses debout représentent Ramsès II et Néfertari. À côté de chaque colosse, de petites figures en relief représentent les enfants du couple royal.

Abu Simbel, Facade of the Temple of Hathor
Abou Simbel, façade du temple d'Hathor
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)
Abu Simbel, Interior of the Temple of Hathor
Abou Simbel, intérieur du temple d'Hathor
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Une croisière dans le désert sur le lac Nasser est un moyen unique et fantastique de découvrir et d'assimiler l'Égypte moderne et ancienne. La possibilité d'admirer Abou Simbel et les autres sites isolés depuis les eaux du Nil devrait satisfaire tous les passionnés d'histoire à la recherche d'une croisière à la fois belle et relaxante.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Carole Raddato
Carole gère le célèbre blog photo d'histoire ancienne "Following Hadrian" ("Sur les pas d'Hadrien") dans lequel elle relate ses voyages à travers le monde à la suite de l'empereur Hadrien.

Citer cette ressource

Style APA

Raddato, C. (2022, mars 23). Croisière sur le lac Nasser en direction d'Abou Simbel [Sailing on Lake Nasser towards Abu Simbel]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1963/croisiere-sur-le-lac-nasser-en-direction-dabou-sim/

Style Chicago

Raddato, Carole. "Croisière sur le lac Nasser en direction d'Abou Simbel." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 23, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1963/croisiere-sur-le-lac-nasser-en-direction-dabou-sim/.

Style MLA

Raddato, Carole. "Croisière sur le lac Nasser en direction d'Abou Simbel." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 23 mars 2022. Web. 19 juil. 2024.

Adhésion