Les Chiens de Mer - les corsaires de la reine Élisabeth Iʳᵉ

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Zsuzsanna Rigó
publié le 03 juillet 2020
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, indonésien, italien, portugais

Les chiens de mer, comme les autorités espagnoles les appelaient de manière méprisante, étaient des corsaires qui, avec le consentement et parfois le soutien financier d'Élisabeth Ire d'Angleterre (r. de 1558 à 1603), attaquaient et pillaient des colonies et des navires espagnoles dans le seconde moitié du XVIe siècle. Ayant seulement un certificat issu de la reine pour les distinguer des pirates, les marins comme Sir Francis Drake (c. 1540-1596) et Sir Walter Raleigh (c. 1552-1618), ainsi que leurs bailleurs de fonds, devinrent extrêmement riches. Élisabeth Iʳᵉ et son gouvernement, étant incapables de commercer légitimement avec les colonies du Nouveau Monde parce que Philippe II (le roi d'Espagne entre 1556-1598) conservait son monopole, avaient plutôt recours au vol pour persuader le roi d'Espagne de changer de politique. À mesure que les relations anglo-espagnoles se détérioraient, les corsaires devinrent un outil utile pour réduire la richesse de l'Espagne et perturber le projet de Philippe II de construire son Armada avec laquelle il espérait envahir l'Angleterre. Bien qu'ils aient eu du succès à certains égards, en particulier avec des captures telles que celle du navire Madre de Deus, les corsaires ne travaillaient pas suffisamment ensemble pour constituer une menace sérieuse et persistante à la navigation espagnole qui commença à utiliser des convois armés avec beaucoup d'efficacité. Toutefois, pendant quelques décennies, les rapides navires anglais, hérissés de canons et commandés par des aventuriers audacieux, firent des ravages en haute mer.

The Capture of Cacafuego by the Golden Hind
La capture du Cacafuego par le Golden Hind
Friedrich van Hulsen (Public Domain)

Le Nouveau Monde

L'immense empire espagnol dans les Amériques était une source de richesse sédusiante pour les puissances européennes rivales. Les Espagnols pillaient de l'or, de l'argent et des pierres précieuses dans les nombreux États qu'ils avaient conquis sur le continent et envoyaient cette fortune vers l'Europe sur des navires, souvent sous la forme d'une flotte annuelle, parfois appelée la plate fleet en anglais (mot provenant de l'espagnol plata, qui signifie l'argent). Les espagnols avaient aussi des navires qui venaient d'Asie - nommés les Galions de Manille - qui étaient chargés d'épices précieuses, de porcelaine fine et d'autres marchandises de grande valeur, surtout lorsque Philippe II d'Espagne devint également le roi du Portugal en 1580. Le second attrait était la possibilité de faire du commerce à la fois avec les peuples indigènes des Amériques et avec les colons espagnols qui s'y installaient. Comme Philippe II voulait empêcher les puissances rivales d'accéder à cette deuxième source de richesse, des monarques comme Élisabeth Iʳᵉ d'Angleterre se tournèrent vers la première source comme alternative. Dans les années 1560, un commerce pacifique fut tenté par des marins comme John Hawkins, mais l'attaque espagnole à San Juan D'Ulloa, le port de Vera Cruz au Mexique, qui détruisit tous les navires de Hawkins sauf deux, montra clairement que les Espagnols ne voulaient pas céder leur monopole commercial dans les Amériques à d'autres nations, même s'ils ne pouvaient pas eux-mêmes répondre à la demande d'esclaves et de tissus, en particulier.

Supprimer la pub
Advertisement
Pour quelques milliers de livres ou quelques vieux navires, la reine pouvait tirer d'énormes bénéfices des expéditions qui retournaient en Angleterre avec des cales remplies de biens précieux.

En pillant les navires et les colonies de Philippe II, l'Angleterre aurait pu s'enrichir, l'Espagne rivale s'appauvrir, et le roi d'Espagne aurait alors autorisé le libre-échange dans l'ouest de l'océan Atlantique. Dans ce but, Élisabeth Iʳᵉ ne se contentait pas de seulement fermer les yeux sur les actes de piraterie commis par ses sujets, mais elle les encourageait activement. Cet encouragement prit différentes formes: ordres secrets, licences officielles pour naviguer sur des navires corsaires armés (lettres de marque), argent pour acheter des navires et des provisions, utilisation des navires de la marine royale, reconnaissance sous forme de titres et de domaines en cas de succès. La reine investissait souvent dans les sociétés anonymes créées pour financer des expéditions corsaires spécifiques. Certains voyages comprenaient également l'exploration de nouveaux territoires ou de nouvelles routes commerciales, comme le Passage du Nord-Ouest qui devait relier l'Amérique du Nord à l'Asie. On peut toutefois se demander si Élisabeth souhaitait réellement créer de nouvelles colonies, d'autant plus qu'elle pouvait s'emparer immédiatement des ressources produites par celles d'un monarque rival.

Il n'y avait pas grand-chose à perdre, non plus. Pour quelques milliers de livres ou quelques vieux navires, la reine pouvait tirer d'énormes bénéfices des expéditions qui retournaient en Angleterre avec des cales remplies de biens précieux. Ce type de guerre économique était certainement moins coûteux que le financement de grandes armées terrestres et, bien que cette source de revenu, nommée par elle 'le trésor en coffres', pouvait être irrégulière, elle permettait d'alléger la charge fiscale supportée par les sujets. Pendant certaines années, les bénéfices issus des missions corsaires ont même dépassé le revenu annuel de l'Angleterre du milieu du XVIe siècle. Un autre avantage était qu'ainsi les corsaires acquiéraient de l'expérience en mer et maintenaient leurs navires en état. Ces deux choses pouvaient alors être utilisées en cas d'urgence nationale, comme lors de l'invasion de l'Armada espagnole en 1588. Dans le même temps, la flotte de Philippe s'en trouverait affaiblie.

Elizabeth I Pelican Portrait
Élisabeth Iʳᵉ - le portrait au pélican
Nicholas Hilliard ()

Bien sûr, Philippe II aurait pu être fâché par ce type de vol, mais il était occupé à garder intact son empire en Europe et il était peu probable qu'il entre en guerre à cause de quelques corsaires. À la fin, Philippe II lança une attaque contre l'Angleterre avec l'Armada espagnole, mais cela était dû à de nombreux facteurs; les chiens de mer n'en étant qu'un parmi tant d'autres. Au milieu des années 1580, l'Angleterre comptait en moyenne 150 expéditions corsaires par an, pour la plupart de taille modeste. Vu que la guerre anglo-espagnole se prolongeait, le commerce légitime était de plus en plus perturbé et les marchands se tournaient vers les profits qu'ils pouvaient réaliser en soutenant financièrement les corsaires.

Supprimer la pub
Advertisement

Les capitaines

Curieusement, de nombreux chiens de mer d'Élisabeth Iʳᵉ étaient originaires du Devon et beaucoup d'entre eux étaient liés par le sang ou par le mariage. Les histoires familiales et la culture maritime locale devaient inciter les jeunes à suivre les traces de leurs pères et à devenir capitaines de navires corsaires. Parfois, ces capitaines étaient de grands serviteurs de leur souverain, d'autres fois de véritables fardeaux, comme l'explique l'historien S. Brigden:

Loin des côtes, les capitaines pouvaient choisir de devenir commerçants, pirates ou explorateurs, ou les trois à tour de rôle. Qui aurait pu les limiter une fois en mer? Dans le petit monde d'un navire, les capitaines avaient des pouvoirs monarchiques, voire tyranniques, s'ils pouvaient empêcher leur équipage de se mutiner. (278)

Les capitaines ne craignaient guère les risques liés à la pratique des activités de corsaire ni l'obligation de rendre des comptes aux autorités. Comme le déclara Walter Raleigh, "Avez-vous jamais connu des personnes qui étaient pirates pour des millions?"(Williams, 225). En d'autres termes, étant donné la quantité énorme du trésor en jeu, les corsaires faisaient évidemment partie d'un mécanisme étatique et n'étaient pas de simples voleurs.

Supprimer la pub
Advertisement

Francis Drake by Hilliard
Portrait de Francis Drake par Hilliard
Nicholas Hilliard ()

Les chiens de mer d'Élisabeth Iʳᵉ étaient audacieux, voire souvent follement imprudents. Leur audace s'explique peut-être par la négligence générale de Philippe II à l'égard de son trésor. Les navires espagnols étaient conçus pour le transport et non pour le combat, et beaucoup d'entre eux étaient des cibles faciles pour les navires anglais bien armés et agiles (et aussi pour les navires d'autres nations comme la France et les Pays-Bas). Certains navires espagnols importants étaient armés et plusieurs ports importants du Nouveau Monde disposaient de forteresses et de batteries côtières, mais voyager en haute mer était une activité dangereuse qui offrait de nombreuses possibilités aux corsaires et aux pirates de se livrer à leur propre commerce illégitime.

Francis Drake

Le plus célèbre de tous les capitaines de chiens de mer était Sir Francis Drake, qui pensait non seulement que l'activité des corsaires était une solide stratégie politique et économique, mais aussi qu'il s'agissait d'un moyen de mener une guerre de religion entre l'Angleterre protestante et l'Espagne catholique. Parcourant l'Atlantique et les Caraïbes pour capturer leurs navires, Drake était appelé 'El Draque' ('le Dragon') par les Espagnols. Il attaqua notamment la colonie espagnole de Nombre de Dios et captura une caravane d'argent au Panama en 1573. Puis, illustrant la transition entre l'exploration et l'activité des corsaires, Drake accomplit le tour du monde entre 1577 et 1580.

Il fallut six jours pour vider le Cacafuego de sa cargaison d'or et d'argent.

Au cours d'un voyage épique à bord de son Golden Hind de 150 tonnes, Drake attaqua des navires dans les îles du Cap-Vert, descendit la côte de l'Amérique du Sud, puis remonta l'océan Pacifique où des raids furent menés contre des colonies espagnoles comme Valparaiso et où d'autres navires furent pillés. il dressa des cartes des côtes observées et, en mars 1579, il captura le plus riche butin de son voyage au large du Pérou, le Nuestra Senora de la Concepćion (alias Cacafuego). Il fallut six jours pour vider le Cacafuego de sa cargaison d'or et d'argent.

Supprimer la pub
Advertisement

Suivant les côtes du Nicaragua, du Guatemala et du Mexique, Drake captura encore plus de navires et ramassa encore plus de butin. Le captaine explora l'existence possible du Passage du Nord-Ouest vers l'Asie, puis tourna à nouveau vers le sud pour arriver près de ce qui est aujourd'hui San Francisco, où il revendiqua la terre pour sa reine en la nommant 'New Albion' (une revendication qui ne fut jamais poursuivie par la suite). L'intrépide captaine traversa ensuite l'océan Pacifique et arriva aux Indes orientales (en Indonésie et aux Philippines) où il embarqua des épices précieuses. Il sauva de justesse son navire échoué sur un récif, traversa l'océan Indien, passa le cap de Bonne-Espérance et rentra à Plymouth après un voyage de 2 ans et 9 mois. La valeur estimée de son butin était environ de 600 000 livres, soit plus que le double du revenu annuel de l'Angleterre. Élisabeth Iʳᵉ était ravie de son chien de mer préféré et le fit chevalier à bord du Golden Hind. Cette reconnaissance formelle était un message clair à Philippe II: les chiens de mer étaient les représentants de leur monarque et étaient bien différents des pirates de toutes nationalités (y compris anglais) qui sillonnaient les mers. Drake était également devenu l'homme le plus riche d'Angleterre en termes d'argent liquide, une source d'inspiration pour tous les autres corsaires et un héros national pendant longtemps. Le Golden Hind était toujours exposé au public un siècle après son voyage le plus célèbre.

A Model of the Golden Hind
Maquette du Golden Hind
Alex Butterfield (CC BY)

Tout au long des années 1580, Drake navigua en haute mer, effectuant des raids souvent audacieux sur les trésors espagnoles dans les îles du Cap-Vert, à Saint-Domingue, à Cuba, en Colombie, en Floride et à Hispaniola (Haïti). En 1587, Drake prouva l'utilité des corsaires dans la défense nationale lorsque son raid sur Cadix détruisit 31 navires espagnols, en captura six autres et détruisit des réserves précieuses destinées au projet de l'Armada de Philippe II.

Walter Raleigh

Raleigh était un capitaine corsaire qui était en même temps aussi une sorte de colon. Il organisa trois expéditions pour former une colonie sur la côte de l'Amérique du Nord dans les années 1580. Il était prévu qu'elle serve de base utile pour attaquer les navires espagnols dans les Caraïbes. La colonie de Roanoke en 'Virginie' fut abandonnée, mais ces expéditions devinrent remarquables par l'introduction du tabac et de la pomme de terre en Angleterre. En 1595 et 1617, Raleigh participa à deux infructueuses expéditions pour trouver la légendaire cité d'or El Dorado en Amérique du Sud. Le courtisan-marin fut impliqué dans le (deuxième) raid sur Cadix en 1596 qui détruisit 50 navires espagnols, mais il passa la plupart de ses dernières années dans la Tour de Londres après avoir contrarié Jacques Ier d'Angleterre (r. de 1603 à 1625). C'est là qu'il écrivit son oeuvre célèbre L'histoire du monde.

Supprimer la pub
Advertisement

La plus grande contribution de Raleigh à l'album de souvenirs d'Élisabeth Iʳᵉ sur les chiens de mer fut la capture par sa flotte du navire portugais Madre de Deus (alias Madre de Dios) aux Açores en 1592. Ce fut la plus grande prise jamais remportée par les corsaires d'Élisabeth Iʳᵉ. Raleigh finança l'expédition (mais n'était pas là en personne) qui captura le navire qui transportait des marchandises des Indes orientales à Philippe II. La caraque avait 32 canons et un équipage de 700 personnes mais fut finalement submergée par les navires anglais travaillant à l'unisson. La cargaison de 500 tonnes était composée d'or, d'argent, de perles, de bijoux, de balles de tissus fins et de rouleaux de soie, de peaux d'animaux exotiques, de cristallerie, de porcelaine chinoise, d'épices, d'ébène et d'ivoire bruts et de parfums. À elle seule, la reine reçut des biens d'une valeur d'environ 80 000 £, ce qui n'était pas mal du tout pour son investissement initial de 3 000 £. Cette capture incita les corsaires à poursuivre leurs raids, même si le Madre de Deus ne serait jamais égalé.

Madre de Deus Model
Maquette de la Madre de Deus
Marco2000 ()

Les équipages

Dans les navires mal ventilés, exigus et pas toujours propres de l’époque, un marin avait plus de chance de mourir d'une maladie que d'un coup de canon espagnol. En effet, les pertes en vie humaine étaient souvent si élevées qu'un navire dut être abandonné faute d'équipage suffisant pour le faire naviguer. Bien sûr, la grande attraction et la raison pour laquelle les marins acceptaient de faire face aux dangers de la mer, des maladies et de la guerre, était la possibilité d'acquérir du butin. Les marins des expéditions corsaires étaient autorisés à emporter tout ce qu'ils voulaient à condition que cela ne provienne pas de la cargaison du navire capturé (celle-ci était partagée entre le capitaine, les officiers et les investisseurs, avec une petite somme restante qui ensuite était partagée entre les marins ordinaires). En réalité, il était très difficile de contrôler qui s'octroyait quoi après une capture, et une simple poignée de pièces d'or ou même de bijoux aurait mis fin aux soucis financiers d'un marin pour le reste de sa vie. Par conséquent, trouver des membres d'équipage pour une expédition corsaire n'était pas aussi difficile que pour un navire de guerre où il n'y avait aucune chance d'acquérir du butin. En effet, l’attrait du trésor était si populaire qu’il y avait souvent une pénurie d’équipages pour les bateaux de pêche ordinaires dans les ports anglais.

Les échecs

Les échecs étaient à la hauteur des réussites. Le corsaire John Oxenham (vers 1535-1580) tenta de prendre le contrôle du Panama par lequel passait l'argent espagnol pillé en Amérique du Sud dans des trains de mulets. Après avoir atterri sur l'isthme en 1576 et avoir pu garder le territoire sous contrôle pendant un an, la flotte d'Oxenham fut détruite par une flotte espagnole et les Anglais furent capturés. La plupart des membres de l'équipage furent soit pendus sur place, soit envoyés travailler comme galériens sur des navires espagnols. Oxenham, quant à lui, fut emprisonné à Lima, torturé pour déterminer quels étaient les plans de l'Angleterre dans le Pacifique, puis exécuté en 1580.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Un autre désastre fut la perte du Revenge, à cette époque-là commandé par Sir Richard Grenville (1542-1591). Grenville, tout comme la plupart des corsaires, était un homme polyvalent: député du Parlement, soldat, propriétaire de plantation et marin. Généralement, on se souvient de lui pour sa défense courageuse, quoique inutile, de son navire, le Revenge, lorsqu'il fut attaqué par 56 navires espagnols aux Açores en 1591. Grenville rôdait autour de ces îles dans l'espoir d'attraper des navires espagnols, mais fut surpris par l'arrivée d'une importante flotte ennemie. Les autres navires anglais se retirèrent et Grenville resta isolé. Après avoir combattu vaillamment pendant plus de 15 heures, et ayant fait beaucoup de dégâts, le Revenge finit par succomber, acquérant un statut légendaire dans la tradition maritime anglaise.

The Fight of the Revenge
Combat du Revenge
Charles Dixon ()

Lorsque les corsaires se mêlaient des opérations militaires de l’État, le succès était souvent incertain. Deux des plus grands échecs furent l'expédition Drake-Norris de 1589 et la dernière expédition de Drake dans les Caraïbes en 1595. Dans le premier cas il s'agissait d'une énorme flotte comptant jusqu'à 150 navires qui tenta de capturer Lisbonne, mais elle fut mise en déroute et pratiquement aucun trésor ne fut capturé. Le deuxième échec en question vit la mort de Drake alors qu'il tentait une dernière fois de 'griller la barbe du roi'. Rencontrant une forte résistance espagnole à Porto Rico, Drake ne put faire que peu de progrès contre d'autres colonies et navires bien armés, et il mourut de dysenterie au milieu du voyage. Il y auraient encore d'autres corsaires mais c'était clairement la fin d'une époque.

Limites et déclin

L'activité des corsaires en tant que politique d’État avait de sérieux défauts. Le premier était qu’il y avait très peu de coordination entre les expéditions corsaires et les capitaines. Même au sein d'une même flotte, il y avait des objectifs contradictoires, car une fois qu'un capitaine avait acquis la richesse que lui et ses investisseurs espéraient, il rentrait souvent chez lui. Un autre problème était le manque de valeur stratégique durable de cette politique: avoir des bénéfices une année n’avait aucun effet sur les chances d'avoir des bénéfices l’année suivante. Il y avait aussi une compétition pour les butins entre les corsaires et pirates français et hollandais. De plus, les Espagnols savaient très bien que les Anglais avaient peu de scrupules lorsqu'il s'agissait de riches butins, comme le nota l'ambassadeur Guzman de Silva : "ils ont de bons navires et sont des gens avides qui ont plus de liberté que nécessaire" (Williams, 43). En conséquence, les Espagnols réagirent à la menace posée par les corsaires et prirent des mesures pour minimiser leurs pertes. Les colonies construisirent des fortifications et des batteries côtières de plus en plus impressionnantes. Bien que Philippe II ait dû faire naviguer ses flottes à des périodes indues de l'année (ce qui entraîna l'augmentation des pertes de navires lors de tempêtes), au fil du temps, le recours à des escortes plus armées et le regroupement en convoi de nouveaux navires plus rapides pour une meilleure protection se révélèrent très efficaces dès le début des années 1590 et à partir de 1595, Philippe II disposait à nouveau d'une flotte complète pour patrouiller les mers.

Enfin, un commerce pacifique et durable était bien plus lucratif que le pillage de navires en mer. Les corsaires connurent donc un déclin, même si la piraterie générale atteignit son apogée entre le milieu du XVIIe et le début du XVIIIe siècle, avec l'émergence des empires coloniaux européens. Ces empires offrirent de nouvelles tentations aux marins aventureux avides de proies faciles. La vraie richesse, cependant, se trouvait dans le commerce international et c'est ainsi que de grandes sociétés commerciales apparurent, comme la géante Compagnie Britannique des Indes orientales, fondée en 1600.

Mais c'étaient les corsaires qui avaient jeté les bases et avaient montré que l’Angleterre, désormais retirée du reste de l’Europe, pouvait construire progressivement un empire mondial lié par sa flotte de navires. Les marins anglais disposaient ainsi d'une connaissance considérablement améliorée des vents et des marées, combinée à des cartes beaucoup plus précises et à des instruments de navigation fiables. Les corsaires engendrèrent également des changements sociaux. Ceux qui s'enrichirent grâce à cette activité gravirent l’échelle sociale, achetèrent des propriétés territoriales et investirent dans des entreprises commerciales et dans des sociétés qui devinrent bien connues. Non seulement des richesses furent acquises, mais aussi de nouveaux produits furent introduits et adoptés par les Anglais de toutes classes, notamment le tabac, le sucre, le poivre et les clous de girofle. Ce n'est donc peut-être pas une coïncidence si galion élisabéthain figurait sur la monnaie de la reine et perdura sur les pièces de monnaie anglaises jusqu'en 1971.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Zsuzsanna Rigó
Je suis passionnée par l'histoire et j'aimerais contribuer au travail du site en informant d'autres sur les faits intéressants et en même temps faire des traductions en français, la langue dont je suis amoureuse depuis mon enfance.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2020, juillet 03). Les Chiens de Mer - les corsaires de la reine Élisabeth Iʳᵉ [The Sea Dogs - Queen Elizabeth's Privateers]. (Z. Rigó, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1576/les-chiens-de-mer---les-corsaires-de-la-reine-elis/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Les Chiens de Mer - les corsaires de la reine Élisabeth Iʳᵉ." Traduit par Zsuzsanna Rigó. World History Encyclopedia. modifié le juillet 03, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1576/les-chiens-de-mer---les-corsaires-de-la-reine-elis/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Les Chiens de Mer - les corsaires de la reine Élisabeth Iʳᵉ." Traduit par Zsuzsanna Rigó. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 03 juil. 2020. Web. 04 mars 2024.

Adhésion