Archers dans la Guerre en Chine Ancienne

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 31 octobre 2017
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, chinois, espagnol

L'arc était l'arme la plus courante dans les guerres de la Chine ancienne et son maniement fut l'art martial le plus estimé pendant des millénaires. Au fil des siècles, les archers ont été utilisés en tant que fantassins, cavaliers et sur des chariots. Bien que l'arbalète et l'épée aient remis en cause l'importance de cette arme, elle resta un élément essentiel de la stratégie du commandant sur le champ de bataille, en particulier lors des premiers mouvements, de la retraite et de la défense des villes.

Tang Dynasty Mounted Archer
Archer à cheval de la dynastie Tang
The British Museum (Copyright)

Développement et associations

L'arc a toujours fait partie intégrante de la culture chinoise, et l'invention de l'arme a été attribuée à l'un des deux héros culturels légendaires, selon la source: l'empereur Jaune ou l'empereur Yi. La chasse à l'arc remonte cependant à la préhistoire, les premières traces archéologiques datant du néolithique. La chasse et le tir à cheval étaient une pratique courante parmi l'aristocratie chinoise, peut-être même sous la dynastie Shang (c. 1600 - 1046 av. J.-C.) et plus certainement à partir du 5e siècle avant notre ère. Les Shang conféraient le titre de "seigneur archer" aux chefs des tribus soumises, ce qui n'est qu'un indicateur de la haute estime dont jouissait l'arc dans la Chine ancienne, à l'instar de l'épée en Europe occidentale. Les compétitions de tir à l'arc faisaient également partie des cérémonies religieuses et des festivals organisés au palais royal. Il n'est donc pas surprenant que l'arc et les flèches aient un jour fait leur apparition sur le champ de bataille.

Supprimer la pub
Advertisement
Confucius soutenait que le tir à l'arc était l'un des six arts essentiels de la culture de soi.

Symbole de souveraineté et de noblesse, l'habileté à l'arc devait être démontrée lors de diverses compétitions de tir à l'arc. Les guerriers, les hauts fonctionnaires et les administrateurs devaient prouver leur aptitude au tir à l'arc, qui était également considéré comme révélateur du caractère moral de la personne. Les jeunes officiers de l'armée devaient passer un test de tir à l'arc chaque année.

Sous la dynastie des Zhou (1046-256 av. J.-C.), et probablement aussi sous la dynastie précédente des Shang, des arcs ornés d'or et de jade, ainsi que 100 flèches assorties, étaient offerts en récompense de prouesses militaires sur le champ de bataille ou comme moyen pour un souverain de conférer un honneur à une personne donnée. À la période des Printemps et Automnes (722-479 av. J.-C.), il existait deux types de récompenses: un arc rouge avec 100 flèches et un arc noir avec 1 000 flèches.

Supprimer la pub
Advertisement

Han Mounted Archer
Archer monté de la période Han
Sailko (CC BY-SA)

Il est également intéressant de noter que les flèches étaient souvent placées dans les tombes, symbolisant leur importance pour le défunt dans sa vie dans l'au-delà. Au VIe siècle avant notre ère, Confucius contribua à ancrer davantage le tir à l'arc dans la psyché nationale en insistant sur le fait qu'il s'agissait de l'un des six arts essentiels de la culture de soi. Enfin, la littérature chinoise regorge de récits émouvants d'archers réussissant des coups impossibles, comme tuer des adversaires à chaque coup tiré rapidement, pénétrer plusieurs couches de l'armure d'un ennemi, ou encore tenir miraculeusement en échec une force d'infanterie beaucoup plus importante avec seulement quelques archers.

Matériaux et conception

La conception de l'arc et des flèches varia au fil du temps et de la situation géographique. Les arcs les plus simples étaient en bois ou en corne (on préférait le buffle d'eau), tandis que les arcs composites apparurent dès la période Shang, c'est-à-dire des arcs constitués d'un maximum de huit pièces, telles que des bandes de bambou collées ensemble ou liées par de la soie. Parmi les différents bois utilisés (souvent dans le même arc), citons le bois de soie, le mûrier sauvage, le bois d'oranger et le coing. Tous ces bois, le bambou et la corne étaient soigneusement sélectionnés et combinés pour leurs propriétés de compression ou d'élasticité afin d'obtenir une puissance de tir maximale. Les colles étaient fabriquées à partir de matières végétales ou animales, et plus tard, la colle de poisson s'avéra être la meilleure. Des tendons d'animaux étaient utilisés pour recouvrir l'archet fini et en augmenter l'élasticité. La dernière étape consistait à recouvrir l'archet d'une laque qui le protégeait de l'humidité. La corde de l'arc était probablement fabriquée à partir de fibres torsadées de soie, de cuir ou de matières végétales, en particulier le bambou.

Supprimer la pub
Advertisement

La forme recourbée de l'arc, qui s'incurve symétriquement à partir de la poignée centrale, était déjà utilisée à l'époque des Shang. Les arcs Shang mesuraient environ 120 cm (42 pouces) de long, mais les périodes ultérieures virent l'utilisation de versions plus petites et plus grandes (jusqu'à 165 cm). Parfois, différentes tailles étaient disponibles en même temps, et le choix de l'arc dépendait du physique de l'archer: plus l'homme était grand, plus l'arc était long. Les flèches utilisées avaient une tige en roseau, en canne ou en bambou; on utilisait parfois du bois, mais sa fabrication nécessitait beaucoup plus de travail. Les flèches des grands arcs devaient mesurer environ 85 cm de long et avoir un diamètre d'environ 1 cm. Des ailettes en plume (d'oie ou de canard), en bois ou en papier étaient ajoutées pour donner plus de stabilité à la trajectoire de la flèche; elles mesuraient généralement 10 à 15 cm de long et 2 cm de haut. Un archer portait généralement un carquois d'au moins dix flèches lorsqu'il était au combat.

Shang Dynasty Arrowheads
Pointes de flèches de la dynastie Shang
The British Museum (Copyright)

Les pointes de flèches étaient au tout début fabriquées en pierre (silex et obsidienne), en coquillage ou en os, puis en bronze ou en cuivre et, enfin, en fer, mais l'os, léger et facile à sculpter, était un choix populaire même à une époque plus tardive. Les pointes de flèche en bronze qui subsistent de la dynastie Shang mesurent environ 9,5 cm de long, ont une forme longue et étroite qui s'amincit progressivement jusqu'à une pointe et une épine centrale surélevée qui s'amincit vers les bords de part et d'autre. À l'époque des Zhou, la conception des pointes de flèches changea, probablement sous l'influence de l'évolution des carreaux d'arbalète, et elles étaient désormais plus courtes, avec une arête centrale proéminente pour faciliter la précision, ou avec un troisième bord. La double saillie à l'arrière de la tête, qui rendait l'extraction plus difficile, était également plus courante. Le pouvoir de pénétration des flèches dans l'armure portée par les soldats fait l'objet de nombreux débats, mais lorsque cette armure n'était faite que de cuir, avant l'ajout de plaques de métal au cours de la période des Royaumes combattants (c. 481-221 av. J.-C.), on trouve de nombreux restes de squelettes dont les os présentent de profondes blessures causées par des flèches.

Si les informations dont nous disposons sur les compétitions de tir à l'arc concernent le champ de bataille, il semble qu'un archer devait toucher son adversaire à une distance d'au moins 76 mètres (250 pieds) et probablement le double. L'historien R. D. Sawyer fait les commentaires suivants au sujet de la précision:

Supprimer la pub
Advertisement

Des archers exceptionnellement habiles pouvaient, paraît-il, atteindre un oiseau volant à 200 pas, et des archers superlatifs comme Yang Yu-chi, à la période des Printemps et Automnes, pouvaient atteindre une branche de saule à 100 pas, ce qui a donné lieu à l'expression "pénétrer un saule à cent pas", qui devint un éloge de toute compétence extraordinaire. (Sawyer, 2011, 311).

On ne sait pas dans quelle mesure l'archer ordinaire sur le champ de bataille pouvait imiter ces exploits, mais les Chinois pensaient que la compétence pouvait être acquise par la pratique, et il y avait donc de nombreuses écoles de formation au tir à l'arc, considéré comme une compétence essentielle pour les gentilshommes pendant une grande partie de l'histoire de la Chine.

Utilisation en temps de guerre

Le char fut utilisé sur le champ de bataille des guerres chinoises à partir d'environ 1250 avant notre ère, et l'un des passagers était invariablement un archer. Se tenant généralement sur le côté gauche, il partageait le chariot avec un conducteur et parfois aussi avec un porteur de lance ou de hallebarde. Les fantassins portaient également un arc, ainsi qu'une lance ou une hallebarde. La nécessité de disposer d'un grand nombre d'armes et le long temps de fabrication signifient que les arcs et les pointes de flèches étaient fabriqués à grande échelle par des ateliers spécialisés parrainés par l'État, et ce dès la dynastie des Shang. C'était certainement le cas au 7e siècle avant notre ère, lorsque les champs de bataille chinois commencèrent à voir des volées massives de flèches tirées en un seul instant. Les archives des arsenaux des villes montrent qu'à tout moment, des dizaines de milliers d'arcs et des millions de flèches étaient stockés en vue d'une utilisation ultérieure.

Les archers furent utilisés dans la cavalerie à partir du 4e-3e siècle avant notre ère. L'arc resta cependant une arme d'infanterie populaire, l'escouade traditionnelle de cinq hommes étant composée de trois lanciers et de deux archers. Qu'ils aient été à cheval ou à pied, les archers étaient généralement postés pour protéger les flancs de l'infanterie armée de lances et de hallebardes. Les cavaliers étaient censés tirer au galop, ce qui n'était pas une mince affaire compte tenu de la nature primitive des selles - généralement une simple couverture roulée - et du fait que les étriers ne firent leur apparition qu'à partir de la période Han (206 av. J.-C. - 220 ap. J.-C.). C'est pourquoi de nombreuses dynasties se contentaient de recruter des cavaliers expérimentés dans les États voisins, une politique qui se poursuivit pendant la période des Trois Royaumes (220-280 de notre ère) et même plus tard.

Supprimer la pub
Advertisement

Les archers ouvraient généralement le bal lors d'une bataille, dans l'espoir qu'une volée de flèches épuiserait et affaiblirait les forces adverses avant que les soldats d'infanterie, plus lourdement armés, n'entrent dans la mêlée. L'arc était également considéré comme une excellente arme défensive, notamment lorsqu'une ville était assiégée.

Avec l'introduction de l'arbalète dans la guerre chinoise à partir de la période des Royaumes combattants, l'arc eut un nouveau concurrent en tant qu'arme de choix. Les armées des Han étaient particulièrement réputées pour leur habileté à manier l'arbalète, qui permettait de tirer un trait plus loin et avec une plus grande pénétration qu'une flèche tirée à l'aide d'un arc. Cependant, sous la dynastie Tang (618-907 av. J.-C.), l'archer traditionnel fit son retour, armé cette fois d'un arc composite encore plus puissant qu'auparavant. Selon les traités militaires contemporains, les armées de l'époque comptaient 5 archers pour 1 arbalétrier. Sous la dynastie Song (960-1279), l'arbalète était redevenue populaire, car les modèles à répétition pouvaient désormais tirer des carreaux toutes les quelques secondes, sur de plus longues distances et avec plus de précision qu'auparavant. Néanmoins, l'arc resta une arme importante dans les armées chinoises pendant toute la période médiévale et ce, jusqu'au 19e siècle.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2017, octobre 31). Archers dans la Guerre en Chine Ancienne [Archers in Ancient Chinese Warfare]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1144/archers-dans-la-guerre-en-chine-ancienne/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Archers dans la Guerre en Chine Ancienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 31, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1144/archers-dans-la-guerre-en-chine-ancienne/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Archers dans la Guerre en Chine Ancienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 31 oct. 2017. Web. 24 avril 2024.

Adhésion