Métiers de l'Égypte Antique

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 24 mai 2017
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol

Dans l'Égypte ancienne, le peuple soutenait le gouvernement et le gouvernement lui rendait la pareille. L'Égypte n'avait pas d'économie monétaire jusqu'à l'arrivée des Perses en 525 avant Jésus-Christ. Le peuple travaillait la terre, le gouvernement récoltait la prime et la redistribuait ensuite au peuple en fonction de ses besoins et de ses mérites. Bien qu'il y ait eu de nombreux emplois plus prestigieux que l'agriculture, les agriculteurs constituaient l'épine dorsale de l'économie égyptienne et faisaient vivre tous les autres. Ces agriculteurs savaient comment s'amuser, accueillant la journée comme une nouvelle occasion de faire produire de la nourriture à la terre, mais ils attendaient avec impatience le moment de la détente lors des fêtes parce qu'ils travaillaient si dur, si longtemps, chaque jour ; mais, dans l'Égypte ancienne, c'était le cas de tout le monde.

Egyptian Workers
Travailleurs égyptiens
Horus3 (CC BY-SA)

L'Égypte fonctionnait sur un système de troc jusqu'à l'invasion perse en 525 avant Jésus-Christ et l'économie était basée sur l'agriculture. L'unité monétaire de l'Égypte ancienne était le deben qui, selon l'historien James C. Thompson, "fonctionnait à peu près comme le dollar en Amérique du Nord aujourd'hui pour faire connaître aux clients le prix des choses, sauf qu'il n'y avait pas de pièce de monnaie en deben " (Egyptian Economy, 1). Un deben correspondait à "environ 90 grammes de cuivre ; les articles très chers pouvaient également être évalués en debens d'argent ou d'or avec des changements de valeur proportionnels" (ibid). Thompson poursuit :

Supprimer la pub
Advertisement

Puisque soixante-quinze litières de blé coûtaient un deben et qu'une paire de sandales coûtait également un deben, il était parfaitement logique pour les Égyptiens qu'une paire de sandales puisse être achetée avec un sac de blé aussi facilement qu'avec un morceau de cuivre. Même si la fabricante de sandales avait plus de blé qu'il n'en fallait, elle l'acceptait volontiers en paiement parce qu'il pouvait facilement être échangé contre autre chose. Le blé, l'orge et l'huile de cuisson ou de lampe étaient les articles les plus couramment utilisés pour effectuer des achats, mais en théorie, presque tout pouvait faire l'affaire. (1)

Les ouvriers étaient souvent payés en pain et en bière, les aliments de base du régime égyptien. S'ils voulaient autre chose, ils devaient être capables d'offrir une compétence ou un produit de valeur, comme le souligne Thompson. Heureusement pour le peuple, les besoins à satisfaire étaient nombreux.

La Satire des Métiers

Les objets banals que l'on tient pour acquis aujourd'hui - une brosse, un bol, une tasse - devaient être fabriqués à la main. Pour avoir du papier sur lequel écrire, il fallait récolter, traiter et distribuer les papyrus, laver le linge à la main, coudre les vêtements, fabriquer des sandales, et chacun de ces métiers avait ses propres récompenses mais aussi ses difficultés. Le simple fait de faire la lessive pouvait signifier que l'on risquait sa vie. Le linge était lavé sur les rives du Nil, qui abritait des crocodiles, des serpents et parfois des hippopotames. Le coupeur de roseaux, qui récoltait les papyrus le long du Nil, devait également faire face à ces mêmes dangers au quotidien.

Supprimer la pub
Advertisement

Ces emplois étaient tous occupés par des personnes situées au bas de la hiérarchie sociale égyptienne et sont décrits avec force détails dans une célèbre œuvre littéraire du Moyen Empire d'Égypte (2040-1782 av. J.-C.) appelée " Satire des Métiers". Cette œuvre (également connue sous le nom d'Enseignement de Khéty) est un monologue dans lequel un père, qui emmène son fils à l'école, décrit au garçon tous les métiers difficiles et désagréables que les gens doivent faire chaque jour et les compare à la vie confortable et gratifiante du scribe. Bien que la pièce soit évidemment satirique dans ses descriptions exagérées, la description des emplois et de leur difficulté est exacte.

Satire of the Trades
Satire des métiers
The Trustees of the British Museum (Copyright)

Le père caractérise la vie du charpentier comme "misérable" et comment le valet de ferme "crie sans cesse" tandis que le tisserand est "pitoyable" (Simpson, 434). Le fabricant de flèches s'épuise à rassembler des matières premières et le marchand doit quitter sa maison sans garantie de retrouver sa famille indemne. Le laveur "lave au bord de la rivière, près du crocodile" et ses enfants ne veulent rien savoir de lui parce qu'il est toujours couvert de la crasse des autres. Le pêcheur est "plus misérable que n'importe quelle autre profession" car il doit compter sur ses bonnes prises dans la journée pour gagner sa vie et doit également faire face aux dangers de l'eau qui le prennent souvent au dépourvu car "personne ne lui a dit qu'un crocodile se tenait là" et il est pris en un clin d'œil (Simpson, 435). Tous ces emplois sont décrits en détail afin de convaincre le garçon qu'il doit embrasser la vie de scribe, le plus beau métier qui soit, comme il le dit à son fils :

Supprimer la pub
Advertisement

C'est à l'écriture que tu dois t'attacher. Vois par toi-même, cela t'évite de travailler. Voyez, il n'y a rien qui surpasse l'écriture !...Je ne vois pas une fonction qui lui soit comparable, à laquelle cette maxime puisse se rapporter : Je te ferai aimer les livres plus que ta mère et je mettrai leur excellence devant toi. Elle est en effet plus grande que toutes les charges. Il n'y a rien de semblable sur la terre. (Simpson, 432-433)

L'auteur de la satire, manifestement un scribe, a peut-être quelque peu exagéré pour faire de l'effet, mais son argument est fondamentalement solide : la profession de scribe était l'une des plus confortables de l'Égypte ancienne et se comparait certainement favorablement à la plupart des emplois.

Les emplois de la classe supérieure

Les emplois de la classe supérieure sont assez bien connus. Le roi gouvernait en déléguant des responsabilités à son vizir, qui choisissait ensuite les personnes les plus aptes à exercer cette fonction. Les bureaucrates, les architectes, les ingénieurs et les artistes réalisaient les projets de construction domestiques et la mise en œuvre des politiques, et les chefs militaires s'occupaient de la défense. Les prêtres servaient les dieux, et non le peuple, et s'occupaient du temple et des statues des dieux, tandis que les médecins, dentistes, astrologues et exorcistes traitaient directement avec les clients et leurs besoins grâce à leurs compétences particulières (et généralement coûteuses) en magie.

The Seated Scribe
Le scribe assis
Mindy McAdams (CC BY-NC-ND)

Pour être membre de la plupart de ces professions, il fallait être alphabétisé et donc d'abord devenir un scribe. Ce métier exigeait de nombreuses années de formation, d'apprentissage et de travail acharné pour mémoriser les symboles hiéroglyphiques et pratiquer la calligraphie, mais ce genre de travail n'aurait guère été considéré comme difficile par de nombreuses classes inférieures.

Supprimer la pub
Advertisement

Comme dans la plupart, sinon la totalité, des civilisations depuis le début de l'histoire, les classes inférieures fournissaient les moyens de mener une vie confortable à leurs supérieurs, mais en Égypte, la noblesse prenait soin de ses inférieurs en leur fournissant des emplois et en distribuant de la nourriture. Il fallait travailler pour pouvoir manger, mais les emplois n'ont jamais manqué dans l'histoire de l'Égypte, et tout travail était considéré comme noble et digne de respect.

Les emplois de la classe inférieure

Les détails de ces emplois sont connus grâce aux rapports médicaux sur le traitement des blessures, aux lettres et aux documents écrits sur diverses professions, aux œuvres littéraires (telles que la Satire des Métiers), aux inscriptions funéraires et aux représentations artistiques. Ces témoignages présentent une vue d'ensemble du travail quotidien dans l'Égypte ancienne, de la manière dont les tâches étaient accomplies et, parfois, des sentiments des gens à l'égard de ce travail.

Chacun avait quelque chose à apporter à la communauté, et aucune compétence ne semble avoir été considérée comme non essentielle.

En général, les Égyptiens semblent avoir été fiers de leur travail, quelle qu'ait été leur profession. Chacun avait quelque chose à apporter à la communauté, et aucune compétence ne semble avoir été considérée comme non essentielle. Le potier qui fabriquait des tasses et des bols était aussi important pour la communauté que le scribe, et le fabricant d'amulettes aussi vital que le pharmacien et, parfois, que le médecin.

Supprimer la pub
Advertisement

Pour gagner sa vie, indépendamment de ses compétences particulières, il fallait participer aux projets de construction monumentaux du roi. Bien que l'on croit généralement que les grands monuments et temples d'Égypte ont été réalisés grâce au travail des esclaves, en particulier des esclaves hébreux, il n'existe absolument aucune preuve à l'appui de cette affirmation. Les pyramides et autres monuments ont été construits par des ouvriers égyptiens qui ont soit donné de leur temps en tant que service communautaire, soit été payés pour leur travail.

Il est également faux de croire que les esclaves égyptiens étaient régulièrement battus et ne travaillaient que comme ouvriers non qualifiés. Les esclaves de l'Égypte ancienne étaient issus de nombreuses ethnies différentes et servaient leurs maîtres dans de nombreuses fonctions différentes, en fonction de leurs compétences. Les esclaves non qualifiés étaient utilisés dans les mines, comme domestiques et dans d'autres tâches subalternes, mais n'étaient pas employés à la construction de tombes et de monuments tels que les pyramides.

Les bâtisseurs de pyramides

Les Égyptiens de toutes les professions pouvaient être appelés à travailler sur les projets de construction du roi. La pierre devait d'abord être extraite des mines, ce qui nécessitait des esclaves pour fendre les blocs des falaises rocheuses. Pour ce faire, on insérait des coins en bois dans la roche, qui se gonflaient et provoquaient la rupture de la pierre. Les blocs, souvent énormes, étaient ensuite poussés sur des traîneaux et roulés vers un autre endroit où ils pouvaient être coupés et façonnés.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La Grande Pyramide de Gizeh est composée de 2 300 000 blocs de pierre et chacun d'entre eux a dû être extrait et façonné. Ce travail était effectué par des tailleurs de pierre qualifiés qui utilisaient des ciseaux en cuivre et des maillets en bois. Comme les ciseaux s'émoussaient, un spécialiste de l'affûtage prenait l'outil, l'aiguisait et le rapportait. Ce travail devait être quotidien et constant car les maçons pouvaient user leurs outils sur un seul bloc.

Great Pyramid of Giza
Grande Pyramide de Gizeh
David Stanley (CC BY)

Les blocs étaient ensuite mis en place par des ouvriers non qualifiés. Ces personnes étaient pour la plupart des agriculteurs qui ne pouvaient rien faire de leurs terres pendant les mois où le Nil débordait. Les égyptologues Bob Brier et Hoyt Hobbs expliquent :

Pendant deux mois par an, des ouvriers se rassemblaient par dizaines de milliers de tout le pays pour transporter les blocs qu'une équipe permanente avait extraits pendant le reste de l'année. Les superviseurs organisaient les hommes en équipes pour transporter les pierres sur des traîneaux, des dispositifs mieux adaptés que les véhicules à roues pour déplacer des objets lourds sur du sable mouvant. (17)

Une fois la pyramide terminée, les chambres intérieures devaient être décorées par des artistes. Il s'agissait de scribes qui peignaient les images élaborées connues sous le nom de textes des pyramides, textes des sarcophages et scènes du Livre des morts égyptien. Les travaux d'aménagement intérieur des tombes et des temples nécessitaient également l'intervention de sculpteurs capables de découper la pierre autour de certaines figures ou scènes pour les laisser en relief. Si ces artistes étaient hautement qualifiés, chacun, quel qu'ait été son travail le reste de l'année, était censé contribuer aux projets communautaires. Cette pratique était conforme à la valeur de ma'at (harmonie et équilibre) qui était au cœur de la culture égyptienne. On attendait de chacun qu'il prenne soin des autres autant que de lui-même et la contribution au bien commun en était l'expression.

Les emplois occupés tout au long de l'année étaient aussi variés que les professions actuelles. Lorsqu'on n'était pas appelé par la communauté ou le roi à participer à un projet, on exerçait des métiers aussi variés que brasseur de bière, fabricant de bijoux, fabricant de sandales, vannier, armurier, forgeron, boulanger, coupeur de roseaux, paysagiste, perruquier, barbier, manucure, fabricant de cercueils, creuseur de canaux, peintre, charpentier, marchand, chef cuisinier, animateur, serviteur et bien d'autres. La classe supérieure comptait beaucoup sur ses domestiques, et il était possible de bien gagner sa vie et de trouver de l'avancement dans le service domestique.

Serviteurs

Dans une maison de la noblesse ou de la haute société, un serviteur pouvait être un esclave, mais il s'agissait généralement d'un jeune homme ou d'une jeune femme de bonne réputation qui travaillait avec diligence. Les filles servaient des maîtresses et les garçons des maîtres. Une jeune personne entrait en service vers l'âge de 13 ans et pouvait accéder à une position importante dans la maison. Les lettres personnelles, ainsi que les Lettres aux morts, montrent clairement qu'un bon serviteur était très apprécié et considéré comme essentiel au maintien du foyer.

Un serviteur masculin servait de messager et de majordome personnel à son maître, mais il pouvait également se hisser au rang de superviseur des autres serviteurs de la maison et détenir une autorité considérable. Les serviteurs pouvaient parfois se retrouver à travailler pour des maîtres désagréables et exigeants, mais ils étaient généralement bien traités. Une histoire souvent répétée parle de Pépi II (2278-2284 av. J.-C.) et de son aversion pour les mouches : il enduisait les serviteurs de miel et les plaçait à distance autour de lui pour attirer les insectes. Cette histoire est toutefois inexacte, car Pépi II utilisait en fait des esclaves, et non des serviteurs, pour repousser les insectes humains. Le fait de maltraiter délibérément un serviteur aurait été considéré comme un comportement inacceptable.

Les servantes étaient directement placées sous la supervision de la femme de la maison, à moins que celle-ci n'ait les moyens d'engager un chef de famille. Ce poste était généralement attribué à une femme qui avait prouvé sa valeur par des années de service dévoué. Une gouvernante pouvait vivre aussi confortablement qu'un scribe et bénéficiait de la sécurité de l'emploi en tant que membre précieux de la maison.

Statue of an Ancient Egyptian Servant
Statue d'un serviteur de l'Égypte ancienne
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Les servantes des personnes riches ou influentes avaient une vie plus facile que celles qui servaient la reine ou la noblesse car ces dernières avaient plus de responsabilités. Une servante de la reine devait s'occuper tout particulièrement de la garde-robe et des perruques de sa maîtresse, par exemple, car elles recevaient plus d'attention que celles des autres femmes. Au début de la période dynastique en Égypte (vers 3150 - vers 2613 avant notre ère), le travail d'une servante de la reine était encore plus difficile car, lorsque sa maîtresse mourait, elle la rejoignait dans la tombe.

Les serviteurs de la reine Merneith furent tous sacrifiés après sa mort et enterrés avec elle afin qu'ils puissent continuer leur service dans l'au-delà. Cette même pratique était observée avec d'autres souverains, hommes et femmes. Les serviteurs ultérieurs furent épargnés de ce sort avec l'apparition des poupées chaouabtis dans l'Ancien Empire d'Égypte (c. 2613-2181 av. J.-C.). La chaouabti servait à remplacer un travailleur dans l'au-delà, et les poupées étaient donc enterrées avec le défunt à la place des serviteurs sacrifiés.

Service militaire, artistes et agriculteurs

Les femmes entraient plus souvent dans le service domestique que les hommes qui eux choisissaient fréquemment de rejoindre l'armée à partir du Moyen Empire (2040-1782 av. J.-C.). Bien que l'on ait pu gagner sa vie en tant que soldat, c'était un travail difficile et dangereux. L'inconvénient majeur était non seulement de mourir au travail, mais aussi d'être tué quelque part au-delà des frontières de l'Égypte. Comme les Égyptiens croyaient que leurs dieux étaient liés à la terre, ils craignaient de mourir dans un autre pays car ils auraient plus de mal à se rendre dans l'au-delà. Cela ne dissuadait cependant pas les hommes de s'enrôler et, au Nouvel Empire (vers 1570 - vers 1069 avant J.-C.), l'Égypte possédait l'une des armées professionnelles les plus compétentes au monde.

Les forces armées employaient également de nombreuses personnes qui n'étaient pas enrôlées pour combattre. La fabrication d'armes était toujours un travail régulier et, après l'introduction du cheval et du char par les Hyksôs au cours de la deuxième période intermédiaire (c. 1782 - vers 1570 av. J.-C.), il fallait des tanneurs et des corroyeurs pour fabriquer la sellerie et des ouvriers qualifiés pour construire les chars.

Les hommes et les femmes pouvaient également devenir des artistes, principalement des musiciens et des danseurs. Les danseuses étaient toujours très demandées, tout comme les chanteuses et les musiciennes qui travaillaient souvent pour les temples en assurant la musique lors des cérémonies, des rituels et des festivals. Les femmes étaient souvent chanteuses, musiciennes et danseuses et pouvaient exiger un prix élevé pour leurs prestations, surtout les danseuses. La danseuse Isadora d'Artemisia (vers 200 de notre ère) recevait 36 drachmes par jour pour des représentations en Égypte pendant la période romaine et pour un spectacle de six jours, elle était payée 216 drachmes (environ 5 400 dollars). Les artistes se produisaient pour les ouvriers pendant leurs projets de construction, au coin des rues, dans les bars, au marché et, comme nous l'avons vu, dans les temples. La musique et la danse étaient très appréciées dans l'Égypte ancienne et étaient considérées comme essentielles à la vie quotidienne.

Ancient Egyptian Music and Dancing
Musique et danse de l'Égypte ancienne
Jan van der Crabben (CC BY-NC-SA)

Au bas de l'échelle de tous ces emplois se trouvaient les personnes qui servaient de base à l'ensemble de l'économie : les agriculteurs. Les fermiers ne possédaient généralement pas la terre qu'ils travaillaient. Ils recevaient de la nourriture, des outils et des logements en échange de leur travail. Le fermier se levait avant le lever du soleil, travaillait les champs toute la journée et rentrait chez lui vers le coucher du soleil. Les femmes de fermiers cultivaient souvent de petits jardins pour compléter les repas de la famille ou pour les échanger contre d'autres biens.

De nombreuses femmes choisissaient de travailler à la maison, fabriquant de la bière, du pain, des paniers, des sandales, des bijoux, des amulettes ou d'autres articles pour le troc. Elles effectuaient ce travail en plus de leurs tâches quotidiennes qui commençaient également avant le lever du soleil et se poursuivaient après la tombée de la nuit. Le gouvernement égyptien était conscient de la dureté du travail de la population et organisait donc un certain nombre de festivals tout au long de l'année pour montrer sa reconnaissance et lui donner des jours de repos.

Comme les dieux avaient créé le monde et tout ce qu'il contenait, aucun travail n'était considéré comme petit ou insignifiant, malgré l'avis de l'auteur de la Satire des Métiers. Il ne fait aucun doute que de nombreuses personnes n'aimaient pas leur travail au quotidien, mais chaque emploi était considéré comme une contribution importante à l'harmonie et à l'équilibre de la terre.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2017, mai 24). Métiers de l'Égypte Antique [Jobs in Ancient Egypt]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1073/metiers-de-legypte-antique/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Métiers de l'Égypte Antique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 24, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1073/metiers-de-legypte-antique/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Métiers de l'Égypte Antique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 24 mai 2017. Web. 24 avril 2024.

Adhésion