Contrat Social

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 02 février 2024
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, arabe
Declaration of Independence by Trumbull (by John Trumbull, Public Domain)
Déclaration d'indépendance de Trumbull
John Trumbull (Public Domain)

Le contrat social est une idée philosophique selon laquelle, à un moment réel ou hypothétique du passé, les hommes ont quitté l'état de nature pour s'unir et former des sociétés en convenant mutuellement des droits dont ils jouiraient et de la manière dont ils seraient gouvernés. Le contrat social vise à améliorer la condition humaine en établissant une autorité fondée sur le consentement qui protège certains droits et punit ceux qui enfreignent les droits d'autrui. Bien que certains philosophes nient qu'un tel événement se soit jamais produit, l'idée a séduit certains penseurs, en particulier pendant le siècle des Lumières, comme moyen de justifier la participation des citoyens et de promouvoir les avantages d'un type de gouvernement par rapport à un autre.

L'état de nature

L'idée que des citoyens s'associent pour former un contrat social implique un examen de la nature humaine et de l'état dans lequel les gens se trouvaient avant de conclure un tel accord. Cet état pré-sociétal est souvent appelé "état de nature". Le contrat social est créé lorsque les gens décident de quitter l'état de nature et de se gouverner eux-mêmes en respectant certaines règles, qui garantissent certains droits. Les citoyens peuvent être amenés à renoncer à certaines libertés individuelles pour pouvoir jouir d'autres libertés et de la sécurité personnelle.

Supprimer la pub
Advertisement

Bien que les philosophes aient entretenu cette idée depuis l'Antiquité, ce sont surtout trois penseurs du siècle des Lumières qui ont intégré les idées d'état de nature et de contrat social dans leur philosophie: Thomas Hobbes (1588-1679), John Locke (1632-1704) et Jean-Jacques Rousseau (1712-1778). Ces idées n'ont peut-être jamais été mises en pratique, mais l'état de nature et le contrat social restent des concepts utiles pour faciliter la discussion sur les droits que les citoyens devraient conserver dans la société politique contemporaine et sur la manière dont les gouvernements devraient protéger ces droits. Les idées sur l'état de nature permettent également de discuter de la nature humaine, qui influe alors sur le type de gouvernement nécessaire.

Les droits dont on jouit dans l'état de nature doivent être garantis dans le contrat social et ne peuvent jamais être retirés.

Le contrat social de Hobbes

Pour Hobbes, l'homme à l'état de nature ne se préoccupe que d'une seule chose: sa propre survie. Comme il existe, selon Hobbes, une crainte perpétuelle que quelqu'un d'autre leur fasse du mal, les gens anticipent cette crainte en faisant d'abord du mal aux autres. Cette tendance conduit à un état de guerre constant ou à ce que Hobbes définit plus précisément comme la menace perpétuelle de la violence. Sa vision pessimiste de l'homme à l'état de nature est résumée dans la célèbre phrase: "la vie de l'homme [est] solitaire, pauvre, méchante, brutale et courte" (Léviathan, ch. 13). Les hommes sont donc obligés de se rassembler et de former des sociétés afin d'éviter ce terrible état de fait. Les citoyens acceptent de former un "pacte" entre eux (et non entre eux et un gouvernement, ce qui est une autre idée). Ils renoncent à leur liberté absolue dans l'état de nature pour bénéficier d'une plus grande protection. Le peuple doit abandonner son libre arbitre à l'État.

Supprimer la pub
Advertisement

Leviathan Frontispiece
Frontispice du Léviathan
Abraham Bosse (Public Domain)

Hobbes pensait que l'intérêt impitoyable de l'humanité nécessitait une autorité politique très forte, qu'il appela Léviathan (d'après le monstre marin du Livre de Job dans la Bible) et qui fut le titre de son ouvrage le plus célèbre, publié en 1651. Cette autorité suprême, que Hobbes envisage comme un monarque absolu, agirait dans l'intérêt de tous et veillerait à ce que chacun respecte les règles de la société. Hobbes estime qu'un système monarchique est meilleur qu'un système fondé sur l'aristocratie ou la démocratie. Hobbes limite le pouvoir du souverain aux questions politiques et juridiques, car il ne préconise pas qu'il intervienne dans d'autres domaines, comme les arts. Il y a donc, même pour Hobbes, un espoir que l'humanité puisse vivre ensemble dans une paix relative, d'autant plus que l'alternative est la guerre rampante de l'état de nature.

Des philosophes comme David Hume ne croyaient pas à l'existence d'un état de nature ni d'un contrat social.

Les critiques de Hobbes soulignent que sa vision de la nature humaine est trop pessimiste et que l'état de nature n'est pas aussi mauvais qu'il le prétend, ce qui signifie que les institutions politiques ont une obligation beaucoup plus grande de fournir une société plus juste et plus sûre dans laquelle vivre, une obligation plus grande que Hobbes ne le prévoit peut-être. D'autres soulignent que tout cela est de toute façon une fiction. D'autres encore sont sceptiques: si les humains sont aussi égoïstes que Hobbes le prétend, pourquoi formeraient-ils un contrat social et renonceraient-ils volontairement à certains de leurs droits? Hobbes affirme que certains droits ne sont jamais cédés au pouvoir souverain. Par exemple, un citoyen peut refuser le souverain si on lui demande de se faire du mal physiquement ou de témoigner contre lui-même devant un tribunal. Les aristocrates n'aimaient pas le contrat social de Hobbes, car il mettait tout le monde sur un pied d'égalité en termes de droits de naissance. Un autre groupe critique était celui des chrétiens, qui ne voyaient pas d'un bon œil l'insistance de Hobbes sur le fait que les institutions religieuses n'avaient pas le droit de s'immiscer dans la politique. Enfin, un philosophe de renom fit remarquer que la vie de certains sous un dirigeant despotique, en particulier pour un groupe minoritaire, n'était pas meilleure que la vie dans un état de nature. Ce critique était John Locke.

Supprimer la pub
Advertisement

Le contrat social de Locke

Le philosophe anglais John Locke a publié en 1689 Deux traités sur le gouvernement . Locke y présente l'idée que dans l'état de nature, les hommes sont capables de travailler ensemble en suivant la loi universelle selon laquelle "personne ne doit nuire à autrui dans sa vie, sa santé, sa liberté ou ses biens" (cité dans Popkin, 77). Bien que les êtres humains soient intéressés par eux-mêmes, Locke pense que nous avons une retenue naturelle. Nous utilisons également la raison pour veiller à ce que chacun poursuive un bien commun. Locke n'était pas non plus d'accord avec Hobbes, qui estimait que les gens n'avaient aucun droit de propriété dans l'état de nature, et c'est la raison pour laquelle il tient à protéger ce droit dans le contrat social. Attaquer, réduire ou supprimer la propriété d'une personne revenait à l'agresser. C'est pourquoi Locke inclut également le droit à la vie et à la liberté dans le terme générique de "propriété". Les droits dont on jouit dans l'état de nature doivent être garantis dans le contrat social et ne peuvent jamais être retirés (sauf si le bien commun est en jeu). De plus, comme tout le monde a des droits égaux dans l'état de nature, tout le monde devrait avoir des droits égaux dans une société politique.

Title Page of Two Treatises of Government
Couverture de Two Treatises of Government
Unknown Photographer (Public Domain)

Pour Locke, parce que les gens créent volontairement un contrat social, la fonction du gouvernement est de servir le peuple et non lui-même. Les gouvernements sont créés par le peuple et avec son consentement pour protéger ses droits. Les individus sont plus importants que les institutions. Locke n'avait pas besoin d'un gouvernement aussi fort que celui imaginé par Hobbes. Il estimait que le "peuple" devait gouverner pour la simple raison que cela risquait beaucoup moins de déboucher sur un régime autoritaire et despotique qu'un gouvernement dirigé par un monarque seul ou un petit groupe d'élite. Tout gouvernement qui ne remplit pas sa fonction peut être légitimement renversé et un nouveau contrat social peut être établi. Pour éviter le risque réel de voir les gouvernements devenir despotiques, il convient de séparer les pouvoirs exécutif (monarque), législatif (chambres haute et basse du Parlement) et fédéral (qui s'occupe de la politique étrangère). Un quatrième pouvoir, le pouvoir judiciaire, est là pour punir toute personne qui enfreint la loi. Un gouvernement doit encourager le bon comportement de ses citoyens par l'éducation, en faisant ressortir la tendance naturelle des gens à faire le bien. Locke appelle à la tolérance des opinions religieuses (à l'exception des catholiques qui prêtent serment d'allégeance à une puissance étrangère, le pape) car elles n'ont rien à voir avec le rôle d'un citoyen.

De nombreuses idées de Locke ont grandement influencé les Pères fondateurs des États-Unis, mais son œuvre a fait l'objet de certaines critiques, outre celles adressées à Hobbes, selon lesquelles l'état de nature et le contrat social ne sont que le fruit de l'imagination. Le système de Locke ne semble toujours pas protéger la minorité, ce qui signifie que l'on pourrait tout aussi bien revenir à l'état de nature. En ce qui concerne les droits, certains penseurs ont souligné que la relation entre les droits et le bien commun n'est pas claire. Parfois, ces droits doivent entrer en conflit (par exemple, mon droit de propriété sur une arme dangereuse qui pourrait être utilisée à mauvais escient pour porter atteinte au droit de propriété d'une autre personne), de sorte que certains droits ne sont pas absolus, mais assortis de conditions. Le débat devrait alors porter sur les conditions exactes que comportent certains droits.

Supprimer la pub
Advertisement

Le contrat social de Rousseau

Dans son Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes de 1755, Jean-Jacques Rousseau s'est penché sur l'origine des inégalités manifestes de la société. Il considère l'état de nature comme entièrement primitif, un endroit où la propriété, l'orgueil et l'envie n'existent pas, puisqu'ils ne sont apparus dans l'humanité qu'au moment où celle-ci a commencé à former des sociétés. Il suggère que les humains à l'état de nature sont libres, égaux et ont deux instincts fondamentaux: le sens de l'auto-préservation et la pitié pour les autres. Au fur et à mesure que les hommes se sont regroupés dans des sociétés plus sophistiquées, leur moralité a décliné. La recherche de l'intérêt personnel et de la richesse prend le dessus. La société est corrompue, inégale et sans morale. Les hommes civilisés sont malheureux, égoïstes et non libres. Tout cela donne une image plutôt sombre de l'humanité.

Rousseau offre de l'espoir. Ses projets pour une société plus juste sont exposés dans son Contrat social, publié en 1762. Dans la société idéale de Rousseau, personne ne devrait jamais avoir à se vendre, et aucune personne riche ne devrait jamais pouvoir acheter une autre personne. Son gouvernement idéal vise à limiter les excès de l'inégalité (il reconnaît que l'égalité absolue est impossible). Les gens doivent se rassembler dans une communauté fondée sur le consentement et former un contrat social entre eux, l'objectif ultime de cette société étant le bien commun.

Jean-Jacques Rousseau, 1766
Jean-Jacques Rousseau, 1766
Allan Ramsay (Public Domain)

Pour Rousseau, un gouvernement aristocratique, ou plus précisément élitiste (car il n'est pas d'accord avec une noblesse héréditaire), vaut mieux qu'une monarchie (qui peut devenir despotique) ou qu'une démocratie (qui est trop troublée par les factions). Le gouvernement idéal de Rousseau n'est pas représentatif, puisqu'il estime que les gouvernants doivent être élus, mais uniquement pour effectuer des tâches administratives, ce qui est son rôle premier. La volonté générale (d'une manière qui n'est pas précisée) choisit ce qui est le mieux pour l'État dans son ensemble, et les gouvernants ne font que mettre en pratique la volonté générale. Rousseau sépare ainsi la souveraineté du gouvernement.

Supprimer la pub
Advertisement

L'idée d'une volonté générale est donc cruciale pour le contrat social de Rousseau. Des lois et un gouvernement fort sont nécessaires pour guider la volonté générale du peuple lorsqu'elle risque de se tromper. Pour Rousseau, la volonté générale est le résultat d'un compromis où les individus sacrifient leur liberté totale pour parvenir à la meilleure option possible: une restriction de la liberté afin d'éviter une situation où il n'y aurait pas de liberté du tout. La volonté générale n'est donc pas simplement la somme des volontés individuelles, mais plutôt l'intérêt supérieur de la société dans son ensemble. Par exemple, si on leur demande quel taux d'imposition ils souhaiteraient payer, la plupart des gens choisiraient le taux le plus bas possible, voire 0 %. Cependant, ce taux rendrait impossible le fonctionnement de l'État, et la volonté générale dans ce cas est donc de mettre en œuvre le meilleur taux d'imposition pour fournir les services d'État nécessaires. Pour Rousseau, la conclusion logique de cette approche est que quelle que soit la volonté générale, c'est la meilleure. La conséquence de cette infaillibilité, comme l'ont souligné certains critiques, est que le gouvernement de Rousseau dispose d'un pouvoir énorme puisque l'État est, en fait, autorisé à forcer les gens à être libres. Rousseau explique que ce n'est pas aussi grave que cela en a l'air, car ce qui se passe en réalité, c'est que l'État éduque ses citoyens pour qu'ils deviennent autodisciplinés, et donc libres. Le deuxième rôle du gouvernement est donc d'éduquer les citoyens afin de réduire leur tendance à agir en fonction de leur intérêt personnel.

Le troisième rôle du gouvernement est de protéger la propriété, qui est pour Rousseau une création malheureuse de la société. La propriété, peut-être acquise illégitimement dans l'état de nature, est maintenant protégée par la loi. Rousseau considère que cela est injuste pour ceux qui n'ont pas de propriété, et que le contrat social est donc beaucoup plus bénéfique pour les éléments les plus riches de la société. Comme Locke, Rousseau souligne que si les citoyens deviennent trop désavantagés, ils ont le droit de renverser leur gouvernement puisque le contrat social a été rompu. Le contrat social est donc loin d'être parfait, mais d'autres philosophes avaient des objections beaucoup plus sérieuses à l'idée même d'un tel contrat.

Héritage et critiques

Comme nous l'avons vu, la discussion philosophique sur les droits que les individus possédaient dans l'état de nature a influencé les idées sur ceux de ces droits qui devraient être protégés par les gouvernements. Cette influence ne s'est pas limitée à la théorie, mais s'est également exercée dans la pratique. L'exemple le plus clair se trouve aux États-Unis, lorsque les 13 colonies britanniques ont déclaré leur indépendance et rédigé leur propre constitution en 1789. De nombreuses idées contenues dans cette constitution, ainsi que dans la Déclaration des droits, ont été inspirées par les idées sur la liberté et le bonheur présentées par des penseurs tels que Hobbes, Locke et Rousseau. Les rebelles de la Révolution française (1789-99) ont constitué un autre groupe de révolutionnaires influencés par ces nouvelles idées sur le contrat social et le gouvernement par consentement. La théorie du contrat social continue d'influencer grandement la théorie politique libérale et conservatrice.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Declaration of the Rights of Man and of the Citizen, 1789
Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, 1789
Jean-Jacques-François Le Barbier (Public Domain)

L'idée du contrat social a fait l'objet de sérieuses critiques. Des philosophes comme David Hume (1711-1776) et Jeremy Bentham (1747-1832) ne croient pas que l'état de nature ou le contrat social aient jamais existé. Hume remarqua:

Presque tous les gouvernements qui existent actuellement, ou dont il reste des traces dans l'histoire, ont été fondés à l'origine, soit sur l'usurpation, soit sur la conquête, soit sur les deux, sans aucune prétention à un consentement équitable ou à une soumission volontaire du peuple.
(Gottlieb, 130)

D'autres penseurs comme Voltaire (1694-1778), Montesquieu (1689-1757), Giambattista Vico (1668-1744) et Adam Ferguson (1723-1816) ont tous suggéré que l'idée de contrat social est caduque parce que les êtres humains ne peuvent exister en dehors d'une certaine forme de société, la forme la plus élémentaire étant la famille. Certains théoriciens du contrat social pourraient rétorquer qu'ils ne suggèrent pas que l'état de nature ait jamais existé, mais qu'ils utilisent simplement l'idée, et l'idée d'un contrat social, pour promouvoir leur vision du type de gouvernement le meilleur et le plus stable. Emmanuel Kant (1724-1804) a justement adopté cette approche hypothétique du contrat social, notant que "nous n'avons nullement besoin de supposer que ce contrat... existe réellement comme un fait... Il est... simplement une idée de la raison, qui a néanmoins une réalité pratique incontestable... [il] est le test de la légitimité de toute loi" (Gottlieb, 132).

Hume a formulé d'autres critiques. Tout d'abord, même si un contrat social a déjà été établi entre les citoyens, cela ne signifie pas que la génération d'aujourd'hui devrait être liée par un tel accord. En effet, un tel contrat "étant si ancien, et ayant été effacé par un millier de changements de gouvernements et de princes, il ne peut être supposé conserver une quelconque autorité aujourd'hui" (Gottlieb, 131). Locke et d'autres contre-argumentent en affirmant que si l'on décide de rester dans l'État où l'on est né, on consent à son gouvernement. Adam Smith (1723-1790) a fait remarquer que cet argument plutôt faible consistant à définir le consentement comme le fait de ne pas protester contre l'absence de consentement signifie que si l'on vous a fait monter sur un bateau alors que vous étiez endormi et que celui-ci a ensuite traversé l'océan, vous donnez votre consentement pour rester là même s'il n'y a nulle part où aller. Hume préfère au contraire légitimer les institutions gouvernementales non pas en imaginant un accord passé spécifique des citoyens, mais par le fait qu'elles ont résisté à l'épreuve du temps pour devenir des conventions établies. Une deuxième critique de Hume concernant le contrat social est qu'il ne croyait pas qu'un gouvernement défaillant justifiait que les citoyens se rebellent ou le renversent.

L'idée du contrat social est tombée en disgrâce au 19e siècle. Bentham pensait qu'elle détournait entièrement d'autres façons d'examiner la valeur des lois (dans son cas, le bonheur du plus grand nombre était le critère principal). Friedrich Nietzsche (1844-1900) pensait que tous les dirigeants s'emparent du pouvoir et ne le reçoivent jamais de plein gré. Des philosophes comme Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1770-1831) et Karl Marx (1818-1883), pensaient que l'état de nature, et par conséquent le contrat social, étaient des constructions inutiles parce qu'ils considéraient la nature humaine comme un produit de la société, un fait établi par la sociobiologie. Néanmoins, d'autres penseurs, notamment John Rawls (1921-2002), ont continué à trouver qu'au moins la notion hypothétique de contrat social (ce que Rawls appelle la "position originelle") était un outil utile pour imaginer exactement quels droits et quels systèmes politiques un citoyen impartial et rationnel choisirait de soutenir s'il avait le choix et s'il ne savait pas comment ces lois pourraient l'affecter personnellement. En outre, l'idée de contrat social reste utile pour répondre aux préoccupations persistantes concernant la manière dont des citoyens ayant des objectifs différents peuvent être conciliés au sein d'une même société et la manière dont les groupes minoritaires peuvent voir leurs intérêts protégés lorsque la majorité ne cherche qu'à se protéger elle-même.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce qu'un contrat social en termes simples ?

En termes simples, un contrat social est un accord entre les citoyens sur les droits dont ils disposent et sur la manière dont ils doivent être gouvernés. Il se peut que certains droits doivent être abandonnés ou compromis afin que tous les citoyens soient protégés. Pour certains philosophes, un élément important du contrat social est que les citoyens donnent leur consentement au contrat et à leur gouvernement.

Quelle est la fonction de l'idée de contrat social ?

La fonction de l'idée de contrat social est de réfléchir aux droits que les citoyens devraient avoir et à la forme de gouvernement qui garantit le mieux ces droits. La théorie peut également indiquer quand il est légitime de remplacer un gouvernement défaillant.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2024, février 02). Contrat Social [Social Contract]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22620/contrat-social/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Contrat Social." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 02, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22620/contrat-social/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Contrat Social." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 02 févr. 2024. Web. 17 avril 2024.

Adhésion