Edmund Burke

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$3810 / $18000

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 10 janvier 2024
Disponible dans ces autres langues: anglais
X
Edmund Burke, 1771 (by Joshua Reynolds (Studio), Public Domain)
Edmond Burke, 1771
Joshua Reynolds (Studio) (Public Domain)

Edmund Burke (1729-1797) était un homme d'État et un penseur politique anglo-irlandais. Son œuvre la plus célèbre est Réflexions sur la révolution en France, une critique de l'agitation sociale et politique dans ce pays au cours de la dernière décennie du XVIIIe siècle. Burke préconisait de ne modifier que progressivement les institutions politiques et sociales qui avaient déjà fait la preuve de leur valeur au fil du temps.

Jeunesse

Edmund Burke vit le jour à Dublin, en Irlande, le 12 janvier 1729. La mère d'Edmund était catholique, tandis que son père était protestant et gagnait sa vie comme avocat. Edmund étudia le droit au Trinity College de Dublin de 1744 à 1748. Il s'installa à Londres en 1750, où il poursuivit ses études de droit. Mais c'est la politique qui l'attirait vraiment, et il nourrissait des ambitions d'homme de lettres.

Supprimer la pub
Publicité

Idées sur le sublime

En 1756, Burke publia son premier ouvrage important, A Vindication of Natural Society. Il y évalue les dernières tendances de la théorie sociale. Le deuxième ouvrage important de Burke, publié en 1757 (mais écrit dix ans plus tôt), fut un traité d'esthétique intitulé Philosophical Inquiry into the Origin of our Ideas on the Sublime and the Beautiful (Recherche philosophique sur l'origine de nos idées sur le sublime et le beau). Dans cet ouvrage, Burke "explore la nature des plaisirs "négatifs", c'est-à-dire les sentiments irrationnels et mélangés de plaisir et de douleur, d'attirance et de terreur" (Yolton, 72). Le sublime, c'est-à-dire l'interaction entre la raison et l'émotion, est un concept qui préoccupe de nombreux penseurs des Lumières. L'historien S. Blackburn décrit l'importance de l'œuvre de Burke: "[Elle] marque un tournant romantique très précoce qui s'éloigne de l'esthétique de la clarté et de l'ordre du XVIIIe siècle, en faveur du pouvoir imaginatif de l'illimité et de l'infini, de l'inexprimé et de l'inconnu" (66). Burke remettait en cause l'idée que la raison était la meilleure faculté pour appréhender le monde et développer notre connaissance de celui-ci. La raison était la pierre angulaire de la révolution scientifique et du mouvement des Lumières, mais Burke insistait néanmoins sur le fait que l'émotion (ce que nous appellerions aujourd'hui l'intuition ou l'imagination créatrice) avait sa place dans le processus d'apprentissage. Il écrivait ainsi:

Tout ce qui tourne l'âme vers l'intérieur d'elle-même tend à concentrer ses forces et à la préparer à des envolées scientifiques de plus en plus grandes et de plus en plus fortes.

Lorsque la sagesse de notre Créateur a voulu que nous soyons touchés par quelque chose, il n'a pas limité l'exercice de son dessein à l'opération languissante et précaire de notre raison; mais il l'a dotée de pouvoirs et de propriétés qui empêchent [c'est-à-dire anticipent] l'entendement, et même la volonté, qui, s'emparant des sens et de l'imagination, captivent l'âme avant que l'entendement ne soit prêt soit à s'y joindre, soit à s'y opposer.

Supprimer la pub
Publicité

(Hampson, 193)

Edmund Burke, 1774
Edmond Burke, 1774
Joshua Reynolds (Public Domain)

Politique partisane

En 1757, Burke épousa Jane Nugent. L'année suivante, il commença à travailler comme journaliste et rédacteur pour l'Annual Register, qui devint une publication annuelle populaire résumant les événements de l'année précédente, en particulier dans les domaines de la politique et des affaires étrangères. En 1761, Burke était déterminé à entrer dans la politique de terrain et retourna donc en Irlande pour occuper le poste de secrétaire du duc de Hamilton. À l'époque, Hamilton était responsable de l'administration britannique en Irlande.

Burke croyait au conservatisme, à la hiérarchie sociale et au libre-échange.

En 1765, Burke accéda à un niveau politique encore plus élevé en devenant secrétaire de Lord Rockingham, premier Lord du Trésor et l'un des hommes politiques whigs les plus influents. Burke occupa ce poste jusqu'en 1782 et resta membre de la faction whig de Rockingham pendant la majeure partie de sa carrière politique. En 1765, grâce au patronage de Rockingham, Burke fut élu député de Wendover, dans le comté anglais de Buckinghamshire, poste qu'il occupa jusqu'en 1774. Il représentait le parti whig, mais croyait fermement qu'un député devait suivre ses propres inclinations avant celles des partis politiques et devait avoir pour priorité le bien-être et les meilleurs intérêts de la nation tout entière, et pas seulement ceux de ses électeurs. Burke, comme le dit l'historien H. Chisick, "sut trouver un équilibre créatif entre pragmatisme et principes" (93). De 1774 à 1780, il fut député de Bristol et de 1780 à 1794, il fut député de Malton dans le Yorkshire.

Supprimer la pub
Publicité

Burke croyait au conservatisme, à la hiérarchie sociale et au libre-échange. Pour ces idées, Burke est souvent considéré comme "le penseur fondateur de la tradition politique conservatrice moderne" (Chisick, 92). Burke était cependant un libéral au regard de la situation politique de son époque. Burke avait voyagé à travers le continent européen et croyait en l'héritage commun des États européens: "Lorsqu'un homme voyage ou réside pour des raisons de santé, de plaisir, d'affaires ou de nécessité hors de son pays, il ne se sent jamais tout à fait à l'étranger" (Cameron, 21).

Stamp Act Riots in Boston, August 1765
Émeutes du Stamp Act à Boston, août 1765
John Cassell (Public Domain)

Réflexions sur les colonies britanniques

Burke était sensible aux droits des citoyens des colonies britanniques, en particulier en Amérique du Nord. Ces colons étaient devenus plus riches et, libérés des hiérarchies sociales traditionnelles, plus égalitaires que n'importe quelle société comparable en Europe. La Grande-Bretagne n'avait guère changé, mais ses colonies évoluaient rapidement, une disparité aggravée par la séparation géographique entre les deux, une séparation qui signifiait que la gouvernance était pesante. Burke nota un jour que "les mers roulent et les mois passent entre l'ordre et l'exécution" (Hampson, 179). Burke n'était pas favorable à une politique agressive à l'égard des colonies d'Amérique du Nord. En outre, il rappela au Parlement dans un discours que les colons étaient des "descendants d'Anglais" et "donc non seulement dévoués à la liberté, mais à la liberté selon les idées anglaises et les principes anglais" (Robertson, 708).

Burke soutenait l'idée que la religion organisée avait un rôle crucial à jouer dans le maintien d'un bon ordre social.

Burke adopta une approche similaire à l'égard de l'Irlande, estimant que de nombreux griefs irlandais sous la domination britannique étaient valables. Il ne prône pas le retrait des Britanniques, mais son sens pratique et son souci du bien-être des gens ordinaires l'amenèrent à suggérer une plus grande liberté que celle dont jouissaient alors les Irlandais, en particulier pour les catholiques.

Supprimer la pub
Publicité

Burke était un défenseur des avantages du libre-échange, mais il était célèbre pour avoir affirmé qu'il existait des limites morales essentielles à ne jamais franchir. Warren Hastings, gouverneur général de la Compagnie britannique des Indes orientales (EIC) de 1774 à 1785, fut la cible de la plume et de la langue tranchantes de Burke. À son retour en Angleterre, Hastings reçut un accueil loin de celui du héros colonial qu'il avait peut-être anticipé. Il fut attaqué pour la corruption et les actes de cruauté qu'il avait commis pendant son séjour en Inde. Burke, dans son style exagéré typique et souvent malavisé, qualifia Hastings et ses semblables de "nabobs" (bien qu'il n'ait pas lui-même inventé l'expression), une corruption du terme indien désignant un souverain, nawab, et destinée à tourner en dérision leur avidité et le nouveau style de vie éclair dont ils jouissent en Angleterre grâce à leurs gains mal acquis. Hastings était considéré comme le pire exemple de cette espèce particulière de nouveaux riches. Pire encore aux yeux de Burke, Hastings avait sali le nom de la Grande-Bretagne en Inde et sur la scène internationale en volant à grande échelle et en acquérant pour l'EIC "toutes les propriétés foncières du Bengale sous d'étranges prétextes" (Wilson, 132). Hastings fut mis en accusation par le Parlement en 1787, accusé de "crimes et délits graves". Après sept ans de délibérations, la Chambre des Lords, la chambre haute du Parlement, acquitta Hastings de tout acte répréhensible. Le fait que bon nombre des hommes les plus puissants de Grande-Bretagne étaient actionnaires de l'EIC n'était pas étranger à l'exonération de Hastings, même si, en toute justice, l'ex-gouverneur général n'avait pas eu une conduite pire que celle de n'importe quelle autre personnalité de l'EIC.

The Trial of Warren Hastings
Le procès de Warren Hastings
Unknown Artist (Public Domain)

Réflexions sur la Révolution française

Burke critiqua le chaos et le désordre social de la Révolution française (1789-1799) dans ses Réflexions sur la Révolution en France, publiées en novembre 1790. Burke estimait que la raison devait prévaloir sur l'excès d'émotions et que cet équilibre essentiel avait été inversé par les révolutionnaires en France. Burke abhorrait l'individualisme des révolutionnaires, car il estimait que le bien de la société l'emportait sur les besoins de l'individu. Les révolutions se produisaient lorsque ce que Burke appelait la "multitude perverse" s'immisçait dans des affaires qui ne relevaient pas de sa compétence. Si Burke (et la plupart des autres philosophes de l'époque) avait pu faire ce qu'il voulait, les classes inférieures n'auraient tout simplement pas été invitées à la fête des Lumières. Comme le fit remarquer Burke: "Que deviendrait le monde si la pratique de tous les devoirs moraux et les fondements de la société dépendaient de la clarté et de la démonstration de leurs raisons à chaque individu ?" (Cameron, 286).

Burke soutenait l'idée que la religion organisée avait un rôle crucial à jouer dans le maintien d'un bon ordre social. Il était également convaincu qu'un gouvernement stable (de préférence une monarchie constitutionnelle et un gouvernement dont le pouvoir est plus limité que celui de l'actuel dirigeant britannique) garantissait la stabilité de la culture et de la société. Burke croyait également à la valeur inhérente des institutions éprouvées par le temps, qui pouvaient être modifiées progressivement en cas de besoin, mais pas balayées comme elles l'avaient été lors des événements tumultueux survenus en France à la fin du XVIIIe siècle. Ce point de vue conduisit Burke sur une ou deux voies intellectuelles qu'il aurait préféré éviter, comme la défense de l'idée que la propriété devait rester la principale préoccupation des gouvernants (parce qu'elle l'avait toujours été) et que des systèmes défaillants comme les rotten boroughs (les "districts pourris" où les politiciens, y compris Burke lui-même, payaient pour leur siège au Parlement) valaient la peine d'être conservés simplement en raison de leur ancienneté.

Supprimer la pub
Publicité

Burke ne croyait pas qu'il y ait jamais eu d'état de nature, c'est-à-dire l'idée que l'homme était passé d'une existence animale naturelle à une société politiquement organisée, une idée popularisée par plusieurs penseurs des Lumières tels que Thomas Hobbes (1588-1679) et John Locke (1632-1704). Pour Burke, toute nation et ses institutions sont le fruit d'une histoire riche et longue, et une génération particulière n'a donc pas le droit d'y apporter des changements radicaux:

Une nation n'est pas seulement une idée d'étendue locale et d'agrégation individuelle momentanée... [Son choix] est un choix délibéré d'âges et de générations; c'est une constitution faite par ce qui est dix mille fois mieux qu'un choix; elle est faite par des circonstances particulières, des occasions, des tempéraments, des dispositions et des habitudes morales, civiles et sociales du peuple, qui ne se révèlent qu'au cours d'un long espace de temps.

(Hampson, 247)

Arrest of Louis XVI and His Family in Varennes, 1791
Arrestation de Louis XVI et de sa famille à Varennes, 1791
Thomas Falcon Marshall (Public Domain)

L'Inde est l'un des exemples de nation développée depuis longtemps cités par Burke. C'est au XVIIIe siècle que l'Europe occidentale prit conscience pour la première fois que l'Inde avait une très longue histoire culturelle. Burke décrit ce sous-continent comme possédant "un peuple civilisé et cultivé depuis des siècles; cultivé dans tous les arts de la vie politique, alors que nous étions encore dans les bois" (Robertson, 641).

Le Bengale, en particulier, qui était alors l'une des régions les plus riches du monde, semblait prouver à Burke le mérite de conserver des institutions et des hiérarchies qui avaient acquis une certaine longévité. Il note dans un discours:

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

On y trouve une prêtrise ancienne et vénérable, dépositaire de ses lois, de son savoir et de son histoire, guide du peuple de son vivant et consolateur dans la mort; une noblesse d'une grande antiquité et d'une grande renommée; une multitude de villes dont la population et le commerce ne sont pas dépassés par ceux de la première classe en Europe; des marchands et des banquiers [...] des millions de fabricants et de mécaniciens ingénieux; des millions de cultivateurs de la terre parmi les plus diligents et non les moins intelligents".

(Robertson, 641)

Critiques de Burke

Les Réflexions de Burke suscitèrent des remous et une sorte de prise de bec publique se développa avec un penseur en particulier, Thomas Paine (1737-1809). En 1791, Paine publia son célèbre ouvrage Droits de l'homme, première partie, écrit en réponse directe aux Réflexions de Burke et vendu à 100 000 exemplaires. Les deux penseurs avaient été amis, mais Paine attaqua tout particulièrement la croyance de Burke dans l'utilité des institutions établies, remarquant que, selon lui, "M. Burke défend l'autorité des morts sur les droits et la liberté des vivants" (Robertson, 740). Mary Wollstonecraft (1759-1797) fut une autre penseuse qui s'opposa à la révérence de Burke pour la tradition. En 1790, Wollstonecraft publia Défense des droits des hommes, également une réponse critique à Réflexions. Wollstonecraft souligna que de nombreuses institutions freinaient les femmes et avaient désespérément besoin d'être réformées. Peu impressionnée par ce qu'elle considérait comme la position rétrograde de Burke, Wollstonecraft résumait son point de vue en disant qu'il accordait "de la révérence à la rouille de l'antiquité" (Robertson, 739).

Reflections on the Revolution in France Title Page
Réflexions sur la révolution en France Page de titre
Unknown Photographer (Public Domain)

Héritage

Malgré les critiques de Paine et de Wollstonecraft, les Réflexions de Burke restèrent un ouvrage influent sur la pensée contre-révolutionnaire, en particulier en Angleterre et en Allemagne. En outre, l'accent mis par Burke sur le fait que les sociétés se développent selon un processus organique complexe contribua à une approche plus nuancée de l'étude de l'histoire.

Burke continua de prononcer des discours dramatiques au Parlement et, au début des années 1790, d'écrire des ouvrages tels que An Appeal from the New to the Old Whigs, Letters on a Regicide Peace et Thoughts on French Affairs. Burke se retira de la vie politique en 1794 mais continua d'écrire, appelant notamment à l'amélioration des conditions de vie en Irlande.

Burke mourut le 9 juillet 1797 à Beaconsfield, dans le Buckinghamshire. Il mourut alors que la Révolution française était toujours en cours, mais sa prédiction selon laquelle tout se terminerait par un dictateur militaire s'avéra exacte et justifie peut-être sa conviction que le renversement d'institutions qui ont survécu pendant des siècles comporte de grands risques.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Pour quel motif Edmund Burke est-il surtout connu ?

Edmund Burke est surtout connu pour sa critique de la Révolution française et de son renversement d'institutions et de hiérarchies sociales éprouvées.

Edmund Burke est-il le fondateur du conservatisme ?

Certains historiens estiment qu'Edmund Burke est le fondateur du conservatisme moderne, car il a défendu des idées telles que le libre-échange et la vénération d'institutions et de conventions éprouvées par le temps, telles que la valeur et l'importance de la propriété en tant que critère d'éligibilité au gouvernement.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2024, janvier 10). Edmund Burke [Edmund Burke]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22563/edmund-burke/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Edmund Burke." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le janvier 10, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22563/edmund-burke/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Edmund Burke." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 10 janv. 2024. Web. 24 juil. 2024.

Adhésion