Mary Wollstonecraft

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 07 décembre 2023
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, italien, portugais, espagnol
Mary Wollstonecraft, c. 1790 (by John Opie, Public Domain)
Mary Wollstonecraft, vers 1790
John Opie (Public Domain)

Mary Wollstonecraft (1759-1797) était une philosophe du Siècle des Lumières qui, en tant qu'auteure de A Vindication of the Rights of Woman (Défense des droits de la femme), est largement considérée comme la fondatrice du féminisme. Wollstonecraft plaida en faveur de l'égalité des chances en matière d'éducation pour les hommes et les femmes, et elle mit en avant les nombreux avantages pour la société dans son ensemble de l'amélioration de la situation des femmes dans ce domaine et dans d'autres domaines de la vie quotidienne.

Jeunesse

Mary Wollstonecraft vit le jour le 27 avril 1759 à Londres dans une famille de fermiers en proie à des difficultés, en grande partie à cause des actes de son père. Le père de Mary était un homme brutal et Mary était essentiellement autodidacte. Pour se frayer un chemin dans la vie, Mary dut faire face à un défi de taille: les conventions sociales de l'époque limitaient considérablement les possibilités qui s'offraient à elle. Déterminée à améliorer le sort de sa famille, Mary trouva un emploi comme dame de compagnie auprès d'une riche dame vivant à Bath et comme gouvernante pour les enfants d'un autre riche mécène, M. Kingsborough, un propriétaire terrien irlandais. De nature ambitieuse, en 1784, Mary créa et dirigea sa propre école non-conformiste. Les sœurs de Mary participèrent également à cette entreprise, située à Newington Green (alors à l'extérieur de Londres), mais malheureusement, ce projet ne connut pas un succès durable.

Supprimer la pub
Advertisement

Auteure à succès

Wollstonecraft souhaitait vivement remettre en question les conventions sociales de son époque qui faisaient que les jeunes femmes n'avaient pas les mêmes possibilités que les hommes en matière d'éducation, de travail et de vie sociale. En 1787, elle rédigea ses Pensées sur l'éducation des filles, qui furent publiées par Joseph Johnson, son éditeur de longue date. La situation de l'époque était la suivante: les filles recevaient une éducation de base, mais il n'y avait pas d'écoles secondaires, car elles n'avaient pas besoin d'être préparées aux collèges et aux universités, puisqu'elles n'étaient pas autorisées à entrer dans l'enseignement supérieur. Les seules filles qui recevaient une éducation comparable à celle des garçons étaient celles dont les pères fortunés décidaient d'employer des tuteurs privés à cette fin. Wollstonecraft proposa de changer cette situation de manière radicale.

"Laissez la femme partager les droits, et elle émulera les vertus de l'homme". Wollstonecraft

Wollstonecraft n'était pas la première auteure à réclamer de meilleurs droits pour les femmes. Marie de Gournay (1565-1645), connue comme experte en alchimie, avait écrit L'égalité des hommes et des femmes, publié en 1622. François Poullain de la Barre (1647-1723) avait proposé des idées similaires dans son ouvrage De l’Égalité des deux sexes, publié en 1673 en français et traduit en anglais en 1677. De nombreuses dames qui géraient les salons parisiens, où les intellectuels des deux sexes se côtoyaient dans un cadre informel, avaient lancé des appels similaires en faveur d'une plus grande égalité. L'éducation des femmes, en particulier, avait également préoccupé de nombreux scientifiques de la révolution scientifique. Bathsua Makin (c. 1612 à c. 1674) avait proposé que les femmes aient accès à une éducation scientifique. Malgré les appels lancés par certains intellectuels, peu de choses avaient été réalisées dans la pratique. En outre, les femmes intellectuelles étaient encore ridiculisées par nombre de leurs homologues masculins, comme en témoignent des satires telles que Les dames savantes du dramaturge Molière (1622-1673), jouées pour la première fois en 1672.

Supprimer la pub
Advertisement

Women's March on Versailles, 5 October 1789
Marche des femmes sur Versailles, 5 octobre 1789
National Library of France (Public Domain)

Le mouvement féministe naissant prenait cependant de l'ampleur, et Wollstonecraft lui donna un nouvel élan considérable. Avec d'autres femmes écrivains, elle poursuivit la lutte contre la vision misogyne masculine selon laquelle les femmes sont intellectuellement inférieures aux hommes et moins capables que ces derniers de maintenir une bonne moralité. Cette vision négative des femmes fut même exposée par des penseurs aussi éminents que Jean-Jacques Rousseau (1712-1778).

Wollstonecraft avait une attitude beaucoup plus positive à l'égard du progrès que des penseurs comme Edmund Burke.

Wollstonecraft s'installa à Londres en 1787 pour poursuivre sa carrière d'écrivaine. Johnson lui obtint un poste de rédactrice permanente de critiques pour la revue qu'il dirigeait, l'Analytical Review. Wollstonecraft travailla également comme traductrice, publia un texte pour l'éducation, Marie et Caroline, ou Entretiens d'une institutrice avec ses élèves, et écrivit un roman, Maria ou le malheur d'être femme, qui ne fut publié qu'en 1798. Grâce à Johnson, Wollstonecraft rencontra d'autres écrivains et artistes, notamment le poète romantique William Blake (1757-1827), le peintre suisse Henry Fuseli (1741-1825), le bibliste Alexander Geddes (1737-1802) et Thomas Paine (1737-1809), philosophe, révolutionnaire et père fondateur des États-Unis. Un écrivain qui suscita plus que l'intérêt intellectuel de Wollstonecraft fut l'auteur radical William Godwin (1756-1836). Godwin était également un philosophe politique, et l'intérêt mutuel du couple pour les réformes se transforma en une relation romantique; le couple se maria en 1797.

Supprimer la pub
Advertisement

Compte tenu de ce cercle d'associés, il n'est pas surprenant que Wollstonecraft se soit tournée vers la philosophie politique et les idées révolutionnaires. En 1790, Wollstonecraft publia Défense des droits des hommes, une réponse critique aux Réflexions sur la révolution en France d'Edmund Burke (1729-1797), qui contient la défense par Burke des institutions et des traditions éprouvées par le temps. Wollstonecraft ridiculisa la vénération de ces institutions qui empêchaient précisément les femmes d'avancer. Elle décrit de manière mémorable la Chambre des communes comme ressemblant très souvent à un "brasserie en plein air" (Robertson, 739) et les élections périodiques à cette chambre comme des "scènes d'émeutes d'ivrognes et de gloutonnerie bestiale"(ibid). Peu impressionnée par ce qu'elle considérait comme la position rétrograde de Burke, Wollstonecraft résumait son point de vue en disant qu'il accordait "de la révérence à la rouille de l'antiquité" (ibid). Wollstonecraft avait une attitude beaucoup plus positive à l'égard du progrès que des penseurs comme Burke, et son principal intérêt restait de convaincre les hommes de la nécessité d'améliorer les droits des femmes. C'est pourquoi elle s'attela à la rédaction de son ouvrage le plus célèbre sur le sujet.

Title Page, A Vindication of the Rights of Woman
Page de titre de Défense des droits de la femme
Durova (Public Domain)

Les droits de la femme

Défense des droits de la Femme fut publié en 1792. Wollstonecraft y recommande à nouveau que les hommes et les femmes bénéficient des mêmes possibilités d'éducation. En outre, elle "critique les limitations formelles et informelles imposées aux femmes dans la société contemporaine et demande que les droits nouvellement acquis par les hommes soient également étendus aux femmes" (Burns, 436). Wollstonecraft alla même jusqu'à affirmer que l'état actuel de l'éducation des femmes était une tentative délibérée de réduire leurs capacités, une politique que l'on pourrait qualifier de "les maintenir à leur place". Les femmes étaient traitées comme de simples appendices décoratifs de la vie des hommes, et leur valeur dans la société dépendait beaucoup trop de leur apparence ou de rôles restreints tels que la maternité, selon Wollstonecraft. Parce qu'elles n'avaient que des possibilités d'éducation et d'emploi très limitées, les femmes étaient également poussées par la société à se marier afin d'obtenir le soutien financier dont elles avaient besoin pour vivre, une situation que Wollstonecraft qualifie de "prostitution légale". Les femmes avaient besoin de plus d'opportunités pour se réaliser, utiliser la raison qu'elles possédaient (qui était la même que celle de tout homme, selon elle) et être plus heureuses dans leur vie en général. Elle souligne également les avantages pour la société dans son ensemble de ne pas gaspiller les talents de la moitié de la population. Wollstonecraft soutient que les femmes devraient avoir une certaine représentation politique et qu'elles devraient être autorisées à exercer des professions qui étaient alors réservées aux hommes, comme la médecine et le commerce.

Dans le dernier paragraphe du chapitre neuf de son livre, Wollstonecraft fait un résumé éloquent destiné aux oreilles des hommes:

Supprimer la pub
Advertisement

Si les hommes voulaient bien briser nos chaînes et se contenter d'une fraternité rationnelle au lieu d'une obéissance servile, ils nous trouveraient des filles plus observatrices, des sœurs plus affectueuses, des épouses plus fidèles, des mères plus raisonnables - en un mot, de meilleures citoyennes. Nous devrions alors les aimer avec une véritable affection, parce que nous aurions appris à nous respecter nous-mêmes; et la paix de l'esprit d'un homme digne de ce nom ne serait pas interrompue par la vanité oisive de sa femme, ni ses enfants envoyés se blottir dans un sein étranger, n'ayant jamais trouvé de foyer dans celui de leur mère.

Wollstonecraft prononce un plaidoyer final et succinct à la toute fin du livre:

Laissez la femme partager les droits, et elle imitera les vertus de l'homme.

Le livre suscita la controverse, car ses idées étaient radicales, mais il se vendit très bien. Hélas, les idées de Wollstonecraft ne furent pas adoptées par ceux qui avaient le pouvoir de les concrétiser.

La révolution en France

Wollstonecraft souhaitait voir de ses propres yeux les bouleversements qui se produisaient en France, et elle se rendit donc à Paris à la fin de l'année 1792. Le résultat de ses observations sur la Révolution française en cours (1789-1799), qui vit la fin de la monarchie française, fut publié en 1794 dans son livre Vue historique et morale des origines et des progrès de la Révolution française.

The Storming of the Bastille
La prise de la Bastille
Jean-Pierre Houël (Public Domain)

Pendant son séjour à Paris, Wollstonecraft entretint une liaison avec Gilbert Imlay, un homme d'affaires américain. Le couple eut une fille (Fanny, née en 1794) et voyagea brièvement dans divers pays scandinaves. Wollstonecraft relata son expérience dans Lettres écrites lors d'un court séjour en Suède, en Norvège et au Danemark, publié en 1796. Dans le passage suivant, elle décrit en détail ses réflexions sur le sublime, un concept alors en plein essor dans le domaine de l'esthétique, où l'émotion et la raison se mêlent en une seule expérience:

Supprimer la pub
Advertisement

En arrivant à la cascade, ou plutôt à la cataracte, dont le grondement avait depuis longtemps annoncé le voisinage, mon âme fut précipitée par les chutes dans un nouveau train de réflexions. L'impétueux élan du torrent rebondissant des sombres cavités qui se moquaient de l'œil explorateur, produisit une activité égale dans mon esprit: mes pensées allaient de la terre au ciel, et je me demandais pourquoi j'étais enchaîné à la vie et à ses misères? Cependant, les émotions tumultueuses que cet objet sublime excitait étaient agréables; et, en le regardant, mon âme s'élevait, avec une dignité renouvelée, au-dessus de ses soucis - saisissant l'immortalité - il semblait aussi impossible d'arrêter le courant de mes pensées que le torrent toujours changeant, mais toujours le même, devant moi - je tendais la main vers l'éternité, bondissant au-dessus de la tache sombre de la vie à venir.

(Robertson, 510)

Wollstonecraft retourna à Londres, mais après sa rupture avec Imlay, elle fut poussée vers le suicide; elle survécut. Tous ces événements provoquèrent un scandale public. Une nouvelle relation débuta alors avec William Godwin à partir de 1796, comme nous l'avons vu plus haut. Le couple se maria juste avant la naissance de leur enfant, une fille qui deviendrait plus connue sous le nom de Mary Shelley (1797-1851) et qui écrirait le célèbre roman gothique Frankenstein (1818).

Mary Shelley by Rothwell
Mary Shelley de Rothwell
Richard Rothwell (Public Domain)

Principales œuvres de Wollstonecraft

Les œuvres les plus importantes de Mary Wollstonecraft sont les suivantes :

Pensées sur l'éducation des filles (1787)
Histoires originales tirées de la vie réelle (1788)
Maria, ou le malheur d'être femme (1788)
Défense des droits des hommes (1790)
Défense des droits de la femme (1792)
Vue historique et morale des origines et des progrès de la Révolution française (1794)
Lettres écrites pendant un court séjour en Suède, en Norvège et au Danemark (1796)

Mort et héritage

Mary Wollstonecraft mourut à Londres le 10 septembre 1797, dix jours après avoir donné naissance à sa fille. Wollstonecraft inspira, en particulier à partir du milieu du XIXe siècle aux États-Unis, les futures dirigeantes du mouvement pour les droits des femmes, telles qu'Elizabeth Cady Stanton (1815-1902) et Margaret Fuller (1810-1850). Les premières biographies de Wollstonecraft ont tendance à accorder trop d'importance à ses relations tumultueuses hors mariage. La biographie de sa femme par Godwin, publiée pour la première fois en 1798, offre une vision plus équilibrée. Heureusement, ce sont les idées de Wollstonecraft sur l'égalité plutôt que sa vie personnelle qui ont constitué son héritage durable. En 2006, le commentateur culturel britannique Melvyn Bragg a placé Défense des droits de la femme sur sa liste des 12 livres qui ont changé le monde.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Pour quoi Mary Wollstonecraft est-elle surtout connue ?

Mary Wollstonecraft est surtout connue en tant qu'écrivaine féministe qui réclamait une plus grande égalité pour les femmes dans les domaines de l'éducation, de l'emploi et de la politique. Son ouvrage le plus célèbre est Défense des droits de la femme (1792).

Qui n'était pas d'accord avec Mary Wollstonecraft ?

Mary Wollstonecraft était en désaccord avec des écrivains masculins comme Edmund Burke, qui vénérait les institutions traditionnelles, et Jean-Jacques Rousseau, qui pensait que les femmes étaient intellectuellement inférieures aux hommes.

L'œuvre de Mary Wollstonecraft a-t-elle apporté l'égalité aux femmes ?

Malheureusement, le travail de Mary Wollstonecraft n'a pas apporté une égalité immédiate pour les femmes, mais son travail a inspiré les féministes du 19e siècle qui ont poussé les sociétés à obtenir cette plus grande égalité en termes pratiques.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2023, décembre 07). Mary Wollstonecraft [Mary Wollstonecraft]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22487/mary-wollstonecraft/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Mary Wollstonecraft." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le décembre 07, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22487/mary-wollstonecraft/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Mary Wollstonecraft." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 07 déc. 2023. Web. 13 avril 2024.

Adhésion