Ignace de Loyola

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 09 juin 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Saint Ignatius of Loyola (by Peter Paul Rubens, Public Domain)
Saint Ignace de Loyola
Peter Paul Rubens (Public Domain)

Ignace de Loyola (1491-1556) était un soldat basque qui devint prêtre et théologien catholique après qu'une expérience mystique l'ait convaincu qu'il était appelé au service du Christ. Il fonda la Compagnie de Jésus (les Jésuites) pour défendre l'Église et diffuser son message et fut l'une des principales figures de la Contre-Réforme catholique.

Dans sa jeunesse, il fut fortement influencé par la littérature chevaleresque et devint courtisan et soldat, servant dans l'armée jusqu'en 1521, date à laquelle il fut gravement blessé à la bataille de Pampelune. Pendant sa convalescence dans la maison de son père, il lit des livres sur la vie de Jésus-Christ et les actes des saints et acquit la conviction qu'il était appelé à servir Dieu. Après sa guérison, il renonça à son ancienne vie et se consacra à la pauvreté et au service chrétien.

Supprimer la pub

Advertisement

Il se consacra à l'étude, à la prière et au jeûne, voyagea à Jérusalem et retourna étudier la théologie de manière formelle en Espagne et en France. À l'université de Paris, il rencontra six amis qui formeront le noyau de ce qui deviendrait l'ordre des jésuites, approuvé par le pape Paul III en 1540. La devise des jésuites "Allez, et mettez le feu au monde", inventée par Loyola, était (et est toujours) la directive centrale pour défendre les principes de l'Église catholique et diffuser son message de salut universel.

Loyola mourut en 1556 et fut canonisé en 1622, sous le nom de Saint Ignace de Loyola. Des écoles, des collèges, des universités et des séminaires du monde entier continuent d'être nommés en son honneur car il souligna l'importance de l'éducation pour promouvoir et défendre la vision catholique du christianisme.

Supprimer la pub

Advertisement

Jeunesse

Loyola rêvait de devenir chevalier et d'atteindre la même immortalité héroïque que le Cid ou Roland.

Ignace de Loyola vit le jour dans la ville d'Azpeitia, sur le territoire basque espagnol, en 1491, de parents nobles du clan Loyola et il reçut le nom d'Iñigo López de Oñaz y Loyola. Il était le plus jeune des 13 enfants issus du mariage de Don Beltrán Ibáñez de Oñaz y Loyola et de Doña María Sáenz de Licona y Balda et fut consacré par son père à la prêtrise dès l'âge de sept ans. Les histoires ultérieures de sa vie prétendent qu'il changea son nom en Ignace lorsqu'il vint à Paris, mais selon l'expert Diarmaid MacCulloch, le changement de nom était le résultat d'une erreur de scribe lors de son inscription à l'Université de Paris et n'était pas un choix personnel (220).

Loyola n'avait jamais cherché à occuper un poste ecclésiastique dans sa jeunesse et il devint le page (préposé) d'un parent, Don Velázquez, qui l'invita à la cour de Castille où il grandit pour devenir courtisan. Il apprit l'art de la diplomatie, l'étiquette de la haute société, le maniement des armes et l'escrime, et gagna une certaine réputation pour son élégance vestimentaire, son talent de danseur et son goût pour les femmes. Il aurait été impliqué dans plusieurs duels et divers crimes avant et après avoir rejoint l'armée à l'âge de 17 ans.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Ignatius of Loyola in Armour
Ignace de Loyola en armure
Unknown Artist (Public Domain)

À 18 ans, en 1509, il était au service du duc de Nájera et portait le titre de "serviteur de la cour", ce qui correspondait bien à l'image qu'il se faisait des grands héros chevaleresques tels que le Cid, le roi Arthur et les chevaliers de la Table ronde, ainsi qu'aux récits des chevaliers de Castille et de leurs grands faits d'armes. Selon des auteurs ultérieurs, il fut également influencé par la Chanson de Roland, poème du XIe siècle dans lequel le grand chevalier français donne sa vie pour sauver son roi et ses camarades au col de Roncevaux. Loyola rêvait de devenir un tel chevalier et d'atteindre la même immortalité héroïque que le Cid ou Roland.

Conversion

Mais en 1521, lors de la bataille de Pampelune, sa jambe droite fut brisée par le ricochet d'un boulet de canon sur le mur de la forteresse, et sa jambe gauche fut blessée en même temps. Il fut soigné à Pampelune pendant environ deux semaines avant d'être ramené à la maison de son père à Loyola. Les médecins constatèrent que les os s'étaient mal resoudés et la jambe droite fut donc cassée à nouveau, mais lorsqu'elle commença à guérir, elle était déformée, et Loyola insista pour que d'autres procédures soient effectuées dans l'espoir de retrouver pleinement sa vie à la cour et sur le champ de bataille.

Une fois les procédures terminées, il fut alité jusqu'à ce qu'il puisse marcher à nouveau et, pendant sa convalescence, il demanda le genre de livres qu'il avait l'habitude de lire. Bien que des biographes ultérieurs aient suggéré qu'il avait demandé des livres sur la religion, son autobiographie ne le confirme pas, car Loyola lui-même écrit (en se référant à lui-même à la troisième personne) :

Supprimer la pub

Advertisement

Comme Ignace aimait la fiction, lorsqu'il se trouvait hors de danger, il demandait quelques romans pour passer le temps. Dans cette maison, il n'y avait aucun livre de ce genre. On lui donna, à la place, "La vie du Christ" de Rudolph, le chartreux, et un autre livre appelé "Les fleurs des saints", tous deux en espagnol. Par la lecture fréquente de ces livres, il commença à prendre goût aux choses spirituelles. Ces lectures amenaient son esprit à méditer sur les choses saintes, mais parfois il s'égarait dans des pensées qu'il avait l'habitude d'aborder auparavant. (24)

Alors qu'il continuait à se rétablir, il se retrouva à s'intéresser davantage à la vie des saints qu'à son ancienne préoccupation pour les héros chevaleresques. Il écrit :

En parcourant la vie de Notre Seigneur et des saints, il se mit à réfléchir en se disant: "Et si je faisais ce que saint François a fait ?" "Et si je devais agir comme saint Dominique ?" Il réfléchissait à ces choses dans son esprit et se proposait continuellement des choses sérieuses et difficiles. Il semblait ressentir un certain empressement à les faire, sans autre raison que cette pensée : "Saint Dominique a fait cela: Moi aussi, je le ferai." "Saint François a fait cela: donc, je le ferai". (26)

Il poursuivit ses lectures et ses réflexions, conscient qu'il était de plus en plus attiré par la vie des saints, jusqu'à ce que sa vocation ne lui soit confirmée par une vision de la Vierge Marie et de l'Enfant Jésus qui semblaient le consoler et l'encourager. Il décida de se rendre à Jérusalem et d'y passer le reste de sa vie au service des autres, comme l'avaient fait le Christ et ses disciples.

Saint Ignatius of Loyola's Vision of Christ and God the Father at La Storta
La vision du Christ et de Dieu le Père de Saint Ignace de Loyola à La Storta
Domenichino (Public Domain)

Voyages et études

Dès qu'il put marcher à nouveau, il quitta la maison de son père pour commencer son pèlerinage à Jérusalem. En chemin, il rencontra un musulman qui l'accompagna quelque temps et qui, avant de le quitter, sembla insulter la Vierge Marie en suggérant qu'après la naissance du Christ, elle n'était pas restée chaste. Loyola poursuivit sa route seul, mais se débattit entre sa vieille nature, qui l'incitait à suivre et à tuer l'homme pour défendre l'honneur de la Vierge, et sa nouvelle nature qui l'appelait à la prière et au pardon de ses ennemis.

Supprimer la pub

Advertisement

Incapable de résoudre ce conflit interne, il laissa le choix à son cheval en lui donnant carte blanche : si le cheval se dirigeait vers le chemin emprunté par le musulman, il le suivrait, mais si le cheval restait sur la route, il continuerait. Il attribua à Dieu le mérite d'avoir dirigé le cheval vers la route et de l'avoir mené à Montserrat, en Catalogne, où il se déclara serviteur du Christ.

Il resta au monastère bénédictin de Montserrat, il confessa ses péchés pendant trois jours et se consacra au service de Dieu. Se souvenant de la façon dont ses anciens héros veillaient toute la nuit avant d'être adoubés, il se posta devant l'autel de la Vierge Marie et, le lendemain matin, il accrocha son épée et son poignard près de l'autel, donna tous ses beaux vêtements, son cheval et son argent et, vêtu d'un sac, il marcha jusqu'à Manresa où il fit le vœu de vivre une vie chrétienne ascétique.

Montserrat
Montserrat
Visavis (CC BY-NC-ND)

Il vivait à l'hôpital de Manresa, y faisant des travaux ménagers en échange du gîte et du couvert, mais il passait beaucoup de temps dans une grotte, jeûnant et priant, où il développait les disciplines connues plus tard sous le nom d'Exercices spirituels. Il recevait des visions qu'il ne pouvait pas comprendre au début, mais dont il finit par conclure qu'il s'agissait de Satan qui le tentait afin qu'il abandonne sa vie actuelle. Il sentait cependant la Vierge Marie l'encourager à prendre courage et à continuer, ce qu'il fit même si, parfois, il se retrouva à envisager le suicide à cause de ses luttes entre le doute et la foi.

Supprimer la pub

Advertisement

La vision de Loyola était celle d'un "ordre séculier" de prêtres chargés de diffuser le message catholique et de défendre la foi.

En 1523, il se rendit à Barcelone pour s'embarquer pour Jérusalem, visita Rome et Venise, et arriva finalement en Terre Sainte, où il avait envisagé de passer le reste de sa vie. Les Franciscains, chez qui il espérait rester, n'avaient cependant pas de place pour lui et ne pouvaient pas garantir sa sécurité. On lui dit de rentrer chez lui et, après avoir visité le mont des Oliviers et d'autres sites, il prit le bateau pour Chypre, puis retourna à Venise. Il voyagea à pied à travers l'Italie et l'Espagne, fut arrêté comme espion et relâché, fut interrogé par l'Inquisition pour avoir prêché en public alors qu'il n'était pas prêtre, et arriva finalement à Barcelone, où il s'inscrivit à l'université.

En 1534, après avoir terminé ses études de latin et de théologie, il s'inscrivit à l'université de Paris et se fit connaître sous le nom d'Ignace au lieu d'Iñigo. Au cours de ses études, il rencontra les six hommes qui formeraient la base de son ordre, la Compagnie de Jésus :

  • Nicholas Bobadilla
  • Peter Faber
  • Diego Laynez
  • Simão Rodrigues
  • Alfonso Salmeron
  • François Xavier

François Xavier (1506-1552, plus tard Saint François Xavier) deviendrait aussi connu que Loyola pour ses activités missionnaires en Extrême-Orient. Les six hommes s'engagèrent à respecter la vision que Loyola avait d'un "ordre séculier" de prêtres qui diffuseraient le message catholique et défendraient la foi à Jérusalem, mais si cela n'était pas possible, ils feraient tout ce qu'ils pourraient pour le pape et l'Église. À cette époque, Loyola avait transformé ses exercices spirituels personnels en une discipline pour les autres à laquelle ses six amis se soumettaient.

Les exercices spirituels

Les exercices de Loyola étaient un cours de discipline spirituelle de quatre semaines visant à se préparer à une dévotion totale au service de Dieu. Loyola définit l'objectif de ce cours dans l'introduction de son manuel Exercices spirituels (1548) :

Par le terme "Exercices spirituels", on entend toute méthode d'examen de conscience, de méditation, de contemplation, de prière vocale et mentale, et d'autres activités spirituelles qui seront mentionnées plus loin. Car, de même que la promenade, le voyage à pied et la course à pied sont des exercices corporels, de même nous appelons exercices spirituels toutes les manières de préparer et de disposer l'âme à se débarrasser de tous les attachements déréglés, et, après leur suppression, de chercher et de trouver la volonté de Dieu dans la disposition de notre vie pour le salut de notre âme. (Janz, 427)

Comme indiqué, les exercices furent d'abord élaborés par Loyola pour lui-même dans la grotte de Manresa, mais il les avait depuis affinés en tant que cours pour les autres après avoir expérimenté leurs bienfaits. Loyola rendit les exercices obligatoires pour ses six amis et, plus tard, pour toute personne souhaitant rejoindre l'ordre des Jésuites, en les écrivant et en les publiant en 1548. MacCulloch note :

[Les Exercices Spirituels] sont devenus l'un des livres les plus influents de l'histoire de l'Église occidentale, même si Ignace ne l'a pas conçu pour être lu, pas plus qu'un manuel technique d'ingénierie ou d'informatique. Il est là pour être utilisé par des directeurs spirituels cléricaux qui guident d'autres personnes comme Ignace l'a fait lui-même, pour être adapté à n'importe quel niveau approprié à la situation de ceux qui cherchent à en bénéficier, dans ce qui est connu sous le nom de "faire les Exercices." (221)

Les exercices étaient axés sur la gratitude pour les dons de Dieu, exprimée par la louange et le refus de l'intérêt personnel. En centrant son esprit sur la grandeur de Dieu, le moi individuel cédait la place à l'Esprit Saint, encourageant un dévouement désintéressé pour le bien des autres. Loyola encourageait la suspension de la tendance à juger les autres, l'éloge des principes de l'Église et de ses politiques, la pensée positive et les actes qui découlent d'un cœur reconnaissant, ainsi qu'une confiance et une loyauté sans faille dans les enseignements de l'Église. Dans l'un des passages les plus célèbres de l'ouvrage, il écrit :

Si nous voulons procéder de manière sûre en toutes choses, nous devons nous en tenir au principe suivant : ce qui me semble blanc, je le croirai noir si l'Église hiérarchique le définit ainsi. Car je dois être convaincu que dans le Christ notre Seigneur, l'époux, et dans son épouse l'Église, il n'y a qu'un seul Esprit qui gouverne et dirige pour le salut des âmes. (Point 13, Janz, 429)

Après que les six amis de Loyola eurent terminé les exercices, ils résolurent de se rendre à Jérusalem et de réaliser sa vision antérieure de servir les autres là-bas à l'imitation du Christ et de ses disciples. Ils se rendirent à Venise pour réserver le passage en 1537, mais le pape et le Saint-Empire romain germanique avaient déclaré la guerre aux Turcs de l'Empire ottoman, et tous les voyages en Terre Sainte étaient interdits. Loyola avait autrefois laissé le cours de sa vie à son cheval, mais depuis longtemps, il faisait confiance à Dieu pour diriger son chemin. Lui et les autres conclurent que Dieu avait d'autres plans pour eux et que, puisqu'ils ne pouvaient pas exercer leur ministère à Jérusalem, ils offriraient leurs services au pape.

La Compagnie de Jésus

Le pape Paul III (en poste de 1534 à 1549) approuva la Compagnie de Jésus en 1540, et Loyola devint le premier supérieur général (chef officiel) des Jésuites. L'ordre fut cependant loin de connaître un succès immédiat en raison d'un manque d'orientation et de l'hostilité d'ordres établis tels que les Théatins (également connus sous le nom de Congrégation des clercs réguliers), qui faisaient déjà ce que les Jésuites proposaient en matière d'évangélisation des non-catholiques, de réforme et d'éducation du clergé et de ministère auprès des pauvres. L'Inquisition espagnole, qui avait interrogé Loyola des années auparavant, se méfiait également du nouvel ordre car elle savait que Loyola acceptait les visions mystiques comme des révélations authentiques de Dieu - une revendication que l'Inquisition avait écrasée auparavant en traitant avec le groupe réformé espagnol connu sous le nom d'alumbrados avec lequel elle associait Loyola.

The Preaching of Saint Ignatius of Loyola
La prédication de saint Ignace de Loyola
 Thomas van Apshoven (Public Domain)

Les Théatins, les Franciscains, les Dominicains et d'autres condamnaient les Jésuites pour ce que l'on appellerait aujourd'hui la " duplication des services ", mais Loyola sut différencier son ordre des autres grâce à ses Exercices spirituels qui inspiraient le zèle et encourageaient la concentration des adhérents. 25 ans après leur fondation, les Jésuites comptaient 3 000 membres qui s'étaient établis sur trois continents, avaient créé des universités, des collèges et des séminaires, et avaient converti des milliers de personnes au catholicisme, tout en défendant l'Église contre les critiques de la Réforme protestante.

Conclusion

Les Jésuites jouèrent un rôle central dans les efforts de la Contre-Réforme catholique en produisant des prêtres hautement éduqués et multilingues qui pouvaient prêcher dans des pays aussi divers que l'Allemagne ou le Japon. Après le Concile de Trente (1545-1563) qui condamna la Réforme protestante en tant qu'hérésie, ils réfutèrent les affirmations et les arguments théologiques des protestants par la logique et le recours à la littérature classique (en particulier le scepticisme philosophique de Sextus Empiricus) ainsi que par les traditions et l'autorité de l'Église. L'expert Philip M. Soergel note :

[Les Jésuites allaient] avoir les effets les plus profonds dans le monde catholique au cours des années à venir... Leurs "Lettres d'Extrême-Orient", dépêches envoyées par les missionnaires de la société, traduites dans de nombreuses langues européennes et publiées dans les centres urbains du continent, remplies de récits de conversions, d'exploits spirituels et de merveilles que les Jésuites avaient accomplis au Japon et en Chine, devinrent une propagande largement consommée pour le renouveau de l'Église romaine à la fin du XVIe siècle. (Rublack, 255)

Ignace Loyola mourut de la malaria le 31 juillet 1556 et fut enterré dans la crypte de l'église Maria della Strada à Rome. Il fut béatifié en 1609 et canonisé en 1622, date à laquelle son nom devint aussi connu que celui des héros chevaleresques qu'il avait admirés dans sa jeunesse.

Supprimer la pub

Publicité

Questions et réponses

Qui était Ignace de Loyola?

Ignace de Loyola fut le fondateur de la Compagnie de Jésus, plus connue sous le nom de Jésuites.

Pour quoi Ignace de Loyola est-il connu?

Ignace de Loyola est célèbre pour avoir fondé la Compagnie de Jésus (les Jésuites), qui devint un ordre catholique mondial encourageant l'éducation et la dévotion religieuse.

Pourquoi Ignace de Loyola est-il devenu prêtre ?

Ignace de Loyola était un soldat qui, après avoir été blessé au combat, s'est senti appelé à se consacrer à Dieu et à l'Église catholique.

Comment est mort Ignace de Loyola ?

Ignace de Loyola est mort de la malaria.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2022, juin 09). Ignace de Loyola [Ignatius of Loyola]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20832/ignace-de-loyola/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Ignace de Loyola." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 09, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20832/ignace-de-loyola/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Ignace de Loyola." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 09 juin 2022. Web. 07 août 2022.

Adhésion