Cataphractaire Parthe

Définition

Patrick Scott Smith, M. A.
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 15 février 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, indonésien
Parthian Cataphract (by Simeon Netchev, CC BY-NC-SA)
Cataphractaire parthe
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Les cataphractaires étaient une unité de cavalerie lourde de l'armée parthe, un énorme cheval rapide entièrement cuirassé monté par un cavalier en armure complète (cataphracte), équipé d'une longue lance et d'une longue épée. À l'instar d'un char d'assaut moderne conçu pour percer les défenses ennemies, l'utilisation tactique intégrée des cataphractaires était un élément innovatif que les Parthes apportèrent avec eux dans la bataille.

Tactique

Travaillant de concert avec leur cavalerie légère, lorsqu'ils n'étaient pas occupés à faire le ménage parmi les combattants en fuite, les cataphractaires, comme le raconte Dion Cassius (40.22), fonçaient pêle-mêle, avec leur lourd cheval, sur une formation ennemie. Un animal aussi massif à toute vitesse aurait, telle une boule de bowling, dispersé les soldats à gauche et à droite, et même bousculé ceux qui se trouvaient près de la zone d'impact. De multiples cataphractaires attaquant simultanément une formation quelconque auraient eu un effet dévastateur sur toute la ligne de défense. Outre les personnes directement tuées ou piétinées, les corps qui volaient, les combattants qui fuyaient et les boucliers à terre, les cataphractaires auraient créé des brèches de vulnérabilité dans lesquelles leurs archers à cheval auraient tiré des flèches grâce à leurs "arcs puissants" (Plutarque, Crassus, 24.4-5).

Supprimer la pub

Advertisement

L'utilisation et l'apparition des cataphractaires sont mieux connues grâce à la description que fait Plutarque de la bataille de Carrhes et du relief rocheux de Firuzabad.

Les Parthes disposaient ainsi d'une formidable machine militaire composée essentiellement de cavalerie, puisque "leurs cataphractii triomphèrent des Séleucides en Iran occidental et en Mésopotamie au IIe siècle av. (Farrokh, 4). De plus, en dignes rivaux de l'armée romaine, ils vainquirent Marc-Antoine en 36 av. J.-C. Bien que l'on sache peu de choses sur le rôle joué par leurs cataphractaires dans cette bataille et dans d'autres, leur utilisation et leur apparence sont mieux connues grâce à la description de Plutarque de la bataille de Carrhes en 53 av. J.-C., au graffiti de cataphractaires de Doura Europos datant de la fin de leur règne et au relief rocheux de Firouzabad qui témoigne de leur défaite finale face aux Sassanides en 224 de notre ère.

Armure

Bien qu'il y ait un débat sur la distinction entre les cataphractaires et la cavalerie lourde, qui consistait en divers degrés d'armure pour les cavaliers et leurs plus grands chevaux tout en employant une variété d'armes, on peut en apprendre beaucoup sur l'utilisation plus restreinte et l'apparence distincte des cataphractaires à Carrhes, dans la Turquie moderne. Suréna y commanda 1 000 cataphractaires parthes et 9 000 archers à cheval contre plus de 30 000 fantassins et 4 000 cavaliers de Marcus Crassus.

Supprimer la pub

Advertisement

Avant le début de la bataille, Suréna mena une guerre psychologique étonnante. Plutarque note que, avant que les Romains n'approchent, Suréna cacha le gros de ses forces derrière son avant-garde afin que son armée paraisse petite. Puis, " pour confondre l'âme et désarçonner le jugement ", les Parthes remplirent la plaine d'un assourdissant battement de timbales - leur bruit " ressemblant au mugissement des bêtes mêlé à des sons ressemblant au tonnerre " (23.7). Avant qu'ils ne se rapprochent des Romains déjà déconcertés, Suréna demanda à sa cavalerie de recouvrir leurs armures de peaux et de robes. Puis, à leur approche, après avoir réparti leurs troupes, ils enlevèrent les enveloppes et montrèrent aux Romains leurs "casques et cuirasses flamboyants, leur fer de Margiane brillant et vif" (23.6-24.1).

L'appellation "fer de Margiane", comme "épées de Damas" ou "casques corinthiens", suggère un produit de qualité supérieure. Il est intéressant de noter que l'acier de qualité supérieure est plus résistant et moins sujet à la corrosion, et qu'il conserve et affiche un éclat plus vif. Bien que ces produits aient été coûteux et que les cavaliers en cataphractes payaient leur propre équipement, avec Suréna, le plus riche des Parthes (après le roi) à leur tête, ils pouvaient apparemment se permettre et choisir le "fer de Margiane". De plus, le fait que leurs casques et leurs cuirasses brillaient autant suggère une surface de réflexion plus importante, ce que les casques complets et les plastrons cuirassés permettaient.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Sassanian and Parthian Riders on the Firuzabad Relief
Cavaliers sassanides et parthes sur le relief de Fizourabad
Marco Prins (Copyright)

Plus tard dans la même bataille, Plutarque mentionne à nouveau les cuirasses, y compris celles en cuir. Comme dans beaucoup d'armées de l'Antiquité, le niveau d'équipement était variable. Peut-être les nobles les plus pauvres ne pouvaient-ils s'offrir que les cuirasses en cuir, moins chères mais toujours efficaces. Il est intéressant de noter que le mot "cuirasse" porte une étymologie de construction en cuir. L'idée et l'avantage de protéger d'une seule pièce les organes vitaux les plus critiques - la tête et le cœur - avec moins de points d'entrée, furent réalisés très tôt. Les cuirasses remontent à l'Antiquité classique, et il existe encore aujourd'hui des cuirasses grecques datant de 620 av. J.-C. En tant que vassaux, puis conquérants de l'Empire séleucide, les Parthes connaissaient et utilisaient probablement ces produits. Même leurs conquérants les utilisaient. Sculpté pour célébrer la victoire des Sassanides sur les Parthes en l'an 224, le relief de Firouzabad en Iran montre des cuirasses complètes sur des cavaliers sassanides et parthes.

Couvert de plaques métalliques superposées cousues sur un sous-vêtement de tissu ou de cuir, le cheval lourd parthe était, à l'exception des jambes et de la queue, enveloppé d'écailles.

Outre les casques et les cuirasses, Plutarque mentionne également l'utilisation de la cotte de mailles. Probablement inventée par les Celtes et l'une des formes les plus populaires d'armure personnelle, la cotte de mailles consistait en de minuscules anneaux métalliques assemblés pour former un tissu métallique. Portée comme un vêtement, la cotte de mailles offrait à son porteur une plus grande maniabilité que les armures lamellaires et laminaires. L'un des moments cruciaux de Carrhes est celui où, après que le corps principal de Crassus ait été écrasé et cloué au sol par les flèches des archers à cheval de Suréna, Publius Crassus, avec la cavalerie romaine, se lança à la poursuite des cataphractaires parthes. Alors que les Parthes entraînaient Publius sur une certaine distance, "leurs cavaliers vêtus de cotte de mailles" firent soudain volte-face pour affronter l'armée romaine (25.4). Les archers parthes soulevèrent un énorme nuage de poussière, ce qui poussa les Romains à serrer les rangs dans la confusion, ce qui en fit des cibles faciles. Dans une tentative désespérée d'échapper à ce désordre, Publius chargea une fois de plus les cataphractaires, mais les " cavaliers vêtus de cotte de mailles " et leurs " piques " plus longues rendirent l'affrontement impossible (25.6-7, 27.1).

Le relief de Firouzabad montre clairement l'utilisation de la cotte de mailles avec des cuirasses. Il est donc probable que la tenue des cavaliers en cataphractes de Suréna à Carrhes comprenait des casques complets et l'utilisation combinée de la cotte de mailles et des cuirasses. Pour se préparer, ils auraient d'abord revêtu leur tunique et leur pantalon habituels. Ils se couvraient ensuite de la tête aux chevilles avec de la cotte de mailles, et par-dessus, ils portaient la cuirasse et le casque. Enfin, compte tenu du fait que le légionnaire romain pouvait taillader et poignarder tout et n'importe quoi, une protection supplémentaire des tibias, des bras, des mains et des pieds était probablement utilisée.

Supprimer la pub

Advertisement

Plutarque décrit des chevaux parthes "revêtus de plaques de bronze et d'acier" (24.1), Hérodote mentionne l'utilisation précoce d'armures en écailles par les soldats perses (Histoires, 7.61), et des images comme le dessin d'un cheval parthe à Doura Europos et celles de chevaux sarmates sur la colonne de Trajan suggèrent que l'écaille était un choix populaire. Couvert de plaques métalliques superposées cousues sur un sous-vêtement de tissu ou de cuir, le cheval lourd parthe était, à l'exception des pattes et de la queue, enveloppé d'écailles.

Selles

Si les étriers semblent avoir été un ajout ultérieur et qu'aucun artefact d'époque ne les montre à la disposition des Parthes, les selles sont une autre histoire. Certaines images anciennes semblent montrer des cavaliers parthes sans selles, mais les preuves archéologiques concernant leur existence sont définitives. Une innovation importante avant les étriers fut l'intégration du pommeau et du troussequin sur le siège du cavalier. Ces éléments aidaient le cavalier à rester en place lorsqu'il était bousculé, lui donnaient de la stabilité lorsque le cheval freinait et l'aidaient à manœuvrer dans un virage. Selon la reconstitution détaillée d'Elena Stepanova, basée sur des découvertes datant du IVe siècle av. J.-C., les Scythes fabriquèrent une ingénieuse selle en quatre parties, composée de pommeaux et de troussequins fendus. La conception elle-même révèle l'objectif du cavalier : les virages et les changements de direction ainsi que les accélérations rapides. On trouve également de telles selles sur les reliefs du Bosphore de la mer Noire représentant des archers à cheval cimmériens, datant des 2e et 1er siècles avant notre ère.

Ardashir I Unseats Artabanus, Firuzabad Relief
Ardachir I désarçonne Artaban, relief de Fizourabad
Marco Prins (Copyright)

Si ces selles étaient probablement destinées à la cavalerie légère, les cataphractaires lourds de Parthie auraient eu besoin d'un modèle plus simple. Étant donné leur rôle d'impact frontal et d'extraction, une conception robuste en deux parties est plus probable. Alors que le troussequin et le pommeau aidaient à soutenir le cavalier lors de l'impact, le pommeau empêchait le cavalier d'être désarçonné lorsqu'il se retirait de la mêlée. D'importants pommeaux et peut-être des troussequins semblent clairement visibles sur les cavaliers sassanides rapides du relief de Firouzabad, en Iran. Les relations continues entre Parthes et Scythes et le fait que les conquérants de la Parthie utilisaient des selles laissent penser que les Parthes en faisaient autant.

Supprimer la pub

Advertisement

Changements

Si la cavalerie lourde pouvait remplir différentes fonctions, le cataphractaire parthe, défini comme une sorte de char d'assaut, était destiné à percer les lignes ennemies. Telle étant la nature de la guerre, les tactiques de contre-attaque combinées à l'innovation intellectuelle et matérielle contribuent à l'évolution constante de tout atout militaire, qu'il soit défensif ou offensif, et le cataphractaire parthe subit donc une évolution. Même lors de la bataille de Carrhes, les choses changèrent rapidement. Alors que Crassus empila intelligemment la profondeur de ses lignes de front en une formation en colonne en prévision de l'impact des cataphractes, Suréna choisit de mettre ses cataphractaires en stand-by et préféra décocher une série de flèches percutantes à partir de ses archers à cheval. Anticipant un débordement de la cavalerie lourde de Crassus, les cataphractaires de Suréna, feignant de battre en retraite, attirèrent les Romains dans une embuscade faite de plus de flèches et de combat de cavalerie lourde en un contre un.

Quant au changement d'armure personnelle, si l'on compare les images de Doura Europos et de Firouzabad avec le récit de Plutarque, on constate des développements intéressants. L'inconvénient de la cotte de mailles est qu'elle est lourde sur les épaules, et qu'elle menace de blesser en cas d'attaque avec un objet contondant. Il semble que les Parthes aient résolu ce problème sur l'image de Doura Europos avec une protection laminaire des bras, des jambes et des pieds. Tout en utilisant une cotte de mailles pour protéger la tête et le cou, la partie supérieure du torse est également protégée par une cotte de mailles, dont le poids est supporté par une ceinture de plaques lamellaires protégeant la partie inférieure du torse. Pourtant, le relief de Firouzabad montre clairement que les cavaliers parthes et sassanides portent des cuirasses. En outre, à Firouzabad, les cavaliers sassanides utilisent la cotte de mailles pour la protection des bras et des jambes et ne portent que des bandeaux, tandis que le Parthes utilise une armure lamellaire et porte un casque complet avec une protection en écailles pour le cou. Arborant leurs diadèmes à la mode, le roi sassanide Ardachir I et son fils Chapour I ne semblent pas s'inquiéter des coups portés à la tête ou au cou.

Sassanian Cataphract
Cataphractaire sassanide
Jona Lendering (Copyright)

Sur le plan tactique, s'il y a bien une chose que le relief de Firouzabad veut montrer, c'est la rapidité de leurs cavaliers et de leurs chevaux. Avec leurs chevaux en l'air au galop, leurs queues à l'horizontale, et les cheveux et foulards des cavaliers volant derrière eux, la rapidité de leur cavalerie est évidente. Ainsi, il semble que les Sassanides aient eu recours à un changement d'utilisation. Dans l'ensemble, il semble y avoir un allègement de la charge pour la vitesse. L'image de Taq-e Bostan du 4e siècle de notre ère montre un cheval de cataphractaire sassanide avec uniquement une armure frontale qui semble être un gambison de tissu rembourré. Cela révèle non seulement une réduction en terme de poids, mais aussi la fin à la tactique de pénétration totale dans les rangs ennemis et de la mêlée qui s'ensuivait. Il semble que le cataphract lourd, utilisé comme un char d'assaut pour briser les lignes d'infanterie, soit finalement passé d'un usage restreint à un usage limité jusqu'au Moyen Âge où l'on assistera à une utilisation comparable dans la guerre byzantine.

Supprimer la pub

Advertisement

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Patrick Scott Smith, M. A.
Patrick Smith, M.A., a présenté des recherches pour l’American Schools of Oriental Research et l’Académie des sciences du Missouri. En tant que rédacteur pour l’Association pour l’Étude Scientifique des Religions, il a remporté le prix Frank Forwood pour l’excellence en recherche en 2015.

Citer cette ressource

Style APA

A., P. S. S. M. (2022, février 15). Cataphractaire Parthe [Parthian Cataphract]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20380/cataphractaire-parthe/

Style Chicago

A., Patrick Scott Smith, M.. "Cataphractaire Parthe." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 15, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20380/cataphractaire-parthe/.

Style MLA

A., Patrick Scott Smith, M.. "Cataphractaire Parthe." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 15 févr. 2022. Web. 25 juin 2022.

Adhésion