Érasme

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 28 octobre 2020
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Erasmus by Hans Holbein (by The Yorck Project, Public Domain)
Erasmus par Hans Holbein
The Yorck Project (Public Domain)

Desiderius Erasmus (alias Didier Érasme, c. 1469-1536) était un savant humaniste néerlandais considéré comme l'un des plus grands penseurs de la Renaissance. Écrivain prolifique qui utilisa pleinement la presse à imprimer, il produisit des éditions d'auteurs classiques, des traités d'éducation, des traductions, des dialogues et des lettres. Érasme était un grand défenseur de l'éducation, convaincu que c'était le meilleur moyen de réformer l'Église médiévale.

Érasme produisit de nouvelles traductions du Nouveau Testament en latin et en grec, conçues pour que les lecteurs chrétiens s'instruisent eux-mêmes plutôt que de se fier aux interprétations des autres. De cette manière, et grâce à ses méthodes d'analyse textuelle, il contribua à la Réforme, même s'il était lui-même opposé à des changements radicaux dans l'Église. Érasme croyait également en l'importance de l'étude de la littérature classique et de ce que signifie être un être humain. À ce titre, Érasme est considéré comme l'un des fondateurs du mouvement philosophique connu sous le nom d'humanisme de la Renaissance. Enfin, c'est pour toutes ces raisons que le programme d'échange d'étudiants extrêmement populaire, qui fonctionne aujourd'hui dans toute l'Europe, porte son nom.

Supprimer la pub

Advertisement

Enfance

Desiderius Erasmus (Didier Érasme) naquit à Rotterdam le 27 octobre 1469. Ses parents n'étaient pas mariés, son père, Roger Gerard, étant prêtre et sa mère, Margaret, fille de médecin. Il fut scolarisé dans une institution à Deventer, aux Pays-Bas, dirigée par l'humaniste allemand Alexander Hegius (c. 1433-1498). Hegius encourageait l'étude des textes classiques dans leur langue d'origine et ne se limitait pas, comme il était alors courant, à la lecture de leurs commentaires. Après la mort de ses deux parents vers 1484, Didier fut envoyé dans une autre école moins chère, à 's-Hertogenbosch, toujours aux Pays-Bas, mais cette fois-ci une institution religieuse dirigée par les Frères de la Vie Commune. Cette école catholique préparait les garçons à la vie monastique et Érasme n'eut donc pas la possibilité de poursuivre ses études au niveau universitaire. Par conséquent, vers 1487, Didier rejoignit le monastère de l'ordre monastique des Augustins à Steyn, et il y restera jusqu'en 1492.

Les talents d'Érasme lui permirent d'obtenir des postes dans les universités et de décrocher des emplois lucratifs auprès des souverains.

Ordonné prêtre en avril 1492, Érasme s'installa dans le nord de la France et travailla comme secrétaire de l'évêque de Cambrai, Hendrik van Bergen. En 1495, il fut envoyé étudier la théologie à l'université de Paris, et c'est là que sa passion pour la littérature classique put s'exercer et que sa carrière commença à changer de direction. Bien que les études religieuses et le mode de vie n'aient pas été vraiment à son goût, Érasme eut au moins la possibilité d'enseigner à des étudiants privés et d'étudier les auteurs anciens pendant son temps libre.

Supprimer la pub

Advertisement

L'Imprimerie

Les talents d'Érasme lui permirent d'obtenir des postes dans les universités et de décrocher des emplois lucratifs auprès des souverains. Il se rendit en Angleterre en 1499, où il rencontra le savant Thomas More (1478-1535), puis séjourna en Italie de 1506 à 1509. C'est à Venise, en 1508, qu'Érasme étoffa ses 1500 Adagiorum Collectanea, un recueil annoté d'adages ou de dictons grecs et latins. C'est cet ouvrage qui permit à Érasme de se faire connaître de la communauté européenne des chercheurs. Il révisa et réimprima l'ouvrage en 1515.

Title Page of the Handbook of the Christian Soldier by Erasmus
Page de titre du manuel du soldat chrétien par Erasmus
Fredrik Andersson (Public Domain)

Érasme retourna en Angleterre, où il passa cinq ans à partir de 1509. On ne sait pas grand-chose de cette période, si ce n'est qu'il travailla à son édition du Nouveau Testament (voir ci-dessous) et donna des conférences à l'université de Cambridge. Cependant, pendant la majeure partie de sa carrière, il put écrire en tant qu'auteur indépendant. Il put le faire grâce à l'invention récente de la presse à imprimer. Érasme cultivait des amitiés avec de grands penseurs partout en Europe, distribuait des médailles à son effigie à ses amis et écrivit une quantité abondante de lettres, mais c'est par le biais de l'imprimé que sa réputation se répandit réellement, comme le note l'historien W. Blockmans :

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

On pouvait souvent le trouver dans les bureaux et les ateliers des imprimeurs suisses et italiens qui publiaient ses œuvres, et sans avoir jamais exercé une fonction publique d'importance, Érasme atteignit le statut d'écrivain à succès et de mégastar culturelle. Au sommet de sa gloire, vers 1515, son nom était sur les lèvres de tous les intellectuels d'importance en Europe.

(297)

Le Nouveau Testament

Outre ses nombreuses traductions d'œuvres d'auteurs antiques, Érasme étudia l'histoire de l'Église chrétienne, ses pères fondateurs et les textes du Nouveau Testament. En 1516, il publia sa traduction latine et grecque du Nouveau Testament (Novum instrumentum), accompagnée de notes de commentaires. Elle sera révisée et réimprimée cinq fois. Érasme avait recherché et étudié les manuscrits bibliques grecs et latins antiques et médiévaux, et il arriva à la conclusion que certaines parties avaient été insérées dans les éditions standard au IVe siècle. Il découvrit notamment que le verset dit Comma Johanneum (I Jean 5:7-8), qui soutient la doctrine de la Trinité, n'existait pas dans les textes antérieurs au IVe siècle de notre ère et qu'il avait dû être ajouté après le concile de Nicée de 325 (une hypothèse qui a été démontrée depuis par les biblistes modernes).

Outre ces améliorations textuelles en matière d'exactitude, Érasme croyait que la Bible, et surtout le Nouveau Testament, était le meilleur moyen pour les gens ordinaires (éduqués) de connaître Dieu et le salut. Érasme espérait qu'en lisant pour eux-mêmes, les chrétiens s'éloigneraient de ce qu'il considérait comme les aspects les plus vulgaires de l'Église médiévale, tels que les reliques, les croisades et le clergé de campagne analphabète. En outre, Érasme chercha à modifier l'approche de l'Église en son cœur même: le texte biblique. Ses traductions et ses éditions modifièrent certains concepts pour refléter ses vues humanistes. Par exemple, dans son édition, il traduisit le grec metanoete en resipiscite, un sens du mot "repentir" plus proche de "retour à ses vrais sens" plutôt que l'ancien poenitentiam agite, qui signifiait des actes formels et publics de pénitence. Naturellement, les éléments conservateurs de l'Église n'acceptèrent pas ces interprétations.

Les Pays-Bas et Charles Quint

À partir de 1517 environ, Érasme retourna dans les Pays-Bas. Dans le Brabant, il devint le conseiller de l'archiduc Charles, le futur Charles Quint, empereur du Saint-Empire (r. 1519-1556). Son Institutio principis Christiani (Éducation d'un prince chrétien) et sa Querela pacis (Plainte de la paix) avaient pour but de guider Charles et d'autres personnes dans leurs fonctions d'homme d'État et de promouvoir les avantages de la paix et non de la guerre. Ce dernier texte déclare :

Supprimer la pub

Advertisement

Asseyez-vous avant de tirer l'épée, pesez chaque article, n'en omettez aucun, et calculez la dépense de sang aussi bien que de trésor que la guerre exige, et les maux qu'elle apporte nécessairement avec elle; et puis voyez au fond du compte si, après le plus grand succès, il y aura une balance en votre faveur.

(Campbell, 81)

L'année suivante, Érasme rejoignit l'université de Louvain et travailla à la faculté de théologie. Convaincu que la connaissance des langues était la clé d'une meilleure compréhension de la théologie, il écrivit en 1518 sa Ratio verae theologiae pour défendre son point de vue, mais il se heurta à nouveau à des universitaires réactionnaires.

Martin Luther et les textes religieux

Érasme pensait que la meilleure façon de résoudre les problèmes de l'Église était une renaissance plus douce grâce aux bienfaits purificateurs de l'éducation, de la connaissance et de la prière. Ces idées furent révélées dans son Enchiridion Militis Christiani (Manuel du soldat chrétien), publié vers 1504. D'autres ouvrages religieux, comme les Paraphrases des quatre Évangiles (1522-24), qui fournissaient des guides et des résumés utiles, assurèrent à Érasme une popularité croissante.

Martin Luther
Martin Luther
Sergio Andres Segovia (Public Domain)

Au départ, Érasme avait sympathisé avec les critiques de l'Église formulées par le réformateur radical Martin Luther (1483-1546), mais en 1524, il publia De Libero Animo, son célèbre essai sur le libre arbitre, contre la position de Luther - selon laquelle les gens ne choisissaient pas librement leur salut mais étaient les sujets d'une prédestination. L'œuvre fut écrite alors qu'Érasme se trouvait à Bâle, en Suisse, mais, alors qu'il y vivait depuis 1521, la ville se révéla être un foyer de réformateurs radicaux, et le culte catholique fut interdit. Érasme s'installa à Fribourg en 1529, où il travailla à l'université catholique, mais il retourna à Bâle en 1535. Il est curieux, pour un homme qui voyagea autant, que dans ses ouvrages imprimés, il ait toujours été désigné comme "Érasme de Rotterdam".

Supprimer la pub

Advertisement

ÉRASME CHERCHAIT À ASSAINIR LES COINS LES PLUS DÉSHONORANTS DE L'ÉGLISE PLUTÔT QU'À OPÉRER UNE RÉFORME RADICALE.

Érasme considérait que le mouvement florissant de la Réforme (comme on l'appela plus tard) se trompait de cible. Il ne pensait pas que c'était les divisions sur la doctrine qu'il fallait guérir (ni que les personnes ayant des opinions différentes devaient être persécutées), mais que les gens ordinaires avaient besoin de retrouver leur foi dans l'Église en tant qu'institution et dans les prêtres en tant que guides spirituels. Dans le satirique Moriae Encomium (Éloge de la folie) de 1511, Érasme s'était moqué des éléments les plus absurdes du catholicisme, en particulier de sa tendance au spectacle théâtral. L'ouvrage critique également ce qu'il considèrait comme la corruption et le pouvoir disproportionné au sein des communautés monastiques. Érasme cherchait à nettoyer les recoins les plus moralement discutables de l'Église plutôt que de procéder à la réforme radicale proposée par des penseurs tels que Martin Luther. Ironiquement, cependant, l'examen critique et pointu des textes de base dans la langue originale et l'analyse textuelle des versions actuelles d'Érasme allaient alimenter la Réforme lorsque ses méthodes de philologie seraient adoptées par des penseurs ultérieurs.

L'héritage humaniste

Érasme mourut le 12 juillet 1536 à Bâle. S'il ne réussit pas à trouver un terrain d'entente entre les catholiques traditionnels et les réformistes, le plus grand héritage de son érudition et de sa longue carrière d'écrivain est sa contribution au mouvement philosophique connu sous le nom d'humanisme. L'humanisme est un terme inventé au XIXe siècle pour désigner les penseurs de la Renaissance qui préconisaient une éducation axée sur l'accès direct à la littérature classique et sa compréhension. Cependant, le terme "humanisme" a depuis lors accumulé tellement de bagages qu'il est devenu largement superflu. De nombreux spécialistes modernes préfèrent affirmer que des penseurs comme Érasme s'intéressaient à la studia humanitatis, c'est-à-dire à des études qui se concentraient sur ce qu'était l'être humain et, plus précisément, sur ce qu'était un individu vertueux. En outre, les humanistes, même à l'époque d'Érasme, constituaient un groupe diversifié de penseurs qui étaient loin d'atteindre un consensus d'opinion sur tous les sujets. Érasme n'était certainement pas toujours en accord avec certains penseurs humanistes de la Renaissance; son Ciceronianus, publié en 1528, était une attaque contre les érudits trop préoccupés par l'imitation de l'orateur romain Cicéron (106-43 av. JC) - bien qu'Érasme lui-même ait publié nombre de ses propres lettres, la forme d'érudition pour laquelle Cicéron était particulièrement célèbre.

Desiderius Erasmus by Matsys
Desiderius Erasmus par Matsys
Quentin Matsys (Public Domain)

Néanmoins, il y eut un mouvement pour changer l'éducation et la faire se concentrer davantage sur les textes classiques. Dans ces textes, on pouvait trouver du matériel pertinent pour la grammaire latine, la poésie, la rhétorique, l'histoire et la philosophie morale. Il était également considéré comme important d'étudier l'idée ancienne de la vertu dans la vie publique et privée. Certes, cela ne signifie pas qu'Érasme et les autres humanistes négligèrent les textes religieux, mais c'est le début d'une évolution lente et irréversible du concept d'éducation, qui aboutira finalement à ce que les savants puissent étudier des sujets entièrement séculiers tout au long de leur carrière.

Supprimer la pub

Advertisement

Érasme eut un autre effet, plus immédiat et plus tangible, sur l'éducation par ses écrits. Il produisit des guides à l'intention de ceux qui souhaitaient créer une école, des exemples de programmes d'études recommandés (De ratione Studii, 1511) et de nombreux manuels, tels que son ouvrage On Copia (1512), qui connut plusieurs éditions et qui enseignait aux étudiants comment argumenter, réviser des textes et en produire de nouveaux. Son ouvrage La correspondence (1521) enseignait comment rédiger des lettres, viser des publics spécifiques et employer une variété d'expressions. Même les érudits les plus avancés continuèrent à utiliser les travaux d'Érasme. Son Nouveau Testament grec fut utilisé comme base pour de nouvelles traductions par Martin Luther (allemand, 1522), William Tyndale (anglais, 1526) et par les érudits qui produisirent la version de la Bible dite bible du roi Jacques en 1611.

Un autre héritage est le programme Erasmus, un programme d'échange d'étudiants qui fonctionne aujourd'hui dans tous les pays européens. Lancé en 1987, ce programme permet aux étudiants d'étudier dans un autre pays, en encourageant les idées de partage culturel, de tolérance et de compréhension. En tant qu'érudit ayant lui-même étudié dans différents pays et croyant fermement au pouvoir de l'éducation, on ne peut s'empêcher de penser qu'Érasme aurait été extrêmement heureux de voir son nom associé à un tel projet.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2020, octobre 28). Érasme [Desiderius Erasmus]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19249/erasme/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Érasme." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 28, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19249/erasme/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Érasme." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 28 oct. 2020. Web. 07 août 2022.

Adhésion