Bassae

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 07 juillet 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, Turc
Temple of Apollo, Bassae (by Carole Raddato, CC BY-SA)
Temple d'Apollon, Bassae
Carole Raddato (CC BY-SA)

Bassae, située dans le sud-ouest de l'Arcadie sur les pentes du mont Kotilion, était un important site de temples aux époques archaïque et classique. Son grand temple d'Apollon du Ve siècle avant notre ère, aujourd'hui recouvert d'un toit permanent, est l'un des temples les mieux conservés de Grèce et présente d'importantes innovations dans l'architecture grecque. Bassae est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Aperçu historique

Le nom de Bassae provient des nombreux petits ravins (bassae ou bissae) parmi les rochers du mont Kotilion. Le sanctuaire, qui avait développé son propre petit village, était relié à la ville la plus proche, Phigalie, par une voie sacrée. Les habitants de Bassae étaient également responsables d'un autre sanctuaire situé plus haut dans la montagne et dédié à Artémis et Aphrodite.

Supprimer la pub
Advertisement

Les premières offrandes votives sur le site du sanctuaire de Bassae datent du dernier quart du VIIIe siècle avant notre ère. Quatre temples furent construits pour Apollon, du VIIe siècle avant notre ère au Ve siècle avant notre ère, chacun remplaçant et dépassant en taille son prédécesseur. Le sanctuaire n'était cependant pas uniquement dédié à Apollon, puisqu'un récipient inscrit fait état d'un culte à Aphaea (ou Aphaïa), la déesse de la fertilité et de l'agriculture, et qu'une enceinte était consacrée à Pan, le dieu des pâturages. À côté du célèbre temple d'Apollon se trouve un édifice sacré, ou sekos, avec deux chambres et les traces d'un atelier de métallurgie. On a trouvé sur le site des offrandes votives en poterie fine de Corinthe et de Laconie, des figurines en céramique, des bijoux, une lyre en écaille de tortue et de nombreuses petites figurines en bronze. L'importance de Bassae commença à diminuer à partir du 4e siècle avant notre ère avec la fondation de la Ligue Arcadienne et de Megalopolis par Thèbes en 371-370 avant notre ère, ce qui signifie que le site reçut de moins en moins d'offrandes votives et qu'il finit par être abandonné.

Le temple de Bassae était dédié à Apollon EpiCurius (ou "Apollon le Secourable"), ce qui peut faire référence à l'aide militaire, car de nombreux habitants avaient combattu en tant que mercenaires.

Le temple d'Apollon

Le grand temple de Bassae était dédié à Apollon Epicurius (ou "Apollon le Secourable"), ce qui peut faire référence, non pas à une connotation médicale, mais au fait que de nombreux Arcadiens avaient combattu en tant que mercenaires pour la Messénie contre Sparte. En grec, un epikouros était à la fois un allié et un mercenaire. Il est certain que le site reçut une quantité inhabituelle d'armes et d'armures dédicacées, généralement fabriquées en miniature. Une autre épithète d'Apollon, "Bassitas", figure sur une tablette de bronze où sont inscrits les détails d'une manumission.

Supprimer la pub
Advertisement

Le temple fut achevé, après une interruption due à la guerre du Péloponnèse, dans les dernières décennies du Ve siècle avant notre ère. Selon Pausanias, voyageur grec du IIe siècle de notre ère, il fut conçu par Ictinus, qui fut également l'architecte du Parthénon. Cette affirmation n'est pas étayée par des preuves et certains éléments de l'architecture du temple témoignent d'une influence locale. Il s'agit d'une combinaison unique des trois ordres architecturaux de la Grèce classique avec, par exemple, un extérieur à colonnes doriques, une frise décorative ionique à l'intérieur et une seule colonne et un seul chapiteau corinthiens à l'intérieur.

Plan, Temple of Apollo, Bassae
Plan du Temple d'Apollon, Bassae
Napoleon Vier (GNU FDL)

Le temple fut construit sur le site d'une version antérieure plus petite (600-570 av. J.-C.) et est également orienté vers le nord. La plupart des temples grecs étaient construits sur un axe est-ouest. C'est pourquoi le mur est percé d'une ouverture pour permettre à la lumière du matin d'entrer et d'éclairer l'intérieur. L'extérieur comportait 6 colonnes sur les façades et 15 sur les longs côtés. Au lieu d'une frise sculpturale, la décoration extérieure est assurée par une alternance de métopes et de triglyphes simples.

Supprimer la pub
Advertisement

À l'intérieur, les murs latéraux de la cella présentent de hautes colonnes ioniques engagées (cinq de chaque côté), tandis que la salle de l'adytum (qui abritait la statue de culte du dieu) est séparée de la cella par une seule colonne corinthienne, placée au centre. Le temple est le premier bâtiment connu à utiliser un chapiteau corinthien. Le plafond intérieur, composé de caissons de marbre (panneaux carrés enfoncés) dont le dos est délibérément cambré (courbé) pour augmenter leur force portante, est un autre signe de l'intervention d'un maître architecte. Fait inhabituel, le plafond intérieur ne comporte aucun élément en bois, toutes les poutres et tous les chevrons étant en pierre. Le toit du temple fut construit avec des dalles de marbre et présente des signes de réparations ultérieures de la période hellénistique avec de la terre cuite.

Greek & Amazons, Frieze from Bassae
Combat des Grecs contre les Amazones, Frise du temple de Bassae
Carole Raddato (CC BY-SA)

Si l'extérieur du temple est plutôt austère, dépourvu de toute décoration, l'intérieur est orné de sculptures de personnages. Celle-ci est réalisée en marbre alors que le reste du temple est en pierre calcaire locale. Les dalles de la frise, aujourd'hui conservées au British Museum de Londres, représentent des batailles de centaures contre des Lapithes et de Grecs contre des Amazones. À l'origine, il y avait 23 dalles, soit 31 mètres de frise. Les métopes du pronaos (l'espace d'entrée intérieur) portaient également des sculptures. Elles représentaient deux scènes mythologiques: les Dioscures (Castor et Pollux) violant les filles de Leucippe, un roi de Messène, et Apollon revenant du mont Olympe.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2016, juillet 07). Bassae [Bassae]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14938/bassae/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Bassae." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 07, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14938/bassae/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Bassae." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 07 juil. 2016. Web. 13 avril 2024.

Adhésion