Le Syracusia

Définition

Stella Nenova
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 29 novembre 2015
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Syracusia (by Unknown Artist, CC BY-SA)
Le Syracusia
Unknown Artist (CC BY-SA)

Le Syracusia était un ancien navire à voile conçu par Archimède au 3e siècle avant Jésus-Christ. Il était considéré comme l'un des plus grands navires jamais construits dans l'Antiquité et possédait un somptueux décor de bois exotiques et de marbre, ainsi que des tours, des statues, un gymnase, une bibliothèque et même un temple.

Une nouvelle approche

La navigation maritime antique est généralement perçue en tant que navigation de cabotage. Le terme vient du verbe caboter qui signifie "Naviguer en longeant la côte, avec des escales". Les peuples de l'Antiquité (Égyptiens, Grecs et Romains) naviguaient généralement en suivant la côte et ne prenaient pas le risque de s'aventurer trop loin en haute mer. Néanmoins, certaines sources confirment l'existence d'exceptions, dont la première remonte au IIIe siècle avant Jésus-Christ.

Supprimer la pub
Advertisement

En Sicile, sous le règne du roi Hiéron II de Syracuse (270 - 215 av. J.-C.), un navire aux dimensions étonnantes fut construit. Le matériau utilisé pour la construction de ce bateau géant équivalait à celui de 60 navires ordinaires. De plus, ce navire était destiné à quitter les voies de navigation côtières sûres et à traverser la Méditerranée. Le navire fut baptisé Syracusia et représentait ce que l'on pourrait appeler "le premier paquebot de l'Antiquité".

Archimède

Archimède de Syracuse était un scientifique et un inventeur de l'Antiquité qui vécut entre 287 et 212 avant Jésus-Christ. Dans son livre Des corps flottants, écrit vers 250 avant Jésus-Christ, il décrit certains des principes de l'hydrostatique qu'il avait découverts. Il était pris par cette recherche précise lorsqu'il aurait prononcé son fameux "Eurêka" et se serait mis à courir tout nu (puisqu'il était dans son bain). Cette histoire fut peut-être un peu exagérée par Vitruve, qui est la première source écrite de cet épisode plus d'un siècle plus tard, mais il est certain qu'Archimède fut à l'origine de grandes inventions scientifiques qui lui valurent une renommée durable en tant qu'un des principaux savants de l'Antiquité.

Supprimer la pub
Advertisement
Hiéron II confia à Archimède une tâche particulière: concevoir un navire, le plus grand et le plus gros qu'il puisse inventer.

Archimède fut incité à correspondre avec le souverain de Syracuse, le roi Hiéron II. Dans une lettre, il se vanta de pouvoir déplacer n'importe quel objet lourd qui existe. "Donnez-moi un endroit où me tenir et je déplacerai la Terre !" (δός μοι πᾷ στῶ καὶ τὰν γᾶν κινήσω) déclara-t-il et attira immédiatement l'attention du roi syracusain. Impressionné par les connaissances du célèbre savant, Hiéron II décida de lui confier une tâche spéciale - concevoir un navire, le plus grand et le plus gros qu'il puisse inventer. Archimède fit de son mieux et dépassa toutes les attentes.

Le Syracusia

Lorsque Archias de Corinthe construisit le navire selon les plans d'Archimède, il s'avéra qu'il était si grand qu'aucun port de Sicile n'était assez grand pour l'accueillir. Hiéron II dut réfléchir longuement à ce qu'il devait en faire. Finalement, il décida d'envoyer le navire en cadeau à Ptolémée, le roi d'Égypte. Le port d'Alexandrie semblait être le seul à pouvoir accueillir cette merveilleuse construction. Ainsi, le navire, initialement nommé "Syracusia", fut rebaptisé "Alexandria" et préparé pour l'embarquement.

Supprimer la pub
Advertisement

Athénée, dans son livre Les Deipnosophistes, cite la seule description du navire et de son chargement qui existe, écrite par l'historien Moschion de Phaselis. Selon son récit, le Syracusia/Alexandria était chargé de :

  • - 60 000 mesures de céréales
  • - 10 000 jarres de poisson salé sicilien
  • - 20 000 talents (500 000-600 000 kg/ 1 102 000-1 323 000 lb) de laine
  • - 20.000 talents d'autres marchandises (500.000-600.000 kg/ 1.102.000-1.323.000 lb)
  • - 2, 000 mesures d'eau dans un conteneur pour boire et se baigner

En plus de tout cela, à bord il y avait aussi l'équipage, les passagers, les soldats et même les chevaux.

Dimensions

Les faits que nous connaissons sur le Syracusia proviennent du texte d'Athénée et sont les suivants :

  1. Longueur - 55 m (180 ft), certaines autres sources donnent 110 m (360 ft)
  2. Capacité de chargement - entre 1 600 et 1 800 tonnes et 1940 passagers, guerriers et membres d'équipage, ainsi que 20 chevaux avec des stalles séparées pour chacun.
  3. Bois utilisé pour la construction du Syracusia - égal au matériel nécessaire pour 60 trirèmes standards (40 m de long et 6 m de large)
  4. Durée de la construction - 1 an, réalisée par 300 ouvriers.

Nous connaissons la tendance des auteurs anciens à exagérer les faits dans leur enthousiasme à décrire quelque chose d'extraordinaire. Malgré cela, le Syracusia devait être un navire remarquable. On raconta de nombreuses histoires sur sa mise à l'eau qui semblait impossible par les moyens conventionnels de l'époque. Le navire n'aurait tout simplement pas pu être tiré hors du quai, quel qu'ait été le nombre d'hommes employés. Archimède étonna une fois de plus Hiéron II. Il parvint à faire mettre à l'eau le navire tout seul à l'aide d'un système de poulies (le système de moufles de levage est l'une des nombreuses inventions technologiques du savant syracusain).

Supprimer la pub
Advertisement

Le merveilleux intérieur

La taille du Syracusia n'était pas le seul fait impressionnant à son sujet. Selon Moschion, les aménagements du navire auraient stupéfié même les passagers et les amateurs de croisières modernes. Le bois de cyprès, le bois d'agrumes et l'ivoire étaient quelques-uns des matériaux décrits. En outre, toutes les pièces avaient des sols composés de mosaïques de toutes sortes de pierres. Celles-ci illustraient toute l'histoire de l'Iliade et étaient en fait, les plus anciennes illustrations en mosaïque qui aient jamais existé. D'innombrables dessins et statues, gobelets et vases ornaient l'espace intérieur du Syracusia. Le navire était équipé d'une bibliothèque et d'une salle de lecture, d'un salon, d'un gymnase, d'une salle de bain, d'une salle à manger et d'un espace cuisine avec des réserves en bois, des fours et des moulins. Près de la tête du navire, il y avait une citerne d'eau douce pour boire et se baigner (selon certains calculs, d'une capacité d'environ 78 tonnes). À côté de cette citerne se trouvait un vivier intégré d'eau de mer rempli de poissons à l'usage du cuisinier.

Le pont supérieur n'était pas soutenu par des colonnes régulières, mais par des statues d'Atlas (le Titan qui tenait le ciel dans la mythologie grecque) de six coudées de haut (environ 3 m / 118 in). Le long du pont supérieur, il y avait des promenades avec des jardins de différentes sortes de fleurs et de plantes. Certaines parties étaient ombragées par des toits de tuiles, d'autres avaient des tentes couvertes de branches de lierre et de vigne blanche. Les racines des plantes étaient enterrées dans des fûts spéciaux remplis de terre et régulièrement arrosées. Les magnifiques promenades menaient à un temple d'Aphrodite, avec un sol en pierre d'agate, meublé de la manière la plus exquise de statues et de tableaux. 142 cabines pour les passagers de première classe se trouvaient également sur le deuxième pont.

L'équipage et environ 200 (selon d'autres 400) soldats étaient logés sur le pont inférieur. 20 stalles à chevaux séparées faisaient également partie de cette zone. Le navire était également bien protégé. Il y avait huit tours avec quatre hommes et deux archers sur chacune. Entre 200 et 400 soldats étaient prêts à recevoir des ordres sur un pont spécial à l'avant du navire où était montée une catapulte géante. Une palissade faisait tout le tour du navire pour empêcher les tentatives d'abordage. Quatre ancres en bois et huit en fer assuraient sa sécurité au port.

Supprimer la pub
Advertisement

Malheureusement, le Syracusia ne navigua qu'une seule fois - lors de ce voyage de la Sicile à l'Afrique du Nord. On ne sait pas exactement ce qui lui arriva par la suite, car il ne fut plus jamais mentionné dans les sources historiques ultérieures.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

  • Anonymous. Oxford English Dictionary. Oxford University Press, 1984
  • Athenaeus. Deipnosophistae (Loeb Classical Library). Harvard University Press, 1927

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Stella Nenova
I have a degree in Classics and Ph.D. in Ancient History. I have taught Latin and Greek at university for five years. Every subject of the ancient Greek and Roman civilizations passionates me, and I write a blog about that on www.ancientworldalive.com

Citer cette ressource

Style APA

Nenova, S. (2015, novembre 29). Le Syracusia [Syracusia]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14115/le-syracusia/

Style Chicago

Nenova, Stella. "Le Syracusia." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 29, 2015. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14115/le-syracusia/.

Style MLA

Nenova, Stella. "Le Syracusia." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 29 nov. 2015. Web. 28 févr. 2024.

Adhésion