Gouvernement Inca

Coûts des serveurs - Collecte de fonds 2023

Faire fonctionner un site web qui accueille des millions de lecteurs chaque mois coûte extrêmement cher. Nous devons non seulement payer nos serveurs, mais aussi les services connexes tels que notre réseau de diffusion de contenu, Google Workspace, la messagerie électronique, etc. Nous préférerions utiliser cet argent pour produire davantage de contenu historique gratuit pour le monde entier. Merci de votre aide !
$2311 / $21000

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 21 octobre 2015
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol, Turc
Inca Ruler Atahualpa (by Mary Harrsch (taken at the Ojai Valley Museum), CC BY-NC-SA)
Atahualpa
Mary Harrsch (taken at the Ojai Valley Museum) (CC BY-NC-SA)

Le centre du pouvoir inca était la capitale Cuzco, considérée comme le nombril du monde. 40 000 Incas gouvernaient un empire de plus de 10 millions de sujets qui parlaient plus de 30 langues différentes. En conséquence, le gouvernement centralisé employait un vaste réseau d'administrateurs locaux qui s'appuyaient fortement sur une combinaison de relations personnelles, de largesses de l'État, d'échanges rituels, d'application de la loi et de puissance militaire.

Le système fonctionnait très bien et la civilisation inca prospéra dans l'ancien Pérou entre 1400 et 1534. L'empire inca finit par s'étendre à travers l'ouest de l'Amérique du Sud, de Quito au nord à Santiago au sud, ce qui en fait le plus grand empire jamais vu dans les Amériques.

Supprimer la pub

Advertisement

Aperçu historique - L'empire

Cuzco devint un centre important au début de la période intermédiaire tardive (1000-1400 de notre ère). Un processus d'unification régionale commença à la fin du 14e siècle et, au début du 15e siècle, avec l'arrivée du premier grand chef inca, Pachacuti ("Renverseur du monde"), les Incas commencèrent à s'étendre à la recherche de ressources de pillage et de production, d'abord vers le sud, puis dans toutes les directions, et construisirent ainsi un empire qui s'étendait à travers les Andes.

L'essor de l'empire inca fut spectaculairement rapide. Tout d'abord, tous les locuteurs de la langue inca, le quechua (ou runasimi), reçurent un statut privilégié, et cette classe noble domina ensuite tous les rôles importants au sein de l'empire. Finalement, un système d'imposition et d'administration à l'échelle nationale fut mis en place, ce qui consolida le pouvoir de Cuzco. Les Incas eux-mêmes appelaient leur empire Tawantinsuyo (ou Tahuantinsuyu), ce qui signifie "Terre des quatre quartiers".

Supprimer la pub

Advertisement

Les Incas imposèrent leur religion, leur administration et même leur art aux peuples conquis.

Les Incas imposèrent leur religion, leur administration et même leur art aux peuples conquis. Ils leur soutiraient un tribut et déplaçaient même les populations loyales (mitmaqs) pour mieux intégrer les nouveaux territoires à l'empire. Cependant, les Incas apportèrent également certains avantages tels que la redistribution de la nourriture en cas de catastrophe environnementale, de meilleures installations de stockage des denrées alimentaires, du travail grâce à des projets parrainés par l'État, des fêtes religieuses parrainées par l'État, des routes, une assistance militaire et des produits de luxe, notamment des objets d'art appréciés par l'élite locale.

Roi inca

Les Incas tenaient des listes de leurs rois héréditaires (Sapa Inca, c'est-à-dire Inca unique), de sorte que nous connaissons des noms tels que Pachacuti Inca Yupanqui (r. de c. 1438 à 63), Thupa Inca Yupanqui (r. de c. 1471 à 93) et Wayna Qhapaq (le dernier souverain préhispanique, r. de c. 1493 à 1525). Il est possible que deux rois aient régné en même temps et que les reines aient eu des pouvoirs importants, mais les documents espagnols ne sont pas clairs sur ces deux points. Le roi était censé se marier dès son accession au trône, sa promise étant parfois sa propre sœur. La reine (Qoya) était connue sous le nom de Mamancik ou "Notre Mère" et pouvait exercer une certaine influence sur son mari et par l'intermédiaire de sa famille, notamment pour choisir le fils qui deviendrait l'héritier officiel du trône. La Qoya possédait également d'importantes richesses dont elle pouvait disposer à sa guise.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

L'Inca Sapa était un souverain absolu dont la parole avait force de loi. Il contrôlait la politique, la société, les réserves alimentaires de l'empire et était le commandant en chef de l'armée. Vénéré comme un dieu, il était également connu sous le nom d'Intip Churin ou "fils du soleil". Compte tenu de ce statut élevé, il menait une vie de grande opulence. Il buvait dans des coupes d'or et d'argent, portait des chaussures d'argent et vivait dans un palais meublé des textiles les plus fins ; il était choyé à l'extrême. On s'occupait même de lui après sa mort, car les Incas momifiaient leurs souverains et les "consultaient" ensuite pour obtenir leur avis sur les affaires urgentes de l'État. Malgré son statut enviable, le roi devait cependant négocier le consentement et le soutien de ses nobles, qui pouvaient, et le faisaient, parfois déposer ou même assassiner leur souverain. En plus de conserver les faveurs de ses nobles, le roi devait également jouer son rôle de magnanime bienfaiteur de son peuple, d'où son autre titre de Huaccha Khoyaq ou "Amant et bienfaiteur des pauvres".

Map of the inca Empire
Carte de l'Empire inca
Wikipedia User: Zenyu (Public Domain)

Nobles incas

Le régime inca était, à l'image de leur célèbre architecture, basé sur des unités compartimentées et imbriquées. Au sommet se trouvaient le roi, son grand prêtre (Willaq Umu) - qui pouvait également faire office de maréchal - et dix groupes de nobles royaux appelés panaqa. Ces nobles pouvaient élaborer et mettre en œuvre des politiques lors de conseils avec le roi et, plus important encore, influencer le choix final du successeur du roi, qui était rarement le fils aîné. En effet, de nombreuses accessions royales ont été précédées d'intrigues, de manœuvres politiques, de coups d'État et même d'assassinats visant à promouvoir le candidat d'un groupe familial particulier. Cela pourrait bien être la raison pour laquelle les rois incas ultérieurs ont épousé leur propre sœur afin d'éviter d'élargir la base du pouvoir de l'élite au sommet de la structure gouvernementale.

Après les panaqa venaient dix autres groupes de parents plus éloignés du roi et divisés en deux moitiés : le Haut et le Bas-Cuzco. Puis venait un troisième groupe de nobles qui n'étaient pas de sang inca mais qui étaient devenus incas par privilège. Ce dernier groupe était issu de la partie de la population qui avait habité la région lors de l'arrivée des Incas. Comme tous ces groupes étaient composés de différentes lignées familiales, il existait une grande rivalité entre eux qui se traduisait parfois par une guerre ouverte.

Supprimer la pub

Advertisement

Administrateurs incas

Au bas de l'appareil d'État se trouvaient des administrateurs recrutés localement qui supervisaient les colonies et la plus petite unité de population andine, l'ayllu, qui était un ensemble de ménages, généralement des familles apparentées qui travaillaient une zone de terre, vivaient ensemble et se soutenaient mutuellement en cas de besoin. Chaque ayllu était gouverné par un petit nombre de nobles ou kurakas, un rôle qui pouvait inclure des femmes.

Les administrateurs locaux collaboraient et rendaient compte à plus de 80 administrateurs régionaux (tokrikoq), qui étaient responsables de questions telles que la justice, les recensements, la redistribution des terres, l'organisation des forces de travail mobiles et l'entretien du vaste réseau de routes et de ponts dans leur juridiction. Les administrateurs régionaux, qui étaient presque toujours d'origine inca, rendaient compte à un gouverneur responsable de chaque quart de l'empire. Les quatre gouverneurs rendaient compte au souverain suprême inca à Cuzco. Pour s'assurer de leur loyauté, les héritiers des souverains locaux étaient également gardés comme prisonniers bien gardés à la capitale inca. Les rôles politiques, religieux et militaires les plus importants au sein de l'empire étaient donc confiés à l'élite inca, appelée par les Espagnols les orejones ou "grandes oreilles" parce qu'ils portaient de grands pavillons d'oreille pour indiquer leur statut. Pour mieux assurer le contrôle de cette élite sur ses sujets, des garnisons étaient parsemées sur tout l'empire et des centres administratifs entièrement nouveaux furent construits, notamment à Tambo Colorado, Huanuco Pampa et Hatun Xauxa.

Inca Qollqa
Qollqa inca
Stevage (CC BY-SA)

Impôts et tributs

À des fins fiscales, des recensements annuels étaient régulièrement effectués pour garder trace des naissances, des décès, des mariages, ainsi que du statut et des capacités des travailleurs. A des fins administratives, les populations étaient divisées en groupes basés sur des multiples de dix (les mathématiques incas étaient presque identiques au système que nous utilisons aujourd'hui), même si cette méthode ne correspondait pas toujours à la réalité locale. Ces recensements et les fonctionnaires eux-mêmes étaient examinés tous les deux ans, ainsi que les affaires provinciales en général, par des inspecteurs dévoués et indépendants, connus sous le nom de tokoyrikoq ou "celui qui voit tout".

Supprimer la pub

Advertisement

Comme il n'y avait pas de monnaie dans le monde inca, les impôts étaient payés en nature - généralement des denrées alimentaires (surtout du maïs, des pommes de terre et de la viande séchée), des métaux précieux, de la laine, du coton, des textiles, des plumes exotiques, des teintures et des coquilles de spondylus - mais aussi des ouvriers qui pouvaient être déplacés dans l'empire pour être utilisés là où ils étaient le plus nécessaires. Ce service de main-d'œuvre était connu sous le nom de mit'a. Les terres agricoles et les troupeaux étaient divisés en trois parties : production pour la religion d'État et les dieux, pour le souverain inca et pour l'usage personnel des agriculteurs. Les communautés locales devaient également participer à la construction et à l'entretien de projets impériaux tels que le réseau routier qui s'étendait à travers l'empire. Pour tenir compte de toutes ces statistiques, l'Inca utilisait le quipu, un assemblage sophistiqué de nœuds et de cordes, qui était également très transportable et pouvait enregistrer des décimales jusqu'à 10 000.

Les marchandises étaient transportées à travers l'empire le long de routes spécialement construites, à l'aide de lamas et de porteurs (il n'y avait pas de véhicules à roues). Le réseau routier inca couvrait plus de 40 000 km et, en plus de permettre le déplacement aisé des armées, des administrateurs et des marchandises, il était également un symbole visuel très puissant de l'autorité inca sur son empire.

Effondrement

L'empire inca était fondé et maintenu par la force et les Incas au pouvoir étaient très souvent impopulaires auprès de leurs sujets (en particulier dans les territoires du nord), une situation dont les conquistadores espagnols, menés par Francisco Pizarro, allaient tirer pleinement parti au milieu du XVIe siècle. Les rébellions étaient nombreuses et les Incas étaient activement engagés dans une guerre en Équateur, où une seconde capitale inca avait été établie à Quito, juste au moment où l'empire était confronté à sa plus grande menace. Également frappée par des maladies dévastatrices apportées par les Européens et qui s'étaient en fait propagées depuis l'Amérique centrale plus rapidement que leurs porteurs venus de l'Ancien Monde, cette combinaison de facteurs allait provoquer l'effondrement de la puissante civilisation inca avant même qu'elle n'ait eu la chance de mûrir pleinement.

Supprimer la pub

Advertisement

Supprimer la pub

Publicité

Questions & Réponses

Quel type de gouvernement les Incas avaient-ils ?

Le gouvernement inca ressemblait à une monarchie avec un gouvernement centralisé dirigeant des milliers de fonctionnaires à travers l'empire. Le gouvernement prélevait des taxes et des tributs auprès du peuple.

Que contrôlait le gouvernement inca ?

Le gouvernement Inca contrôlait tout. Le roi ou Sapa Inca était un souverain absolu dont la parole avait force de loi. Il contrôlait la politique, la société, les réserves alimentaires de l'empire et était le commandant en chef de l'armée.

Quelles mesures permettaient au gouvernement inca de contrôler son empire ?

Le gouvernement inca, dominé par le roi ou Sapa Inca, utilisait la force militaire pour contrôler son empire et diffusait sa religion, son art et son architecture pour tenter de créer une unité culturelle.

Comment le gouvernement inca a-t-il contribué à l'effondrement de l'empire inca ?

Le gouvernement inca s'appuyait sur la force militaire et imposait sa religion et sa culture à ses sujets. Cela signifie que les Incas n'étaient pas des souverains populaires et qu'il y a eu de nombreuses rébellions dans l'empire. Lorsque les Conquistadors européens sont arrivés, ils ont exploité ces divisions au sein de l'empire.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2015, octobre 21). Gouvernement Inca [Inca Government]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14059/gouvernement-inca/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Gouvernement Inca." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 21, 2015. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14059/gouvernement-inca/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Gouvernement Inca." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 21 oct. 2015. Web. 08 févr. 2023.

Adhésion