Phidias

Définition

Donald L. Wasson
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 07 juillet 2017
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, arabe
The Varvakeion Athena (by Mark Cartwright, CC BY-NC-SA)
Athéna du Varvakeion
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Phidias (également Phidias) était, selon ses contemporains, le plus renommé de tous les sculpteurs grecs. Ses plus grands chefs-d'œuvre furent réalisés entre 465 et 425 environ avant notre ère. Malheureusement, à l'exception de copies, aucun exemple de son œuvre n'a survécu. Bien que l'on sache peu de choses sur ses débuts, il se fit connaître sous le règne de l'homme d'État, commandant et orateur Périclès, vers 449 avant J.-C., à l'âge d'or d'Athènes. Phidias est surtout connu pour ses trois monuments athéniens à Athéna, la déesse grecque vierge de la sagesse et de la guerre, ainsi que pour la statue de Zeus au temple de Zeus à Olympie, l'une des sept merveilles du monde antique. On dit que ses œuvres étaient si exaltantes que les gens croyaient qu'il avait été témoin de la majesté des dieux et qu'il la révélait aux hommes à travers ses sculptures.

Athéna à Athènes

De sa jeunesse, les seuls faits connus sur Phidias sont qu'il était le fils de Charmidès (et non de l'homme d'État du même nom) et l'élève des sculpteurs athéniens Hégias et Hageladas. Lorsque Périclès arriva au pouvoir vers 461 avant J.-C., il lança un vaste programme de construction et confia à Phidias, membre de son cercle restreint, la responsabilité de tous les projets artistiques. Parmi les œuvres les plus célèbres du sculpteur figurent trois monuments de l'Acropole dédiés à la déesse Athéna : l'Athéna Promachos en bronze, haute de 9 mètres (30 pieds), achevée en 456 avant notre ère et l'une de ses premières œuvres ; l'Athéna Lemnia en bronze dédiée aux colons de Lemnos ; et enfin, pour le Parthénon, l'Athéna Parthénos.

Supprimer la pub
Advertisement
Phidias fut chargé de la reconstruction du Parthénon.

Selon les recherches modernes, l'Athéna Parthénos, commencée en 447 avant J.-C. et dédiée en 438 avant J.-C., mesurait quarante pieds de haut et était drapée d'ivoire avec plus d'une tonne d'or. Elle était vêtue d'une tunique, portait une égide (sorte de bouclier) ornée de la tête de Méduse, et un casque. Dans sa main droite, elle tenait une image de Niké, la déesse de la victoire, et dans sa main gauche, elle tenait une lance. La Parthénos se tenait derrière un bassin peu profond rempli d'huile, non seulement pour fournir un reflet de la statue, mais aussi pour empêcher l'ivoire de la statue de se fissurer sous la chaleur sèche d'Athènes.

Athena Parthenos Reconstruction
Athéna Parthénos, Reconstitution
Mary Harrsch (Photographed at the Nashville Parthenon, Tennessee) (CC BY-NC-SA)

En tant qu'ami de Périclès, Phidias fut nommé directeur général et superviseur de la reconstruction du Parthénon, bien que l'historien grec Plutarque, de la fin du 1er siècle de notre ère, attribue la majorité du mérite aux architectes Callicratès et Ictinos. L'Acropole et l'ancien Parthénon avaient été détruits pendant les guerres perses. La nouvelle structure devait représenter le courage des Grecs lors de leur triomphe sur les envahisseurs perses. Dans ses Vies grecques, Plutarque parle de Phidias, de sa relation avec Périclès et de sa sculpture d'Athéna dans un chapitre consacré à l'homme d'État grec. Il écrit ,

Supprimer la pub
Advertisement

C’est Phidias qui fit la statue d’or de la déesse ; et le nom de l’artiste est gravé sur le socle. Il avait, avons-nous dit, là direction de tous les travaux, et la surveillance de tous les artistes employés à l’œuvre : honneur qu’il devait à l’amitié de Périclès. De là, mille jalousies contre l’un, mille bruits injurieux contre l’autre. (157).

Zeus à Olympie

Si ses monuments à Athéna le rendirent célèbre, son plus grand chef-d'œuvre fut la statue du temple de Zeus à Olympie. Sa construction, qui dura huit ans, fut achevée en 430 avant Jésus-Christ. Le temple de Zeus était considéré comme l'une des sept merveilles du monde antique. Assis sur un trône, Zeus, comme Athéna, tenait l'image de Niké dans sa main droite et un sceptre dans sa main gauche. La statue mesurait plus de 12,8 m de haut - plus grande encore que l'Athéna Parthénos - et était composée d'ivoire et d'or. Là encore, comme beaucoup d'autres de ses œuvres, le temple et la statue n'existent plus, détruits par le feu et les tremblements de terre. Il tomba en ruines et finit par être recouvert par un glissement de terrain et le limon d'une rivière.

Statue of Zeus, Olympia
Statue de Zeus, Olympie
Quatremère de Quincy (Public Domain)

Disgrâce et mort

Les dernières années de Phidias sont un mystère. Les ennemis de Périclès accusèrent le sculpteur d'avoir volé non seulement de l'or mais aussi de l'ivoire lors de la réalisation d'Athéna Parthénos. Selon certains auteurs, s'il put prouver son innocence sur cette accusation, il fut également accusé d'impiété pour ses portraits de Périclès et de lui-même sur le bouclier d'Athéna. Plutarque soutient l'idée que Phidias ait pu être coupable, bien qu'il affirme que le "vol n'a pas été prouvé". Les ennemis de Périclès, cependant, restaient inflexibles quant à l'impiété, si bien que Phidias fut emprisonné et mourut en prison. Apparemment, l'amitié du sculpteur avec Périclès lui conféra de nombreux ennemis: "Cette faveur lui valut la haine d’une foule d’envieux." (172). Plutarque ajoute : "Phidias fui donc jeté en prison ; et il y mourut de maladie, ou, suivant quelques écrivains, du poison que lui firent prendre ses ennemis, pour avoir lieu de calomnier Périclès". (172).

Supprimer la pub
Advertisement

La présence du sculpteur à Olympie est attestée par la découverte de son atelier et l'achèvement du Zeus colossal prouve qu'il n'est pas mort en prison - il fut peut-être exilé ou, craignant pour sa vie, s'enfuit à Olympie. S'il n'est peut-être pas mort en prison, beaucoup pensent qu'il a pu être tué par les Éléens. Considéré comme le plus grand des sculpteurs athéniens, il est regrettable que sa mémoire et son art ne soient évoqués que par des copies et le testament d'auteurs contemporains. Pourtant, il influença d'innombrables artistes non seulement en Grèce mais aussi à Rome.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Donald L. Wasson
Donald a enseigné l’histoire antique et médiévale ainsi que l’histoire des États-Unis à Lincoln College (Illinois). Éternel étudiant d’histoire depuis qu’il a découvert Alexandre le Grand, il met toute son énergie à transmettre son savoir à ses étudiants.

Citer cette ressource

Style APA

Wasson, D. L. (2017, juillet 07). Phidias [Phidias]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13409/phidias/

Style Chicago

Wasson, Donald L.. "Phidias." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 07, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13409/phidias/.

Style MLA

Wasson, Donald L.. "Phidias." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 07 juil. 2017. Web. 17 avril 2024.

Adhésion