Janus

Définition

Donald L. Wasson
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 06 février 2015
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol, Turc
Janus and Bellona (by schurl50, Public Domain)
Janus et Bellone
schurl50 (Public Domain)

La République romaine devait beaucoup à l'influence culturelle de ses voisins grecs. Pendant des siècles, les Grecs occupèrent une place prépondérante au sud, sur l'île de Sicile. Une série de guerres aux IIe et IIIe siècles avant Jésus-Christ apporta à la ville une formidable présence hellénique : art, littérature, philosophie et, surtout, religion. Bien qu'une riche tradition religieuse ait existé bien avant l'arrivée des Grecs, le panthéon des dieux grecs fusionna très vite avec ceux déjà présents. Cependant, il existait un dieu sans équivalent grec, qui symbolisait à la fois le début et la fin. Son nom était évoqué avant même celui de Jupiter. Il s'agit de Janus.

Malgré l'influence de ces dieux nouvellement arrivés, il existait une différence significative entre le culte grec et romain : l'importance des rituels. Pour les Romains, les rituels étaient extrêmement importants. Ils constituaient une tentative voilée d'éviter les dangers du zèle religieux. Si un rituel était accompli correctement, un individu était récompensé ; dans le cas contraire, il pouvait être puni. Cette dépendance se poursuivrait longtemps après l'arrivée du panthéon grec.

Supprimer la pub
Advertisement
Pour tous les Romains, Janus était le dieu du début et de la fin, présidant à chaque entrée et sortie.

Rituels et dieux romains

À l'origine, même avant la triade capitoline, la religion romaine était fondée sur le culte de la maison - une croyance selon laquelle les esprits ou numina habitaient tout ce qui les entourait, y compris les personnes. Il existait toute une série de divinités domestiques : Vesta, l'esprit du foyer (qui serait plus tard associé aux vierges vestales) ; Penates, les gardiens du garde-manger (qui seraient plus tard les protecteurs de l'État romain) ; Lar Familiaris, l'esprit de la terre cultivée (également le gardien de la fortune familiale) ; et enfin, Janus, l'esprit de la porte ou ianua. Bien qu'habituellement bienveillants, ces esprits pouvaient se mettre en colère, surtout s'ils étaient ignorés. Chaque maison contenait une petite armoire contenant leurs images et une petite portion de chaque repas les honorait. Par la suite, nombre de ces esprits domestiques devinrent des divinités d'État.

Légende et attributs de Janus

Janus est l'une des plus anciennes divinités romaines, parfois appelée le "dieu des dieux" ou diuom deo ; d'autres l'assimilent au dieu étrusque Culsans. Cependant, il existe au moins deux mythes notables concernant son origine. Et, selon les deux, contrairement aux autres dieux romains et grecs, Janus aurait réellement vécu. Dans le premier mythe, il régnait aux côtés d'un premier roi romain nommé Camèse. Après son exil de Thessalie (une province du nord de la Grèce), Janus arriva à Rome avec sa femme Camisè, ou Camasené, et ses enfants, dont le plus remarquable était Tibérinus (dieu du Tibre). Peu après son arrivée, il construisit une ville sur la rive ouest du Tibre, nommée Janiculum. Après la mort de Camèse, il régna pacifiquement sur le Latium pendant de nombreuses années. Il aurait reçu Saturne lorsque le dieu fut chassé de Grèce. À sa propre mort, Janus fut déifié. Le second mythe le présente à l'époque de Romulus, le fondateur de Rome. Après l'enlèvement des Sabines par Romulus, Rome fut attaquée. Alors que les ennemis escaladaient les murs de la ville sous la conduite de Titus Tatius, Janus lança un puissant jet d'eau chaude, les forçant à battre en retraite. Pour célébrer cet acte, les portes du temple de Janus au Forum sont toujours laissées ouvertes afin qu'il puisse aider les soldats romains en temps de guerre. On dit que Romulus établit un culte en l'honneur de Janus.

Supprimer la pub
Advertisement

Janus
Janus
Loudon dodd (CC BY-SA)

Selon certains, il était le gardien de l'univers mais, pour tous les Romains, il était le dieu du début et de la fin, présidant à chaque entrée et sortie, et parce que chaque porte et passage regarde dans deux directions, Janus était considéré comme un dieu à deux visages ou Janus bifrons - le dieu qui regardait dans les deux sens. Il était le gardien des portes ; ses symboles étaient un bâton de portier ou virga et un trousseau de clés. Pour illustrer son importance, son nom était même mentionné avant Jupiter dans les prières. Il protégeait le début de toutes les activités. Il inaugurait les saisons. Le premier jour de chaque mois était considéré comme sacré pour lui, mais le premier mois de l'année - janvier - que beaucoup considèrent aujourd'hui comme nommé en son honneur, était en fait nommé en l'honneur de Junon, reine des dieux. Les premières pièces de monnaie romaines arboraient son image, le montrant avec deux visages, l'un barbu et l'autre rasé. Plus tard, à la Renaissance, cette image de deux visages représentera non seulement le passé et l'avenir, mais aussi la sagesse.

Fermeture des portes des sanctuaires de Janus

Cinq sanctuaires furent construits en l'honneur de Janus Geminus à Rome, tous situés à proximité d'une rivière ou d'un cours d'eau, en raison de ses liens précoces avec l'eau et les ponts. Le plus important de ces sanctuaires se trouvait près de l'entrée Argiletum du Forum. Ce sanctuaire particulier avait des portes en bronze sur les côtés est et ouest, et selon la tradition, les portes étaient fermées en temps de paix et ouvertes en temps de guerre. Cependant, comme les Romains semblaient toujours être en guerre quelque part, les portes n'étaient presque jamais fermées. La manière dont l'armée partait en guerre était également importante ; elle devait sortir de la ville selon le rituel afin d'être protégée par Janus. Tout manquement à cette règle pouvait entraîner la défaite.

Supprimer la pub
Advertisement

Arch of Janus
Arc de Janus
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

En janvier 48 avant J.-C., à l'époque de Jules César, le Sénat romain autorisa une cérémonie (augurium salutis) au cours de laquelle les portes du temple furent définitivement fermées - symbole que les victoires de César avaient enfin apporté la paix à la République. Ce ne serait pas la dernière fois qu'un empereur fermerait les portes. Au début de son règne, l'empereur Auguste choisit de perpétuer nombre des anciennes traditions religieuses et des rituels dans le but de revigorer le culte des anciens dieux et de s'éloigner des cultes et des dieux étrangers. Il reconstruisit un grand nombre des anciens sanctuaires et temples qui étaient tombés en ruine. C'est pourquoi, pendant la guerre de Rome en Espagne en 26 avant J.-C., l'armée continua à prendre l'habitude de sortir correctement par les portes du sanctuaire de Janus. Ces portes furent cérémonieusement fermées lors de leur retour réussi sept ans plus tard.

Les Grecs eurent une influence considérable sur Rome : sa culture, son image de soi et, bien sûr, sa religion. Cependant, on oublie souvent qu'il y avait une religion à Rome avant ce contact. Il y eut, cependant, un changement radical. Les dieux romains devinrent plus grecs, c'est-à-dire plus humains, avec tous les travers de l'humanité : amour, haine, jalousie, etc. Cependant, il y avait un dieu qui ne changea jamais ; il était le début et la fin. Il n'avait pas d'équivalent grec. Il était uniquement romain et se nommait Janus.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Donald L. Wasson
Donald a enseigné l’histoire antique et médiévale ainsi que l’histoire des États-Unis à Lincoln College (Illinois). Éternel étudiant d’histoire depuis qu’il a découvert Alexandre le Grand, il met toute son énergie à transmettre son savoir à ses étudiants.

Citer cette ressource

Style APA

Wasson, D. L. (2015, février 06). Janus [Janus]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12087/janus/

Style Chicago

Wasson, Donald L.. "Janus." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 06, 2015. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12087/janus/.

Style MLA

Wasson, Donald L.. "Janus." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 06 févr. 2015. Web. 11 avril 2024.

Adhésion