Messaline

Définition

Donald L. Wasson
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 16 juillet 2013
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
"Whore Empress" Sculpture of Valeria Messalina (by Caroline Léna Becker (Photographer), CC BY)
"Catin Impératrice" Sculpture de Messaline
Caroline Léna Becker (Photographer) (CC BY)

Elle avait environ 15 ans et était belle, tandis que lui avait plus de 50 ans et était le futur empereur de l'Empire romain. En 38 de notre ère (les dates varient), Tiberius Claudius Caesar Augustus - connu dans l'histoire sous le nom de Claude - épousa sa cousine au second degré, Valeria Messalina (alias Messaline). Ce n'était pas un mariage parfait ; certains prétendent même qu'elle ne l'avait épousé que pour s'allier à l'une des familles les plus puissantes de l'empire. Quelle que soit sa raison, l'histoire se souviendra de lui comme de l'empereur qui bavait et bégayait et d'elle comme de l'une des femmes les plus contrôlantes, sournoises et ambitieuses de toute l'histoire.

Jeunesse

On sait peu de choses sur Messaline avant son mariage avec Claude. Elle naquit vers 20-22 de notre ère, deuxième enfant et première fille d'une famille romaine assez réputée. Elle était apparentée à l'empereur Auguste - en fait sa sœur Octavie - par son père et sa mère. Sa mère était Domitia Lepida Minor, petite-fille de Marc Antoine, tandis que son père (cousin germain de sa mère) était Valerius Messalla Barbetos, consul et membre de confiance de la maison de l'empereur Caligula.

Supprimer la pub

Advertisement

Le futur mari de Messaline était quelqu'un dont beaucoup pensaient qu'il n'arriverait jamais à rien - sa propre mère le qualifiait de monstre. Il avait été marié deux fois avant d'épouser Messaline, d'abord à Plantia Urgulanilla (divorcée pour cause d'adultère supposé), puis à Aelia Paetina (divorcée pour épouser Messaline). Sa nouvelle épouse lui donnera deux enfants : en 39 de notre ère, Claudia Octavia (qui épousera le beau-fils et héritier de Claude, Néron) et en 41 de notre ère, Tiberius Claudius Germanicus, plus connu sous le nom de Britannicus, né trois semaines seulement avant que Claude ne soit trouvé tremblant derrière un rideau et nommé empereur. Il reçut le nom de Britannicus après la victoire de Claude en Grande-Bretagne. Sa naissance permettait à Messaline d'exercer un contrôle supplémentaire sur Claude, car elle lui donna un héritier. Malheureusement, Britannicus serait empoisonné par son demi-frère Néron en 55 de notre ère.

Valeria Messalina Cameo
Camée Messaline
Clio20 (CC BY-SA)

Relation avec Claude

L'emprise de Messaline sur Claude, souvent crédule, devint évidente peu après que l'empereur ait ordonné le retour de ses nièces exilées à Portia - les filles de Germanicus, le frère de Caligula - Agrippine (qui deviendrait la quatrième épouse de Claude) et Julia Livilla. Toutes deux avaient été exilées par leur frère Caligula après des années d'abus. À leur retour à Rome, Claude leur rendit leurs biens et leur argent. Messaline devint jalouse, surtout de la belle Julia qui s'était attachée à l'empereur ; certains pensent que Messaline craignait que les deux sœurs et leurs maris ne revendiquent le trône, évinçant ainsi Claude et son épouse. Messaline porta des accusations, notamment d'adultère, contre Julia et convainquit Claude de l'exiler. Julia mourra de faim en exil. Son mari, Marcus Vinicius, fut également exécuté pour adultère. Agrippine se tint sagement à l'écart. L'utilisation d'accusations forgées de toutes pièces comme celles portées contre Julia n'était pas limitée à elle ; Messaline portait des allégations - généralement un complot présumé pour renverser Claude - contre quiconque s'opposait à elle, et le timide Claude ne pouvait ou ne voulait pas s'opposer à elle.

Supprimer la pub

Advertisement

Les rumeurs faisaient état de ses prétendues soirées passées à travailler sous un déguisement dans un bordel local.

L'un des nombreux défauts de Messaline - et celui qui lui est le plus souvent associé - était son manque de fidélité à son mari. De même, plaignez toute personne dont elle s'est entichée. L'un des meilleurs exemples de ce phénomène est celui de son beau-père. Après la mort de son mari, la mère de Messaline épousa Appius Silanus, gouverneur de l'Espagne orientale. Malheureusement pour Silanus, Messaline s'enticha de son nouveau beau-père, mais celui-ci rejeta ses avances répétées. En 42 de notre ère, en représailles à ce refus, l'impératrice convainquit son ami Narcisse, secrétaire de Claude, de prétendre qu'il avait eu une vision dans laquelle Silanus avait poignardé l'empereur. Pour influencer davantage l'empereur, Messaline prétendit avoir fait un rêve similaire. Claude, qui crut fermement à ces présages, fit exécuter Silanus. Ses engouements, que ce soit avec le danseur Mnester ou avec son beau-père, firent l'objet de rumeurs et de commérages pendant des générations. Ces rumeurs incluaient ses prétendues soirées passées à travailler incognito dans un bordel local.

Une "répression" des conspirations réelles ou imaginaires suivit l'exécution de Silanus avec de nombreux décès et, bien sûr, la confiscation des domaines. L'insatiable Messaline ne limitait pas sa passion à la seule vengeance. Elle appréciait également l'acquisition d'objets. Un bon exemple de cela se produisit lorsqu'elle jeta son dévolu sur les magnifiques Jardins de Lucullus, propriété de Valerius Asiaticus. Bien sûr, comme toujours, elle les voulait et savait comment les obtenir. Comme d'autres, Valerius fut accusé d'un complot contre l'empereur et devait être exécuté, mais au lieu de l'être, on lui permit de se suicider. Les jardins lui appartenaient désormais. De nombreux sénateurs parmi les plus astucieux s'attirèrent les faveurs de la cupide Messaline, utilisant son influence sur Claude à leur propre avantage.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La chute

En 48 de notre ère, le style de vie de Messaline et son mépris flagrant de la réputation de son mari et des valeurs romaines ne pouvaient pas durer indéfiniment. Sa chute survint lorsqu'elle rencontra un sénateur romain nommé Gaius Silius qui, malgré son rejet initial, tomba sous le charme de Messaline. À cette époque, Claude était devenu la risée de beaucoup de gens qui étaient au courant des adultères de Messaline mais craignaient d'approcher l'empereur. Les historiens se demandent si Claude était au courant des indiscrétions de sa femme ou s'il choisit simplement de les ignorer. L'amour de Messaline pour Gaius la conduisit à formuler un plan dans lequel elle et lui renverseraient Claude (il adopterait Britannicus), et ils gouverneraient ensemble l'empire. Pendant que Claude était hors de la ville, elle força Gaius à divorcer de sa femme, Junia Silius, et à l'épouser lors d'une cérémonie simple. Messaline déplaça même des meubles du palais dans sa maison.

Messalina Holding Britannicus
Messaline qui porte Britanniccus
Ricardo André Frantz (Photographer) (CC BY-SA)

Narcisse, qui avait assisté au mariage, réalisa les conséquences possibles des actions de Messaline et en informa Claude, implorant le pardon pour sa propre participation. La rumeur circula rapidement : Claude était "déterminé à se venger". Réalisant que Claude pourrait vaciller et pardonner à Messaline, des mesures furent prises pour empêcher leur rencontre. Finalement, Messaline comprit qu'elle était allée trop loin et tenta d'influencer l'empereur en envoyant Octavie et Britannicus pour convaincre Claude de pardonner à leur mère. Messaline reçut l'ordre de se rendre dans son "jardin" ; Claude la verrait le lendemain matin. L'historien Tacite écrit :

Messaline, bien que son péril lui ôtât toute faculté de réflexion, résolut promptement de rencontrer et de faire face à son mari, démarche dans laquelle elle avait souvent trouvé la sécurité ; tandis qu'elle demandait à Britannicus et Octavia de se hâter d'embrasser leur père. [...] Pendant ce temps, Messaline, dans les jardins de Lucullus, luttait pour sa vie et écrivait des lettres de supplication, alternant entre espoir et fureur.

Gaius et de nombreux autres invités du mariage furent immédiatement exécutés. Tacite écrit : "Les autres invités volaient dans toutes les directions lorsque les centurions apparurent et mirent chacun aux fers là où ils les trouvaient, soit dans les rues publiques, soit en se cachant." Un messager fut envoyé à Messaline avec l'ordre qu'elle se suicide ; cependant, comme cela échoua, le messager, lui-même, la poignarda. Tacite dit de ce suicide : "... elle comprit son destin et mit la main sur le poignard. Dans sa terreur, elle l'appliquait sans succès sur sa gorge et sa poitrine, quand un coup du tribun la transperça". Après avoir appris la mort de sa femme, Claude ne manifesta aucune émotion, "aucun signe de haine, de joie, de colère ou de tristesse." Dans ses Douze Césars, Suétone mentionne très peu de choses sur Messaline, se contentant de déclarer :

Supprimer la pub

Advertisement

Il s'avéra qu'elle n'était pas seulement coupable d'autres crimes honteux, mais qu'elle était allée jusqu'à commettre la bigamie avec Gaius Silius, et même signer un contrat de mariage officiel devant des témoins, aussi Claude la fit exécuter ....

Après Messaline, Claudius affirma qu'il resterait célibataire. Malheureusement, Agrippine, la quatrième épouse, fit son entrée et, comme toutes ses autres épouses, celle-ci ne serait pas meilleure, car sa seule et unique ambition était de mettre son fils Néron sur le trône.

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

  • Freisenbruch, A. Caesar's Wives. Free Press, 2010
  • Kerrigan, M. A Daark History: The Roman Emperors. Metro Books, 2008
  • Klein, S. The Most Evil Women in History. Barnes and Noble, 2003
  • Scarre, C. Chronicles of the Roman Emperors. Thames and Hudson, 1995
  • Suetonius. The Twelve Caesars.
  • Tacitus. Annals.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Donald L. Wasson
Donald a enseigné l'Histoire ancienne, médiévale et américaine au Lincoln College (Normal, Illinois). Il a toujours été et sera toujours un étudiant en histoire, depuis qu'il apprit au sujet d'Alexandre le Grand. Il est impatient de transmettre ses connaissances à ses élèves.

Citer cette ressource

Style APA

Wasson, D. L. (2013, juillet 16). Messaline [Valeria Messalina]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12062/messaline/

Style Chicago

Wasson, Donald L.. "Messaline." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 16, 2013. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12062/messaline/.

Style MLA

Wasson, Donald L.. "Messaline." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 16 juil. 2013. Web. 17 août 2022.

Adhésion