Goguryeo

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 29 septembre 2016
Disponible dans ces autres langues: anglais
X
Goguryeo Roof Tile (by Pressapochista, CC BY-SA)
Tuile de toit Goguryeo
Pressapochista (CC BY-SA)

Le Goguryeo (Koguryo) était un royaume qui régna sur le nord de la Corée pendant la période des Trois Royaumes, du 1er siècle avant notre ère au 7e siècle de notre ère. Le royaume prospéra aux Ve et VIe siècles et laissa un riche héritage culturel, dont témoignent notamment l'art et l'architecture des tombes. Goguryeo a donné son nom à l'État moderne de Corée.

Le Goguryeo était en constante rivalité avec les royaumes plus petits de Baekje (Paekche) et de Silla, ainsi qu'avec la confédération contemporaine de Gaya (Kaya) et le poids lourd régional qu'était la Chine. Le royaume finit par être écrasé par une armée combinée de Tang et de Silla en 668. Par la suite, il devint une province chinoise.

Supprimer la pub
Publicité

Aperçu historique

La date traditionnelle de fondation du royaume de Goguryeo est 37 avant notre ère et est attribuée à un certain Dongmyeong, un réfugié de Buyeo (Puyo). À cette époque, cinq tribus de guerriers à cheval formèrent une alliance souple, les plus puissantes étant les Sono et les Gyeru. Leur capitale fut établie à Gungnae en l'an 3 de notre ère. Sous le règne de Taejo (53-146 de notre ère), la commanderie chinoise de Lintun fut reprise dans le cadre d'une campagne générale d'expansion territoriale s'étendant à partir des fleuves Yalu et Tumen.

Les différentes tribus de la région commencèrent à créer une unité politique plus homogène structurée autour de cinq provinces (pu) sous le règne de Gogukcheon (179-196 de notre ère). On attribue également à Gogukcheon la création d'une aristocratie centralisée et hiérarchisée, la nomination d'un premier ministre et la mise en place d'un système permettant aux paysans d'emprunter des céréales à l'État en cas de famine et d'éviter ainsi de s'asservir aux aristocrates propriétaires terriens locaux.

Supprimer la pub
Publicité
Le règne de Gwanggaeto le Grand (391-413 de notre ère) est connu sous le nom de Yongnak ou "réjouissance éternelle".

Malgré ces nobles développements, les historiens modernes considèrent le IVe siècle de notre ère comme une date plus certaine pour l'établissement d'un royaume entièrement centralisé. Au cours de ce même siècle, l'expansion se poursuivit avec la prise de la dernière commanderie chinoise à Lelang en 313 de notre ère, mais un désastre survint en 342 de notre ère lorsque Murong Huang envahit la Chine et saccagea Gungnae, faisant 50 000 habitants prisonniers. Goguryeo finit par se redresser et les Xianbei furent soumis dans le nord en 370 de notre ère. En 371, le roi Baekje Geunchogo attaqua Pyongyang et tua le roi Gogugwon (r. de 331 à 371 de notre ère). Toutefois, à la fin du 4e siècle, le Goguryeo forma une alliance avec son voisin le royaume de Silla contre Baekje, ce qui permit une certaine stabilité, même si elle ne fut que de courte durée, dans la région.

Le début du Ve siècle marque le début de la plus grande période de Goguryeo qui, sous le règne de Gwanggaeto (391-413 de notre ère), surnommé à juste titre "l'expansion du domaine", domine le nord de la Corée, la majeure partie de la Mandchourie et une partie de la Mongolie intérieure. Cette période fut si fructueuse que Gwanggaeto inventa même un nouveau terme pour la désigner: Yongnak ou "réjouissance éternelle". Pendant le long règne du roi Jangsu (r. de 413 à 491 de notre ère), le Goguryeo continua de prospérer et Pyongyang remplaça Gungnae comme capitale en 427 de notre ère. Des relations diplomatiques furent maintenues avec la Chine (affaiblie et divisée à l'époque en deux dynasties rivales) tandis que le Goguryeo attaqua Hansong (aujourd'hui Gwangju), la capitale de Baekje, en 475 de notre ère, exécutant leur roi Gaero au cours de l'opération. Le Goguryeo contrôlait alors 90 % de l'ancienne Corée.

Supprimer la pub
Publicité

Three Kingdoms of Korea Map
Carte des trois royaumes de Corée
Ashraf Kamel (CC BY-NC-SA)

Au VIe siècle de notre ère, après avoir affronté ses deux royaumes rivaux au sud au siècle précédent, le Goguryeo s'allia au royaume de Baekje contre Silla. Les trois royaumes avaient de grandes ambitions pour leurs territoires respectifs, et la Chine était à nouveau une menace sous la dynastie Sui. Goguryeo frappa le premier en attaquant les régions Sui au nord. La Chine réagit militairement, mais le général Eulji Mundeok remporta une grande victoire pour le Goguryeo lors de la bataille de la rivière Salsu en 612. Selon la légende, sur les 300 000 hommes de l'armée Sui, seuls 2 700 revinrent en Chine. Deux autres attaques furent repoussées en 613 et 614 et le Goguryeo construisit un mur défensif de 480 km de long en 628 afin de décourager toute autre ambition chinoise.

La nouvelle dynastie Tang n'avait pas retenu la leçon de ses prédécesseurs et ne se méfia pas du mur, mais une fois de plus, en 644, l'armée du Goguryeo vainquit une force terrestre et navale chinoise combinée. Le célèbre général du Goguryeo Yang Manchun avait réussi à se maintenir dans la forteresse d'Anshi malgré un siège de trois mois. Sans se laisser décourager par ce revers, les Tang attaquèrent la Corée à trois autres reprises au cours de la décennie suivante, mais à chaque fois sans succès.

En 655, dans le cadre d'une nouvelle série d'alliances régionales complexes, Baekje attaqua le Silla, qui fit de nouveau appel à l'aide des Tang, laquelle, lorsqu'elle arriva, fut écrasante. En 661, une armée Tang assiégea Pyongyang, affaiblie par une lutte interne pour le trône. Les Tang furent contraints de se retirer, mais lorsqu'ils attaquèrent à nouveau en 667, la ville, qui résista cette fois pendant un an, finit par tomber. En 668, le roi du Goguryeo, Bojang (r. de 642 à 668), fut transféré en Chine avec 200 000 de ses sujets dans le cadre d'un programme de réinstallation forcée. Les royaumes de Baekje et de Goguryeo furent balayés et devinrent des provinces chinoises, laissant Silla dominer la péninsule coréenne pendant les trois siècles suivants.

Supprimer la pub
Publicité

Gouvernement et classes sociales

Comme les deux autres royaumes de la période, Goguryeo était dirigé par un monarque, les postes administratifs les plus élevés étant occupés par une aristocratie terrienne. Dans une structure similaire au système Kolp'um (classement des os) de Silla, les individus appartenaient à des groupes sociaux spécifiques en fonction de leur naissance. Le rang d'une personne déterminait les 14 niveaux d'administration auxquels elle pouvait postuler. Au-dessous de l'aristocratie se trouvaient les rangs sociaux taega et soga et, plus bas, la paysannerie qui travaillait sa propre terre. Tout en bas de l'échelle sociale se trouvaient les esclaves et les criminels, contraints de travailler sur les domaines de l'aristocratie. L'État prélevait un impôt, généralement payable en nature, et pouvait obliger les citoyens à combattre dans l'armée ou à travailler sur des projets gouvernementaux tels que la construction de fortifications.

Gilt-bronze Buddha, Goguryeo Kingdom
Bouddha en bronze doré, royaume de Goguryeo
National Museum of Korea (CC BY)

Relations avec la Chine

Malgré les conflits qui opposèrent le Goguryeo et la Chine au cours des siècles, les deux États furent de fréquents partenaires commerciaux, le premier exportant de l'or, de l'argent, des perles et des textiles, tandis que la Chine lui envoyait en retour des armes, de la soie et du matériel d'écriture. Des liens culturels étroits existaient également entre les deux pays, le Goguryeo adoptant le système d'écriture chinois, les pièces de monnaie wuzhu (connues localement sous le nom d'oshuchon), le style de poésie chinois, les éléments architecturaux (en particulier les tombes), les motifs artistiques (que l'on retrouve également dans les tombes, comme les constellations peintes sur les plafonds et les images des animaux chinois des quatre directions), ainsi que les systèmes de croyance. En 372 de notre ère, une Académie nationale confucéenne fut créée et le bouddhisme fut adopté comme religion officielle de l'État (remplaçant le chamanisme prédominant) lorsqu'il fut introduit par le moine chinois Shundao (Sundo pour les Coréens).

L'art du Goguryeo

La peinture murale était une forme d'art importante. Les exemples les plus célèbres se trouvent dans la tombe des danseurs de Gungnae (aujourd'hui Tonggou), datant du Ve siècle de notre ère. Une peinture murale, qui a donné son nom à la tombe, représente des rangées de danseurs les bras levés. Ils portent soit des robes à manches longues, soit des vestes et des pantalons noués aux chevilles. D'autres chambres présentent des peintures des occupants de la tombe, des guerriers à cheval, une chasse au tigre, des animaux mythiques, des détails de la vie quotidienne et de l'architecture. Environ 80 tombes Goguryeo contiennent des peintures murales, peintes directement sur les murs des chambres en pierre ou appliquées sur un enduit à la chaux. Les couleurs vives et les contours fluides sont des caractéristiques typiques des peintures de Goguryeo. Il est probable que, tout comme les peintres coréens avaient appris de leurs homologues chinois, ils transmirent également leurs connaissances aux artistes japonais.

Supprimer la pub
Publicité

Tortoise & Snake Mural, Goguryeo Tomb
Peinture murale représentant une tortue et un serpent, tombe de Goguryeo
ddol-mang (CC BY-SA)

Les tombes sont également une riche source d'artefacts, mais la tendance à construire des entrées horizontales facilement accessibles a fait que de nombreuses tombes de Goguryeo furent pillées il y a bien longtemps. Parmi les rares objets d'art qui subsistent, on trouve des couronnes et des bijoux en bronze doré, qui témoignent du savoir-faire de leurs créateurs. Très peu d'exemples de poterie de Goguryeo ont survécu et leur provenance est incertaine. Plus nombreuses sont les figurines du Bouddha en bronze et en bronze doré, qui montrent typiquement l'influence des Wei du Nord, avec une mandorle flamboyante et des bodhisattvas assis à ses côtés.

Architecture du Goguryeo

Il ne reste aucun temple de cette période, mais certains des vestiges archéologiques les plus importants des villes de Goguryeo sont des murs et des fortifications de Tonggou, Fushun et Pyongyang. Pyongyang, ancienne capitale du Goguryeo, possédait de très grands bâtiments mesurant jusqu'à 80 x 30 m et des palais avec des jardins dotés de collines et de lacs artificiels. Les bâtiments étaient décorés de tuiles imprimées portant des motifs de fleurs de lotus et de masques de démons, que l'on trouve en abondance sur les sites.

Les 10 000 tombes de Goguryeo ont mieux survécu que les bâtiments extérieurs. Les plus anciennes avaient la forme de cairns de pierre utilisant des galets de rivière. Cependant, au 4e siècle de notre ère, les tombes carrées furent placées à l'intérieur de pyramides faites de blocs de pierre taillée. Le plus grand exemple se trouve à Gungnae, l'ancienne capitale, et on pense qu'il s'agit de celui du roi Gwanggaeto le Grand. Longue de 75 mètres et composée de blocs de 3 x 5 mètres, elle comporte également quatre petites structures en forme de dolmen à chaque angle.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Tomb of Gwanggaeto the Great
Tombe de Kwanggaet'o le Grand
Bart0278 (CC BY-SA)

Une autre tombe importante est celle de Tong Shou, dernier souverain de Taebang. Située près de Pyongyang, une inscription date la tombe de 357 de notre ère. Sa chambre centrale comporte 18 colonnes de calcaire et des peintures murales; elle est entourée de quatre chambres plus petites. Les tombes de la période Goguryeo sont plus typiques que ces deux exemples. Il s'agit de monticules de terre hémisphériques plus modestes, construits sur une base carrée et dont l'intérieur est en pierre. Parmi les autres caractéristiques architecturales observées dans les tombes de la période Goguryeo, citons les toits en encorbellement, les piliers octogonaux et les portes de pierre pivotantes.

This content was made possible with generous support from the British Korean Society.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2016, septembre 29). Goguryeo [Goguryeo]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11086/goguryeo/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Goguryeo." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 29, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11086/goguryeo/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Goguryeo." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 29 sept. 2016. Web. 26 mai 2024.

Adhésion