Gaya

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 28 septembre 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Gaya Iron Helmet (by Pressapochista, CC BY-SA)
Casque en fer gaya
Pressapochista (CC BY-SA)

Gaya (alias Kaya, Garak) était une confédération qui régnait sur le centre et le sud de la Corée pendant la période des Trois Royaumes, du 1er au 6e siècle de notre ère. La péninsule était dominée par ses royaumes voisins plus puissants, à savoir Goguryeo (Koguryo), Baekje (Paekche) et Silla, mais Gaya, souvent l'entité oubliée de cette période, était néanmoins riche en minerai de fer et ses artisans devinrent très compétents dans la fabrication d'objets en fer tels que les armures et les armes. Le haut niveau de culture atteint par les États de Gaya allait influencer le Japon, leur principal partenaire commercial. La confédération prit définitivement fin lorsqu'elle fut entièrement conquise par le royaume de Silla en 562.

Fondation

Les dates traditionnelles de la confédération de Gaya sont 42-532 de notre ère, mais les historiens modernes préfèrent mettre l'accent sur l'existence plus certaine de l'entité à partir du 2ème siècle de notre ère. La confédération se composait de six tribus, dont les plus puissantes étaient les tribus Dae Gaya et Guya, cette dernière étant connue plus tard sous le nom de Bon Gaya ("Original"). Celles-ci s'étaient développées à partir des 12 états originels de Byeonhan. La zone de contrôle des Gaya était située à l'ouest de la rivière Naktong et au sud du mont Gaya. La principale cité-état était Geumgwan Gaya (Bon-Gaya).

Supprimer la pub

Advertisement

La confédération de Gaya produisait de beaux fers forgés, du grès et le célèbre instrument à cordes, le gayageum.

Prospérité

La confédération de Gaya prospéra grâce à ses terres agricoles fertiles, son commerce maritime et, surtout, ses riches gisements de minerai de fer. On dispose de peu de détails sur le fonctionnement des États de Gaya ou sur la vie quotidienne, mais on peut imaginer un modèle similaire aux Trois Royaumes contemporains où une famille royale dominait une aristocratie hiérarchisée qui, à son tour, gouvernait les provinces dominées par une paysannerie agricole.

Les artefacts retrouvés dans les tombes fournissent quelques indices sur la vie religieuse de Gaya. De nombreux récipients en poterie contiennent des résidus d'offrandes alimentaires suggérant des croyances chamaniques. Certains exemples de couronnes royales imitent des arbres et des bois de cervidés, suggérant à nouveau des liens avec le chamanisme. En outre, une peinture murale dans une tombe de Gaya présente les motifs typiques de l'art bouddhique tels que des feuilles de lotus et des nuages

Supprimer la pub

Advertisement

Three Kingdoms of Korea Map
Carte des trois royaumes de Corée
Ashraf Kamel (CC BY-NC-SA)
.

Effondrement

Tout au long de leur histoire, les États Gaya furent constamment harcelés par leurs voisins, les royaumes de Silla et de Baekje, et n'eurent donc jamais l'occasion de former un État plus centralisé que la stabilité politique aurait pu permettre. À partir du milieu du IVe siècle de notre ère, Baekje devint plus ambitieux sur le plan territorial sous le règne du roi Geunchogo et attaqua les terres de Gaya. Puis, lorsque le royaume de Silla s'étendit au 6e siècle, l'alliance de Gaya avec Baekje ne lui servit à rien et Bon-Gaya fut conquise et détruite (en 532), tout comme Daegaya (en 562) et les autres villes importantes de Gaya. La confédération de Gaya n'existait plus.

Relations avec le Japon et la Chine

Les liens avec les Wa du Japon étaient particulièrement étroits, et les spécialistes continuent de débattre pour savoir quelle culture influença l'autre le plus. La question est teintée de préjugés nationalistes, de sorte que certains historiens affirment que Gaya était une colonie japonaise, tandis que d'autres proposent que des cavaliers de la steppe eurasienne soient venus au Japon via Gaya et aient introduit le tumulus funéraire dans cette culture. Les preuves manquent dans les deux cas, même si la plupart des spécialistes s'accordent à dire que Gaya était la culture la plus avancée et que les récentes découvertes d'armures de cheval en fer, notamment dans une tombe du Ve siècle, suggèrent que Gaya était maître dans ce domaine. Ce dont nous sommes plus sûrs est que le fer était la principale exportation des Gaya vers le Japon. Les premières relations avec la Chine Han sont attestées par la découverte de pièces chinoises du 1er siècle à Bon-Gaya et par la présence du four incliné utilisé par les potiers de Gaya.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Gold Gaya Crown
Couronne en or gaya
Pressapochista (CC BY-SA)

Art et architecture

Les artistes de Gaya produisaient des poteries en grès gris sous la forme de tasses à pied, de tasses en forme de corne, de grandes jarres à pied percé et de récipients à bec sous la forme de canards, de chaussures, de guerriers, de bateaux et même de maisons. Le grès nécessite une température de cuisson élevée, et cette technologie était sans doute liée aux fours nécessaires à la production de fer. Les potiers de Gaya transmirent probablement cette innovation au Japon, où le célèbre grès sueki (ou sue) fut produit par la suite.

Les artisans de Gaya fabriquaient également des objets en argent et en or, notamment des couronnes hautes et complexes. Les produits en fer de Gaya comprennent des épées, des gilets pare-balles rivetés, des casques et des pointes de flèches. Ces produits étaient si réputés qu'ils étaient exportés dans la région nord-est de la Corée, en Chine et au Japon. Autre exportation réussie, le gayageum (kayagum), une cithare à 12 cordes de soie que l'on pense avoir été inventée par le roi Gasil au 6e siècle, qui sera reprise par des musiciens au Japon et qui reste encore aujourd'hui un symbole puissant de la culture coréenne.

La région de Gaya est riche en tombes ; plus de 1 000 ont été identifiées rien qu'à Bon-Gaya. Au IVe siècle de notre ère, les tombes de Gaya se présentaient généralement sous la forme de tombes rectangulaires ou ovales creusées dans des monticules naturels. À partir du milieu du Ve siècle, les Gaya construisirent des tombes à chambre en pierre, les exemples les plus récents ayant une entrée horizontale. Comme nous l'avons déjà mentionné, de nombreuses tombes contiennent des équipements équestres tels que des armures en fer, des parties de selle, des mors et des étriers, ce qui suggère que le cheval était un élément important de la culture et de la guerre des Gaya.

Supprimer la pub

Advertisement

This content was made possible with generous support from the British Korean Society.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un master en philosophie politique et est le directeur d'édition de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2016, septembre 28). Gaya [Gaya]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-15266/gaya/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Gaya." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 28, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-15266/gaya/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Gaya." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 28 sept. 2016. Web. 30 sept. 2022.

Adhésion