Le Garçon qui Fut Sacrifié

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 11 avril 2024
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

Le garçon qui fut sacrifié (The boy who was sacrificed) est une légende de la nation Pawnee qui met en évidence la croyance que tout arrive pour une bonne raison selon la volonté de Ti-ra'wa ("Père au-dessus"), le créateur suprême, et que même les plus petites créatures ont un rôle essentiel à jouer dans le plan divin et sont aussi dignes de respect que n'importe quelle autre.

Sacred Pawnee Site of Pahuk
Site sacré Pawnee de Pahuk
Ammodramus (Public Domain)

Cette histoire fait partie des légendes Pawnee les plus connues, non seulement pour son message, mais aussi parce qu'elle met en scène le site sacré de Pahaku (également connu sous le nom de Pahuk, Pahuk Hill, dans l'actuel Nebraska), considéré comme le plus surnaturellement puissant des cinq sites de ce type (tous mentionnés dans le récit) où les Nahu'rac - animaux sacrés qui servent la volonté de Ti-ra'wa - ont leur demeure. Les Nahu'rac sont des médiateurs entre les Pawnee et Ti-ra'wa, recevant des messages du divin et agissant en conséquence, ainsi que transmettant les prières et les dons sacrificiels du peuple au Père d'en haut. Les Nahu'rac apparaissent dans plusieurs contes Pawnee, dont L'Homme Ours, qui est en partie un conte d'origine de la Danse de l'Ours Pawnee.

Supprimer la pub
Publicité

Dans cette histoire, un homme croit qu'il doit sacrifier son fils unique pour recevoir les bénédictions de Ti-ra'wa, mais son offre est rejetée grâce à l'intervention du "petit oiseau" (très probablement la sterne naine intérieure, un petit oiseau qui vit le long de la rivière Platte au Nebraska) qui reconnaît que le garçon n'aurait pas dû être tué et convainc les Nahu'rac de le ramener à la vie. La réticence des Nahu 'rac à agir immédiatement serait due à leur incertitude quant à savoir si le petit oiseau, qui est leur serviteur, agit dans l'intérêt de Ti-ra'wa ou dans le sien propre, mais une fois que l'oiseau a exigé que le garçon soit ramené à la vie, on suppose que les Nahu'rac interprètent cela comme un message de Ti-ra'wa.

Le thème central de l'histoire, à savoir le bien issu du mal, caractérise souvent les contes Pawnee, qui mettent l'accent sur la bonne volonté de Ti-ra'wa.

Leur hésitation pourrait également faire référence à un rituel selon lequel il faut visiter les quatre autres sites avant de retourner à Pahaku pour être guéri, comme dans un autre conte pawnee célèbre, Une histoire de Foi, dans lequel un jeune médecin est empoisonné par un autre qui est jaloux de ses compétences et est emmené par un élan autour des maisons des Nahu'rac avant qu'il ne soit guéri. Dans cette histoire, comme dans celle-ci, le petit oiseau joue un rôle important dans la guérison du jeune médecin.

Supprimer la pub
Publicité

Dans Le garçon qui fut sacrifié, une fois que le garçon est ramené à la vie, il reçoit le genre de bénédictions que son père avait espérées mais qui lui avaient été refusées. Le thème central de l'histoire, à savoir le bien issu du mal, caractérise souvent les contes Pawnee, qui mettent l'accent sur la bonne volonté de Ti-ra'wa à l'égard du peuple et sur la façon dont celle-ci se manifeste dans les interactions avec le monde naturel, voire surnaturel. Dans La Femme esprit, par exemple, un Pawnee convainc le fantôme de sa défunte épouse de revenir auprès de lui, et même si cela ne se passe pas aussi bien qu'il l'espérait, l'histoire se termine bien, comme c'est également le cas de l'histoire du garçon et du site mystique de Pahaku.

Aujourd'hui encore, les Pawnee considèrent Pahaku comme un site sacré et, en 2008, une convention de conservation a été accordée pour 257 acres (104 ha), y compris le site sacré, afin de le préserver à perpétuité. Des histoires concernant le site, comme Le garçon qui fut sacrifié, sont encore racontées dans les communautés Pawnee, perpétuant ainsi la tradition du conte comme principal moyen de transmission des valeurs culturelles et de l'histoire.

Supprimer la pub
Publicité

George Bird Grinnell
George Bird Grinnell
Unknown Photographer (Public Domain)

Texte

Le texte suivant est extrait de Pawnee Hero Stories and Folk-Tales de l'anthropologue et historien George Bird Grinnell, publié pour la première fois en 1889. La date de composition de cette histoire est inconnue, car elle fut transmise par la tradition orale jusqu'à ce que Grinnell ne la mette par écrit.

IL fut un temps, très lointain, où certains pensaient qu'il était bon de sacrifier à Ti-ra'-wa tout ce qu'ils possédaient de plus précieux. Le sacrifice de l'animal, l'offrande brûlée, a toujours été fait par tous les Pawnee ; c'est l'une des choses transmises par le chef. C'est très ancien. Les Skidi ont toujours accompli le sacrifice du captif. Chacun de ces sacrifices est sacré et solennel, mais ce n'est pas comme renoncer à quelque chose qui vous appartient et que vous aimez. C'est un sacrifice, mais il ne coûte pas cher.

Il y a de nombreuses années, dans le village Skidi sur le Loup, vivait un homme qui croyait que s'il sacrifiait son fils à Ti-ra'-wa, cela lui apporterait une bénédiction. Il pensait que s'il faisait cela, Ti-ra'-wa lui parlerait peut-être face à face, et qu'il pourrait lui parler comme deux personnes se parlent, et qu'il apprendrait ainsi beaucoup de choses que les autres ne comprennent pas. Son enfant était un gentil garçon d'une dizaine d'années, fort, qui grandissait bien, et l'homme l'aimait. Il se sentait mal à l'aise à l'idée de le tuer. Il médita longtemps à ce sujet, mais plus il y pensait, plus il croyait que ce sacrifice plairait à Ti-ra'-wa. Il y avait beaucoup de choses qu'il voulait comprendre et faire, et il pensait que s'il abandonnait son fils, ces bonnes choses lui parviendraient. Il décida donc de faire le sacrifice.

Un matin, il quitta le village et emmena son fils avec lui. Ils se dirigèrent vers la Platte. Lorsqu'ils arrivèrent à la rivière, alors qu'ils marchaient, l'homme sortit son couteau de sa gaine, attrapa le garçon par l'épaule, le poignarda rapidement et l'éventra. Quand le garçon fut mort, il jeta le corps dans la rivière et retourna au village. Une fois arrivé, il entra dans sa hutte et s'assit. Au bout d'un moment, il dit à sa femme: "Où est le garçon ?". La femme répondit: "Il est sorti avec toi, quand tu es allé voir les chevaux." L'homme répondit: "Non, je suis sorti pour aller voir les chevaux, mais il n'est pas sorti avec moi."

Supprimer la pub
Publicité

L'homme sortit et chercha le garçon dans tout le village, mais il ne le trouva pas. Le soir, comme le garçon ne rentrait pas à la maison, les gens commencèrent à avoir peur et, pendant deux jours, ils cherchèrent le garçon. Enfin, ils demandèrent au vieux crieur de l'appeler du haut de la hutte et de demander si quelqu'un l'avait vu, mais personne ne savait ce qu'était devenu le garçon. La mère était en deuil et le père faisait semblant de se sentir très mal. Peu après, la tribu partit pour la chasse d'été, et le père et la mère l'accompagnèrent. Le village fit une bonne chasse, tua beaucoup de bisons et fit beaucoup de viande séchée.

Après avoir été jeté dans la rivière, le garçon descendit au gré du courant, se retournant parfois dans l'eau rapide, s'échouant parfois un peu sur un banc de sable, puis étant de nouveau emporté par le courant, il descendit encore plus bas. Il arriva enfin près de l'endroit où se trouve le tourbillon, sous la falaise de Pa-hŭk', où se trouve la hutte des Nahu'rac. Deux buses étaient assises sur la falaise, juste au-dessus de cet endroit, et comme elles étaient assises là, l'une d'elles tendit le cou et regarda vers le haut de la rivière, et après avoir regardé, elle dit à l'autre: "Je vois un corps." Les deux buses s'envolèrent alors vers l'endroit où le garçon flottait dans l'eau, se placèrent sous lui, le soulevèrent sur leur dos, le sortirent de l'eau et s'envolèrent vers la falaise, portant le garçon sur leur dos, et le déposèrent sur le sol au sommet de la falaise, au-dessus de la grande grotte, qui est la maison des Nahu'rac. Dans cette hutte, il y avait toutes sortes d'animaux et toutes sortes d'oiseaux. Il y avait des ours, des pumas, des bisons, des élans, des castors, des loutres, des cerfs, toutes sortes d'animaux, grands et petits, et toutes sortes d'oiseaux.

Il y a un petit oiseau, plus petit qu'un pigeon. Son dos est bleu, sa poitrine blanche et sa tête tachetée. Il vole rapidement au-dessus de l'eau et, lorsqu'il voit un poisson, il plonge dans l'eau pour l'attraper. Cet oiseau est un serviteur ou un messager des Nahu'rac. Un tel oiseau passa au moment où les buses déposaient le corps sur le sol, et il s'arrêta pour le regarder. Lorsqu'il vit ce qu'il en était - car il savait tout ce qui s'était passé - il descendit dans la hutte et raconta l'histoire du garçon au Nahu'rac. L'oiseau dit: "Il y a un garçon ici, sur la colline. Il est mort, il est pauvre, et je veux le ramener à la vie." Puis il raconta au Nahu'rac tout ce qui s'était passé. Lorsque l'oiseau messager eut fini de parler, les Nahu'rac se concertèrent longuement pour décider de ce qu'il fallait faire, et chacun fit un discours, donnant son avis sur la question, mais ils n'arrivaient pas à se décider sur ce qu'il fallait faire.

Supprimer la pub
Publicité

Le petit oiseau tenta d'amadouer les Nahu'rac en leur disant: "Allons, nous voulons lui sauver la vie." Mais les Nahu'rac n'arrivaient pas à se décider. Finalement, le chef des Nahu'rac dit: "Non, messager, nous ne pouvons pas décider ici. Tu devras aller voir les autres loges du conseil et voir ce qu'elles en disent." L'oiseau dit: "J'y vais" et s'envola rapidement hors de la hutte et remonta la rivière jusqu'à ce qu'il n'arrive à la hutte des Nahu'rac, près de l'Arbre Solitaire. Arrivé là, il leur raconta l'histoire du garçon et leur dit que le conseil de Pa-hŭk' n'arrivait pas à décider de ce qu'il fallait faire. Les Nahu'rac discutèrent et finirent par dire: "Nous ne pouvons pas décider. C'est le conseil de Pa-hŭk'qui doit décider." L'oiseau se rendit alors à la loge sur le Loup, et les Nahu'rac y dirent qu'ils ne pouvaient pas décider. Il alla alors à Kitz-a-witz-ŭk, et à Pa-hūr'; à chaque endroit, les Nahu'rac réfléchirent et en parlèrent, puis dirent: "Nous ne pouvons pas décider de ce qui doit être fait. Le conseil de Pa-hŭk'doit en décider lui-même."

Enfin, après avoir visité toutes les loges du conseil des Nahu'rac, l'oiseau revint rapidement à la loge de Pa-hŭk' et y raconta ce que les animaux des autres loges avaient dit. Dans le conseil des Nahu'rac à Pa-hŭk', il y avait quatre chefs qui siégeaient en tant que juges pour trancher des questions comme celle-ci, après qu'elles eurent toutes été discutées, et pour décider de ce qu'il fallait faire. Lorsque l'oiseau messager revint et rapporta aux Nahu'rac ce que les autres conseils avaient dit, ces juges réfléchirent un moment, puis parlèrent ensemble, et enfin le chef des juges dit à l'oiseau: "Maintenant, messager, nous avons conclu que nous ne déciderons pas de cette question nous-mêmes. C'est à toi de la trancher et de dire ce qu'il faut faire."

Le messager ne tarda pas à se décider. Il n'hésita pas. Il dit: "Je veux que ce garçon soit ramené à la vie." Tous les Nahu'rac se levèrent, se rendirent à l'endroit où gisait le garçon, se tinrent autour de lui et prièrent, et enfin le garçon respira une fois, puis après un petit moment il respira encore, et enfin il revint à la vie et s'assit. Il regarda autour de lui et vit tous ces animaux qui l'entouraient, et il s'étonna. Il se dit: "Mon père m'a poignardé, il m'a tué, et me voilà au milieu de cette foule d'animaux. Qu'est-ce que cela signifie ?" Il était surpris.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les Nahu'rac retournèrent tous dans la hutte et emmenèrent le garçon avec eux. Lorsque tout le monde fut assis dans la hutte, les quatre juges discutèrent entre eux, et le chef se leva et dit: "Maintenant, mon peuple, nous avons ramené ce garçon à la vie, mais il est pauvre, et nous devons faire quelque chose pour lui. Apprenons-lui tout ce que nous savons et faisons de lui l'un des nôtres." Les Nahu'rac firent alors du bruit. Ils étaient heureux. Ils se mirent à chanter et à danser. Ils enseignèrent au garçon tous leurs secrets et toutes leurs coutumes. Ils lui apprirent à ouvrir un homme et à le guérir, à tirer une flèche à travers un homme et à le guérir, à couper la langue d'un homme et à la remettre en place, à guérir une jambe cassée, et bien d'autres choses encore. Après avoir fait toutes ces choses, ils dirent au garçon: "Nous t'avons ramené à la vie et nous t'avons enseigné toutes ces choses, de sorte que tu es l'un de nous. Maintenant, tu dois rester avec nous pendant une saison. Ton peuple est parti à la chasse en été. Tu dois rester avec nous jusqu'à l'automne. Ensuite, tu pourras retourner chez les tiens". Le garçon resta donc avec les Nahu'rac dans leur hutte.

Au bout d'un certain temps, les Skidi revinrent de la chasse avec beaucoup de viande séchée. Peu après, les Nahu'rac dirent un jour au garçon: "Ton peuple est revenu de la chasse. Tu peux maintenant retourner au village. Va chercher beaucoup de belle viande séchée et rapporte-la nous ici, et nous ferons un festin."

Le garçon rentra au village. Il y arriva dans la nuit, se rendit à la hutte de son père et y entra. Un petit feu brûlait dans la hutte. Il était presque éteint et ne donnait qu'une faible lumière, mais il connaissait l'endroit où sa mère dormait. Il s'approcha d'elle, lui tendit la main, la toucha et la poussa un peu. Elle se réveilla, s'assit et le regarda, et il dit: "Je suis revenu." Quand elle le vit et l'entendit parler, elle fut très surprise et son cœur se réjouit de revoir son fils. Elle appela son père, qui se réveilla. Lorsqu'il vit le garçon, il eut peur, car il pensait qu'il s'agissait d'un fantôme. Le garçon ne leur dit rien de ce qui s'était passé, ni où il était allé. Il dit seulement: "Je suis revenu."

Le matin, tous les gens furent surpris d'entendre qu'il était revenu et de le voir, et ils restèrent là à le regarder et à lui poser des questions, mais il ne dit rien. Le lendemain, les gens l'interrogèrent encore, et finalement le garçon dit: "J'ai passé tout l'été avec des amis, avec des gens qui ont été bons pour moi. Je voudrais leur offrir de la bonne viande séchée, pour que nous fassions un festin." Les gens dirent que c'était une bonne chose. Ils choisirent quatre chevaux vigoureux et les chargèrent de viande séchée, des meilleurs morceaux. Le père de l'enfant en donna une partie, et tous les autres gens apportèrent des morceaux qu'ils mirent sur les chevaux, jusqu'à ce qu'ils aient de gros chargements. Ils envoyèrent deux jeunes hommes avec le garçon, pour l'aider à charger et à conduire les chevaux, et ils commencèrent à se rendre à la loge des Nahu'rac à Pa-hŭk'.

Lorsqu'ils furent assez près de l'endroit, le garçon renvoya les jeunes hommes au village et continua seul, conduisant les chevaux de bât devant lui. Lorsqu'il atteignit la maison des Nahu'rac, il déchargea les chevaux et les laissa aller, puis il entra dans la hutte. Lorsqu'il entra et que les Nahu'rac le virent, ils émirent tous un sifflement. Ils étaient heureux de le voir. Le garçon apporta dans la hutte toute la viande séchée et ils firent un grand festin. Après le festin, il y eut une danse des médecins, et le garçon fut nommé médecin, et on lui enseigna à nouveau tout ce que les Nahu'rac savaient. Après cela, il put faire beaucoup de choses merveilleuses. Il pouvait parfois aller voir un homme mort depuis un jour et le ramener à la vie.

Personne ne sut jamais ce que le père avait fait, car le garçon ne le dit jamais à personne. Il savait qu'il n'aurait jamais pu apprendre toutes ces choses merveilleuses si son père ne l'avait pas sacrifié.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

De quoi parle la légende pawnee Le garçon qui fut sacrifié?

Le garçon qui fut sacrifié raconte l'histoire d'un père qui assassine son fils dans l'espoir de recevoir des bénédictions divines, mais son sacrifice est rejeté; le fils est ramené à la vie et reçoit les bénédictions que le père espérait tant.

Quel est le thème du Garçon qui fut sacrifié?

Le thème central du Garçon qui fut sacrifié est que tout arrive pour une raison déterminée par le Père céleste, qui peut apporter de bonnes choses même à partir de mauvaises actions. L'histoire souligne également que même les plus petites créatures ont un rôle important à jouer dans les plans du divin.

Que sont les Nahu'rac dans Le garçon qui fut sacrifié?

Les Nahu'rac sont des animaux mystiques qui servent la volonté de Ti-ra'wa, le Père d'en haut, en tant que médiateurs et intercesseurs entre le peuple et son dieu.

Quelle est la date de composition du Garçon qui fut sacrifié?

La date de composition originale du Garçon qui fut sacrifié n'est pas connue, car cette histoire fut transmise oralement pendant des siècles. La première version publiée en anglais provient de Pawnee Hero Stories and Folk-Tales de G. B. Grinnell en 1889.

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2024, avril 11). Le Garçon qui Fut Sacrifié [The Boy Who Was Sacrificed]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2419/le-garcon-qui-fut-sacrifie/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Le Garçon qui Fut Sacrifié." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 11, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2419/le-garcon-qui-fut-sacrifie/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Le Garçon qui Fut Sacrifié." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 11 avril 2024. Web. 27 mai 2024.

Adhésion