Légendes Cheyennes sur les Bisons

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 19 janvier 2024
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

Deux légendes cheyennes populaires sont l'Origine du bison et Comment la chasse au bison a commencé (également connue sous le nom de La grande course), qui traitent toutes deux de l'importance du bison d'Amérique du Nord pour la nation cheyenne. Comme d'autres membres de la culture des Indiens des plaines, le bison était essentiel à la vie quotidienne du peuple cheyenne.

Buffalo Hunt, Chase No. 5.
Chasse au bison
George Catlin (Public Domain)

Les Cheyennes considéraient le bison comme une ressource alimentaire essentielle qui leur permettait également de fabriquer des objets indispensables. Selon l'universitaire Adele Nozedar (parmi beaucoup d'autres), il s'agissait d'outils, de vêtements, de chaussures, de tipis, de literie, de tasses, de cuillères, de bols et même de tapettes à mouches fabriquées à partir des queues (62). Les os et les tendons du bison étaient également utilisés par les autorités religieuses de la communauté - l'homme et la femme-médecine - dans de nombreux rituels religieux, y compris l'invocation d'esprits guérisseurs pour soigner les malades ou les blessés.

Supprimer la pub
Advertisement
Les Cheyennes considéraient également le bison comme un cadeau sacré du Créateur.

Les Cheyennes considéraient également le bison comme un don sacré du Créateur, comme toutes les nations indiennes des Plaines, et donc le respectaient. Lorsque les animaux étaient chassés et tués, ils étaient honorés pour le sacrifice qu'ils avaient consenti en fournissant au peuple ce dont il avait besoin, non seulement pour survivre, mais aussi pour vivre pleinement en communion avec le Dieu Créateur. Le bison était au cœur de nombreux rites religieux, dont la danse du soleil, et faisait partie intégrante de la vie des habitants des Grandes Plaines.

Entre 1840 et 1900, le gouvernement américain soutint et encouragea le massacre à grande échelle des bisons dans le cadre de son programme systématique de génocide des nations amérindiennes, considérées comme des obstacles à la civilisation en Amérique du Nord. Les bisons et les peuples cependant survécurent et, aujourd'hui, les nations telles que les Cheyennes considèrent les bisons avec le même respect qu'autrefois et les honorent dans les contes qui leur sont encore consacrés.

Supprimer la pub
Advertisement

Cheyennes et bisons

Selon le récit sioux de la Femme bison blanc, le bison était un cadeau du Créateur, et c'était également la croyance des Cheyennes, comme l'illustre clairement l'Origine du bison. Nozedar commente:

Les Amérindiens croyaient que le bison avait un statut divin et décrivent la venue de l'animal dans la légende de la Femme bison Blanc. Ils pensaient que les dieux avaient créé l'animal comme un cadeau spécial, et la tête et les cornes étaient utilisées dans les rituels et les cérémonies. Le bison, croyait-on, avait enseigné au premier chaman, ou homme-médecine, ses compétences en matière d'herboristerie. (64)

Dans la légende cheyenne Étoile Filante, le demi-dieu Hotoketana'ohtse ("Étoile filante"), parmi ses nombreux autres exploits, assure la survie de son peuple en capturant le mystique corbeau blanc qui avertissait les bisons de l'approche des Cheyennes et permit ainsi des chasses fructueuses à l'avenir et la pérennité du peuple. Étoile filante se concentre sur les nombreuses aventures du héros de l'histoire, les bisons n'étant qu'un aspect, mais L'Origine des bisons les place au centre de l'histoire et montre comment les guerriers cheyennes surmontent leur peur et entrent dans la grotte mystique qui leur apportera les bisons.

Supprimer la pub
Advertisement

Apparition of the Buffalo Calf Maiden
Apparition de la Femme Bison Blanc
Frithjof Schuon (Public Domain)

L'origine du bison

L'Origine du bison raconte comment les Cheyennes sont partis à la recherche d'une source de nourriture fiable et ont reçu le bison grâce à la générosité d'une figure féminine surnaturelle. Comme dans de nombreux contes amérindiens, la femme de cette histoire joue le rôle de sauveur, fournissant aux chasseurs mâles les moyens de sauver leur peuple de la famine.

Le texte suivant, ainsi que Comment la chasse au bison a commençé, sont extraits des Voix du vent légendes indiennes de Margot Edmonds et Ella Clark.

Il y a longtemps, une tribu de chasseurs cheyennes vivait en haut d'un ruisseau impétueux qui se jetait dans une grande grotte.

Comme son peuple avait grand besoin d'une nouvelle source de nourriture, le chef convoqua une réunion du conseil.

"Nous devrions explorer la grande grotte", dit-il à son peuple. "Combien de chasseurs courageux se proposeront-ils pour cette aventure? Bien sûr, cela peut être très dangereux, mais nous avons des chasseurs courageux." Personne ne répondit à la demande du chef.

Supprimer la pub
Advertisement

Finalement, un jeune courageux se peignit pour la chasse et s'avança, répondant au chef: "J'irai et je me sacrifierai pour notre peuple."

Il arriva à la grotte et, à sa grande surprise, le Premier Brave trouva deux autres chasseurs cheyennes près de l'ouverture, là où le ruisseau s'engouffrait sous terre.

"Est-ce qu'ils sont là pour se moquer de moi, se demanda Premier Brave? "Vont-ils seulement faire semblant de sauter quand je le ferai?"

Supprimer la pub
Advertisement

Mais les deux autres braves lui assurèrent qu'ils iraient.

"Non, tu te trompes à notre sujet. Nous voulons vraiment entrer dans la grotte avec toi", lui dirent-ils.

Le premier brave leur donna la main et, ensemble, ils sautèrent dans l'immense ouverture de la grotte. A cause de l'obscurité, il fallut un certain temps pour que leurs yeux s'adaptent. Ils découvrirent alors ce qui ressemblait à une porte. Le premier brave frappa d'abord, mais il n'y eut pas de réponse. Il frappa de nouveau, plus fort.

"Que voulez-vous, mes braves ? demanda une vieille grand-mère indienne en ouvrant sa porte.

"Grand-mère, nous sommes à la recherche d'une nouvelle source de nourriture pour notre tribu", répondit le premier brave. "Notre peuple ne semble jamais avoir assez de nourriture.

"Avez-vous faim maintenant ?" demanda-t-elle.

"Oh, oui, gentille Grand-mère, nous avons très faim", répondirent les trois braves.

La vieille grand-mère ouvrit grand sa porte, invitant les jeunes braves à entrer.

"Elle leur montra du doigt la fenêtre pour qu'ils regardent par là.

Une magnifique prairie s'étendait devant leurs yeux. De grands troupeaux de bisons paissaient tranquillement. Les jeunes chasseurs n'en croyaient pas leurs yeux!

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La vieille grand-mère leur apporta à chacun une casserole en pierre remplie de viande de bison. Ils mangèrent et mangèrent jusqu'à ce qu'ils soient rassasiés. À leur grande surprise, il restait encore de la viande de bison dans leurs casseroles de pierre!

"Je veux que vous rapportiez vos casseroles de viande de bison aux gens de votre campement", dit la vieille grand-mère. "Dites-leur que je leur enverrai bientôt des bisons vivants.

"Merci, merci, merci, gentille grand-mère", dirent les trois jeunes braves cheyennes.

Lorsque les jeunes chasseurs retournèrent dans leur tribu avec les cadeaux de viande de bison, leur peuple se réjouit de cette nouvelle et bonne nourriture. Toute la tribu mangea copieusement dans les trois poêles magiques de la vieille grand-mère et en fut reconnaissante.

Le lendemain, lorsque les Cheyennes se réveillèrent à l'aube, des troupeaux de bisons étaient mystérieusement apparus tout autour de leur village! Ils étaient vraiment reconnaissants à la vieille grand-mère indienne et aux esprits du ciel pour leur bonne fortune.

Comment la chasse au bison a commencé

L'autre légende cheyenne populaire, Comment la chasse au bison a commencé, raconte l'histoire de la tradition de la poursuite saisonnière des bisons des Grandes Plaines. Cette histoire met en évidence la réciprocité du monde naturel: à l'origine, les bisons se nourrissaient des humains, mais après la Grande Course, que les bisons ont perdue, les rôles furent inversés.

Le conte sert également d'histoire des origines - il explique comment les choses sont apparues - en expliquant pourquoi les Cheyennes ne mangent pas la viande de bison de la poitrine sous la gorge de l'animal et comment tous les oiseaux, les bêtes, les reptiles et les insectes en sont venus à avoir leurs couleurs distinctives. Si la conclusion alternative de la fin, qui inclut le coyote, est considérée comme faisant partie du conte original, l'histoire donne également la raison pour laquelle le coyote n'a jamais été mangé par le peuple, bien que sa peau ait été utilisée.

Indians Hunting the Bison
Amérindiens chassant le bison
Karl Bodmer (Public Domain)

L'histoire rappelle les contes animaliers d'autres nations amérindiennes mettant en scène une course, comme le conte Pawnee, La fille qui était l'anneau, mais cette histoire traite d'une course de relais d'animaux essayant de garder l'anneau loin du bison, et non d'une course entre toutes les créatures pour un prix. Comment la chasse au bison a commencé est plus proche, par son thème et ses détails, des histoires d'animaux d'autres civilisations, notamment La grande course, qui donne l'origine du zodiaque dans la Chine ancienne.

Dans cette histoire, comme dans celle-ci, une course est décrétée avec des enjeux importants pour les gagnants et les perdants: les douze premiers animaux à franchir la ligne d'arrivée gagneront une place dans le ciel nocturne et vivront ainsi éternellement. L'histoire sert également à honorer les chiens dans la Chine ancienne en expliquant que la place tardive du chien dans le zodiaque est due à sa nature amicale car, pendant la course, il avait dû s'arrêter pour saluer ses amis et jouer avec eux. Il termine néanmoins la course et est récompensé par une place parmi les autres.

La manière dont les humains de l'histoire cheyenne se comportent pendant la course n'est pas indiquée, mais ils gagnent, non pas grâce à leurs propres efforts, mais grâce à la nature amicale des oiseaux qui se sont rangés de leur côté. Comme le chien dans le conte chinois, les oiseaux reconnaissent ce qui est le plus important et prennent leur temps pour atteindre leur but. Cet aspect de l'histoire souligne la valeur que les Cheyennes accordent aux liens d'amitié et à la communauté, car les oiseaux gagnent, non pas pour eux, mais pour le peuple.

Le bison mangeait autrefois l'homme. La pie et le faucon étaient du côté du peuple, car aucun des deux ne mangeait l'autre ou le peuple. Ces deux oiseaux s'envolèrent d'un conseil entre les animaux et les hommes. Ils décidèrent d'organiser une course dont les vainqueurs mangeraient les vaincus.

Le parcours était long, autour d'une montagne. Le bison le plus rapide était une bisonne appelée Neika, "tête rapide". Elle se croyait capable de gagner et s'inscrivit à la course. D'un autre côté, les gens avaient peur à cause de la longue distance. Ils essayèrent de se procurer des médicaments pour éviter la fatigue.

Tous les oiseaux et les animaux se peignirent pour la course et, depuis lors, ils ont tous des couleurs vives. Même la tortue d'eau mit de la peinture rouge autour de ses yeux. La pie se peignit en blanc sur la tête, les épaules et la queue. Enfin, tous furent prêts pour la course et se mirent en rang pour le départ.

Ils coururent et coururent, en faisant des bruits forts au lieu de chanter pour courir plus vite. Les petits oiseaux, les tortues, les lapins, les coyotes, les loups, les mouches, les fourmis, les insectes et les serpents furent bientôt laissés loin derrière. Lorsqu'ils approchèrent de la montagne, la bisonne était en tête; puis venaient la pie, le faucon et les gens; les autres étaient dispersés le long du chemin. La poussière s'élevait si vite qu'on ne pouvait rien voir.

Tout autour de la montagne, la bisonne mena la course, mais les deux oiseaux savaient qu'ils pouvaient gagner, et ils se contentèrent de la suivre jusqu'à ce qu'ils n'approchent de la ligne d'arrivée, qui revenait au point de départ. Les deux oiseaux la dépassèrent alors et gagnèrent la course pour l'homme. Pendant qu'ils parcouraient la course, ils avaient vu partout des animaux et des oiseaux tombés au sol, qui s'étaient tués en courant, rougissant le sol et les rochers de leur sang.

Les bisons dirent alors à leurs petits de se cacher des gens qui allaient les chasser, et leur dirent également d'emporter un peu de chair humaine pour la dernière fois. Les jeunes bisons s'exécutèrent et placèrent la viande devant leur poitrine, sous la gorge. C'est pourquoi les gens ne mangent pas cette partie du bison, sous prétexte qu'elle est en partie chair humaine.

À partir de ce jour, les Cheyennes ont commencé à chasser le bison. Comme tous les animaux et oiseaux amicaux étaient du côté du peuple, ils ne sont pas mangés par les gens, mais ils portent et utilisent leurs belles plumes comme ornements.

Une autre version ajoute que lorsque le coyote, qui était du côté du bison, termina la course, la pie, qui avait même battu le faucon, dit au coyote: "Nous ne te mangerons pas, mais nous utiliserons seulement ta peau."

Conclusion

Selon la tradition cheyenne, après la Grande Course, les bisons et les hommes ont entretenu une relation symbiotique: les hommes étaient nourris par les bisons, et les bisons étaient honorés par les hommes. Lorsque les Cheyennes ont rencontré les Euro-Américains, ils en étaient venus à dépendre fortement du bison pour leur survie. C'est pourquoi, lorsque le gouvernement américain intensifia sa politique génocidaire à l'égard des Amérindiens à la fin du XIXe siècle, il prit le bison pour cible de ses massacres.

L'universitaire Roxanne Dunbar-Ortiz cite la description de la relation entre les Indiens des Plaines et les bisons, ainsi que des efforts des immigrants blancs pour les détruire, telle qu'elle a été faite par Old Lady Horse de la nation Kiowa. Les Kiowas, autrefois ennemis des Cheyennes, avaient conclu une alliance avec eux en 1840, à peu près au moment où les bisons commençaient à être abattus quotidiennement par les chasseurs, les colons et les soldats blancs:

Tout ce que les Kiowas possédaient provenait du bison... Par-dessus tout, le bison faisait partie de la religion kiowa. Un bisonneau blanc devait être sacrifié lors de la danse du soleil. Les prêtres utilisaient une partie du bison pour faire leurs prières lorsqu'ils guérissaient les gens ou lorsqu'ils chantaient pour les puissances supérieures. Ainsi, lorsque les hommes blancs ont voulu construire des chemins de fer, ou lorsqu'ils ont voulu cultiver ou élever du bétail, le bison continua à protéger les Kiowas. Ils arrachèrent les voies ferrées et les jardins. Ils chassaient le bétail des pâturages. Les bisons aimaient leur peuple autant que les Kiowas les aimaient. Il y eut une guerre entre les bisons et les hommes blancs... Puis les hommes blancs engagèrent des chasseurs pour ne rien faire d'autre que tuer les bisons. (143)

Alors qu'on estimait à 60 millions le nombre de bisons dans les Grandes Plaines vers 1800, il en restait moins de 1000 en 1900, voire 300 selon certaines estimations. Cependant, les Euro-Américains n'ont pas tous favorisé l'extinction des bisons, et l'un des plus connus est Fred Dupree (1818-1898), qui fut influencé par sa femme sioux lakota, Good Elk Woman (également connue sous le nom de Mary Ann Dupree), pour intervenir.

Dupree et ses fils capturèrent cinq bisons en 1883 et les élevèrent dans son ranch, transformant ces cinq bisons en un troupeau de plus de 80 bêtes au moment de sa mort. Le troupeau fut ensuite acheté et soigné par l'éleveur James "Scotty" Philip (1858-1911), continua à s'agrandir et devint le point de départ (ou l'un des points de départ les plus connus) des quelque 30 000 à 50 000 bisons que l'on trouve aujourd'hui en Amérique du Nord. Leur nombre continue de croître, encouragé par les efforts de groupes de préservation et de conservation tels que le Fonds Tanka et d'autres nations amérindiennes, notamment les Cheyennes et les Arapahos qui honorent toujours la relation séculaire entre les bisons et les peuples établie après la Grande Course.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Quelles sont les deux légendes cheyennes les plus connues concernant le bison ?

Les deux légendes cheyennes les plus connues sur le bison sont L'Origine du bison et Comment la chasse au bison a commençé.

De quoi parle la légende Cheyenne l'Origine du bison ?

La légende Cheyenne l'Origine du bison raconte comment la figure salvatrice de la vieille grand-mère a fourni au peuple les bisons nécessaires à sa subsistance.

De quoi parle la légende cheyenne "Comment la chasse au bison a commençé" ?

La légende cheyenne Comment la chasse au bison a commençé (également connue sous le nom de La Grande Course) raconte comment les bisons et les hommes ont fait la course pour savoir qui serait mangé par qui. Les oiseaux gagnent la course pour l'humanité, qui chasse et mange les bisons.

De quand datent les légendes cheyennes L'origine du bison et le début de la chasse au bison ?

Aucune date n'est connue pour la composition des légendes cheyennes. Elles furent consignées pour la première fois au XIXe siècle par des colons blancs qui tentaient de préserver la culture cheyenne. Avant cela, les histoires étaient transmises oralement.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2024, janvier 19). Légendes Cheyennes sur les Bisons [Cheyenne Legends of the Buffalo]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2353/legendes-cheyennes-sur-les-bisons/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Légendes Cheyennes sur les Bisons." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le janvier 19, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2353/legendes-cheyennes-sur-les-bisons/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Légendes Cheyennes sur les Bisons." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 19 janv. 2024. Web. 13 avril 2024.

Adhésion