La Mariée Fantôme

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 17 janvier 2024
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

La Mariée fantôme (The Ghost Bride) est une histoire de la nation Pawnee qui traite du danger d'interagir avec les fantômes, mais qui souligne également l'importance de tenir sa parole, que ce soit avec les vivants ou avec les morts. Le jeune homme de ce conte ne sait pas qu'il a affaire à un esprit, et cela lui coûte cher.

Indian Girl in White Blanket
Fille indienne en couverture blanche
Robert Henri (Public Domain)

Cette histoire présente des similitudes de thème et de détail avec un conte pawnee plus populaire, La Femme Esprit, dans lequel un veuf convainc l'esprit de sa défunte épouse de quitter le pays des morts et de revenir avec lui et leur enfant au village. Dans cette histoire, le veuf est finalement responsable de son sort et de celui de son enfant en raison de son refus d'accepter sa perte comme un aspect naturel de la condition humaine et de son insistance à vouloir faire les choses à sa façon.

Supprimer la pub
Advertisement

Dans La Mariée fantôme, le jeune homme qui rencontre l'esprit est également responsable de ce qui lui arrive, mais dans ce cas, il n'a aucune idée qu'il a affaire à un fantôme. Pour autant qu'il le sache, la femme qu'il trouve dans le village abandonné est sa fiancée, et il croit la raison qu'elle lui donne d'être là, seule. Le public de l'histoire sait cependant qu'il s'agit d'un fantôme, et les premiers auditeurs du conte auraient compris qu'il s'agissait d'une mise en garde contre le fait d'ignorer ce que l'on sait et ce que l'on décide de croire. Le jeune homme sait que sa fiancée aurait dû être avec le reste de la tribu, mais il accepte la raison pour laquelle elle est seule parce que cela correspond à ses désirs.

La Mariée fantôme et La Femme esprit reprennent le même détail, à savoir qu'un revenant doit passer quatre jours caché derrière un rideau avant de pouvoir rejoindre les vivants, ainsi qu'une conclusion relative à la croyance en l'au-delà. Les deux récits mettent également en scène un esprit féminin fidèle à un homme qui semble indigne d'elle car il n'honore pas ou ne reconnaît pas les traditions de la communauté. Cependant, La Mariée fantôme diffère considérablement de l'autre histoire en soulignant le poids de la parole donnée, le danger de ne pas la tenir et le fait qu'un fantôme aura toujours le dernier mot.

Supprimer la pub
Advertisement

Fantômes et origine de l'histoire

D'une manière générale, les peuples autochtones d'Amérique du Nord considéraient les fantômes comme une réalité de la vie mais, dans la plupart des cas, comme des entités qu'il fallait éviter et auxquelles il ne fallait pas faire confiance. Le sac de médecine (ou paquet sacré) que l'on portait sur soi - un ensemble d'objets magiques dotés d'un pouvoir spirituel - contenait généralement un ou plusieurs objets qui protégeaient des fantômes et des mauvais esprits. Cependant, il arrive que l'on ne puisse s'empêcher de rencontrer un esprit, et il est important de se rappeler que les fantômes possèdent des connaissances et des pouvoirs surnaturels et qu'ils doivent être traités avec respect.

Dans la mariée fantôme, l'esprit induit délibérément le jeune homme en erreur, mais tient sa promesse qu'ils se marieront bientôt.

L'un des meilleurs exemples est le récit des Sioux Teton, L'homme qui lutta contre un esprit, dans lequel un jeune guerrier rencontre un fantôme dans les bois, partage avec lui du tabac et de la nourriture, et est récompensé par une prophétie de succès concernant sa mission contre ses ennemis. L'histoire se termine par la réussite du jeune guerrier "comme le fantôme l'a dit". C'est pourquoi les gens croient ce que disent les fantômes" (Jackson, 335). Étant donné que les fantômes viennent du monde des esprits, où les secrets de la vie, de la mort, du passé et de l'avenir sont tous connus, on peut, dans de bonnes conditions, faire confiance à leurs paroles, mais dans d'autres conditions, un fantôme peut transmettre des informations que les vivants n'ont pas le droit d'obtenir, ou attirer les vivants sur une mauvaise voie, et ainsi provoquer un désastre ou la mort.

Supprimer la pub
Advertisement

Dans La Mariée fantôme, l'esprit induit délibérément le jeune homme en erreur, mais tient sa promesse qu'ils se marieront bientôt, fusionnant ainsi la conception traditionnelle des fantômes en tant que menaces dangereuses et diseurs de vérité. L'histoire présente d'abord la femme fantôme comme un esprit trompeur, puis comme une innocente qui ne demande qu'à revivre parmi les siens et à épouser l'homme qu'elle aime.

La date de composition du conte est inconnue, mais il trouve son origine, sous sa forme actuelle, dans Pawnee Hero Stories and Folk-Tales (1889) de l'anthropologue et historien George Bird Grinnell (1849-1938). Grinnell vécut et voyagea avec les Pawnees à partir de 1870 et consigna leurs traditions et leurs histoires dans des articles et des ouvrages plus longs. Dans son introduction au livre de 1889, il explique sa méthode pour préserver des histoires telles que La Mariée fantôme:

La tâche que je me suis fixée est celle d'un enregistreur. Aucune tentative n'a été faite pour donner une couleur littéraire aux histoires de héros et aux contes populaires ici écrits. J'ai scrupuleusement évité d'y ajouter quoi que ce soit de personnel. Les histoires sont racontées au lecteur comme elles m'ont été racontées. Elles ne sont pas élaborées. J'ai essayé de montrer comment les Indiens pensent et parlent, plutôt que de rendre leurs histoires plus divertissantes en les adaptant au goût des civilisés. En donnant à ces récits leur forme actuelle, mon objectif est de faire un livre qui soit fidèle à la vie et qui reflète fidèlement le caractère des Pawnees, tel que les conteurs l'ont eux-mêmes dépeint. Dans quelques rares cas, j'ai ajouté quelques mots expliquant des questions si bien comprises par ceux qui connaissent les Indiens qu'elles n'ont pas besoin d'être expliquées. Si ces récits ont une valeur ethnologique, elle sera renforcée par le fait qu'ils sont présentés sous la forme précise dans laquelle ils ont été racontés par ceux à qui ils ont été transmis de génération en génération. (xii)

La Mariée fantôme peut donc être vieille de centaines ou de milliers d'années et, à l'époque où Grinnell vivait parmi les Pawnees, elle était l'un des nombreux contes régulièrement narrés par les conteurs.

Supprimer la pub
Advertisement

Pawnee Indians
Pawnees
George Catlin (Public Domain)

Texte

Le texte suivant est extrait de Pawnee Hero Stories and Folk-Tales par George Bird Grinnell, 1889, pp. 191-194.

Dans un endroit où nous avions un village, une jeune femme mourut juste avant que la tribu ne parte à la chasse. Lorsqu'elle mourut, on l'habilla de ses plus beaux vêtements et on l'enterra et, peu de temps après, la tribu partit à la chasse.

Un groupe de jeunes hommes était parti rendre visite à une autre tribu et ne revint qu'après la mort de la jeune fille et le départ de la tribu du village. La plupart d'entre eux ne retournèrent pas au village, mais rencontrèrent la tribu et partirent avec elle à la chasse. Parmi les jeunes hommes qui étaient partis, il y en avait un qui avait aimé la jeune fille qui était morte. Il retourna seul au village.

Le village était vide et silencieux, mais avant de l'atteindre, il aperçut, au loin, quelqu'un assis au sommet d'une hutte. Lorsqu'il s'approcha, il vit que c'était la fille qu'il aimait. Il ne savait pas qu'elle était morte, et il s'étonna de la voir là, seule, car le temps était venu où il serait son mari et elle sa femme [et elle aurait dû être avec le reste de la tribu où elle serait en sécurité].

Quand elle le vit arriver, elle descendit du haut de la hutte et entra à l'intérieur. Lorsqu'il s'approcha d'elle, il prit la parole et dit: "Pourquoi es-tu seule dans le village ? Elle lui répondit: "Ils sont partis à la chasse. J'ai boudé mes parents, ils sont partis et m'ont abandonnée". L'homme voulait qu'elle devienne sa femme, mais la jeune fille lui dit: "Non, pas encore, mais plus tard nous nous marierons." Elle lui dit: "N'aie pas peur. Ce soir, il y aura des danses ici; les fantômes danseront."

Supprimer la pub
Advertisement

C'est une vieille coutume des Pawnees. Lorsqu'ils dansaient, ils avaient l'habitude d'aller d'une hutte à l'autre, en chantant, en dansant et en poussant des cris. Aujourd'hui, comme la tribu était partie et que le village était désert, les fantômes faisaient de même.

Il les entendit venir le long des rues vides et aller d'une hutte à l'autre. Ils entrèrent dans la hutte où il se trouvait, dansèrent, crièrent et chantèrent, et parfois ils le touchèrent presque, et il était à deux doigts d'être effrayé.

Le lendemain, le jeune homme persuada la jeune fille de partir avec lui, de suivre la tribu et de se joindre à elle pour la chasse. Ils commencèrent à voyager ensemble, et elle lui promit qu'elle deviendrait sa femme, mais pas avant que le temps ne soit venu. Ils dépassèrent la tribu, mais avant d'arriver au camp, la jeune fille s'arrêta.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Elle dit: "Nous sommes arrivés, mais tu dois d'abord aller au village et me préparer une place. Là où je dormirai, que ce soit derrière un rideau. Pendant quatre jours et quatre nuits, je dois rester derrière ce rideau. Ne parle pas de moi. Ne mentionne mon nom à personne."

Le jeune homme la laissa là et rentra dans le camp. Arrivé à son campement, il dit à une femme, l'une de ses parentes, d'aller à un certain endroit et de ramener une femme qui l'attendait là. Sa parente lui demanda: "Qui est cette femme?" Et, pour éviter de prononcer son nom, il dit qui étaient son père et sa mère. Surpris, son parent lui dit: "Ce ne peut être cette fille, car elle est morte quelques jours avant que nous ne partions à la chasse".

Lorsque la femme partit à la recherche de la jeune fille, elle ne la trouva pas. La jeune fille avait disparu. Le jeune homme lui avait désobéi et avait dit qui elle était. Elle lui avait dit qu'elle devait rester derrière un rideau pendant quatre jours et que personne ne devait savoir qui elle était. Au lieu de faire ce qu'elle avait dit, il avait dit qui elle était, et la jeune fille avait disparu parce qu'elle était un fantôme. S'il avait obéi à la jeune fille, elle aurait vécu une seconde fois sur la terre.

Cette même nuit, le jeune homme mourut dans son sommeil.

Les gens furent alors convaincus qu'il devait y avoir une vie après celle-ci.

Commentaire

Dans La Femme esprit, l'esprit de l'épouse reçoit une seconde vie après avoir accepté de suivre son mari en deuil jusqu'au village et ne disparaît que lorsqu'il est confronté à sa seconde épouse, qui lui fait remarquer qu'elle est un fantôme et que sa place n'est pas parmi les vivants. Le mari, bien que responsable de son retour, ne fait rien pour la faire partir. Dans La Mariée fantôme, en revanche, le jeune homme déçoit l'espoir de seconde vie de sa fiancée en ne faisant pas ce qu'elle lui a demandé et en ne tenant pas sa parole. Bien que l'histoire ne mentionne jamais explicitement sa promesse, le public d'origine aurait compris que la parole non prononcée avait été donnée.

Le jeune homme ne sait pas qu'il interagit avec un esprit et, lorsqu'il n'honore pas sa demande, il manque de respect à une femme qu'il a l'intention d'épouser, ce qui, dans la culture pawnee, aurait également signifié manquer de respect à leurs familles respectives et à lui-même. Il aurait pu facilement dire à sa parente au village qu'il avait promis de ne pas prononcer le nom de la femme et lui demander de ne pas insister sur ce point. Au lieu de cela, il prononce le nom des parents de sa fiancée, rompant sa promesse et se condamnant à mort car, même si sa promesse s'avère fausse, la promesse du fantôme selon laquelle ils seraient bientôt mariés est vraie - tout comme les paroles de tous les fantômes sont considérées comme vraies - et c'est ainsi qu'ils se marient, non pas dans cette vie, mais dans celle qui vient après.

The Voice of the Great Spirit
La voix du Grand Esprit
Joseph Henry Sharp (Public Domain)

La force de l'histoire réside dans la tension entre ce que le public sait dès le début et ce que le jeune homme croit vivre tout au long de l'histoire, ainsi qu'entre ce que le public d'origine aurait considéré comme de graves violations des coutumes et ce que le jeune homme trouve acceptable, même s'il devrait être mieux informé, compte tenu de son âge.

Lorsqu'il trouve sa fiancée seule dans un village désert, il aurait dû se rendre compte qu'elle n'était pas ce qu'elle semblait être, car même si elle s'était disputée avec ses parents, ils ne l'auraient pas laissée derrière eux. Dans une célèbre histoire des Sioux, La légende de Standing Rock, une femme qui refuse de partir alors que le reste de la communauté le fait est laissée sur place, mais plus tard, son mari envoie son peuple la chercher. De la même manière, le village pawnee aurait envoyé quelqu'un chercher cette femme.

Après avoir ignoré cela, le jeune homme reste dans la hutte après que l'esprit lui a dit que les fantômes allaient bientôt arriver pour danser. Puisque les fantômes devaient être évités et qu'elle lui dit si facilement de ne pas avoir peur de leur arrivée, il aurait dû la reconnaître comme étant l'un d'entre eux. Pourtant, après ces deux expériences, le jeune homme continue de croire que la femme est ce qu'elle semble être et non ce que le public sait qu'elle est. Pour ceux qui ont entendu cette histoire racontée il y a longtemps, l'expérience aurait probablement été comparable à celle d'un film d'horreur moderne où l'on ne cesse de crier au personnage principal: "Comment se fait-il que vous ne voyiez pas cela ?

Conclusion

Cette histoire, et bien d'autres - non seulement des Pawnees mais aussi d'autres nations comme les Cheyennes - furent consignées par Grinnell et d'autres pour les préserver. Dans les années 1880, les nations indiennes des Plaines, y compris les Pawnees, avaient déjà été forcées à vivre dans des réserves ou allaient bientôt l'être, et certains immigrants blancs reconnaissaient la valeur des cultures amérindiennes qui étaient en train d'être systématiquement éliminées. Grinnell explique ce qui l'a poussé à écrire Pawnee Hero Stories and Folk-Tales (Histoires de héros et contes populaires Pawnees) en ces termes:

Les Pawnees sont en train de disparaître. Lorsque je les ai rejoints pour la première fois dans leurs chasses au bison [vers 1870] depuis leur ancienne maison sur la Loup Fork au Nebraska, la tribu comptait trois mille personnes; en mars dernier [vers 1889] dans le Territoire indien [la réserve où ils ont été transférés dans l'Oklahoma actuel], je n'en ai trouvé que huit cents. Et plus rapidement que le déclin du peuple, ce sont ses traditions qui s'effacent de la mémoire sous l'effet des nouvelles conditions de vie de la tribu. La tradition, qui a germé dans les vastes prairies et les régions sauvages où le guerrier Pawnee chassait en toute liberté, est à peine nourrie dans le sol peu accueillant des champs cultivés par les Pawnees qui suivent les travaux de la charrue. Les nouveaux modes de vie s'accompagnent de nouvelles conceptions de la vie, de nouveaux motifs, de nouvelles sympathies - en un mot, de la civilisation. (xi)

Les Pawnees ne disparurent pas pour autant. Comme ils avaient toujours été considérés comme des "Indiens amis" par le gouvernement américain, ils bénéficièrent de considérations qui ne furent pas accordées à d'autres nations, comme le droit d'observer le rituel de la Danse des fantômes qui, entre autres aspects, soulignait l'importance du passé des peuples, y compris les histoires qui préservaient leur patrimoine culturel. Aujourd'hui encore, les Pawnees racontent ces mêmes histoires, les apprennent à leurs enfants dans leur propre langue et les transmettent aux générations futures.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Quel est le message de l'histoire pawnee "La Mariée fantôme" ?

La Mariée fantôme aborde les thèmes du danger d'interagir avec les fantômes et de l'importance de tenir sa parole envers les vivants et les morts.

L'histoire de Pawnee "La Mariée fantôme" est-elle la même que "La Femme esprit" ?

Non. "La Mariée fantôme" et "La Femme esprit" sont deux histoires complètement différentes de la nation Pawnee.

Quelle est la date de composition de "La Mariée fantôme" ?

La date de composition est inconnue. La version actuelle de l'histoire provient de l'anthropologue et historien George Bird Grinnell, "Pawnee Hero Stories and Folk-Tales" (Histoires de héros et contes populaires Pawnee), publié en 1889.

Que se passe-t-il à la fin de "La Mariée fantôme" ?

Tout au long de l'histoire, la femme fantôme promet à son fiancé qu'ils se marieront bientôt. À la fin du récit, elle tient sa promesse en l'emmenant auprès d'elle dans l'au-delà.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2024, janvier 17). La Mariée Fantôme [The Ghost Bride]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2352/la-mariee-fantome/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "La Mariée Fantôme." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le janvier 17, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2352/la-mariee-fantome/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "La Mariée Fantôme." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 17 janv. 2024. Web. 22 avril 2024.

Adhésion