Planification Familiale dans le Proche-Orient Ancien

Article

Arienne King
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 02 août 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

Le Proche-Orient ancien abritait une multitude de civilisations, à travers l'Égypte, la Mésopotamie et le Levant, chacune ayant des vues uniques sur la médecine, la conception et le rôle des femmes dans la société. Les attitudes à l'égard de la contraception et de l'avortement variaient en fonction de ces croyances. La plus ancienne littérature médicale sur la pratique de l'avortement et la première loi connue contre l'avortement proviennent toutes deux du Proche-Orient.

Le christianisme et l'islam - deux religions monothéistes apparues au Proche-Orient - font partie depuis des plus grandes religions du monde. En raison de leur influence, les différents courants de pensée apparus au Proche-Orient ancien continuent de façonner le droit moderne et l'éthique médicale dans le monde entier.

Supprimer la pub

Advertisement

La grossesse au Proche-Orient ancien

Les civilisations agricoles du Proche-Orient ancien accordaient une grande importance à la fertilité, tant de la terre que de ses habitants. La plupart des gens espéraient avoir de grandes familles, avec plusieurs enfants qui pourraient perpétuer leurs traditions et les soutenir dans leur vieillesse. L'infertilité des personnes était expliquée par des déséquilibres physiques ou spirituels dans le corps, tandis que l'infertilité de la terre était considérée comme un signe de mécontentement divin, souvent dirigé contre le dirigeant.

La déesse Lamashtu était censée provoquer la mort et les fausses couches en touchant le ventre d'une femme enceinte.

Ces cultures étaient également très conscientes des dangers de la grossesse et de l'accouchement qui étaient couramment attribués à des causes surnaturelles à une époque où les connaissances médicales étaient limitées. Cette anxiété culturelle s'exprime à travers les croyances religieuses, magiques et médicales du Proche-Orient. Les menaces pesant sur les femmes enceintes et les nourrissons étaient personnifiées par divers démons et divinités malveillantes associés à la mort de la mère et du nourrisson.

Supprimer la pub

Advertisement

Dans la mythologie mésopotamienne, on croyait que la déesse Lamashtu pouvait provoquer la mort et les fausses couches en touchant le ventre d'une femme enceinte. De même, le démon Kūbu, une manifestation des âmes mort-nées qui n'avaient pas trouvé le repos, était rendu responsable des maladies qui emportaient la vie des nouveau-nés. Dans les croyances égyptiennes, les fausses couches et les complications à la naissance étaient souvent attribuées à l'action de la magie maléfique, des esprits agités et des divinités malveillantes. Ces menaces spirituelles personnifiaient la peur et le chagrin que la mort soudaine apportait à la communauté. On croyait également que des individus malveillants, notamment des sorciers et des sorcières, pouvaient utiliser la magie contre les femmes et les enfants.

Taweret
Taouret
The Trustees of the British Museum (Copyright)

Dans ce système de croyances, la médecine comprenait à la fois des traitements pratiques et des remèdes magiques. Pour protéger les femmes et les enfants des forces surnaturelles néfastes, on leur donnait souvent des amulettes et d'autres objets représentant des divinités protectrices. Les divinités égyptiennes Bès et Taouret étaient des protecteurs populaires des femmes enceintes et des enfants, tout comme le dieu mésopotamien Pazuzu. Ces divinités étaient représentées avec des traits effrayants destinés à faire fuir le mal.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

si (vous voulez) que la sorcellerie n'approche pas une femme enceinte, (et) qu'elle ne fasse pas de fausse couche, vous broyez de la magnétite, du guælu-antimoine, de la poussière, de la pierre åubû (et) du "raisin de renard" séché. Mélangez (cela) avec le sang d'un tadorne mâle (et) de l'huile de cyprès et, si vous le frottez sur son cœur, sa région hypogastrique et sa "tête" (vulve), la sorcellerie ne l'approchera pas. (Texte de la fin de la Babylonie, traduit par Scurlock)

Au fil du temps, les habitants du Proche-Orient commencèrent à identifier les causes naturelles et les traitements pratiques des problèmes de santé courants. L'importance de la santé reproductive est démontrée par le nombre de textes égyptiens et mésopotamiens qui y sont consacrés. Le plus ancien texte médical égyptien encore existant est le papyrus gynécologique Kahun (vers 1850 av. J.-C.), qui traite de diverses questions relatives à la santé des femmes, notamment la fertilité, les problèmes menstruels et la contraception.

Dans l'Égypte et la Mésopotamie antiques, la médecine combinait preuves empiriques et croyances spirituelles, et aucune distinction n'était faite entre traitements pratiques et magiques. Les problèmes de santé des femmes étaient principalement traités par les sages-femmes, les médecins n'intervenant qu'en cas de complications graves.

Contraception

L'idée que les femmes puissent réguler leur fertilité par des moyens chimiques est aussi vieille que les archives médicales. En termes pratiques, cela signifie que l'idée est plus ancienne que les archives en question. (Riddle, 66)

L'histoire de la médecine contraceptive remonte à la plus ancienne littérature médicale du Proche-Orient. De nombreuses méthodes de contraception décrites dans la littérature antique étaient inefficaces, bien que certaines puissent avoir une efficacité limitée. La majorité des témoignages relatifs à la contraception proviennent de l'Égypte, dont la tradition médicale était particulièrement riche. Les femmes de l'Égypte antique jouissaient également d'une liberté beaucoup plus grande que les femmes de nombreuses civilisations voisines, ce qui a pu contribuer à des attitudes plus souples vis-à-vis du contrôle des naissances.

Supprimer la pub

Advertisement

Les textes assyriens et babyloniens font référence à des plantes et des moisissures qu'ils considéraient comme abortives ou contraceptives.

La plus ancienne description d'un contraceptif dans la littérature se trouve dans le papyrus d'El-Lahoun, qui décrit comment préparer un suppositoire contraceptif à partir d'excréments de crocodile, de salpêtre et de pâte fermentée. Bien que désagréables, la bouse de crocodile et le salpêtre peuvent avoir été efficaces pour bloquer la conception. L'utilisation de la bouse de crocodile avait également des connotations spirituelles puisque les crocodiles étaient associés à l'infertilité et que les excréments avaient des usages symboliques dans la médecine égyptienne.

Le papyrus Ebers (vers 1550 avant notre ère) recommande de combiner l'acacia et la colocynthe dans un suppositoire contraceptif. Ces deux plantes ont de puissantes propriétés contraceptives ou abortives, mais leurs propriétés toxiques pouvaient aussi être mortelles. On trouve des recettes de contraception dans les papyrus médicaux du Ramesséum (vers 1850 avant notre ère), le papyrus de Carlsberg (vers 1500 avant notre ère) et le papyrus de Berlin (vers 1350 avant notre ère). Parmi les ingrédients utilisés figuraient le miel, la gomme arabique et le natron. Une autre méthode de contraception connue dans l'Antiquité était l'allaitement prolongé, et les femmes égyptiennes allaitaient couramment leurs enfants pendant trois ans. Cette méthode de contraception était courante dans de nombreuses sociétés prémodernes, car elle était censée retarder le retour de la fertilité après l'accouchement.

Début des prescriptions préparées pour les femmes afin de permettre à une femme de cesser de concevoir pendant un an, deux ou trois ans : acacia, caroube ou dattes ; broyer avec un henou de miel, on en humecte de la charpie et on la place dans sa chair. (Papyrus Ebers 783, trad. par Nunn)

Reproduction of the Ebers Papyrus
Reproduction du papyrus d'Ebers
Arienne King (CC BY)

Les plantes contraceptives étaient probablement connues des civilisations mésopotamiennes, malgré le peu de preuves littéraires de leur utilisation. Les textes assyriens et babyloniens font référence à des plantes et des moisissures qu'ils considéraient comme abortives ou contraceptives, bien qu'il n'y ait aucune preuve directe qu'ils les aient délibérément utilisées à ces fins. La tradition lexicale babylonienne mentionne une "plante de non-accouchement", qui était probablement prescrite pour réduire la fertilité. À l'époque romaine, il existait de nombreuses preuves de l'utilisation de contraceptifs au Proche-Orient.

Supprimer la pub

Advertisement

Selon la loi religieuse juive, les femmes étaient autorisées à utiliser la contraception, tandis que les hommes, qui étaient tenus de suivre la directive "soyez féconds et multipliez-vous", ne l'étaient pas. Le Talmud, un recueil de textes sur la loi juive compilé vers 200-500 de notre ère, décrit des concoctions stérilisantes utilisées pour empêcher la grossesse, et l'utilisation d'éponges de laine comme barrière pour empêcher la conception. Les premières étaient explicitement autorisées pour toutes les femmes, tandis que la seconde méthode était autorisée pour celles qui étaient mineures, déjà enceintes ou qui risqueraient des problèmes de santé si elles tombaient enceintes.

Au début de la création, à l'époque de Lemech, on connaissait un médicament dont la prise empêchait la conception de la femme. (Genèse Rabbah, 23)

Avortement

Par rapport à la Grèce et à la Rome antiques, les informations sur l'éthique médicale dans le Proche-Orient ancien sont rares. Par conséquent, il existe peu de preuves concernant les attitudes envers l'avortement dans ces civilisations. Les preuves qui subsistent indiquent qu'elle variait considérablement d'une culture à l'autre et d'une période à l'autre, en fonction des croyances relatives au moment où la vie commençait. À l'exception de l'Égypte, où hommes et femmes étaient relativement égaux, les femmes du Proche-Orient ancien avaient généralement moins de droits que les hommes. De ce fait, l'éthique de l'avortement n'était pas souvent considérée sous l'angle des droits des femmes.

En raison de la façon dont la médecine antique considérait les menstruations et la grossesse, les traitements destinés à interrompre les grossesses précoces n'étaient généralement pas considérés comme des avortements. La gestation était considérée comme un processus graduel, au cours duquel un fœtus se développait pour devenir un enfant. Par exemple, selon la loi religieuse hébraïque, une femme n'était considérée comme enceinte que 40 jours après la date de conception. Le fait de provoquer délibérément une fausse couche avant cette date n'était donc pas considéré comme un avortement. De nombreuses sociétés anciennes faisaient également une distinction entre les fœtus viables et non viables.

Supprimer la pub

Advertisement

Les Égyptiens de l'Antiquité connaissaient divers abortifs et il semble que l'avortement n'était pas stigmatisé. La plus ancienne référence littéraire à l'avortement connue se trouve dans le papyrus Ebers. La plupart des méthodes d'avortement prescrites dans le papyrus impliquent l'administration de plantes médicinales et d'autres ingrédients pour provoquer une fausse couche. Ces contraceptifs étaient soit consommés par voie orale, soit appliqués par voie topique. Une recette prévoit même de brûler les ingrédients et d'utiliser leur fumée pour fumiger la patiente. On ne sait pas si des avortements chirurgicaux étaient pratiqués dans l'Égypte ancienne, mais c'est peu probable car les médecins égyptiens semblent avoir évité la chirurgie gynécologique.

On trouve également des références à la médecine abortive dans le corpus médical babylonien encore existant. Le namruqqu, une plante non identifiée, était prescrit pour provoquer l'avortement. Elle était également utilisée pour faciliter le travail lorsqu'elle était prescrite en fin de grossesse, ce qui a conduit certains historiens modernes à supposer que la plante provoquait des contractions utérines. Un texte babylonien prescrit que le namruqqu soit écrasé et mélangé à de la bière. La concoction obtenue est ensuite donnée à une femme enceinte à jeun afin de provoquer un avortement. Des recettes plus complexes prévoient de mélanger plusieurs plantes médicinales à la bière, ainsi qu'un lézard écrasé.

On sait peu de choses sur les opinions juridiques et morales concernant l'avortement dans l'ancienne Mésopotamie et au Levant. Les historiens s'accordent généralement à dire que les fœtus n'étaient pas considérés comme des entités distinctes dotées de droits juridiques dans le Proche-Orient ancien. Selon le code d'Hammurabi (vers 1772 avant J.-C.) et les lois médio-assyriennes, un homme qui blessait une femme enceinte et provoquait une fausse couche devait payer une amende en compensation. Si la femme mourait, il était condamné à une peine beaucoup plus sévère pour avoir commis un meurtre. Des croyances similaires existent dans l'Ancien Testament. Ces lois indiquent clairement que la perte d'un fœtus n'était généralement pas considérée comme un meurtre.

Law Code Tablet of King Hammurabi from Nippur
Tablette du code de loi du roi Hammurabi de Nippour
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

La plus ancienne loi connue contre l'avortement volontaire provient des lois médio-assyriennes. Selon la loi assyrienne, les femmes qui se faisaient avorter volontairement étaient mises à mort et leur corps n'était pas enterré. Il s'agit de la seule loi contre l'avortement qui subsiste dans le Proche-Orient ancien, et la peine est nettement plus sévère que celle infligée pour avoir provoqué une fausse couche chez une autre personne. L'experte Elizabeth Meier Tetlow a suggéré que la sévérité de la peine pouvait s'expliquer par le fait que le meurtre d'un membre de la famille était considéré comme particulièrement répréhensible. D'autres historiens ont interprété cette loi comme protégeant le droit du mari à décider du sort de sa progéniture puisqu'il était légal pour un père d'abandonner ou de tuer un enfant non désiré.

On ne sait pratiquement rien de l'utilisation de l'avortement ou de la contraception dans la Perse antique, si ce n'est que l'Avesta, une écriture zoroastrienne, condamne fermement l'avortement. Bien que le zoroastrisme ait été la religion officielle de l'empire perse achéménide (vers 550-330 av. J.-C.) et de l'empire parthe (247 av. J.-C. - 224 ap. J.-C.), ces empires abritaient une multitude de peuples et de croyances religieuses.

Dans l'Antiquité, les juifs avaient des avis partagés sur l'avortement, mais ils le toléraient généralement pour le bien-être de la mère. Le Mishneh Torah, compilé aux 1er et 2e siècles de notre ère, tolère explicitement l'avortement tardif s'il est nécessaire pour sauver la vie de la mère. Selon les premiers textes islamiques, des opinions similaires ont pu prévaloir dans l'Arabie préislamique. Cependant, certains auteurs juifs romains tels que Philon (20 avant J.-C. - 50 après J.-C.) et Josèphe (36-100 après J.-C.) condamnaient l'avortement, une position qui influença la pensée chrétienne sur le sujet.

Abandon du nourrisson

L'abandon des nourrissons, qui souvent consistait à abandonner un nouveau-né dans la nature ou dans un lieu public, est attesté dans tout le monde antique, y compris au Proche-Orient. Cette pratique était utilisée pour limiter la taille des familles et pour se débarrasser des enfants non désirés ou illégitimes. L'abandon des nourrissons était peut-être préférable à l'infanticide, car les parents pouvaient éviter tout sentiment de culpabilité et espérer que leur enfant serait recueilli par quelqu'un d'autre. Les enfants étaient aussi parfois vendus ou livrés en servitude, notamment par des femmes célibataires ou des familles qui n'avaient pas les moyens de les élever

Birth of Sargon of Akkad
Naissance de Sargon d'Akkad
Jastrow (Public Domain)

Le thème de l'abandon des nourrissons apparaît dans de nombreux mythes et traditions légendaires originaires du Proche-Orient. Une légende néo-assyrienne sur la naissance de Sargon d'Akkad affirme qu'il avait été abandonné à la naissance par sa mère, une grande prêtresse qui l'avait mis au monde hors mariage. L'abandon du nourrisson figure également dans certaines variantes de la vie de Gilgamesh. Une histoire mythifiée du roi perse Cyrus le Grand (m. 530 avant J.-C.), racontée par Hérodote, affirme qu'il avait lui aussi été abandonné à la naissance.

Le récit biblique de l'Exode rapoorte des thèmes similaires, comme en témoigne l'histoire de la découverte de Moïse dans un panier après avoir été placé dans le Nil par sa mère. L'abandon des nourrissons semble avoir été moins courante en Égypte que dans la Grèce et la Rome antiques. L'historien grec Hérodote (vers 484 - 425/413 av. J.-C.) déclara que, contrairement à la Grèce, les Égyptiens n'abandonnaient jamais les nourrissons. Son affirmation était probablement exagérée, mais l'abandon des nourrissons semble avoir été rare en Égypte jusqu'aux périodes ptolémaïque et romaine.

Conclusion

L'Égypte, la Perse, la Mésopotamie et le Levant furent fortement influencés par la culture grecque pendant la période hellénistique (323-31 avant J.-C.), et la majeure partie du Proche-Orient était sous le contrôle de l'Empire romain au 1er siècle de notre ère. Ces civilisations s'influençant mutuellement, leurs points de vue continuèrent à évoluer. L'émergence du christianisme au 1er siècle de notre ère en Israël marqua un moment important dans le développement de la pensée morale et religieuse au Proche-Orient ancien. La moralité de la contraception et de l'avortement, qui avait été débattue par les érudits juifs, devint une vaste controverse dans la communauté chrétienne au cours du IIIe siècle de notre ère.

L'utilisation de la contraception était examinée à la lumière des croyances bibliques selon lesquelles la procréation était religieusement obligatoire. Alors que la loi religieuse juive autorisait les femmes à utiliser la contraception dans de nombreux cas, certains théologiens chrétiens estimaient qu'elle était intrinsèquement un péché. Cette position était liée à la croyance selon laquelle la sexualité était un péché en soi et ne devait être tolérée qu'à des fins de reproduction. De nombreux pères de l'Église estimaient également que le fait de permettre aux femmes d'accéder aux contraceptifs les conduirait à agir de manière immorale.

La moralité de l'avortement n'étant pas directement abordée dans les Écritures chrétiennes, elle fut largement débattue par les premiers théologiens chrétiens. L'essentiel des débats anciens sur l'avortement portait sur des questions telles que le moment où un fœtus peut être considéré en tant que personne. Les juifs et les chrétiens qui vivaient dans l'Empire romain étaient fortement influencés par la culture gréco-romaine à cet égard, et beaucoup soutenaient que le fœtus ne devenait une personne qu'après avoir commencé à se développer, conformément à la philosophie aristotélicienne et à de nombreuses traditions du Proche-Orient. D'autres, comme Tertullien (vers 155-220 de notre ère), soutenaient que les êtres humains recevaient une âme au moment de la conception. Les préoccupations relatives à la personnalité potentielle du fœtus étaient contrebalancées par celles concernant la santé des femmes enceintes, pour lesquelles l'avortement pouvait sauver la vie.

Pour des théologiens tels que Tertullien, le rejet de la contraception et de l'avortement était important en tant que point de distinction entre les chrétiens et les polythéistes. Cette position fut acceptée par de nombreux pères de l'Église, mais pas tous, durant l'Antiquité tardive et le Moyen Âge. En raison de la diversité de la pensée religieuse, il n'existait pas de doctrine chrétienne unique concernant l'avortement et la contraception. Cependant, l'opinion dominante dans l'Église médiévale était que l'avortement était interdit, ce qui devint alors la norme pour les chrétiens du Proche-Orient.

Après la propagation de l'islam au 7e siècle, les érudits arabes et perses se penchèrent sur la question de la contraception et de l'avortement en utilisant des arguments similaires à ceux des théologiens juifs et chrétiens. Si certains juristes islamiques considéraient que l'avortement était interdit, la plupart l'autorisaient, en particulier dans le cas de grossesses précoces ou médicalement risquées. Dans l'environnement religieux diversifié du Proche-Orient médiéval, cette question était une source permanente de débat pour les érudits juifs, chrétiens et islamiques.

Le christianisme et l'islam, tous deux fortement influencés par l'héritage culturel et religieux du Proche-Orient, font partie des plus grandes religions du monde, avec des milliards d'adeptes. Ces croyances ont contribué à façonner les traditions juridiques de nombreux pays du Moyen-Orient, d'Europe, d'Afrique et des Amériques. Ainsi, les attitudes à l'égard de la planification familiale dans le Proche-Orient ancien continuent de façonner les normes éthiques et sociales dans le monde entier.

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Arienne King
Arienne King is a student and freelance writer with a passion for history, archaeology, and digital media. She runs the blog Muses & Mayhem and is the Media Editor for Ancient History Encyclopedia.

Citer cette ressource

Style APA

King, A. (2022, août 02). Planification Familiale dans le Proche-Orient Ancien [Family Planning in the Ancient Near East]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2054/planification-familiale-dans-le-proche-orient-anci/

Style Chicago

King, Arienne. "Planification Familiale dans le Proche-Orient Ancien." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le août 02, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2054/planification-familiale-dans-le-proche-orient-anci/.

Style MLA

King, Arienne. "Planification Familiale dans le Proche-Orient Ancien." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 02 août 2022. Web. 05 oct. 2022.

Adhésion