Commerce et Conflits dans la Rous de Kiev

Article

James Hancock
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 01 avril 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, grec

Les Scandinaves de l'île de Gotland commencèrent à s'installer le long des rivières dans la région de la Baltique dans les années 700. Alors que les Vikings de Norvège et du Danemark du 8e au 11e siècle étaient largement reconnus comme de redoutables pillards et colonisateurs, les commerçants de Gotland étaient autant des guerriers que des hommes d'affaires et s'avançaient dans de nouvelles régions grâce à des avant-postes fortifiés.

Guests from Overseas
Invités d'Outremer
Nicholas Roerich (Public Domain)

Une fois la population locale pacifiée, de nouveaux colons étaient recrutés pour créer des villes et des cités commerciales. Ce processus se répéta à l'infini à mesure que ces colons se déplacèrent vers l'est, jusqu'à ce que leur sphère d'influence ne touche les mondes byzantin et islamique.

Supprimer la pub

Advertisement

Les habitants de Gotland en vinrent à être appelés Varègues, un nom probablement dérivé du mot vieux norrois var, qui signifie "union par promesse". Les marchands de Gotland s'unirent en faisant des serments mutuels de défense et de partage des profits. Les Varègues s'enrichirent grâce au commerce des esclaves, des fourrures (castor et renard noir) et des épées, et les dirhams arabes devinrent leur moyen d'échange préféré.

Commerce avec les musulmans et les Byzantins

Au fil du temps, les Rus' s'assimilèrent aux Slaves autochtones et perdirent leur identité distincte de Gotlandais.

Les marchands de Gotland qui s'installèrent dans la région slave orientale de l'actuel nord de la Russie furent appelés al-Rus par les Arabes. Rhos (Rous') vient du vieux mot norrois ruotsi, qui signifie "expédition de bateaux à rames". Au fil du temps, ces Rous' s'assimilèrent aux Slaves autochtones le long des rivières et perdirent leur identité distincte de Gotlandais.

Supprimer la pub

Advertisement

Dans la seconde moitié des années 700, les commerçants rous' commencèrent à se déplacer vers le sud le long des voies navigables du nord de l'Europe centrale et établirent deux grandes routes commerciales :

  1. en descendant la Volga et en traversant la mer Caspienne, vers les terres sous contrôle musulman jusqu'à Bagdad
  2. la traversée de la mer Noire vers l'Empire byzantin chrétien.

Ces deux routes passaient par le royaume juif de Khazar où elles étaient soumises à une taxe.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La ville de Bagdad devait être un spectacle étonnant pour les Rous'. Entre 903 et 913, l'écrivain arabe Ibn Rustah a écrit un témoignage selon lequel les Rous' n'avaient "aucun village, aucun champ cultivé" et que "leur seule occupation était le commerce de la zibeline, de l'écureuil et d'autres types de peaux, qu'ils vendaient à ceux qui voulaient bien les acheter" (Gabriel, 3). Bagdad était maintenant le joyau de la couronne des califats islamiques, une ville somptueusement embellie avec de vastes parcs et jardins verts, des palais de marbre, des promenades et des mosquées finement construites.

Varangian Trade Routes
Routes commerciales varègues
Briangotts (CC BY-SA)

Les Rous' parcouraient leurs routes commerciales à la recherche de pièces d'argent et de soie arabes, d'épices, de vin, de bijoux, de verre et de livres provenant de l'Empire byzantin. En retour, ils échangeaient des Slaves capturés dans la steppe eurasienne et offraient de la fourrure, du miel, de la cire et du bois. Le commerce de la soie peut être retracé depuis Constantinople, ou Rayy en Iran (Téhéran actuelle), jusqu'à Kiev et Novgorod, puis dans la Baltique et en Scandinavie, et enfin en Angleterre. L'île de Gotland a été identifiée comme l'origine de ce réseau commercial d'Europe de l'Est grâce à l'extraordinaire quantité de pièces d'argent islamiques qui y ont été découvertes. L'argent utilisé pour frapper ces pièces provenait de mines situées dans les provinces d'Asie centrale contrôlées par les musulmans.

Formation de la Rous de Kiev

À la fin du IXe siècle, le prince Oleg (879-912) de la dynastie des Rurikides varègues forma une fédération peu structurée en Europe de l'Est et du Nord, appelée la Rous de Kiev. Oleg établit la Rous en 862, avec Novgorod comme capitale (160 km au sud de Saint-Pétersbourg) et étendit son contrôle de Novgorod vers le sud, le long de la vallée du Dniepr, pour finalement déplacer sa capitale vers le sud, à Kiev (ou Kyiv, dans l'actuelle Ukraine), plus stratégique.

Supprimer la pub

Advertisement

À son apogée, la Rous de Kiev régnait sur une région s'étendant de la mer Blanche au nord à la mer Noire au sud et des sources de la Vistule à l'ouest à la péninsule de Taman à l'est. Les nations modernes du Belarus, de la Russie et de l'Ukraine ont toutes pour ancêtres culturels les Rous de Kiev. La Rous de Kiev régna pendant 700 ans jusqu'à sa défaite face aux Mongols entre 1237 et 1242.

11th century CE Kievan Rus Territories
Territoires de la Rous de Kiev au 11e siècle
SeikoEn (CC BY-SA)

On sait beaucoup de choses sur la Rous de Kiev grâce à un manuscrit appelé Chronique primaire russe ou Récit des temps passés, qui donne un compte rendu détaillé des débuts de l'histoire slave entre 850 et 1110 environ. On pense qu'un moine nommé Nestor la rédigea à la cour du grand prince Sviatopolk II de Kiev en 1113, à partir de matériaux provenant d'autres chroniques byzantines, de sources littéraires slaves, de divers documents officiels et de sagas orales. Le manuscrit original a disparu depuis longtemps, mais il existe encore plusieurs révisions écrites des siècles plus tard, dont la plus ancienne, appelée codex Laurentien, date de 1377, et la plus récente, connue sous le nom de codex Hypatien, des années 1500.

Attaques de la Rous sur les mondes islamique et byzantin

Bien que la plupart des interactions entre la Rous et Bagdad, les Khazars et les autres pays musulmans aient été pacifiques, il existe quelques exceptions notables. Les Rous' étaient si intrépides qu'ils lançaient périodiquement des raids sur les forteresses byzantines et musulmanes. Des comptes rendus de ces affrontements nous ont été laissés dans la Chronique primaire russe et par plusieurs chroniqueurs arabes médiévaux, dont Ibn al-Athu¯r, qui a écrit une histoire du monde complète en 11 volumes vers 1231.

Supprimer la pub

Advertisement

Lors de la première confrontation majeure, en 860, une flotte d'environ 200 navires russes descendit le Bosphore et attaqua les faubourgs de Constantinople. L'attaque prit les Grecs complètement par surprise dans ce que Saint Photios le Grand de Constantinople a appelé un coup de foudre du ciel. La ville était en grande partie sans défense à l'époque, car l'empereur byzantin, Michel III (r. de 842 à 867), était parti combattre le califat abbasside, et sa marine affrontait les pirates arabes de la Méditerranée. Après avoir débarqué, les Rous' se déchaînèrent: ils mirent le feu aux maisons et aux églises et noyèrent ou poignardèrent les habitants. Ils se retirèrent ensuite, pour une raison inconnue, après avoir pillé les faubourgs.

Rus Attack on Constantinople
Attaque des Rous' sur Constantinople
Unknown Artist (Public Domain)

Les Rous' lancèrent une autre attaque sur Constantinople en 941, cette fois avec des conséquences désastreuses pour eux. Ils envoyèrent une flotte immense de 1000 navires vers la ville mais furent vaincus par une petite flotte de 15 vieux navires de guerre byzantins équipés de projecteurs de feu grecs qui crachaient des produits chimiques brûlants sur les envahisseurs. Un grand nombre de navires et de soldats rous' furent incendiés, et tous les soldats qui sautèrent par-dessus bord pour échapper aux flammes se noyèrent, alourdis par leur armure.

Les Rous' lancèrent également un certain nombre de raids à travers la mer Caspienne sur les terres musulmanes. Le plus important, en 913, fut l'attaque par une flotte de 500 navires rous' de la région de Gorgan, sur le territoire de l'actuel Iran, où ils pillèrent les biens et prirent femmes et enfants comme esclaves. Une armée de Khazars enragés et de quelques chrétiens finit par les attaquer et les vaincre, laissant peu de survivants.

Supprimer la pub

Advertisement

Au cours d'une autre campagne, en 943, une grande armada rous' attaqua la prospère ville commerciale de Barda, non loin de la rive sud de la mer Caspienne. La population locale les combattit vigoureusement en jetant des pierres et en proférant des injures, mais les Rous' les rassemblèrent et en massacrèrent 5000. Comme le décrit le chroniqueur arabe Ibn al-Athīr' :

Après que cela ait duré un bout de temps, ils ordonnèrent aux habitants de la ville de partir et [ils dirent] qu'ils n'attaqueraient pas les citadins pendant un intervalle de trois jours, et un individu était libre de partir avec les biens qu'il pouvait porter. La plupart des citadins sont restés [à Barda] après le délai fixé, et les Rous' ont alors tué de nombreuses personnes, et ils ont fait prisonniers quelque dix mille âmes. Ils rassemblèrent ceux qui étaient restés dans la mosquée du vendredi et dirent aux citadins restants : "Vous pouvez vous racheter ou nous vous tuerons." Un chrétien se présenta et s'accorda sur vingt dirhams pour chaque homme. Mais les Rous n'ont pas respecté leur marché, à l'exception des plus raisonnables, après avoir compris qu'ils ne recevraient rien pour certains citadins. Ils massacrèrent tous ceux [pour lesquels ils ne purent recevoir de rançon], et seuls quelques-uns s'enfuirent du massacre. Les Rous ont ensuite pris les objets de valeur des gens et ont réduit en esclavage les prisonniers restants, ils ont pris les femmes et en ont profité. (Watson, 434)

Les Rous' utilisèrent Barda pendant plusieurs mois comme base pour piller les régions adjacentes, mais finalement, ils furent forcés de partir lorsqu'ils furent fortement affaiblis par une épidémie de dysenterie due à des fruits avariés et qu'ils s' isolèrent dans la citadelle de Barda pour se défendre. Ils quittèrent la forteresse de nuit, portant sur leur dos ce qu'ils pouvaient de leurs trésors, pierres précieuses et parures pillés.

La Garde Varangienne et l'ascension de Moscou

La Rous' de Kiev allait nouer des liens étroits avec les Byzantins en 988, lorsque son empereur Vladimir le Grand (r. de 980 à 1015) décida d'abandonner ses habitudes païennes et de devenir chrétien orthodoxe. Il avait soigneusement pesé sa décision, choisissant le christianisme orthodoxe des Byzantins plutôt que le judaïsme des Kharzas, le christianisme occidental de Rome et l'islam des Arabes, probablement parce que cela lui offrait l'alliance la plus puissante.

Vladimir I Converting to Christianity
Vladimir I se convertit au christianisme
Viktor Mikhailovich Vasnetsov (Public Domain)

En reconnaissance de leur bravoure, les Rous' furent recrutés par l'empereur byzantin Basile II (r. de 976 à 1025) pour défendre Constantinople. Environ 6000 mercenaires Rous' furent formés dans la Garde Varangienne (ou garde varègue) d'élite pour protéger Constantinople et servir de gardes du corps personnels de l'empereur. Ces mercenaires participèrent à toutes les grandes campagnes byzantines jusqu'en 1204, date du sac de Constantinople par les croisés.

Lorsque la Rous de Kiev s'effondra en tant qu'État après l'invasion mongole de l'Europe en 1237-1242, Moscou était un avant-poste commercial insignifiant. Au fil du temps, une série de princes étendirent ses frontières et Moscou devint le centre politique et culturel des terres du nord de la Rous'. La situation éloignée et boisée de Moscou la protégea contre l'occupation et les attaques mongoles, et elle était située à proximité de plusieurs rivières qui donnaient accès à la mer Baltique, à la mer Noire et à toute la région du Caucase. Moscou unifia progressivement les principautés du nord-est et du nord-ouest de la Russie tout au long du XVe siècle, et renversa la domination mongole en 1480. Ivan III le Grand (r. de 1462 à 1505) fut le premier souverain moscovite à adopter le titre de tsar et à se faire appeler souverain de toute la Rous.

Supprimer la pub

Publicité

Questions & Réponses

Qui étaient les varègues?

Les Scandinaves originaires de l'île de Gotland en vinrent à se faire appeler Varègues, un nom probablement dérivé du vieux mot norrois "var", qui signifie "union par promesse". Ils se répandirent le long des rivières de la région de la Baltique dans les années 700 et devinrent de riches marchands.

Les Rous' étaient-ils les ancêtres des Russes ?

Les nations modernes du Belarus, de la Russie et de l'Ukraine ont toutes pour ancêtres culturels les Rous de Kiev.

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

James Hancock
James F. Hancock est écrivain indépendant et professeur émérite à la Michigan State University. Il s'intéresse particulièrement à l'évolution des cultures et à l'histoire du commerce. Il a notamment publié Spices, Scents and Silk (CABI) et Plantation Crops (Routledge).

Citer cette ressource

Style APA

Hancock, J. (2022, avril 01). Commerce et Conflits dans la Rous de Kiev [Trade & Warfare in the Kievan Rus]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1980/commerce-et-conflits-dans-la-rous-de-kiev/

Style Chicago

Hancock, James. "Commerce et Conflits dans la Rous de Kiev." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 01, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1980/commerce-et-conflits-dans-la-rous-de-kiev/.

Style MLA

Hancock, James. "Commerce et Conflits dans la Rous de Kiev." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 01 avril 2022. Web. 06 déc. 2022.

Adhésion