Les Dons d'Isis: Le Statut des Femmes en Égypte Ancienne

Article

Joshua J. Mark
par , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié sur 18 janvier 2012
Disponible dans d'autres langues: Anglais, Espagnol
X

Un récit sur un papyrus datant du IIe siècle de notre ère raconte que la déesse Isis, alors qu'elle offrait des dons à l'humanité, donna autant de pouvoir et d'honneur aux femmes qu'aux hommes. Ce récit reflète le statut élevé dont jouissaient les femmes dans l'Égypte ancienne.

Bien qu'elles n'aient jamais eu exactement les mêmes droits que les hommes, une femme égyptienne pouvait posséder des biens en son nom et exercer des professions qui lui donnaient une liberté économique vis-à-vis des hommes de sa famille (les femmes pouvaient pratiquer la médecine, gérer de l'argent et effectuer des transactions immobilières). Une femme avait droit à un tiers des biens qu'elle possédait conjointement avec son mari et, à sa mort, elle pouvait léguer ses biens à qui elle le souhaitait, homme ou femme. Les femmes égyptiennes étaient égales dans le système judiciaire et pouvaient agir en tant que témoins, plaignantes ou défenderesses (au sens où nous entendons ces termes aujourd'hui). Les femmes étaient responsables des crimes qu'elles commettaient et devaient être jugées au même titre que n'importe quel homme.

The Goddess Isis
La déesse Isis
Jan van der Crabben (CC BY-NC-SA)

Une femme mariée était connue sous le titre de "maîtresse de maison" et la plupart de son temps était consacré à s'occuper de la maison et des enfants. Ses responsabilités comprenaient l'éducation des enfants (à moins qu'elle n'ait été assez riche pour s'offrir un esclave à cette fin), le nettoyage de la maison, la couture, le raccommodage et la confection de vêtements, la préparation des repas pour le ménage et la gestion des comptes. Malgré cela, il existe de nombreuses preuves que les femmes s'occupaient de tâches en dehors de la maison, telles que le soin du bétail, la supervision des travailleurs dans les champs (voire même le travail dans les champs à proprement parler), l'entretien des outils, l'achat et la vente d'esclaves et de biens immobiliers et la participation au commerce sur la place du marché (les femmes de Sumérie et de Grèce n'ont jamais eu autant de droits et de responsabilités).

Les sagesses égyptiennes recommandent aux maris de bien traiter leurs femmes, car l'équilibre entre l'homme et la femme est source d'harmonie.

Les sagesses égyptiennes (sebayt) recommandent aux maris de bien traiter leurs épouses, car l'équilibre entre l'homme et la femme est source d'harmonie (connue sous le nom de ma'atou ma'at), qui était appréciée par les dieux et, en particulier, par la grande déesse Maât à la plume blanche de la Vérité. Le mariage était considéré comme un pacte entre un mari et une femme pour un engagement à vie de partenariat et de camaraderie égaux qui ne pouvait être rompu que par la mort (qui était la volonté des dieux, et non des partenaires individuels du mariage), bien que le divorce ait été courant dans la pratique.

Les femmes étaient légalement protégées contre les abus de leur mari et, dans les documents d'un procès de la 12e dynastie, un homme devait "jurer qu'il s'abstiendrait dorénavant de battre sa femme, sous peine de recevoir cent coups de canne et de perdre tout ce qu'il avait acquis avec elle" (Nardo, 35).

Les femmes, elles aussi, étaient responsables du bonheur du foyer, aussi bien dans la vie qu'après la mort. Le prestige des femmes était suffisamment élevé pour que le malheur qui frappait un veuf ait d'abord été attribué à un "péché" qu'il avait caché à sa femme et pour lequel elle, désormais omnisciente dans le champ des roseaux, le punissait. Dans une lettre d'un veuf à sa femme décédée, retrouvée dans une tombe du Nouvel Empire, l'homme supplie l'esprit de sa femme de le laisser tranquille car il est innocent de tout méfait:

Qu'est-ce que je t'ai fait de mal pour que j'en arrive à cette mauvaise passe ? Que t'ai-je fait ? Mais ce que tu m'as fait, c'est de porter la main sur moi, alors que je n'avais rien de méchant pour toi. Depuis que j'ai vécu avec toi comme ton mari jusqu'à aujourd'hui, que t'ai-je fait que je doive cacher ? Quand tu es tombée malade, j'ai fait chercher un médecin... J'ai passé huit mois sans manger ni boire comme un homme. J'ai pleuré abondamment avec ma famille devant ma maison. J'ai donné des vêtements de lin pour t'envelopper et je n'ai négligé aucune prestation qui devait être accomplie pour toi. Et maintenant, voici que j'ai passé trois ans seul sans entrer dans une maison, bien qu'il ne soit pas juste qu'un homme comme moi doive le faire. Je l'ai fait pour toi. Mais voici que tu ne sais pas distinguer le bien du mal (Nardo, 32).

Le jugement, dans ces cas, était rendu par un prêtre qui essayait de discerner si l'esprit de l'épouse décédée était la cause du malheur de l'homme ou s'il existait une autre cause possible. Il est intéressant de noter que les malheurs dont une femme pouvait souffrir après la mort de son mari étaient d'abord attribués à la possibilité qu'elle ait négligé un aspect important des rites funéraires, puis à une faute qu'elle aurait commise envers un dieu, mais rarement à un péché contre son mari.

Isis Wall Painting
Peinture murale d’Isis.
The Yorck Project Gesellschaft für Bildarchivierung GmbH (GNU FDL)

Les tombes représentent des femmes exerçant diverses professions: chanteuses, musiciennes, danseuses, domestiques, brasseuses de bière, boulangères, pleureuses professionnelles, prêtresses, épouses, filles et mères dévouées. Les femmes étaient toujours représentées jeunes, avec un accent mis sur la forme féminine. Dans les peintures funéraires, la femme, les sœurs et la mère d'un homme semblent avoir le même âge, car la représentation de la vieillesse chez une femme (ayant dépassé l'âge de procréer) était considérée comme irrespectueuse pour l'individu qui, après tout, serait à nouveau jeune et beau après avoir perdu son corps et être entré dans l'au-delà du champ de roseaux.

Les femmes de l'Égypte ancienne accordaient une grande importance à l'apparence personnelle, à l'hygiène et à la toilette. Les femmes (et les hommes) égyptiens se baignaient plusieurs fois par jour dans un mélange de bicarbonate et d'eau (les Égyptiens ne connaissaient pas le savon). Le henné était utilisé pour teindre les cheveux, les ongles et même le corps. Contrairement à d'autres cultures de l'époque (la Grèce, par exemple), les femmes pouvaient se couper les cheveux courts si elles le souhaitaient et de nombreuses femmes se rasaient la tête et portaient des perruques. Les peintures funéraires représentent les défunts dans les dernières modes en matière de perruques, de vêtements et de maquillage. Les cosmétiques n'étaient pas considérés comme un luxe mais comme une nécessité pour la vie quotidienne et de nombreux exemples de maquillage, de parfums et d'articles de toilette sont trouvés dans les tombes.

Bien que les femmes de tous les niveaux de la société égyptienne aient continué à dépendre largement des hommes de la famille pour leur subsistance et leur statut, les Egyptiennes jouissaient de plus de libertés et de responsabilités que les femmes de n'importe quel autre endroit du monde connu à cette époque. Le caractère cosmopolite et cultivé des Égyptiennes est souvent mis en avant dans les peintures et les reliefs des tombes. Il convient de noter que la célèbre pharaonne Cléopâtre, bien que grecque, avait adopté les coutumes égyptiennes et était réputée pour son raffinement et son charme.

Les femmes continuèrent à être hautement respectées en Égypte et à bénéficier de droits égaux à ceux des hommes jusqu'à l'arrivée du christianisme (qui a également entraîné un déclin marqué de l'hygiène personnelle, puisque l'on pensait que Jésus-Christ reviendrait à tout moment et que l'apparence personnelle n'avait donc pas d'importance, et que l'attention portée au corps était considérée comme de la vanité), qui prêchait l'infériorité des femmes par rapport aux hommes et citait l'exemple d'Ève dans le livre biblique de la Genèse comme la norme trompeuse selon laquelle toutes les femmes devaient être jugées. Lorsque l'islam fut introduit en Égypte par les forces musulmanes conquérantes, les femmes bénéficièrent d'encore moins de libertés que sous le christianisme et les dons de la déesse Isis, accordés également aux hommes et aux femmes, ont été largement oubliés.

À propos du traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

A propos de l'auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer ce travail

Style APA

Mark, J. J. (2012, janvier 18). Les Dons d'Isis: Le Statut des Femmes en Égypte Ancienne [The Gifts of Isis: Women's Status in Ancient Egypt]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Récupéré de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-143/les-dons-disis-le-statut-des-femmes-en-egypte-anci/

Le style Chicago

Mark, Joshua J.. "Les Dons d'Isis: Le Statut des Femmes en Égypte Ancienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. Dernière modification janvier 18, 2012. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-143/les-dons-disis-le-statut-des-femmes-en-egypte-anci/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Les Dons d'Isis: Le Statut des Femmes en Égypte Ancienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 18 janv. 2012. Web. 28 mai 2024.

L'adhésion