Eunuques en chine Antique

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 27 juillet 2017
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

Les eunuques étaient des acteurs politiques puissants dans le gouvernement de la Chine antique. Esclaves de confiance dans la maison royale, ils avaient l'ambition d'utiliser leur position privilégiée pour acquérir du pouvoir politique. Conseillant l'empereur depuis l'intérieur du palais et empêchant les fonctionnaires d'accéder à leur souverain, les eunuques finirent par acquérir eux-mêmes des titres de noblesse, former une bureaucratie rivalisant avec celle de l'État et même sélectionner et révoquer les empereurs de leur choix. Leur influence sur le gouvernement allait entraîner la chute de dynasties et durer jusqu'au 17e siècle.

Des esclaves aux poids lourds de la politique

Les eunuques, ou "non-hommes" comme on pouvait les appeler, apparurent pour la première fois dans les cours royales des États chinois pré-impériaux antiques où ils étaient employés comme serviteurs dans l'enceinte intérieure du palais. Ils étaient plus ou moins esclaves et étaient généralement acquis enfants dans les territoires frontaliers, notamment ceux du sud. Castrés et amenés à servir la maison royale, ils n'avaient aucun moyen réel de changer de vie. Les eunuques étaient considérés comme les serviteurs les plus dignes de confiance car ils ne pouvaient ni séduire les femmes de la maison ni engendrer des enfants susceptibles de former une dynastie rivalisant avec celle de l'empereur en place.

Supprimer la pub

Advertisement

Chinese Eunuchs
Eunuques chinois
Unknown Artist (Public Domain)

Les devoirs d'un eunuque consistaient donc à servir exclusivement les femmes du palais royal. Il était interdit à tout autre homme de passer la nuit dans le palais, et toute personne qui y entrait sans autorisation était passible de la peine de mort. Les eunuques faisaient office de porteurs et d'accompagnateurs, de gardes du corps, d'infirmiers, et en un mot, ils remplissaient les rôles de valets, de majordomes, de servantes et de cuisiniers réunis. Malgré leur position privilégiée, l'opinion publique avait une vision extrêmement négative des eunuques, qui étaient considérés comme la classe la plus basse de tous les serviteurs.

LES EUNUQUES CONSEILLAIENT, ESPIONNAIENT ET INTRIGUAIENT AFIN D'OBTENIR LES POSTES LES PLUS ÉLEVÉS DE L'APPAREIL D'ÉTAT.

Contrairement à la confiance que leur accordaient les souverains, leur difformité physique, le mépris de la classe dirigeante et le préjugé général qui leur était attaché faisaient que les eunuques étaient plus enclins à chercher à exploiter leur position privilégiée et à acquérir une influence politique au sein de la cour. Les eunuques ne se contenteraient pas longtemps de la vie de simples esclaves. S'alignant souvent sur les puissants monastères bouddhistes, ils conseillaient, espionnaient et intriguaient afin d'obtenir les postes les plus élevés de l'appareil d'État.

Supprimer la pub

Advertisement

Les eunuques, avec leur accès spécial au cœur de la cour (Neiting), où aucun fonctionnaire ordinaire n'était autorisé, pouvaient être particulièrement importants lorsque le souverain n'était pas encore adulte et ils exploitaient pleinement la possibilité non seulement de filtrer les communications des ministres à l'empereur et vice versa, mais aussi les nominations de sorte que, très souvent, les ministres ne pouvaient tout simplement pas obtenir une audience avec leur souverain. Les eunuques s'attiraient les faveurs de l'empereur et étaient peut-être plus dociles que les fonctionnaires érudits aux principes élevés, ce qui rendait l'empereur plus susceptible de suivre leurs conseils.

Un autre point en faveur des eunuques était qu'ils avaient connu l'empereur peut-être toute sa vie et qu'ils étaient les seuls hommes que le souverain avait rencontrés jusqu'à l'âge adulte. En outre, l'empereur savait que les eunuques n'avaient pas de pouvoir ou de loyauté en dehors de la cour, contrairement aux politiciens.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Dans la dynastie Han

Très souvent, les eunuques encourageaient et aggravaient les factions politiques, ce qui nuisait à l'unité du gouvernement. Les eunuques sont accusés d'avoir joué un rôle majeur dans la chute de la dynastie Han (206 av. JC - 220 de notre ère). Au cours du 2e siècle de notre ère, en particulier, une succession d'empereurs faibles furent facilement manipulés par les eunuques à la cour. En 124 de notre ère, ils placèrent même leur propre enfant candidat sur le trône impérial. Ils gagnèrent la faveur de l'empereur et consolidèrent leur position en 159 de notre ère en aidant l'empereur Huan à régler une dispute de succession familiale. En remerciement, l'empereur décerna un titre de noblesse à cinq eunuques de premier plan.

East Asia in the year 1 CE
Extrême-Orient en l'an 1
Stone Chen (CC BY-NC-SA)

Le pouvoir encore plus grand des eunuques finit par conduire les fonctionnaires du gouvernement et les étudiants à s'unir et à organiser des protestations en 166 et 168-169 de notre ère. Les eunuques ne se laissèrent pas décourager si facilement et furent à l'origine d'une vague de purges qui vit de nombreuses personnes impliquées dans les protestations emprisonnées et une centaine de personnes furent exécutées. Les fonctionnaires, les étudiants et les intellectuels les plus chanceux qui s'étaient élevés contre le pouvoir des eunuques furent simplement exclus de toute fonction publique. En 189 de notre ère, les événements prirent une tournure encore plus brutale. Les eunuques assassinèrent le "Grand Général" He Jin après avoir découvert qu'il avait comploté pour rassembler une armée afin de purger lui-même les eunuques. Les partisans du général se vengèrent immédiatement en tuant tous les eunuques du palais. Cette vacance du pouvoir donna lieu à une guerre civile pour le contrôle de l'empire, avec pour résultat la chute des Han et l'établissement de la dynastie Wei en 220 de notre ère.

LES EUNUQUES MANIPULAIENT LA COUR DES TANG ET CRÉAIENT DES DIVISIONS PARMI LES FONCTIONNAIRES DU GOUVERNEMENT.

Sous la dynastie Tang

Au cours des dernières années troublées de la dynastie Tang (618-907), les eunuques jouèrent à nouveau un rôle important, cette fois dans la chute des empereurs. À la suite des rébellions de commandants militaires renégats dans les provinces, la cour impériale, désireuse de renforcer sa position, créa une nouvelle armée de palais au milieu du 8e siècle. Les eunuques furent placés à la tête de cette nouvelle force et commencèrent très vite à créer des problèmes pour l'empereur. Comme aux époques précédentes, les eunuques manipulaient la cour, créaient des divisions entre les fonctionnaires et, au IXe siècle, et commencèrent même à introniser et à assassiner des empereurs. Un empereur autorisa une purge officielle des eunuques en 835 pour tenter de récupérer un peu de pouvoir, mais avant que le plan ne puisse être exécuté, les eunuques éliminèrent plus de 1 000 des conspirateurs et toute autre personne qu'ils soupçonnaient d'essayer d'usurper leur pouvoir. En guise de démonstration choquante pour tout futur conspirateur, trois chanceliers et leurs familles furent exécutés publiquement sur l'une des places du marché de la capitale, Chang'an.

Supprimer la pub

Advertisement

Eunuques célèbres

Pendant la dynastie Song (960-1279), les eunuques étaient souvent nommés commandants militaires. L'un d'entre eux, Tong Guan (1054-1126), était le général le plus important de l'empereur Huizong. Dans sa jeunesse, il remporta de célèbres victoires dans les régions frontalières du nord-ouest, écrasa la rébellion de Fāng Là dans la province du Zhejiang et continua à servir loyalement son empereur jusqu'à l'âge de 70 ans. Guan fut également honoré d'une biographie officielle dans laquelle il est indiqué qu'il était un peintre de talent. Cette biographie, qui figure dans l'Histoire des Song, illustre le mépris et les préjugés typiques dont souffraient les eunuques, même s'ils étaient des individus aussi talentueux que Guan:

C'était dans sa nature d'être rusé et de faire usage de flatterie. Depuis qu'il était préposé aux appartements secondaires du palais, parce qu'il était habile à manipuler les intentions des gens, qu'elles soient importantes ou insignifiantes, il fut capable de servir d'abord pour ensuite commander. (in Di Cosmo, 208)

Un autre eunuque célèbre est Zheng He (1371-1433), qui effectua sept voyages (Les Sept Voyages de Zeng He) dans l'océan Indien pour l'empereur Yongle de la dynastie Ming (1368-1644). L'une des flottes de Zheng He était composée de 317 navires, dont 62 "navires au trésor" remplis de cadeaux pour les souverains étrangers, et de plus de 30 000 hommes. Au cours de ses différents voyages, il suivit les routes commerciales arabes et s'arrêta dans des endroits aussi éloignés que le Viêt Nam, l'Indonésie, l'Inde, le Sri Lanka et l'Afrique de l'Est. Il rentra ensuite en Chine et émerveilla la cour avec ses captures exotiques telles que des girafes, des lions et des pierres précieuses fabuleuses.

Histoire ultérieure

À partir du début du XVe siècle, les eunuques mirent en place leur propre mini-bureaucratie à la cour, où ils pouvaient cacher certains documents et filtrer l'apport des ministres dans les affaires de l'État. Elle comprenait même une branche de services secrets qui pouvait enquêter sur la corruption ou identifier les suspects susceptibles de comploter contre le statu quo et les emprisonner, les battre et les torturer si nécessaire dans la prison que les eunuques avaient créée à cet effet. À la fin du siècle, cet appareil dirigé par les eunuques avait connu une croissance spectaculaire et comptait 12 000 employés, ce qui en faisait l'égal de la bureaucratie officielle de l'État. Vers la fin de la dynastie Ming (1368-1644), on comptait environ 70 000 eunuques, et ils avaient établi une domination presque totale de la cour impériale. Durant cette période, quatre dictateurs tristement célèbres - Wang Zhen, Wang Zhi, Liu Jin et Wei Zhongxian - étaient tous des eunuques.

Supprimer la pub

Advertisement

Le pouvoir qu'ils détenaient et les intrigues politiques qu'ils suscitaient rendirent souvent les eunuques tristement célèbres, et ils étaient particulièrement impopulaires auprès des érudits confucianistes. Huang Zongxi, penseur néo-confucianiste de la dynastie Ming, résume ici la vision générale des eunuques dans l'histoire chinoise: "Tout le monde sait depuis des milliers d'années que les eunuques sont comme le poison et les bêtes sauvages" (in Dillon, 93).

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2017, juillet 27). Eunuques en chine Antique [Eunuchs in Ancient China]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1109/eunuques-en-chine-antique/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Eunuques en chine Antique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 27, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1109/eunuques-en-chine-antique/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Eunuques en chine Antique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 27 juil. 2017. Web. 24 juin 2022.

Adhésion