Colonel Tye

Définition

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 13 février 2024
Disponible dans ces autres langues: anglais
X
Smock Similar to the Uniforms of Dunmore's Ethiopian Regiment (by Chitt66, CC BY)
Chemise semblable à celle des uniformes de l'Ethiopian regiment de Dunmore
Chitt66 (CC BY)

Le colonel Tye (c. 1753-1780) était un chef loyaliste afro-américain qui commandait l'une des forces de guérilla les plus efficaces de la guerre d'Indépendance américaine (1775-1783). Né dans l'esclavage, il s'échappa en 1775 et rejoignit la cause britannique, à la tête d'une milice loyaliste connue sous le nom de Black Brigade, responsable de raids contre les milices patriotes. Il mourut en septembre 1780 des suites de blessures subies lors d'un raid.

Jeunesse et sortie de l'esclavage

Celui qui allait devenir le colonel Tye était né esclave sous le nom de Titus, dans une ferme du comté de Monmouth, dans le New Jersey, vers 1753. Titus était l'un des quatre hommes esclaves appartenant à John Corlies, un fermier dont les terres étaient nichées le long de la rivière Navesink, près de la ville de Shrewsbury. Corlies était, du moins en apparence, un quaker, bien qu'il n'ait pas semblé posséder un grand nombre des qualités appréciées par la Société religieuse des Amis. Il ne partageait pas la croyance pacifiste des quakers et était fréquemment réprimandé par d'autres membres du mouvement pour avoir bu, utilisé des jurons ou s'être battu. Plus préoccupant, cependant, était la réputation de Corlies en tant que cruel propriétaire d'esclaves. Il était connu pour battre Titus et ses autres esclaves pour la moindre infraction, ce qui dérangeait beaucoup de ses compagnons quakers qui trouvaient la pratique de l'esclavage odieuse.

Supprimer la pub
Publicité

En 1758, les quakers du New Jersey et de Pennsylvanie adoptèrent d'ailleurs un édit visant à abolir progressivement l'esclavage dans leurs propres rangs. Les propriétaires d'esclaves quakers étaient censés émanciper volontairement leurs esclaves à leur 21e anniversaire (considéré comme l'âge adulte dans l'Amérique du XVIIIe siècle). Les esclaves de moins de 21 ans devaient recevoir une éducation dans l'idéologie quaker et apprendre à lire et à écrire afin d'être aussi autonomes que possible à leur libération. Corlies se montra négligent dans l'accomplissement de ces tâches; il ne donna aucune éducation à ses esclaves et ne libéra pas Titus le jour de son 21e anniversaire, vers 1774. À l'automne 1775, Corlies reçut la visite d'une délégation de quakers du New Jersey qui exhortèrent le propriétaire d'esclaves récalcitrant à éduquer et à libérer ses esclaves, sous peine d'être expulsé du mouvement quaker. Les quakers quittèrent la ferme des Corlies après avoir appris que Corlies "n'avais pas considéré qu'il était de son devoir de rendre leur liberté [aux esclaves]" (Hodges, 91).

Sur les 2,5 millions de personnes qui vivaient dans les Treize Colonies, 450 000 étaient réduites en esclavage.

Titus avait sans doute observé la visite de la délégation quaker et savait pourquoi elle était venue. Il devait également savoir que la plupart des autres esclaves de 21 ans ayant des maîtres quakers avaient déjà été libérés, ce qui aurait encore endurci son cœur contre son sévère maître. À ce moment-là, la ferveur enthousiaste qui marqua la révolution américaine (1765-1789) s'infiltra dans le comté de Monmouth; alors que les patriotes du New Jersey discouraient bruyamment sur la liberté américaine et leur affranchissement de la mainmise de la Grande-Bretagne, les personnes qui étaient effectivement asservies dans le comté se demandaient ce que tout cela signifiait pour elles. La nuit, des groupes d'esclaves du comté de Monmouth quittaient furtivement les propriétés de leurs maîtres et organisaient des réunions, au cours desquelles ils discutaient de la question de savoir si leurs libertés personnelles pouvaient s'inscrire dans le cadre plus large du mouvement patriote; en guise de réponse, la ville de Shrewsbury autorisa l'arrestation de tous les "esclaves, mulâtres et nègres trouvés hors des locaux de leurs maîtres" après la tombée de la nuit (Hodges, p. 94).

Supprimer la pub
Publicité

C'est à cette époque, en novembre 1775, que Titus s'échappa de la ferme de son maître. Peu après, John Corlies fit paraître une annonce offrant une récompense pour le retour de Titus, qu'il décrivait de la façon suivante:

environ 21 ans, pas très noir, mesurant près d'un mètre quatre-vingt-dix, portant un manteau gris en toile de ménage, des pantalons bruns, des bas bleus et blancs et ayant avec lui une besace fermée à un bout par une ficelle dans laquelle se trouve une quantité de vêtements (Hodges, 92).

Ainsi, avec seulement un sac rempli de vêtements à son nom, Titus échappa aux chasseurs d'esclaves et se dirigea vers le sud en direction de Norfolk, en Virginie. Là, il s'attendait à trouver sa liberté; mais ce furent les Britanniques, et non les Patriotes épris de liberté, qui l'attendaient.

Supprimer la pub
Publicité

Proclamation de Dunmore

Pendant la guerre d'Indépendance américaine, des milliers d'Afro-Américains, esclaves ou libres, se battirent pour la cause des Patriotes. Si nombre d'entre eux servirent parce qu'ils y étaient contraints par leurs maîtres ou simplement parce qu'ils aspiraient à une vie hors de la terre où ils étaient asservis, beaucoup d'autres se battirent parce qu'ils croyaient sincèrement qu'ils contribuaient à forger une nation qui les libérerait; un mensonge que d'autres hommes asservis, comme Titus, voyaient clairement. En effet, en juillet 1775, le général George Washington, commandant en chef des forces américaines, publia un décret interdisant aux soldats noirs de servir dans l'armée continentale. Comme beaucoup d'autres riches propriétaires d'esclaves, Washington redoutait la possibilité toujours présente d'une révolte des esclaves et craignait les conséquences de l'armement et de l'entraînement d'hommes réduits en esclavage. Ce décret finit par être supprimé, car les Patriotes se rendirent vite compte qu'ils avaient besoin de soldats noirs pour compléter leur armée, et ces soldats noirs se virent même promettre la liberté en récompense de leur service militaire. Cependant, le sentiment initial du décret de Washington trahissait le fait que l'abolition des esclaves américains était loin d'être une priorité pour de nombreux Patriotes.

George Washington as a Farmer
George Washington sur ses terres
Junius Brutus Stearns (Public Domain)

Il n'est donc pas difficile de comprendre pourquoi Titus - et de nombreux autres Afro-Américains réduits en esclavage - choisit de se ranger du côté des Tories (ou Loyalistes) plutôt que des Patriotes. L'esclavage était une pratique courante dans l'Amérique coloniale: sur les 2,5 millions de personnes qui vivaient dans les Treize Colonies, 450 000 étaient réduites en esclavage. En Angleterre, l'esclavage n'avait jamais été officiellement légalisé et était souvent considéré comme une pratique dépassée. Dans le procès historique Somerset v. Stewart de 1772, les tribunaux anglais statuèrent que l'esclavage n'existait pas en vertu du droit commun anglais et que les propriétaires d'esclaves ne pouvaient pas légalement envoyer leurs esclaves hors d'Angleterre contre leur volonté. L'affaire fut suivie de près dans les colonies, et beaucoup l'interprétèrent (à tort) comme signifiant que l'esclavage était totalement aboli en Angleterre; les tribunaux anglais furent saisis de demandes d'abolition d'esclaves résidant en Angleterre, tandis que de nombreux esclaves américains en fuite embarquaient clandestinement sur des navires, dans l'espoir d'atteindre les côtes anglaises dans l'espoir de recouvrer la liberté.

En novembre 1775, à peu près au moment où Titus s'échappait, les Britanniques cherchèrent à tirer parti de la crainte des Patriotes concernant les révoltes d'esclaves. Lord Dunmore, le gouverneur royaliste de Virginie, publia une proclamation offrant la liberté à tout esclave désireux de prendre les armes contre les Patriotes et de contribuer à mettre fin à la rébellion américaine. Moins d'un mois après la proclamation, plus de 800 esclaves étaient arrivés à Norfolk pour s'enrôler dans les milices loyalistes, et des milliers d'autres étaient en route. Nombre d'entre eux furent regroupés dans l'Ethiopian regiment de Lord Dunmore, une unité militaire entièrement noire, dont les uniformes portaient l'inscription "Liberty to Slaves" (Liberté pour les esclaves). La proclamation eut l'effet escompté; les propriétaires d'esclaves de Virginie paniquèrent, menaçant d'exécuter tout esclave qui se rangerait du côté des Loyalistes, mais beaucoup de ces esclaves, comme Titus, étaient prêts à courir ce risque pour avoir une chance de s'affranchir. Arrivé à Norfolk en décembre 1775, Titus s'enrôla dans l'Ethiopian regiment de Dunmore. Sur la liste des effectifs, il est inscrit sous le nom de "Tye", le nom sous lequel il serait désormais connu.

Supprimer la pub
Publicité

La Black brigade

L'Ethiopian regiment de Dunmore se battit à la fin de l'année 1775 et au début de l'année 1776, principalement lors d'escarmouches contre les milices patriotes de Virginie. Pendant cette période, l'Ethiopian regiment fut frappé par la variole qui tua une grande partie de ses troupes. Au cours de l'été 1776, le régiment fut envoyé à Staten Island pour participer à l'attaque britannique prévue sur la ville de New York. Cependant, le général William Howe, commandant des forces britanniques, était convaincu que son armée de 32 000 hommes était déjà suffisante; estimant qu'il n'avait pas besoin de l'Ethiopian regiment, Howe dissolut l'unité. Les Britanniques vaincraient l'armée de Washington lors de la bataille de Long Island (27 août 1776) et s'empareraient de la ville de New York, qui deviendrait la base des opérations britanniques dans le nord. Bien que le général Howe n'ait pas eu besoin de troupes afro-américaines, les Britanniques jugèrent utile de libérer des esclaves américains pour mener une guerre économique contre les Patriotes. En 1779, le général britannique Sir Henry Clinton publia la Proclamation de Philipsburg, qui allait plus loin que la Proclamation de Dunmore et offrait la liberté à tout esclave qui s'échappait de son maître patriote et parvenait sain et sauf dans les territoires occupés par les Britanniques. En conséquence, des centaines d'esclaves en fuite commencèrent à affluer vers la ville de New York.

On ignore alors où se trouvait Tye à ce moment-là. Il n'apparaît plus dans les archives historiques jusqu'à la bataille de Monmouth Court House (28 juin 1778), au cours de laquelle il servit à nouveau dans les rangs britanniques. Tye se distingua au cours de la bataille et captura même un capitaine de milice patriote; son service attira l'attention de William Franklin, chef loyaliste et ancien gouverneur royal du New Jersey (ainsi que le fils du célèbre chef patriote Benjamin Franklin). Le gouverneur Franklin avait un problème: les Tories du New Jersey étaient rassemblés et sommairement exécutés par les milices patriotes du New Jersey en vertu d'une nouvelle loi d'autodéfense autorisant ce type de violence extrajudiciaire. En guise de représailles, Franklin équipa et fournit plusieurs milices loyalistes pour lancer des raids contre les Patriotes du New Jersey; l'une de ces milices était une unité de 24 hommes afro-américains appelée la Black brigade. Elle était commandée par Tye, qui était désormais appelé "colonel"; il ne s'agissait pas d'un grade officiel, mais plutôt d'une marque de respect de la part des Britanniques qui en étaient venus à être impressionnés par les capacités martiales de Tye.

Washington Rallying his Troops at the Battle of Monmouth
Washington rallie ses troupes à la bataille de Monmouth
Emanuel Leutze (Public Domain)

Le colonel Tye mena son premier raid le 15 juillet 1779. Avec 50 Tories noirs et blancs, il débarquèrent à Shrewsbury et attaqua les fermes environnantes. Ils pillèrent 80 têtes de bétail, 20 chevaux, une grande quantité de vêtements et de meubles et capturèrent deux habitants de Shrewsbury, Brindley et Elisha Cook. Avant que les milices patriotes ne puissent être alertées, Tye avait déjà descendu la rivière et s'était retiré dans son quartier général de Refugeetown à Sandy Hook, l'un des derniers bastions britanniques dans le New Jersey contrôlé par les Patriotes. Le colonel Tye mena plusieurs autres raids au cours de l'automne 1779; ayant passé la majeure partie de sa vie dans le comté de Monmouth, sa connaissance intime du terrain lui permettait de se déplacer rapidement à travers les marécages, les rivières et les bras de mer. Tye ciblait souvent les propriétaires d'esclaves patriotes et leurs amis, les surprenant chez eux et emportant de grandes quantités d'argenterie, de vêtements et de bétail patriotes. Tye et ses hommes étaient payés jusqu'à cinq guinées d'or par les fonctionnaires britanniques pour chaque raid réussi. Un auteur qualifia les raids de Tye de "banditisme, de représailles et d'assistance commandée à l'armée britannique" (Hodges, 98).

Supprimer la pub
Publicité

Au cours de l'hiver rigoureux de 1779-80, les Britanniques et les Tories à l'intérieur de la ville de New York manquèrent de nourriture et de bois de chauffage. L'emprise britannique sur New York étant plus ténue que jamais, la Black Brigade du colonel Tye s'associa à une autre milice loyaliste, les Queen's Rangers, pour défendre la ville et parcourir la campagne environnante à la recherche de nourriture et de combustible. Cette action aida grandement la garnison britannique de New York et contribua à ce que les Tories gardent le contrôle de la ville. Au printemps 1780, le colonel Tye reprit ses raids; le 30 mars, il captura trois officiers de la milice patriote. Le même mois, il mena un raid sur la maison de John Russell, un Patriote associé aux récentes attaques contre les Tories à Staten Island; Russell fut tué dans la lutte qui s'ensuivit, et son fils fut blessé.

Les raids de juin 1780

La période la plus productive de la carrière du colonel Tye se déroula peut-être au cours d'une seule semaine de juin 1780, lorsqu'il mena trois raids distincts les 8, 9 et 12. Au cours du deuxième raid, Tye attaqua la maison de Joseph Murray, un soldat de la milice du comté de Monmouth qui avait été personnellement responsable de l'exécution sommaire de plusieurs Tories. En représailles de ces meurtres, Murray fut tué par Tye. Dans la nuit du 12 juin, au cours de son troisième raid, Tye dirigea une grande bande composée de loyalistes noirs et blancs dans une attaque contre la maison de Barnes Smock, un officier de haut rang de la milice du comté de Monmouth. Smock remarqua le grand nombre de Tories armés qui s'approchaient furtivement de sa maison pendant la nuit et tira un canon de six livres, alertant ses voisins qu'il était en danger.

Tye était devenu le guérillero loyaliste le plus craint et le plus respecté de tout le conflit.

Il en résulta une escarmouche, plusieurs miliciens de Monmouth se précipitant pour défendre la propriété de Smock, mais ils ne firent pas le poids face à Tye et à sa Black brigade, désormais très expérimentés. Après une brève fusillade, Smock et douze miliciens patriotes furent faits prisonniers par Tye; les Tories s'emparèrent alors du bétail de Smock et pillèrent sa maison avant de s'éclipser rapidement vers Sandy Hook avec leur butin et leurs prisonniers. En une semaine, Tye avait capturé la plupart des dirigeants de la milice du comté de Monmouth et détruit ses canons. Avant les raids de juin, Tye avait été considéré par les dirigeants patriotes du New Jersey comme un simple bandit; désormais, il était reconnu comme une force militaire avec laquelle il fallait compter. Il apparut dans la Gazette de Pennsylvanie sous le nom de colonel "Ty", où il était décrit comme un chef loyaliste "qui porte le titre de colonel et commande une équipe hétéroclite à Sandy Hook" (American Battlefield Trust). Les habitants du comté de Monmouth demandèrent au gouverneur patriote du New Jersey, William Livingston, de les protéger contre la Black brigade. En réponse, le gouverneur Livingston déclara la loi martiale et ordonna aux membres restants de la milice du comté de Monmouth de traquer Tye; cependant, les miliciens avaient tellement peur de Tye et de la Black brigade que seuls deux des 17 membres se portèrent volontaires.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Le 22 juin 1780, le colonel Tye ajouta un nouveau chapitre à sa légende grandissante. À la tête d'un grand groupe composé de 30 soldats de la Black Brigade, de 36 Queen's Rangers et de 30 autres loyalistes, il débarqua à Conascung, dans le New Jersey. Grâce à sa connaissance du terrain, Tye se faufila entre les troupes patriotes qui le recherchaient et attaqua la maison du major James Mott, chef du deuxième régiment de milice du comté de Monmouth; Mott fut fait prisonnier et sa maison fut incendiée, ainsi que celles de plusieurs voisins patriotes de Mott. Le même jour, le colonel Tye attaqua la milice de Hunterdon et fit sept prisonniers avant de s'enfuir vers son quartier général de Sandy Hook; en une seule journée, il fit huit prisonniers, s'empara d'un butin de grande valeur et retourna en sécurité, sans perdre un seul homme. Mais alors que Tye avait atteint le sommet de sa redoutable réputation, sa chance était sur le point de tourner.

Letter Describing Colonel Tye's Attacks in Monmouth County
Lettre décrivant les attaques du colonel Tye dans le comté de Monmouth
Atwalsh4 (CC BY-SA)

Dernier raid et décès

Après avoir fait profil bas pendant la majeure partie de l'été 1780, le colonel Tye décida de faire son grand retour en s'attaquant à Josiah Huddy, un éminent patriote du New Jersey qui avait mené des attaques contre les Britanniques à Staten Island et qui avait personnellement exécuté sans procès plusieurs Tories capturés. Dans la nuit du 1er septembre 1780, Tye mena un groupe de loyalistes noirs et blancs dans une attaque surprise contre la maison de Huddy. Huddy, qui passait la soirée avec une amie nommée Lucretia Emmons, remarqua l'avancée des Tories et se précipita pour défendre sa maison. Huddy courut d'une pièce à l'autre, tirant au mousquet sur les Tories qui s'approchaient et remettant ses armes à Emmons, qui les rechargeait rapidement. Huddy maintint un feu si constant que le colonel Tye, frustré, dut mettre le feu à la maison de Huddy pour débusquer le Patriote. Ce plan fonctionna, car Huddy accepta de se rendre à condition que les Tories éteignent les flammes.

Après la reddition de Huddy, les Tories pillèrent sa maison avant de retourner à la rivière Shrewsbury, avec l'intention de ramener leur prisonnier à Sandy Hook. Mais alors qu'ils embarquaient Huddy dans un bateau, des coups de feu retentirent sur la rive opposée. Les miliciens patriotes avaient été alertés par le bruit des tirs de mousquet et, ayant compris que Huddy devait être attaqué, s'étaient précipités pour le défendre. Au cours de l'escarmouche confuse qui s'ensuivit, Huddy sauta dans la rivière et parvint à se mettre en sécurité à la nage, après quoi les miliciens patriotes se retirèrent. Bien qu'aucun des Tories n'ait été tué, le colonel Tye reçut une balle dans le poignet. Dans un premier temps, la blessure semblait mineure, ce qui incita Tye à ne pas consulter un médecin, mais quelques jours plus tard, la blessure s'infecta avec le tétanos, et le tétanos s'installa. Le colonel Tye mourut de cette blessure au début du mois de septembre 1780, à l'âge de 27 ans seulement. Sa carrière n'avait duré qu'un an, mais pendant cette période, il était devenu le guérillero loyaliste le plus craint et le plus respecté de tout le conflit.

Après la mort de Tye, un loyaliste noir nommé Stephen Bucke prit le commandement de la Black brigade; mais comme Bucke n'avait pas la connaissance intime du comté de Monmouth qu'avait Tye, la brigade fut beaucoup moins efficace. En octobre 1781, la reddition de l'armée britannique de Lord Charles Cornwallis lors du siège de Yorktown signifiait que la victoire des Patriotes était pratiquement assurée; la Black Brigade continua cependant à tenir bon jusqu'à la fin, menant des raids mineurs dans le New Jersey. Elle remporta une dernière victoire à la mi-1783 lorsqu'elle captura et pendit Josiah Huddy en représailles de la mort du colonel Tye. Lorsque les dernières troupes britanniques évacuèrent les États-Unis en novembre 1783, après la signature du traité de Paris, Bucke et les membres survivants de la Black Brigade les accompagnèrent et s'installèrent au Canada. Si les Patriotes considéraient la plupart des White Tories comme des traîtres, ils tenaient néanmoins le colonel Tye et sa Black Brigade en grande estime; en effet, ces hommes, qui se battaient pour garantir leurs libertés, s'étaient révélés être parmi les pilleurs les plus efficaces de la guerre d'Indépendance.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qui était le colonel Tye?

Le colonel Tye était un chef loyaliste afro-américain pendant la guerre d'Indépendance américaine. Après avoir échappé à l'esclavage en 1775, il dirigea une unité de milice loyaliste entièrement noire, la Black Brigade, lors de raids contre les Patriotes dans le comté de Monmouth, dans le New Jersey. Il fut l'un des chefs de guérilla les plus efficaces de la guerre du côté des loyalistes.

Pourquoi le colonel Tye était-il un combattant si efficace?

Le colonel Tye mit à profit sa connaissance intime du territoire du comté de Monmouth pour frapper efficacement ses cibles patriotes et se mettre à l'abri avant que les milices patriotes ne puissent riposter.

Comment le colonel Tye est-il décédé?

Le colonel Tye mourut en septembre 1780, après qu'une blessure mineure subie lors d'un raid ne se soit infectée. Il n'avait que 27 ans.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2024, février 13). Colonel Tye [Colonel Tye]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22653/colonel-tye/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Colonel Tye." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 13, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22653/colonel-tye/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Colonel Tye." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 13 févr. 2024. Web. 26 mai 2024.

Adhésion