Brunehaut

Définition

Andrew Eubanks
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 23 juin 2022
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
X
Brunhilda of Austrasia (by Unknown, Public Domain)
Brunehaut
Unknown (Public Domain)

Brunehaut d'Austrasie (alias Brunehilde c. 543-613) était une princesse wisigothe qui entra dans la dynastie mérovingienne des Francs par mariage, devenant ainsi la reine consort du royaume d'Austrasie. À la suite de la mort brutale de sa sœur due à un complot de la reine Frédégonde de Neustrie, Brunehaut utilisa sa position pour comploter et accumuler du pouvoir afin d'écarter sa rivale. Cette querelle mènerait à des guerres par procuration à travers tout le royaume franc.

Mariage avec Sigebert

Brunehaut était la fille du roi Athanagilde (r. de 554 à 567) d'Hispanie wisigothique. L'historien médiéval Grégoire de Tours la décrit comme une "jeune fille belle de sa personne" et "bien élevée" (IV. 27). À l'époque, le roi Sigebert Ier d'Austrasie (r. de 561 à 575) l'avait demandée en mariage, et ils se marièrent en 567. Lors de leur mariage, Brunehaut se convertit au catholicisme, abandonnant sa foi chrétienne arienne d'origine. Brunehaut et Sigebert semblent avoir eu un mariage heureux, à tel point que le demi-frère de Sigebert, Chilpéric Ier de Neustrie (r. de 561 à 584), devint jaloux et trama pour avoir sa propre femme wisigothe.

Supprimer la pub
Publicité

Chilpéric se débarrassa de sa précédente maîtresse, une femme de basse naissance nommée Frédégonde, pour épouser la sœur aînée de Brunehaut, Galswinthe. Cependant, Galswinthe et Chilpéric ne semblent pas avoir trouvé le même bonheur que Brunehaut et Sigebert. Galswinthe n'était pas satisfaite de la situation à la cour de Neustrie et demanda même à Chilpéric de se débarrasser de toutes ses concubines et maîtresses. Mécontent de son mariage, Chilpéric se reconcilia avec Frédégonde, et tous deux décidèrent d'écarter Galswinthe. Galswinthe fut mystérieusement étranglée dans son lit et Chilpéric ne perdit pas une minute pour faire de Frédégonde sa nouvelle épouse.

Révoltée par la conspiration contre sa sœur, la reine Brunehaut devint la rivale de la reine Frédégonde.

Révoltée par la conspiration contre sa sœur, Brunehaut se positionna en rivale de Frédégonde. Même les interventions du roi Gontran Ier d'Orléans (r. de 561 à 592) et de l'évêque Germain de Paris ne purent empêcher les hostilités que temporairement. Alors que la Neustrie et l'Austrasie entraient en guerre et que les hommes francs se battaient sur le champ de bataille, la véritable guerre se déroulait dans l'ombre entre les deux reines.

Supprimer la pub
Publicité

Dans les années 570, l'Austrasie était en train de gagner la guerre contre la Neustrie, ayant occupé la plupart des territoires neustriens. Alors que les habitants de Neustrie juraient fidélité à Sigebert, Chilpéric se cachait à Tournai. L'évêque Germain de Paris écrit à Brunehaut et la supplia de calmer la rage de son mari afin qu'il épargne la vie de Chilpéric, mais Brunehaut, assoiffée de vengeance, ignora les lettres de l'évêque. Cependant, le vent tourna lorsque Frédégonde envoya deux assassins qui tuèrent Sigebert avec des poignards empoisonnés pendant le siège de Tournai.

Second mariage

Sans son mari, Brunehaut se retrouva à travailler aux côtés d'un prince mérovingien déshérité de Neustrie nommé Merovée. Mérovée avait été évincé par Frédégonde car la reine de Neustrie voulait assurer le trône pour ses propres enfants, et Mérovée, issu du premier mariage de Chilpéric, ne cadrait pas avec ce plan. Brunehaut épousa Mérovée et tous deux complotèrent contre Frédégonde jusqu'à ce que les Neustriens assiègent le couple à l'église de Saint-Martin. Mérovée se rendit et il fut tonsuré pour s'être révolte, c'est-à-dire qu'il fut envoyé dans un monastère afin de devenir prêtre. En conséquence, le mariage de Merovée avec Brunehaut fut invalidé. Merovée finit par s'échapper de sa prison divine avant qu'une tentative de coup d'État en 578 n'échoue et qu'il ne demande à son serviteur de le tuer en signe de disgrâce.

Supprimer la pub
Publicité

Le pouvoir derrière le trône

En 575, le fils de Brunehaut et de Sigebert, Childebert II (r. de 575 à 596), monta sur le trône à l'âge de cinq ans. Brunehaut servit de régente au jeune roi, devenant ainsi le véritable pouvoir derrière le trône d'Austrasie. Les nobles austrasiens mécontents s'opposèrent au règne de Brunehaut, mais celle-ci convainquit le roi Gontran d'Orléans de la soutenir et il lui accorda la légitimité dont elle avait tant besoin. En tant que dirigeante compétente et déterminée, Brunehaut entreprit de réparer les anciennes routes datant de l'époque romaine, de construire des églises et des forteresses, de réorganiser le budget du royaume et de restructurer l'armée austrasienne. Malgré l'opposition de la noblesse austrasienne, l'adoption par Gontran de Childebert II en tant qu'héritier ne fit que renforcer la légitimité de son autorité.

Coin of Childebert II
Pièce de Childebert II
National Library of France (Public Domain)

En 584, Childebert avait atteint l'âge de la majorité, mais Brunehaut conservait encore un certain pouvoir derrière le trône. Trois ducs d'Austrasie s'opposèrent à l'influence de Brunehaut et décidèrent d'assassiner Childebert. Le complot fut découvert et l'un des ducs fut tué. Les deux autres ducs se retirèrent dans une forteresse, mais furent écrasés par les forces d'Orléans. Après l'insurrection, Orléans et l'Austrasie signèrent le Pacte d'Andelot dans lequel il était codifié qu'à la mort du roi Gontran, Childebert monterait sur le trône d'Orléans et l'unirait à l'Austrasie. Il s'agissait d'un autre coup de force de Brunehaut qui empêchait ainsi le fils fantoche de Frédégonde, le roi Clotaire II de Neustrie (r. de 584 à 613) d'hériter du trône d'Orléans.

Gontran mourut en 592, et conformément au Pacte d'Andelot, Childebert II devint roi d'Orléans (qui était de plus en plus connu sous le nom de Bourgogne, dérivé de Burgondes, nom d'un peuple germanique qui se trouvait autrefois dans la région). Naturellement, une guerre éclata entre l'Austrasie-Bourgogne, dirigée par Brunehaut, et la Neustrie, dirigée par Frédégonde. Une bataille notable de cette guerre fut la bataille de Droizy en 593 où Frédégonde mena directement les forces neustriennes à la victoire contre les soldats d'Austrasie-Bourgogne de Brunehaut.

Supprimer la pub
Publicité

Régente d'Austrasie-Bourgogne

En 596, à l'âge de 26 ans, le roi Childebert II mourut. Ses deux fils, Thibert II (alias Théodebert r. de 595 à 612) et Thierry II (alias Théodoric, r. de 595 à 613) lui succédèrent sur les trônes d'Austrasie et de Bourgogne respectivement. Bien que l'Austrasie et la Bourgogne aient été à nouveau deux royaumes séparés, ils restaient unis contre la Neustrie et poursuivirent la guerre contre Clotaire II et Frédégonde. De même, Brunehaut conserva une influence sur ses petits-fils. Même après la mort de Frédégonde, son fils Clotaire II poursuivit la guerre avec des ambitions similaires à celles de son ancêtre et homonyme Clotaire Ier (r. de 511 à 558) qui avait unifié la Francie un demi-siècle plus tôt avec la Neustrie comme siège de cet empire. Malheureusement pour l'héritier de Frédégonde, les attaques austrasiennes et bourguignonnes en 600 laissèrent Clotaire à la tête d'un État croupion qui n'administrait que Beauvais, Amiens et Rouen.

Merovingian Kingdoms
Royaumes mérovingiens
Rudric (CC BY-SA)

Ce fut alors que la faction orientale commença à se déchirer. Brunehaut prit un amant nommé Protade (alias Protadius) et chercha à lui donner plus de pouvoir en faisant tuer Bertoald, le maire du Palais de Bourgogne. Le Maire du Palais était une position spéciale occupée par ceux qui géraient la maison du roi en Francie, une position avec certains privilèges et un accès au pouvoir. En 604, Brunehaut demanda à Thierry de Bourgogne d'envoyer Bertoald pour inspecter les villae royales sur la Seine. Clotaire II envoya également son propre maire du palais nommé Landéric à la rencontre de Bertoald. Les Neustriens trouvèrent le maire bourguignon et le tuèrent, Brunehaut put alors placer son amant à la place de Bertoald.

Cherchant à étendre le pouvoir de la Bourgogne sur l'Austrasie, Brunehaut et Protade persuadèrent Thierry de partir en guerre contre Thibert, en disant au roi bourguignon que son frère était le fils d'un jardinier. Cependant, les guerriers bourguignons qui refusaient de se battre au nom de Brunehaut capturèrent et tuèrent Protade. Le cœur brisé, Brunehaut ordonna que l'homme qui avait tué son amant soit arrêté, torturé et exécuté.

Supprimer la pub
Publicité
Lorsque la guerre éclata entre la Neustrie et l'Austrasie-Bourgogne, Brunehaut mena la bataille contre Clotaire II, le fils de son ennemie de toujours.

En 611, la guerre entre la Bourgogne et l'Austrasie se poursuivit, Thierry ayant promis de restituer le duché de Dentelin à l'État neustrien croupion de Clotaire en échange de sa neutralité dans le conflit. En 612, la Bourgogne fut victorieuse dans la guerre avec l'Austrasie, les Bourguignons renversèrent Thibert et le tuèrent, lui et son fils. L'Austrasie-Bourgogne était à nouveau unie sous le règne du roi Thierry II qui mourut de dysenterie peu de temps après. Thierry avait quatre fils mais, plutôt que de diviser à nouveau l'empire, Brunehaut décida que seul le fils de Thierry, Sigebert II (r. en 613), gouvernerait le royaume d'Austrasie-Bourgogne. Alors que Brunehaut purgeait ceux qui se trouvaient sur son chemin, de nombreux aristocrates austrasiens et bourguignons s'enfuirent en Neustrie à la cour de Clotaire II, soutenant la Neustrie contre Brunehaut. Le maire du palais d'Austrasie, Warnachaire, s'inquiétait pour le jeune roi Sigebert et craignait qu'il ne devienne, comme les rois austrasiens avant lui, qu'une marionnette de plus pour son arrière-grand-mère. Warnachaire ainsi que d'autres maires comme Radon, Pépin de Landen et Arnoul de Metz fuirent en Neustrie pour rejoindre leur camp contre l'Austrasie.

Lorsque la guerre éclata entre la Neustrie et l'Austrasie-Bourgogne, Brunehaut mena la bataille contre Clotaire II, le fils de son ennemie de toujours. De nombreux ducs austrasiens et bourguignons trahirent leur reine et passèrent à la Neustrie pendant la bataille. Le vent tourna, si bien que Brunehaut et Sigebert II durent fuir le champ de bataille. Les monarques se réfugièrent dans la ville d'Orbe, dans l'actuelle Suisse, pour chercher des alliés germaniques, mais les forces neustriennes les capturèrent. Les fils de Brunehaut, y compris le roi Sigebert II, furent tous tués, à l'exception du prince Mérovée qui, comme les Mérovée avant lui, parvint à échapper à une mort prématurée au prix d'une vie dans un monastère médiéval. Clotaire prit la tête de l'Austrasie-Bourgogne et, après 52 ans, le royaume de Francie était à nouveau sous la couronne d'un seul souverain, Clotaire II, le troisième roi d'une Francie unie.

Execution of Brunhilda of Austrasia
Exécution de Brunehaut d'Austrasie
National Library of France (Public Domain)

Clotaire accusa Brunehaut de la mort de dix membres de la famille royale franque et d'hommes d'église. Les soldats francs déclarèrent que la reine impopulaire devrait mourir. Pour l'exécution, Brunehaut fut écartelée, ses membres attachés à des chevaux sauvages qui s'enfuirent dans différentes directions. Sa dépouille fut brûlée afin qu'il ne reste aucune trace d'elle.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Souvenir d'une reine

L'héritage de la reine Brunehaut est mitigé. Elle est louée pour sa moralité, sa vertu et son intelligence, mais aussi critiquée pour sa soif de pouvoir et son caractère excessif. Si ses origines wisigothes ont constitué un point de friction avec la population germanique de Francie, elle eut également une influence en Austrasie, même après sa mort, car le roi Clotaire II dut discréditer son héritage et faire retomber les problèmes de la Francie sur sa mémoire afin d'unifier le royaume et de contrarier les forces pro-Brunehaut qui résistaient à son règne. Néanmoins, Brunehaut est entrée dans l'histoire en tant que reine de grand pouvoir et d'influence, bien qu'elle ait vécu à une époque où les femmes n'étaient pas autorisées à s'asseoir sur le trône franc.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qui était Brunehaut?

Brunehaut d'Austrasie (vers 543-613) était une princesse wisigothe qui se maria à la dynastie mérovingienne des Francs, devenant la reine consort puis la régente d'Austrasie.

Qui était le mari de Brunehaut ?

Le premier mari de Brunehaut fut le roi Sigebert Ier d'Austrasie (r. de 561 à 575). Après la mort de son mari, elle devint régente pour leur fils Childebert II (r. de 575 à 596) et épousa un prince mérovingien de Neustrie nommé Merovée. Après la mort de son second mari, Brunehaut prit comme amant un certain Protade.

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Andrew Eubanks
Andrew Eubanks is a writer, editor, researcher and educator of history. He has lived in the United States as well as Okinawa Prefecture in Japan. When not writing or teaching about world history, he enjoys visiting historical sites that dot Okinawa.

Citer cette ressource

Style APA

Eubanks, A. (2022, juin 23). Brunehaut [Brunhilda of Austrasia]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20820/brunehaut/

Style Chicago

Eubanks, Andrew. "Brunehaut." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 23, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20820/brunehaut/.

Style MLA

Eubanks, Andrew. "Brunehaut." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 23 juin 2022. Web. 18 juin 2024.

Adhésion