Hélène de Constantinople

Définition

Jéssica da Costa Minati Moraes
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 21 avril 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol, Turc
Helena of Constantinople (by Jean-Pol GRANDMONT, CC BY)
Hélène de Constantinople
Jean-Pol GRANDMONT (CC BY)

Sainte Hélène de Constantinople (248/250-328 de notre ère) était la mère de l'empereur romain Constantin Ier (r. de 306 à 337 de notre ère). Elle se rendit en pèlerinage à Jérusalem où, selon la tradition, elle trouva la vraie croix du Christ et construisit la basilique du Saint-Sépulcre. Elle est vénérée en tant que sainte et considérée comme la patronne des archéologues, des convertis, des mariages difficiles, des personnes divorcées, des impératrices, de l'île de Sainte-Hélène et des nouvelles découvertes.

Jeunesse

Hélène vit le jour à Depranum (aujourd'hui Hersek), en Bithynie, que Constantin rebaptisa plus tard Helenopolis en l'honneur de sa mère. La date exacte de sa naissance est inconnue. On ne sait rien de sa famille, ce qui permet de conclure qu'elle ne faisait pas partie de l'aristocratie. Certains auteurs affirment qu'Hélène était une stabularia, ce qui pourrait signifier soit une prostituée, soit une serveuse dans une auberge qui aurait appartenu ou non à son père.

Supprimer la pub

Advertisement

Elle rencontra le futur empereur Constance Chlore (ou Constance Ier, r. de 305 à 306 de notre ère) en l'an 272, et les historiens suggèrent qu'elle devint sa concubine ou sa femme. Conformément à une loi romaine appelée Lex Julia et Papia Poppaea, les nobles romains ne pouvaient pas épouser des femmes d'origine inférieure, et l'hypothèse du concubinage est donc largement acceptée. Le futur empereur Constantin Ier naquit de cette union ex obscuriore matrimonio, ce qui signifie que ses parents n'étaient pas mariés ; il pourrait être considéré comme un fils bâtard.

Constance Ier aurait divorcé ou répudié Hélène en 293 de notre ère pour épouser Théodora, fille de Maximien (r. de 286 à 305 de notre ère), empereur d'Occident. Dioclétien (r. de 284 à 305 de notre ère), empereur d'Orient, avait instauré la tétrarchie, selon laquelle l'Empire romain était dirigé par quatre personnes (les parties orientale et occidentale étant chacune dirigée par un Auguste et un César) et estimait que les empereurs devaient être liés non seulement par des liens politiques mais aussi par le sang. Par conséquent, les mariages étaient importants pour établir des relations familiales et maintenir un pouvoir centralisé.

Supprimer la pub

Advertisement

Après la séparation d'Hélène et de Constance Ier, Hélène disparaît des archives historiques jusqu'en 306, date à laquelle Constantin devint empereur. Il est possible qu'elle ait vécu à Trèves ou à Rome, mais le manque d'informations historiques rend cette hypothèse incertaine.

La cour de Constantin et le christianisme

Il n'existe aucune preuve concluante du rôle d'Hélène dans la conversion de Constantin.

Constantin devint empereur en 306 de notre ère lorsqu'il fut proclamé Auguste par ses troupes. Il mena des guerres civiles contre d'autres empereurs - Maxence et Licinius - et mena diverses campagnes contre les Francs et les Wisigoths, entre autres. Le nouvel empereur fit de Byzance sa capitale, donnant à la ville le nom de Nouvelle Rome à l'époque; plus tard, en l'honneur de l'empereur, les gens commencèrent à l'appeler Constantinople (l'Istanbul moderne).

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

En 306 de notre ère, Hélène alla vivre à la cour avec son fils. Indépendamment de ses origines ou de son passé, Constantin aimait beaucoup sa mère et il l'éleva au rang d'Augusta, ce qui signifie qu'elle était considérée comme une impératrice et une personne sainte.

Dans l'historiographie, il n'y a pas de preuve concluante du rôle d'Hélène dans la conversion de Constantin au christianisme. Constantin avait toujours fait preuve d'une grande tolérance à l'égard des chrétiens, c'est pourquoi il promulgua l'édit de Milan en 313 de notre ère, mettant ainsi fin à la persécution que Dioclétien avait commencée en l'an 303. Lorsqu'il transféra la capitale de l'empire à Constantinople, il décida de l'embellir et commença la construction de plusieurs temples et aussi de nombreuses églises. Il préférait que les fonctionnaires de l'empire soient chrétiens et ne le cachait pas, mais il employait aussi des païens.

Constantine's Conversion
Conversion de Constantin
Peter Paul Rubens (Public Domain)

La date de la conversion de Constantin est controversée car de nombreux historiens affirment que son baptême n'eut lieu que sur son lit de mort, mais il est établi que Constantin éleva ses enfants dans la foi chrétienne. La théorie largement acceptée est qu'Hélène était chrétienne de naissance et que, lorsqu'elle alla vivre avec son fils à la cour, elle l'influença pour qu'il devienne lui aussi chrétien. Cependant, selon Eusèbe de Césarée (mort en 339), un évêque considéré comme le père de l'histoire de l'Église, sa conversion au christianisme n'eut lieu qu'une fois que Constantin soit devenu empereur. Quelle que soit la vérité, nous savons qu'Hélène obtint l'accès au trésor impérial afin de retrouver les reliques de la tradition chrétienne. En outre, elle construisit également quelques églises et fit preuve de charité, notamment auprès des plus pauvres. Elle est souvent associée à la découverte de la vraie croix du Christ et à la construction d'églises à Jérusalem.

Supprimer la pub

Advertisement

Pèlerinage à Jérusalem et découverte de la vraie croix

En 326 de notre ère, Constantin aurait fait exécuter son fils Crispus, après l'accusation de sa femme, Fausta, d'un prétendu crime sexuel. Après cela, il ordonna également que Fausta soit éxécutée pour adultère car il circulait une rumeur selon laquelle Fausta avait accusé Crispus dans le but de cacher ses actes adultères. Certains historiens affirment que Constantin aurait décidé de faire exécuter Fausta car Hélène aurait été profondément blessée par la perte de son petit-fils.

Après ces événements, Hélène décida de se rendre en pèlerinage à Jérusalem pour distribuer des aumônes et construire des églises, notamment dans les lieux saints, comme les sites de la mort et de l'ascension de Jésus-Christ. C'est à cette époque qu'apparaît l'histoire pour laquelle Hélène est le plus connue. Le récit de la découverte de la croix est l'une des légendes les plus importantes et les plus connues de l'Antiquité tardive, à tel point que Jacopo de Varazze, dans sa Legenda Aurea du XIIIe siècle, décrit le mythe de la croix et affirme également qu'Hélène était considérée comme une chrétienne exemplaire au sein de l'Église catholique.

Ancient Walls Surrounding Church of the Holy Sepulchre
Anciens remparts entourant l'église du Saint-Sépulcre
James Blake Wiener (CC BY-NC-SA)

On raconte que lors d'un voyage à Jérusalem, Hélène aurait trouvé trois croix, dont l'une était la croix du Christ et aussi les clous. La légende raconte que trois malades sont alors arrivés, le premier aurait touché l'une des croix, le deuxième en aurait touché une autre, mais rien ne se serait passé jusqu'à ce que la troisième personne ne touche la croix du Christ ; il aurait été guéri comme par miracle. On dit que c'est à l'endroit exact de la découverte que la basilique du Saint-Sépulcre fut construite. On lui attribue également la construction de l'église de la Nativité. La croix du Christ et d'autres reliques furent par la suite l'objet de plusieurs controverses au sein de l'église.

Supprimer la pub

Advertisement

Canonisation

Lorsqu'Hélène mourut à l'âge de 80 ans, vers 328 de notre ère (certaines sources parlent de 329, voire 330), elle était déjà associée à de nombreux monuments à Rome, Bethléem et Jérusalem, et figurait sur de nombreuses pièces de monnaie. Elle fut enterrée dans la basilique nouvellement construite sur la Via Labicana à Rome, et aujourd'hui son sarcophage se trouve au Museo Pio-Clementino au Vatican.

Elle a été canonisée pour ses réalisations au sein de l'Église catholique et aussi pour avoir été un exemple de foi et un modèle de femme qui a apporté stabilité et continuité à la famille et aux dynasties. Hélène est vénérée comme sainte par les Églises orthodoxe orientale, orthodoxe orientale, catholique orientale et romaine, ainsi que par la Communion anglicane et les Églises luthériennes. Son crâne présumé est exposé dans la cathédrale de Trèves, en Allemagne. Il existe également des reliques à la basilique de Santa Maria in Ara Coeli à Rome, à l'église Saint-Leu-Saint-Gilles à Paris et à l'abbaye Saint-Pierre d'Hautvillers.

Skull of Saint Helena
Crâne de Sainte Hélène
Damien Entwistle (CC BY-NC)

Représentation moderne

Il existe une légende en Grande-Bretagne selon laquelle Hélène était la fille d'un roi de Grande-Bretagne, nommé Cole de Colchester, qui était un allié de Constance, mais il n'existe aucune preuve qu'Hélène ait vécu en Grande-Bretagne ou y soit née. Constance mourut dans la ville d'York alors que Constantin était avec lui, mais à cette époque, ses parents étaient déjà séparés. Il est possible que l'histoire ait été écrite pour faire d'Hélène une héroïne britannique des romans de chevalerie médiévaux et pour revendiquer sa nationalité en raison du lien de son fils avec la ville d'York.

Supprimer la pub

Advertisement

Le récit selon lequel Hélène serait la fille du roi Cole apparaît dans un roman écrit par Louis de Wohl, The Living Wood, publié en 1947. Hélène apparaît également dans un roman moderne, écrit par l'auteur Evelyn Waugh, en tant que personnage principal. Elle est également la protagoniste de l'œuvre fantastique Priestess of Avalon de Marion Zimmer Bradley et Diana Paxson, où elle reçoit le nom d'Eilan. Enfin, en 2021, elle apparaît en tant que personnage dans Eagle Ascending de Dan Whitfield, où elle est présentée comme une femme ayant vécu jusqu'à 118 ans, grâce à des pouvoirs spéciaux reçus après avoir découvert la Vraie Croix.

Supprimer la pub

Publicité

Questions & Réponses

Pour quoi Sainte-Hélène est-elle célèbre ?

Sainte Hélène de Constantinople (248/250-328 de notre ère), mère de l'empereur romain Constantin Ier (r. de 306 à 337), est surtout connue pour son pèlerinage à Jérusalem où, selon la tradition, elle aurait trouvé la vraie croix du Christ et fait construire la basilique du Saint-Sépulcre.

Quand Sainte-Hélène s'est-elle convertie au christianisme ?

La théorie largement acceptée veut qu'Hélène ait été chrétienne dès sa naissance et que, lorsqu'elle est allée vivre à la cour avec son fils, Constantin Ier, elle l'ait influencé pour qu'il devienne lui aussi chrétien. Cependant, selon Eusèbe de Césarée (mort en 339), un évêque considéré comme le père de l'histoire de l'Église, sa conversion au christianisme aurait eu lieu après que Constantin soit devenu empereur.

Que faisait la mère de Constantin à Jérusalem ?

Après l'exécution de Crispus et Fausta (le fils et l'épouse de Constantin), Hélène décida d'entreprendre un pèlerinage à Jérusalem pour distribuer des aumônes et construire des églises, en particulier dans les lieux saints, comme les sites de la mort et de l'ascension de Jésus-Christ. La tradition veut qu'elle ait découvert la Vraie Croix.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Jéssica da Costa Minati Moraes
Graduate student in History at Universidade Estadual Paulista Júlio de Mesquita Filho, member of research groups: NEAM - Núcleo de Estudos Antigos e Medievais and #Veredas_Digitais - Centro de Tecnologias e Humanidades.

Citer cette ressource

Style APA

Moraes, J. d. C. M. (2022, avril 21). Hélène de Constantinople [Helena of Constantinople]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20702/helene-de-constantinople/

Style Chicago

Moraes, Jéssica da Costa Minati. "Hélène de Constantinople." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 21, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20702/helene-de-constantinople/.

Style MLA

Moraes, Jéssica da Costa Minati. "Hélène de Constantinople." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 21 avril 2022. Web. 05 déc. 2022.

Adhésion